Déclaration de M. Thierry Mariani, secrétaire d'Etat chargé des transports, sur la sécurité et la promotion des remontées mécaniques, à Villard-de-Lans le 8 décembre 2011. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Thierry Mariani, secrétaire d'Etat chargé des transports, sur la sécurité et la promotion des remontées mécaniques, à Villard-de-Lans le 8 décembre 2011.

Personnalité, fonction : MARIANI Thierry.

FRANCE. Ministre des transports

Circonstances : Visite de la station de départ des télécabines de la Côte 2000, à Villard-de-Lans (Isère) le 8 décembre 2011

ti : Mesdames et Messieurs,


Je suis particulièrement heureux de vous retrouver ici, à Villard-de-Lans, en ce début de saison hivernale.

Je sais combien chacun d’entre vous ici présent, élus de la montagne, exploitants mais aussi personnels du Service technique des remontées mécaniques et des transports guidés (STRMTG), concourt au développement de l’industrie de la neige, et plus particulièrement des sports d’hiver, si essentiels à l'économie de vos territoires.

Aujourd’hui, j’ai pu constater personnellement ce savoir-faire industriel sur le site de l’usine SIGMA, filiale du groupe POMA, leader français des installations par câble, particulièrement connu pour la production d’appareils de remontées mécaniques.

L’opération de contrôle de ces installations, à laquelle nous venons d’assister ici-même, témoigne également de l’expertise du Service Technique des Remontées Mécaniques et des Transports Guidés (STRMTG) pour garantir la fiabilité de ce mode de transport.

Quatre jours après l’incident de Tignes, je souhaite souligner l'enjeu majeur que constitue la sécurité des transports.

Dans une société où les besoins en matière de mobilité vont s’accroissant, tant pour les biens que pour les personnes, assurer la sécurité dans les transports publics est une priorité indiscutable. Mais cet objectif ne peut être atteint qu’avec une participation active et une implication forte de l’ensemble des acteurs des systèmes de transports : Etat, collectivités locales, maîtres d'ouvrage, exploitants, fabricants, organismes agréés …

Pour mener à bien cette mission dans le domaine des remontées mécaniques et des transports guidés, l'Etat a mis en place une organisation novatrice qui s'appuie largement sur le STRMTG.

Ce service, constitue, en raison de ces spécificités, un exemple unique au niveau national comme international. En effet, c'est le seul organisme public au monde auquel sont confiées des missions de contrôle et des compétences techniques spécifiques, aussi bien dans le domaine des remontées mécaniques que dans celui des transports guidés.

Il exerce, en outre, ses missions dans le cadre d'une organisation innovante mise en place depuis moins d’un an. Ce service, à compétence nationale, est en effet directement rattaché à la Direction générale des infrastructures des transports et de la mer de mon Ministère, mais reste sous l'autorité fonctionnelle des préfets.

J'ai conscience des efforts consentis par l’ensemble des agents afin d’assurer une transition rapide, et dans les meilleures conditions, vers ce mode de fonctionnement rénové. Cette mobilisation, dans des délais très contraints, mérite d’être saluée.

C’est pourquoi, j’ai tenu à participer à la remise au STRMTG du certificat attestant de la conformité de son système de management à la norme ISO 9001, qui aura lieu tout à l’heure.

Cette remise vient confirmer que le STRMTG est désormais pleinement opérationnel dans sa nouvelle configuration. Ce certificat couvre en effet l'ensemble des missions du service réalisées par le siège et ses implantations territoriales, y compris le Département Sécurité des Transports Collectifs de la Direction Régionale et Interdépartementale de l’Équipement et de l’Aménagement d'Ile-de-France, qui assure les missions d'instruction et de contrôle pour le compte du Préfet de cette région.

La démarche de certification mise en place par le STRMTG s'inscrit véritablement dans une logique d'excellence dont je souhaite qu'elle inspire l'ensemble des services de mon Ministère.

Cependant, la certification ne constitue pas une fin en soi et je constate avec satisfaction que le STRMTG a d’ores et déjà engagé l’élaboration d'un projet visant à fixer les grandes orientations du service pour les cinq années à venir.

S’agissant plus particulièrement des remontées mécaniques, le trafic saisonnier moyen est de 680 millions de passages.

Nos remontées mécaniques figurent, quant à elles, parmi les systèmes de transport les plus sûrs. En effet, si le taux d’accidents est encore trop élevé, avec 2,5 victimes graves pour 100 millions de passages, il reste néanmoins le plus faible au monde.

Je souhaite, à cet égard, apporter quelques éclairages sur les incidents que nous avons connus récemment.

