Déclaration de M. Alain Juppé, ministre des affaires étrangères et européennes, sur l'émotion suscitée en France par la tuerie de Toulouse, Jérusalem le 21 mars 2012. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Alain Juppé, ministre des affaires étrangères et européennes, sur l'émotion suscitée en France par la tuerie de Toulouse, Jérusalem le 21 mars 2012.

Personnalité, fonction : JUPPE Alain.

FRANCE. Ministre d'Etat, ministre des affaires étrangères et européennes

Circonstances : Voyage d'Alain Juppé en Israël le 21 mars 2012 : présence aux funérailles des victimes de la tragédie de Toulouse à Jérusalem le 21

ti : Monsieur le Président, Cher Shimon Peres, je voudrais d’abord vous remercier de m’accueillir ici ce matin et de vous adresser à moi en français, j’y suis très sensible. Je suis venu ici au nom du président de la République et du gouvernement français pour partager la douleur des familles Monsenego et Sandler si horriblement éprouvées par la tragédie qu’elles ont vécue, la perte d’un père et de trois enfants dans des conditions totalement barbares.

Je suis aussi venu exprimer la solidarité de la France envers le peuple d’Israël. Je sais qu’il est bouleversé par cette tragédie. D’une certaine manière, c’est le sang de nos deux pays qui a coulé mardi à l’école Ozar Hatora.

Vous le savez mieux que quiconque, Monsieur le Président, il y a entre la France et Israël une relation très particulière, très solide, très profonde. Nous pouvons avoir, ici ou là, quelques différences d’appréciations mais, au fond des choses, nous partageons les mêmes valeurs, ces valeurs humanistes qui mettent le respect de la personne humaine au centre de tout.

Nous sommes, vous et nous, engagés avec la même vigueur dans la lutte contre le terrorisme, ce fléau qui sévit, hélas, dans plusieurs régions du monde, y compris aujourd’hui sur le territoire français.

Vous le savez, pour nous, l’intégrité et la sécurité d’Israël sont des biens précieux et nous serons toujours à vos côtés pour les défendre.

Je voudrais vous dire aussi que l’émotion en France est très profonde et qu’elle touche bien sûr la communauté juive, celle de ma propre ville, Bordeaux, où était né Jonathan Sandler, mais aussi l’ensemble de la population française. C’est véritablement un mouvement de solidarité nationale qui s’est manifesté au cours des dernières heures.

Immédiatement après la tragédie, le président de la République et le Premier ministre ont pris toutes les dispositions nécessaires pour mobiliser la justice et les forces de police pour que l’auteur de ces actes barbares soit identifié, arrêté et traduit en justice. D’après les informations que je reçois en direct, il semble que le suspect ait été cerné par les forces spéciales.

Je voudrais aussi avoir une pensée pour les trois militaires français musulmans qui ont été assassinés dans des conditions également horribles, apparemment par le même suspect.

Vous avez cité, Monsieur le Président, la devise républicaine de la France, «Liberté Égalité Fraternité», ces valeurs sont totalement incompatibles avec le racisme et l’antisémitisme que tous les Républicains en France rejettent du plus profond de leurs cœurs et de toute leur énergie.

Jusqu’à cette tragédie, les actes d’antisémitisme n’avaient cessé de baisser en France, ces années passées, parce que nous combattons ce fléau avec la plus grande énergie. Vous pouvez compter sur la France pour poursuivre ce combat contre l’antisémitisme. Je vous remercie de votre accueil, Monsieur le Président.


Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 23 mars 2012

Rechercher