Interview de Mme Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement, à ITélé le 20 décembre 2012, sur le mouvement de grève des agents de sûreté dans les aéroports et l'échouage d'un cargo sur une plage classée du Morbihan lors de la tempête Joachim. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement, à ITélé le 20 décembre 2012, sur le mouvement de grève des agents de sûreté dans les aéroports et l'échouage d'un cargo sur une plage classée du Morbihan lors de la tempête Joachim.

Personnalité, fonction : KOSCIUSKO-MORIZET Nathalie, BARBIER Christophe.

FRANCE. Ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement;

ti : CHRISTOPHE BARBIER Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, bonjour.
 
NATHALIE KOSCIUSKO-MORIZET Bonjour.
 
CHRISTOPHE BARBIER Cinquième jour de grève dans les aéroports. Reconnaissez-vous que la situation s’aggrave avec plusieurs nouvelles villes touchées ?
 
NATHALIE KOSCIUSKO-MORIZET La situation a plutôt tendance à s’étendre, et puis, surtout, les négociations n’avancent pas. Donc c’est un conflit de droit privé entre la direction et les salariés, mais le gouvernement, si vous voulez, ne peut pas rester indifférent au fait que les fêtes de Noël approchent, on va avoir des gros départs à partir de jeudi, et les choses n’ont pas l’air de se débloquer. Donc on a nommé deux médiateurs en leur demandant de faire rapidement un travail ce matin pour inciter le patronat et les salariés à la négociation…
 
CHRISTOPHE BARBIER Une médiation en une demi-journée, ce n’est pas sérieux, ça ne peut pas marcher !
 
NATHALIE KOSCIUSKO-MORIZET Oui, enfin, je ne suis pas d’accord avec vous, parce que, il faut déjà que les gens se parlent, si vous voulez, et là, le problème, c’est que depuis quelques jours, ils ne se parlent pas beaucoup, et peut-être que le simple fait d’engager le dialogue va pouvoir débloquer les choses. Mais de toute façon, on réévaluera la situation à la mi-journée. Là, mardi et mercredi, on est encore un peu dans un creux, après un week-end chargé, à partir de mercredi soir, ça remonte en puissance pour le weekend de Noël, donc on ne laissera pas les Français otages d’un conflit social, le week-end de Noël, c’est le moment où les familles se retrouvent, c’est un moment important de l’année, et on est en train de regarder les solutions. On prendra des mesures pour que les Français puissent partir.
 
CHRISTOPHE BARBIER Ça s’appelle un ultimatum quand même ?
 
NATHALIE KOSCIUSKO-MORIZET Je n’aime pas le terme ultimatum, si vous voulez, chacun est dans sa responsabilité, les syndicats ont le droit de grève, moi, ce que je trouve, c’est que la grève, au moment de Noël, c’est quand même… enfin, ça pose quand même quelques problèmes, et puis surtout, on voudrait maintenant encadrer les choses, de telle sorte que les salariés soient obligés de se déclarer grévistes à l’avance, comme dans les transports terrestres, vous vous souvenez, on a mis en place une loi dans les transports terrestres pour obliger à deux choses, d’abord, négocier avant de faire la grève, plutôt que faire la grève avant de négocier – tradition française – et puis, se déclarer 48h à l’avance pour que tout le monde puisse s’organiser, aujourd’hui, ce n’est pas le cas dans l’aérien, aujourd’hui, un salarié d’une agence de sécurité peut se déclarer gréviste au moment de prendre son service, mais du coup, il n’y a pas de capacité de prévision pour l’entreprise, et pour les passagers, imaginez, vous êtes passager à Lyon Saint-Exupéry, ce n’est pas la même chose d’être informé 48h à l’avance que votre vol va être annulé ou en tout cas qu’il y a un risque, vous pouvez chercher une solution de remplacement, un autre aéroport, un train spécial ou d’arriver dans l’aéroport, et là, d’apprendre que l’avion est annulé, ce n’est pas la même chose.
 
CHRISTOPHE BARBIER Vous rédigerez donc un texte de loi pour étendre au transport aérien…
 
NATHALIE KOSCIUSKO-MORIZET Le texte de loi est rédigé, il a été déposé par un député UMP, Eric DIARD, et nous souhaitons, Thierry MARIANI et moi, qu’il puisse être examiné au mois de janvier, pour avoir tout simplement dans le transport aérien le même type de garanties pour les passagers, le même type de prévisibilité qu’il y a dans le transport terrestre.
 
CHRISTOPHE BARBIER Alors quelles mesures pouvez-vous prendre pour les 48h qui viennent, on parle de réquisition des personnels grévistes, ils n’auront pas le droit de faire grève ?
 
