Interview de M. Stéphane Le Foll, ministre de l'agriculture et de l'agroalimentaire, à "LCI" le 23 mai 2012, sur sa candidature aux élections législatives, sur le sommet européen sur la croissance et la question des euro-bonds et sur sa position sur les OGM. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Stéphane Le Foll, ministre de l'agriculture et de l'agroalimentaire, à "LCI" le 23 mai 2012, sur sa candidature aux élections législatives, sur le sommet européen sur la croissance et la question des euro-bonds et sur sa position sur les OGM.

Personnalité, fonction : LE FOLL Stéphane.

FRANCE. Ministre de l'agriculture et de l'agroalimentaire

ti : JULIEN ARNAUD Fraichement nommé ministre de l’Agriculture, on va parler de l’ensemble des dossiers qui sont les vôtres en ce moment, il y en a beaucoup, mais d’abord, on va rappeler que vous êtes candidat aux législatives, or, Jean-Marc AYRAULT a dit que les ministres partaient s’ils étaient battus, et vous, vous avez décidé de vous maintenir, alors que plusieurs de vos collègues ont choisi d’autres voies, Michel SAPIN, par exemple, a décidé d’être suppléant, Najat VALLAUD-BELKACEM, a renoncé. D’après vous, est-ce qu’ils sont moins courageux que vous, tout simplement ?

STEPHANE LE FOLL Moi, je ne me pose pas les questions dans ces termes-là...

JULIEN ARNAUD Ça vaut mieux peut-être !

STEPHANE LE FOLL J’ai décidé d’être candidat depuis déjà 7, 8 mois, c’était fin 2011. C’st une circonscription dans laquelle j’ai toujours vécu et je vis toujours....

JULIEN ARNAUD Dans la Sarthe.

STEPHANE LE FOLL Voilà. 52 ans que je suis ici, je me suis présenté en 2002, en 2007 contre François FILLON, François FILLON n’est plus là, il est parti à Paris, j’estime, à partir de là, que personne ne comprendrait que je n’assume pas la responsabilité de me présenter devant les électeurs de cette circonscription. Alors, après, évidemment, il faut tout faire, et c'est ce que je vais faire, je vais faire campagne pou gagner, mais en tout cas je ne changerai pas l’engagement qui est le miens.

JULIEN ARNAUD Et si vous perdez, vous ne serez plus au gouvernement.

STEPHANE LE FOLL Mais ça, je vais tout faire pour gagner.

JULIEN ARNAUD Michel SAPIN, pour qu’on comprenne bien, Michel SAPIN, qui lui se présente comme suppléant, ça veut dire que si le titulaire perd, il peut se maintenir quand même ?

STEPHANE LE FOLL Ecoutez, il faudrait poser la question au Premier ministre...

JULIEN ARNAUD Ah, ce n'est pas très clair, alors.

STEPHANE LE FOLL Ce n'est pas moi qui gère ces subtilités-là...

JULIEN ARNAUD Ah bon...

STEPHANE LE FOLL Moi, je suis simple, clair et net : je serai candidat, je suis candidat, et je ferai tout pour gagner.

JULIEN ARNAUD Les autres sont donc moins simples, clairs et nets, visiblement. Marine LE PEN a dit hier que le FN pourrait appeler à voter pour un candidat UMP, voire pour un candidat PS aux législatives au second tour, si le FN ne s’est pas maintenu. Est-ce que vous dites à Marine LE PEN : « Garde tes voix, j’en veux pas » ou bien est-ce que vous dites « pourquoi pas, oui effectivement, moi je les prends si elles arrivent » ?

STEPHANE LE FOLL Je n’ai jamais... Marine LE PEN est un adversaire politique sur lequel, avec lequel il ne faut faire aucune concession, parce que dans son projet dans son programmes, il y a des choses suffisamment dangereuses pour un grand pays comme le nôtre, au sein de l’Europe, sur les rapports avec les autres, pour qu’il n’y ait aucune discussion, ni concession...

JULIEN ARNAUD Pourquoi...

STEPHANE LE FOLL ... Marine LE PEN peut parler, peut dire ce qu’elle a envie de dire, ça ne doit pas nous concerner, et on doit continuer, nous, à nous adresser à nos électeurs.