L’enquête technique sur le déraillement du téléphérique de la Grande Motte, samedi dernier à Tignes, n’en est qu’à ses débuts. Mais je tiens d’ores et déjà à saluer la mobilisation dont a fait preuve l’ensemble des professionnels de secours pour évacuer, de nuit et dans des conditions climatiques rendues difficiles par le froid, 45 personnes, dont des enfants parfois très jeunes, tout en assurant le ravitaillement des usagers attendant leur sauvetage. Je ne vous cache pas que je m’interroge néanmoins sur la durée de cette évacuation. C’est pourquoi je serai très attentif aux conclusions de l’enquête sur ce point.

Le très haut niveau de sécurité des remontées mécaniques repose sur une analyse minutieuse de tous les incidents et accidents constatés. Cet examen systématique, réalisé par le STRMTG, et le BEATT pour les accidents les plus significatifs, permet d’aboutir, si nécessaire, à l'élaboration de recommandations, ou à l'évolution de la réglementation en concertation avec la profession.

Je retiendrai deux de ces recommandations, formulées suite à deux événements qui nous ont tous marqués.

- Suite à l'accident mortel survenu la saison dernière à Châtel, où un enfant accroché par son sac à dos à un télésiège débrayable n'a pas pu débarquer, le BEATT a recommandé la généralisation des dispositifs de non débarquement sur l'ensemble des télésièges ;
- Le mois dernier encore, le STRMTG a recommandé de procéder à la vérification des commandes souples de manoeuvre des portes de cabines. C’est une inspection visant à vérifier le respect de cette recommandation que vient de mener le STRMTG à l’instant sur la télécabine ici à Villard de Lans.

Il tire ainsi les conséquences de l'incident survenu en octobre dernier sur une télécabine à Flaine, fort heureusement dans le cadre des essais d'inspection annuelle et donc hors exploitation. Sept cabines se sont bloquées au passage d'un pylône suite à l'accrochage de la commande de porte dans les installations du pylône. Cinq d'entre-elles, inoccupées, sont tombées au sol. La cabine occupée par les intervenants des essais est heureusement restée accrochée au câble et aucune victime n'a été à déplorer.

Ce sont quelques illustrations de l’implication de mon Ministère dans le domaine de la sécurité pour ces modes de transports. Et soyez assurés de ma vigilance en la matière.

Je ne saurais terminer mon intervention sans évoquer un sujet dont je sais qu'il vous tient particulièrement à coeur puisqu'il est l'une des clefs de l'attractivité de nos domaines skiables face à la concurrence internationale : il s’agit de l'investissement.

Cette année, vous avez consacré près de 130 millions d'euros aux nouvelles installations, soit près de 25 % de plus que l'année dernière. Il s’agit là d’un effort considérable qui mérite d’être salué.

Mais je tiens à rappeler combien il est important que cette démarche se poursuive, non seulement pour vos usagers, pour vous, responsables locaux et exploitants, mais aussi pour les fabricants, tels que POMA qui m'a accueilli ce matin.

Comme vous le savez, le Président de la République, lors de son déplacement à La Clusaz le 11 février dernier, a demandé que les pistes permettant de garantir ces investissements soient étudiées.

Mes services ont donc engagé, tout au long de cette année 2011, en concertation avec vous, mais aussi avec le Ministère de l'intérieur, un travail de clarification des règles s'appliquant aux délégations de service public de remontées mécaniques. Nous nous sommes attachés à prendre en compte l'ensemble des spécificités de votre secteur. Je pense notamment à votre obligation d'adapter constamment vos équipements afin de faire face non seulement aux exigences d'une clientèle habituée à un haut niveau de service, mais aussi à une concurrence internationale de plus en plus vive entre les stations.

Cette analyse sera formalisée dans le cadre d'une circulaire qui vous sera présentée à l’occasion d'une réunion le 11 janvier prochain entre les services de l'Etat, les délégants et les délégataires.

Comme convenu avec vous en conclusion de la 1ère réunion qui a eu lieu en octobre, un guide sera réalisé afin de vous permettre de tirer le meilleur parti du cadre juridique des délégations de services publics.

Bien utilisées, celles-ci permettront la poursuite et le développement des investissements nécessaires pour maintenir l'attractivité de notre domaine skiable, tout en ménageant les intérêts des collectivités et ceux des exploitants. Et je sais combien nous partageons tous ce même objectif.

A l’aube de la saison 2011-2012, je tiens à saluer l’engagement sans faille de l’ensemble des élus et des professionnels de la montagne qui font de chaque saison un succès.

C’est cette même volonté qui a permis au STRMTG de réussir sa réorganisation que nous célébrons aujourd’hui.

Et c’est grâce à cette mobilisation collective que nous maintiendrons nos régions alpines dans le rang des destinations prisées et compétitives et que les activités de montagne resteront un puissant moteur de notre vitalité économique et touristique.

Je vous souhaite à tous une excellente saison en formant le voeu qu’elle nous fasse encore atteindre de nouveaux sommets.

Je vous remercie de votre accueil et de votre attention.


Source http://www.developpement-durable.gouv.fr, le 12 décembre 2011

Rechercher