NATHALIE KOSCIUSKO-MORIZET Je vous l’ai dit, on va évaluer la situation à la mi-journée, et on prendra des dispositions, je n’ai pas envie de les annoncer maintenant, parce que je veux laisser une chance à la négociation. Ce n’est pas la peine de dire maintenant : voilà ce qu’on va faire, non, je veux laisser une chance à la négociation. Mais il y a des solutions, et on prendra nos responsabilités pour que les Français ne soient pas pris en otages…
 
CHRISTOPHE BARBIER Pourriez-vous faire appel aux policiers, aux gendarmes, c’est facile de faire des contrôles sécurité, c’est leur métier ?
 
NATHALIE KOSCIUSKO-MORIZET Oui.
 
CHRISTOPHE BARBIER 200 euros de plus, c’est ce que réclament ces personnels de sécurité, est-ce que les aéroports doivent faire un effort salarial ?
 
NATHALIE KOSCIUSKO-MORIZET Attendez, c’est un contrat de droit privé, moi, je ne vais pas m’immiscer dans la négociation entre le patronat et les employés, ça, c’est… je mets en place une médiation, le gouvernement met en place une médiation pour accompagner cette négociation, mais c’est une négociation entre eux, simplement, je constate seulement que si le droit de grève est un droit constitutionnel, la libre circulation est aussi un droit, et que les Français y sont particulièrement attachés pendant les vacances de Noël, et ils ont bien raison.
 
CHRISTOPHE BARBIER Ce conflit prouve l’échec du dialogue social mené par le gouvernement, c’est Michel SAPIN qui dit cela, que répondez ?
 
NATHALIE KOSCIUSKO-MORIZET Michel SAPIN est manifestement complètement à côté de la plaque, il ne connaît pas le sujet, ça n’est pas un conflit dans lequel le gouvernement est impliqué à l’origine, c’est un conflit de droit privé entre le patronat d’une société privée, et les salariés d’une société privée, ils n’ont pas réussi à se parler pendant trois jours, donc le gouvernement met en place une médiation pour essayer de recréer le dialogue entre eux. Je ne vois pas en quoi ça pourrait être un conflit du dialogue social mené par le gouvernement, ça n’est pas un dialogue social mené par le gouvernement.
 
CHRISTOPHE BARBIER François HOLLANDE s’investit sur le terrain industriel, il va voir les ouvriers, il veut redresser industriellement la France, ça vous fait peur, ça, pour la campagne ?
 
NATHALIE KOSCIUSKO-MORIZET Mais François HOLLANDE a fait quelque chose de très drôle, hier, il est allé parler de ré-industrialisation sur un site qui est l’emblème peut-être de la politique menée par Nicolas SARKOZY en la matière…
 
CHRISTOPHE BARBIER Chantiers Naval, Saint-Nazaire…
 
NATHALIE KOSCIUSKO-MORIZET Les Chantiers Naval de Saint-Nazaire, le site sur lequel le président de la République s’est investi pour sauver les Chantiers de l’Atlantique, le site sur lequel nous sommes en train de lancer, pour partie, le grand chantier de l’éolien offshore, en créant une filière industrielle de l’éolien en mer, dont nous attendons 10.000 emplois, j’ai lancé l’appel d’offres en juillet, les entreprises doivent répondre pour janvier, il y a une entreprise qui a annoncé qu’elle développerait ses capacités industrielles à Saint-Nazaire, c’est un grand projet du gouvernement, du président de la République, du Grenelle, et François HOLLANDE a choisi hier de venir le saluer ; j’apprécie son geste.
 
CHRISTOPHE BARBIER François HOLLANDE utilise aussi les 700.000 noms du fichier, sortis de la primaire socialiste, ceux qui ont laissé leur adresse électronique, c’est bien joué ou c’est un détournement de fichier ?
 
NATHALIE KOSCIUSKO-MORIZET Je crois que depuis le début, on a dit ce qu’on avait à dire sur les fichiers, il y a un petit jeu autour de la primaire socialiste, qui a consisté à dire : nous, on détruira le fichier, mais vous pouvez choisir volontairement de rester dans un autre fichier, donc il y aura deux fichiers… tout ça est un peu compliqué, et je pense que les Français ont compris qu’il y avait un peu de…
 
CHRISTOPHE BARBIER De manipulation…
 
NATHALIE KOSCIUSKO-MORIZET Oui.
 
CHRISTOPHE BARBIER Dites le mot.
 
NATHALIE KOSCIUSKO-MORIZET Oui, enfin, de manipulation, c’était… si vous voulez, c’était dit, je ne sais pas quel est le terme, mais il y a une forme d’hypocrisie, si vous voulez, parce qu’on dit qu’on détruit le fichier, mais en fait, il y a un autre fichier.
 
