Conseil des ministres du 29 février 2012. Le renouveau de la voie professionnelle et l'accès à la qualification. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conseil des ministres du 29 février 2012. Le renouveau de la voie professionnelle et l'accès à la qualification.

Personnalité, fonction : CHATEL Luc.

FRANCE. Ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative

ti : Le ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative a présenté une communication sur le renouveau de la voie professionnelle et l'accès à la qualification.

La formation initiale au lycée ou par apprentissage constitue un enjeu considérable pour lutter contre les difficultés que les jeunes rencontrent pour trouver leur place dans la vie professionnelle. Aussi le Gouvernement s'est-il attaché, d'une part à élever le niveau général de qualification des jeunes, par la rénovation de la voie professionnelle, d'autre part à lutter contre l'échec en mettant en place un dispositif de suivi et d'appui aux élèves dits « décrocheurs ».

La rénovation de la voie professionnelle s'est traduite par la mise en place d'un parcours direct vers le baccalauréat professionnel pour les élèves sortant de classe de troisième : le baccalauréat professionnel « en trois ans ». La mise en oeuvre de cette réforme pour un tiers environ des formations dès la rentrée scolaire 2008, a déjà porté ses fruits. La session 2011 du baccalauréat professionnel a ainsi vu progresser le nombre des candidats de plus de 36 %, conduisant à une augmentation de 37 000 bacheliers. Ce résultat a permis de porter la part d'une génération obtenant un baccalauréat à plus de 70 %, pourcentage jamais atteint jusqu'ici (65,3 % en 2010). La rénovation de la voie professionnelle est aussi marquée par une augmentation significative de l'offre de certificats d'aptitude professionnelle (CAP) pour permettre un premier accès à la qualification des jeunes les plus fragiles ou qui privilégient une entrée rapide dans la vie professionnelle.

Le plan interministériel de lutte contre le décrochage scolaire permet, grâce à un système d'échange d'informations entre administrations, de recenser les jeunes de 16 ans et plus qui, ayant engagé un cycle de formation initiale, l'ont interrompu. Les services déconcentrés de l'Etat se mobilisent pour proposer à ces jeunes décrocheurs des solutions individuelles leur permettant de reprendre pied dans le système éducatif ou d'accéder à la vie active. Plus de 400 plateformes de « raccrochage » ont été mises en place. A ce jour, un peu plus d'un jeune sur deux contactés par une plateforme est venu à un entretien. Parmi ceux-ci, deux jeunes sur trois sont alors repartis avec une solution (orientation et insertion ou emploi).

Rechercher