Entretien de M. Alain Juppé, ministre des affaires étrangères et européennes, avec "La Croix" le 23 décembre 2011, sur l'action de la France pour la protection des minorités chrétiennes d'Orient. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Entretien de M. Alain Juppé, ministre des affaires étrangères et européennes, avec "La Croix" le 23 décembre 2011, sur l'action de la France pour la protection des minorités chrétiennes d'Orient.

Personnalité, fonction : JUPPE Alain.

FRANCE. Ministre d'Etat, ministre des affaires étrangères et européennes

ti : Q- Que fait la France pour les chrétiens d’Orient ?

R - Il m’a semblé important en cette veille de Noël d’écouter le témoignage des parlementaires qui sont venus hier me faire part de leur inquiétude concernant la situation des chrétiens au Proche-Orient. Je leur ai indiqué que l’un des objectifs majeurs de la diplomatie française était de garantir la sécurité des minorités, en particulier des minorités chrétiennes.

La situation varie selon les pays, bien entendu mais je suis bien conscient que le «printemps arabe» suscite beaucoup d’inquiétudes en Syrie, en Égypte et même en Tunisie. Nous sommes très vigilants afin d’éviter tous les dérapages et nous souhaitons aussi que les communautés chrétiennes puissent ouvrir le dialogue avec les nouveaux régimes politiques en place. C’est dans ce sens que nous avons invité le Conseil national syrien à s’élargir à toutes les sensibilités et à toutes les minorités présentes dans le pays. Je sais que certains ecclésiastiques ont pu s’inquiéter d’un «hiver arabe» pour les chrétiens d’Orient et je peux le comprendre à la lecture de certaines déclarations de quelques responsables aux positions extrémistes.

Évidemment, nous respectons les processus démocratiques qui sont à l’œuvre dans les pays concernés mais il nous appartient aussi de garantir le respect de certains principes fondamentaux. Je voudrais dire aux chrétiens d’Orient, auxquels je souhaite de bonnes fêtes, que la France est fidèle à sa tradition historique de protection des minorités chrétiennes au Moyen Orient. Car les chrétiens sont chez eux depuis des siècles et des siècles. Nous sommes de tout cœur avec eux et nous comprenons leurs angoisses.

Le respect de la liberté religieuse constitue l’un des axes forts de notre politique en faveur des droits de l’Homme. Nous ferons tout ce qu’il faut pour leur sécurité ainsi que pour leur liberté d’expression et de culte.


Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 28 décembre 2011

Rechercher