Déclaration de M. David Douillet, ministre des sports, sur la compétition sportive et la préparation des Jeux Olympiques de Londres en 2012, Paris le 9 janvier 2012. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. David Douillet, ministre des sports, sur la compétition sportive et la préparation des Jeux Olympiques de Londres en 2012, Paris le 9 janvier 2012.

Personnalité, fonction : DOUILLET David.

FRANCE. Ministre des sports

Circonstances : Soirée des champions à l'INSEP à Paris le 9 janvier 2012

ti :


Je suis très heureux d’être parmi vous ce soir pour honorer les champions de l’année 2011. Je ne vais pas vous parler de l’année passée. Je veux que nous regardions vers l’avenir, que nous ayons les yeux rivés sur 2012.

Chers athlètes, votre moment est venu. Les Jeux Olympiques, c’est le rêve de tout sportif, l’objectif de votre vie.

Dans un peu plus de six mois, beaucoup d’entre vous seront à Londres pour défendre nos couleurs. Je veux vous parler de Londres, du village, des Jeux. Je veux vous dire des choses simples, comme : ne vous laissez pas piéger par l’ambiance festive des Jeux. Vous n’allez pas aux Jeux pour participer. Si vous devez partir à Londres dans cet état d’esprit, alors, je vous le dis en toute franchise, renoncez et laissez votre place à quelqu’un d’autre.

Des Olympiens, il y en a eu des milliers. Il y en aura des milliers d’autres.

Vous avez la chance de devenir des héros, de laisser votre empreinte dans la grande histoire du sport. Une médaille olympique, c’est exceptionnel. Un titre, c’est encore plus exceptionnel. Cela marquera à jamais votre vie.

La route est longue encore jusqu’aux Jeux et les prochains mois seront décisifs. Il vous faudra garder le cap.

Ce ne sera pas facile. Plus les Jeux seront proches, plus la pression sera forte. Il pourra y avoir des tensions : des tensions dans votre encadrement, des tensions familiales, des pressions médiatiques. Ces pressions sont normales, peut-être même nécessaires.

Ne vous en servez pas comme excuse. Rien n’est insurmontable. Vous pouvez tirer parti de chaque obstacle.

Certains vous diront que vous êtes trop vieux. C’est faux. Certains vous diront que vous êtes trop jeunes. C’est encore faux.

On vous dira peut-être : la première fois, c’est un coup d’essai. Si j’ai bien une certitude, c’est qu’il n’y a pas besoin d’avoir déjà vécu les Jeux pour décrocher une médaille. Vous pouvez la prendre tout de suite. Vous devez la prendre toute suite.

Vous êtes qualifiés. Vous serez qualifiés dans les semaines à venir. C’est que vous pouvez gagner.

A vous de saisir votre chance. A vous de tracer votre voie. Personne ne le fera à votre place.

Fuyez le confort. Si vous êtes satisfaits de vos résultats, si vous vous entraînez de manière ordinaire, vous n’atteindrez pas l’extraordinaire, l’exceptionnel, l’inatteignable.

Ne vous contentez pas du travail bien fait. Si vous êtes dans l’inconfort et le doute, alors vous êtes sur la meilleure voie pour atteindre le sommet. Allez au-delà de la norme. Surprenez-vous !

Nous serons là pour vous aider à donner le meilleur. Nous serons tous là : le comité olympique, le comité paralympique, le ministère des sports – nous travaillons main dans la main avec Denis et Gérard –, mais aussi l’INSEP, les CREPS et les fédérations.

Nous serons derrière vous jusqu’au dernier moment, jusqu’au moment où vous entrerez dans le stade, jusqu’au moment où vous plongerez dans le bassin, jusqu’au moment où vous poserez le pied sur le tatami.

Les derniers championnats du monde sont plus qu’encourageants. Nous avons tout le potentiel pour battre le record de médailles de Pékin.

Votre contrat minimum, c’est la médaille. Mais, tous, vous devez viser l’or. Nous avons besoin de titres pour remonter dans le classement global des Jeux. Notre objectif est là : 14 titres aux Jeux olympiques ; 16 titres aux Jeux paralympiques.

C’est un objectif réaliste. L’or vous tend les bras ! Saisissez-le chacun et surtout chacune d’entre vous.

Lors des derniers championnats, nous avons vu émerger une nouvelle génération de grandes sportives, avec un potentiel immense. Toutes, vous pouvez viser la plus haute marche du podium.

La France est l’une des plus grandes nations sportives. Nous devons tenir ce rang. C’est votre responsabilité.

Vous êtes la France qui gagne. Pendant les Jeux, vous allez incarner la France, votre pays, votre patrie. Soyez-en fiers !

Vous ne réalisez peut-être pas encore ce que cela signifie pour tous ceux qui vous regarderont. Pour tous ceux qui vous entourent, tous ceux qui vous aiment, vos parents, vos amis, vos coéquipiers.

Pensez à votre premier entraîneur. Pensez au village ou au quartier où vous avez grandi, à l’école où vous alliez enfant. Pensez à la flamme qui brillera dans leurs yeux. C’est tout un pays qui sera derrière vous.

Ce soutien sera d’autant plus fort que les Jeux sont à notre porte. Ils vont susciter un engouement sans précédent.

Les Français viendront par milliers vous encourager dans les tribunes. Ils seront des millions devant leur poste de télévision. Vous allez être transportés par cet engouement.

J’ai eu l’honneur de porter le drapeau français. J’ai ressenti la force et l’énergie de la délégation qui défilait derrière moi. J’ai ressenti la puissance du sport.

Vous allez ressentir la même force, la même énergie, la même puissance. Prenez-là. Servez-vous en pour décrocher votre médaille. Ce sera un moment exceptionnel.

Vous avez le rêve de votre vie entre les mains. Soyez prêts.

Votre exemple montrera à la France et aux Français que de grands défis peuvent être accomplis. Vous devez montrer la voie de la réussite. La France en a tellement besoin !

L’année qui s’ouvre est l’année de tous les possibles. Je vous souhaite à toutes et à tous de réaliser votre rêve en 2012.


Je vous remercie.


Source http://www.sports.gouv.fr, le 10 janvier 2012

Rechercher