JULIEN ARNAUD Alors, le sort des législatives dépend beaucoup des premiers pas de François HOLLANDE en tant que président. Il y a ce soir un sommet sur la croissance, pendant la campagne, François HOLLANDE avait dit « on imposera les euro-obligations », mais, hier, début de reculade sur ce point, de Pierre MOSCOVICI, il a dit « on ne peut pas imposer les euro-obligations ». Il faut aller jusqu’au bras de fer sur cette affaire ?

STEPHANE LE FOLL Alors, il y a deux sujets et deux techniques. Il y a les euro-projets, euro-projets consistent à emprunter...

JULIEN ARNAUD Project.

STEPHANE LE FOLL Project, si vous voulez, qui consistent à emprunter pour pouvoir financer des investissements. Ça, je crois que l’Europe a entendu le message. Et puis il y a un deuxième élément, c'est la partie de la mutualisation des dettes au travers des euro-bonds, et là, on le sait, l’Allemagne est farouchement opposée à cette idée, dans la mesure où elle, elle bénéficie de taux d’intérêts très bas pour emprunter sur les marchés, et qu’elle ne veut pas mutualiser la dette. Alors, après, il y aura des discussions, je sais que ça sera difficile, mais on doit faire avancer toutes ces idées, et c'est en tout cas...

JULIEN ARNAUD Y compris les euro-obligations, y compris le deuxième volet dont vous parlez.

STEPHANE LE FOLL Y compris les euro-obligations. Parce qu’il y a eu des débats depuis longtemps, au Parlement européen, même, à la limite, en ne prenant qu’une part de la dette, pas la totalité de la dette. Mais toutes ces discussions auront lieu, et je laisse Pierre MOSCOVICI mener ces discussions, et le président de la République, je le sais, sera déterminé sur le sujet.

JULIEN ARNAUD Et est-ce que vous êtes inquiet pour le budget de la PAC, puisque l’ensemble des budgets européens, en cette période de crise, devrait être revu à la baisse ?

STEPHANE LE FOLL Ah mais moi, je suis très clair : je pense que, au-delà de la question budget de la PAC, c'est le budget de l’Europe, parce que le budget de la PAC, il est directement lié au budget européen...

JULIEN ARNAUD Bien sûr.

STEPHANE LE FOLL ... donc tout le débat sur l’Europe, sur le projet européen, et sur le budget, en particulier sur cette question des ressources propres, possible, avec une taxe sur les flux financiers, ça fait partie des débats, et la Politique agricole, elle est dans ce budget, et donc plus la bataille sur le niveau du budget sera menée, et je sais, et je peux faire confiance au président de la République et à François HOLLANDE (sic), mieux, ça sera pour le budget de la Politique agricole, qu’il faut maintenir, bien entendu, au niveau où il est.

JULIEN ARNAUD Est-ce que vous êtes inquiet pour le sort du CREDIT AGRICOLE ? Il y a eu hier une assemblée générale mouvementée, l’action est à 3 €, est-ce que, parce que le CREDIT AGRICOLE est impliqué en Grèce, est-ce que si la Grèce sort de l’euro, le CREDIT AGRICOLE est directement menacé ?

STEPHANE LE FOLL Je pense que les prévisions qui ont été faites, par rapport aux engagements qui avaient été pris par un certain nombre de banques, en particulier le CREDIT AGRICOLE en Grèce, sont déjà dans un cadre qui anticipe un possible non recouvrement de toutes les dettes.

JULIEN ARNAUD Donc, pas d’inquiétude.

STEPHANE LE FOLL Je pense que le CREDIT AGRICOLE, dans sa structure, par son réseau et en particulier par toutes ses caisses régionales, locales, est en capacité de surmonter cette difficulté, en tout cas ça nécessitera, demain, que par rapport à cette crise financière et au choix qui a été présenté par le président de la République, on soit plus déterminé dans la séparation des activités, qui sont celles de spéculations, de celles qui servent l’investissement, la consommation, au niveau de notre pays, et ça je pense que ça sera, en tout cas, une expérience et une leçon qu’il va falloir tirer de cette situation.