CHRISTOPHE BARBIER Confirmez-vous que le cargo échoué en Bretagne sera découpé sur place, combien de temps cela prendra-t-il et combien ça va nous coûter ?
 
NATHALIE KOSCIUSKO-MORIZET Alors, d’abord, ça ne va rien nous coûter, parce que, il y a un armateur, et il va tout payer, il a une assurance, et quand je dis « tout payer », ce n’est pas seulement le découpage sur place, c’est le pompage, c’est les opérations de dépollution, c’est tous les frais qui sont engagés, y compris ceux qui sont engagés par l’Etat en urgence, nous les ferons rembourser par le pétrolier, c’est bien la moindre des choses. Première chose. Deuxième chose, oui, il va probablement être découpé sur place, pourquoi, parce qu’on avait envisagé un moment de le déséchouer, pour pouvoir l’emmener et être désossé dans un autre port, désossé ou réparé, et ça ne va, semble-t-il, pas être possible parce que la structure du bateau est abîmée, donc il y aurait un risque à le déséchouer. Ça va prendre plusieurs mois, probablement jusqu’au printemps. Permettez-moi de dire que ce n’est pas le seul problème qu’on a en ce moment, on a un problème de protection du site, parce que c’est un site Natura 2000, évidemment d’ailleurs, on fera le chantier de désossage dans le respect des règles Natura 2000, mais en attendant, il y a énormément de curieux qui viennent voir le cargo qui – il est vrai – est très impressionnant, et on va être amené probablement à « barriérer » le site, parce que le piétinage en fait en lui-même pose déjà un problème environnemental.
 
CHRISTOPHE BARBIER A propos de naufrage, Dominique STRAUSS-KAHN dit que la zone euro est un radeau en train de sombrer, c’est vrai ?
 
NATHALIE KOSCIUSKO-MORIZET Ecoutez, on pourrait faire des comparaisons à l’infini et se demander ce que vaut Dominique de VILLEPIN comme capitaine de bateau, mais…
 
CHRISTOPHE BARBIER Et là, c’était Dominique STRAUSS-KAHN en Chine, qui disait ça…
 
NATHALIE KOSCIUSKO-MORIZET Ah ben, alors, en plus, depuis la Chine, c‘est vraiment une déclaration très, très adaptée. Ecoutez, on se bat en ce moment pour faire rebondir l’économie européenne, protéger la zone euro et les économies des Français ; est-il vraiment temps d’aller en Chine faire des déclarations négatives qui participent de la perte de confiance ? Je pose la question.
 
CHRISTOPHE BARBIER Faut-il que les 30.000 femmes qui portent une prothèse mammaire PIP se déclarent, pour aller vite la faire enlever ?
 
NATHALIE KOSCIUSKO-MORIZET Ecoutez, je ne suis pas du tout spécialisée sur le sujet, j’ai lu dans la presse qu’on allait rappeler les personnes pour qu’elles puissent en effet se faire enlever les prothèses. Je trouve ça un tout petit peu…
 
CHRISTOPHE BARBIER Principe de précaution, il faut y aller, il faut aller le faire ?
 
NATHALIE KOSCIUSKO-MORIZET Ah ben, si les autorités sanitaires demandent à le faire, ce qui n’est pas encore avéré, mais si elles demandent à le faire, il faudra aller le faire, bien sûr. Et j’imagine que c’est un tout petit peu angoissant. Donc il faut suivre avec attention ça, oui…
 
CHRISTOPHE BARBIER Il y aura une enquête ouverte sur les intrusions humaines dans les centrales nucléaires, après l’exploit de GREENPEACE, il y a donc bien un problème.
 
NATHALIE KOSCIUSKO-MORIZET Ce n’est pas seulement une enquête, il y a une enquête de toute façon, il y a une enquête judiciaire sur ce qui s’est passé, mais là, c’est un audit. Pourquoi, parce qu’il y a des investissements en cours pour sécuriser l’accès, caméras de vidéosurveillance, barrières successives, est-ce que ces investissements sont suffisants, eh bien, il va y avoir un audit spécifique sur cette question de la protection de l’accès dans les centrales. C’est le Premier ministre qui l’a annoncé hier…
 
CHRISTOPHE BARBIER Et vous suivrez les recommandations de cet audit ?
 
NATHALIE KOSCIUSKO-MORIZET Bien sûr.
 
CHRISTOPHE BARBIER Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, merci. Bonne journée.
 
NATHALIE KOSCIUSKO-MORIZET Merci.
 
Source : Premier ministre, Service d’Information du Gouvernement, le 20 décembre 2011

Rechercher