Déclaration de M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, en réponse à une question sur l'insertion du dispositif des emplois d'avenir dans la politique de l'emploi, à l'Assemblée nationale le 30 octobre 2012. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, en réponse à une question sur l'insertion du dispositif des emplois d'avenir dans la politique de l'emploi, à l'Assemblée nationale le 30 octobre 2012.

Personnalité, fonction : AYRAULT Jean-Marc.

FRANCE. Premier ministre

Circonstances : Question posée au Gouvernement posée par M. Philippe Kemel, député (groupe SRC) du Pas-de-Calais, à l'Assemblée nationale le 30 octobre 2012

ti : Merci ! Monsieur le Président. Monsieur le député, la mobilisation pour les emplois d’avenir est en marche, elle est en marche mesdames et messieurs les députés de la majorité, de toute la Gauche, parce que vous avez voté cette réforme et que l’objectif de créer 150.000 emplois pour les jeunes qui sont au chômage depuis trop longtemps, qui n’ont pas de qualification, qui désespèrent et se découragent, c’est votre majorité, c’est la Gauche qui l’a votée et je voulais rendre hommage au Parlement, à l’Assemblée nationale et au Sénat d’avoir voté cette grande réforme. Elle va se mettre en œuvre tout de suite, parce que face à la montée du chômage, face à l’urgence, notre société a un devoir vis-à-vis de sa jeunesse, la jeunesse aujourd’hui c’est effectivement 20% d’échec à l’école et à l’université, chaque année 150.000 jeunes qui sortent sans qualification et sans rien. C’est à cette jeunesse-là que la France veut s’adresser, avec un message concret d’espoir pour agir dans l’urgence.

Cet après-midi, à Matignon, je signerai 30 conventions d’objectifs avec des partenaires qui vont s’engager pour recruter des jeunes, les former, leur donner un nouvel avenir : les collectivités locales d’ailleurs, en première lieu, les communes, les intercommunalités, les départements et les régions, mais aussi le monde de l’éducation populaire, le monde de l’économie sociale et solidaire, l’ensemble du secteur médico-social, ce sont tous les mouvements d’éducation populaire, mouvements sportifs, qui seront représentés cet après-midi et avec lesquels je signerai ces conventions d’objectifs. Et puis enfin, il y a les grandes entreprises publiques et les opérateurs publics, je pense à la SNCF, je pense à la Poste, je pense aux grands musées, je pense aux hôpitaux. Eh bien oui, mesdames et messieurs les députés, nous ne sommes pas dans la polémique quotidienne, nous sommes dans l’action. Et après il y aura le contrat de génération, au mois de décembre le conseil des ministres se prononcera après la négociation réussie entre les partenaires sociaux et, mesdames et messieurs les députés, vous aurez une nouvelle loi à voter pour une nouvelle étape pour l’emploi des jeunes, le maintien des seniors dans l’emploi. Nous ne baissons pas les bras, nous nous battons parce que la lutte contre le chômage c’est un combat de tous les instants.


Source http://www.gouvernement.fr, le 31 octobre 2012

Rechercher