JULIEN ARNAUD Alors, il y a aussi le sujet des retraites qui va venir bientôt. Les agriculteurs, ils sont soumis au régime général, même s’ils cotisent à un organisme qui est différent. Est-ce que vous pensez qu’il faut un régime spécial pour les agriculteurs ? Parce qu’après tout, agriculteur, c'est un métier souvent pénible.

STEPHANE LE FOLL Oui c'est un métier pénible, et ce régime il est né après la guerre, à l’époque où l’Agriculture et le nombre d’agriculteurs était très nombreux. Ce régime, aujourd'hui, existe, je pense qu’il faut le garder, il faut garder sa spécificité, mais il va de soi qu’il faut harmoniser, par rapport à l’ensemble des régimes, mais gardons la spécificité du régime des agriculteurs.

JULIEN ARNAUD Mais pas de reconnaissance de pénibilité particulière.

STEPHANE LE FOLL Ah, de reconnaissance de pénibilité, une ouverture...

JULIEN ARNAUD Vous ne dites pas : « Il faut qu’ils cotisent moins ».

STEPHANE LE FOLL Si si si si. Le débat qui va s’ouvrir, sur la pénibilité, de manière globale, dans les mois qui viennent, à propos de la retraite, bien sûr, devra intégrer les métiers pénibles, et par définition...

JULIEN ARNAUD D’accord.

STEPHANE LE FOLL ... on a en agriculture, quand même, même si les choses ont évolué, mais un métier qui est pénible.

JULIEN ARNAUD Vous êtes pour ou contre les OGM, vous ?

STEPHANE LE FOLL Moi, là, aujourd'hui, je suis contre les OGM, je l’ai déjà dit à plusieurs reprises, je ne pense pas qu’aujourd'hui...

JULIEN ARNAUD Donc il faut les interdire tous.

STEPHANE LE FOLL Il y a deux sujets. Aujourd'hui, les OGM, vous en avez deux types : celles qui résistent à des herbicides, ou celles qui sont en fait des OGM pesticides, pour résister à des maladies. C'est les deux cas. On est donc dans un processus où c'est la semence qui porte ce que l’on pouvait mettre avant, sous forme de pesticides ou d’herbicides. Je pense que ce n'est pas la bonne voie, je pense que la recherche génétique, la génétique de manière générale, a beaucoup d’autres avantages, dans beaucoup d’autres domaines, résistance aux sécheresses, capacité à améliorer la part de protéines, de vitamines, dans tous ces éléments-là. Donc aujourd'hui...

JULIEN ARNAUD Vous soutenez les faucheurs volontaires, par exemple, il ne faut pas les poursuivre ?

STEPHANE LE FOLL Moi, je ne soutiens pas les faucheurs volontaires, je ne suis pas là pour soutenir les faucheurs volontaires, mais par rapport aux OGM, je suis sur la position du président de la République, il y a un moratoire aujourd'hui, nous ferons tout pour que ce moratoire soit maintenu.

JULIEN ARNAUD Et vous avez été interpelé par un député socialiste, Gérard BAPT, sur l’interdiction de l’insecticide Cruiser. Vous lui répondez quoi ? Un insecticide qui est sensé tuer les abeilles.

STEPHANE LE FOLL Il y a un rapport qui va être rendu dans les jours qui viennent. Je vais prendre connaissance de ce rapport. Je sais que le Cruiser, aujourd'hui, selon les premières études qui ont été faites, a des impacts négatifs à propos des abeilles, donc, je verrai en fonction de ce qui me sera donné et je prendrai la décision, donc, dans les jours qui viennent, à propos du Cruiser.

JULIEN ARNAUD Si cet impact négatif est confirmé, vous interdirez le Cruiser.

STEPHANE LE FOLL Eh bien, je vais attendre le résultat du rapport, mais je prendrai mes responsabilités.

JULIEN ARNAUD Stéphane LE FOLL, qui prendra ses responsabilités, dans quelques jours, sur ce dossier, et qui donc est toujours candidat aux législatives...

STEPHANE LE FOLL Toujours candidat !

Source : Premier ministre, Service d’Information du Gouvernement, le 24 mai 201

Rechercher