Déclaration de M. François Baroin, ministre de l'économie, des finances et de l'industrie, sur l'accord franco-allemand pour sauver la zone euro, à l'Assemblée nationale le 14 décembre 2011. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. François Baroin, ministre de l'économie, des finances et de l'industrie, sur l'accord franco-allemand pour sauver la zone euro, à l'Assemblée nationale le 14 décembre 2011.

Personnalité, fonction : BAROIN François.

FRANCE. Ministre de l'économie, des finances et de l'industrie

Circonstances : Séance de questions d'actualité, à l'Assemblée nationale le 14 décembre 2011

ti : Monsieur Rogemont, vous mélangez beaucoup de choses. Permettez-moi simplement de rappeler l’esprit et le sens de l’accord de vendredi dernier, accord qui engage l’État. Il est le fruit d’une forte coordination entre la France et l’Allemagne, qui ont abordé côte à côte, et non face à face, ce rendez-vous de l’histoire.

Enfin, nous nous orientons vers une gouvernance économique intégrée qui, sans altérer l’idée que nous nous faisons de la souveraineté nationale, permettra de mieux la protéger par une meilleure convergence budgétaire, économique et fiscale. Il y aura donc plus de sanctions et davantage de coordination de nos politiques budgétaires, moins de dumping fiscal et social, à l’intérieur d’un périmètre au sein duquel nous devons également protéger, tel un bien précieux, notre monnaie des attaques des marchés.

La seconde avancée de cet accord, c’est évidemment la solidarité. Il a été décidé, sur proposition franco-allemande, d’accélérer le calendrier de mise en œuvre du mécanisme européen de solidarité. La lucidité a conduit les chefs d’État et de gouvernement des vingt-six, à l’exception désormais singulière des Britanniques, à tirer les leçons de ce qui n’avait pas marché. Ce qui n’a pas marché, c’était de considérer que les investisseurs ou les épargnants pouvaient ne pas être remboursés suite à une décision des États. Il a donc été décidé que la Grèce resterait un cas isolé et que l’implication du secteur privé ne vaudrait que dans ce seul cas. Les autres États européens se sont engagés à respecter leur signature et à rembourser les épargnants et les investisseurs.

Si vous ajoutez à ces décisions politiques l’initiative de la Banque centrale européenne de fournir pendant trois ans les liquidités nécessaires aux banques, vous obtenez un cocktail efficace à administrer à la zone euro.


Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 16 décembre 2011

Rechercher