Conseil des ministres du 11 avril 2012. La politique de la ville. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conseil des ministres du 11 avril 2012. La politique de la ville.

Personnalité, fonction : LEROY Maurice.

FRANCE. Ministre de la ville

ti : Le ministre de la ville a présenté l'action menée par le Gouvernement en matière de politique de la ville.

Pour améliorer le cadre de vie des habitants des quartiers défavorisés, le programme national de rénovation urbaine et les 12 milliards d'euros de subvention de l'Agence nationale de rénovation urbaine auront permis de susciter 43 milliards d'euros d'investissements dans 485 quartiers. Les travaux ainsi financés, d'une ampleur sans précédent, auront bénéficié à quatre millions d'habitants. Afin de désenclaver les quartiers populaires, l'Etat a en outre investi plus d'un milliard d'euros dans les transports reliant lieux de vie et bassins d'emploi. En Ile de France, le projet Grand Paris Express contribuera à améliorer les liaisons de banlieue à banlieue.

Pour préparer l'avenir des jeunes des quartiers, le programme de réussite éducative a permis de mobiliser de nombreux acteurs dans et hors l'école au bénéfice des élèves confrontés à des difficultés sociales et scolaires. Plus de 365 000 jeunes en ont bénéficié depuis 2005. En parallèle, pour offrir aux élèves les plus méritants un environnement plus favorable, les internats d'excellence ont été mis en place (10500 places en 2012 ; 20000 à terme en 2015). De même, les « cordées de la réussite » facilitent l'orientation des jeunes vers des formations supérieures d'excellence (au moins 47 000 bénéficiaires), Au total, l'éducation est le premier poste de dépenses de l'Agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances avec 127 millions d'euros en 2011.

Les aides au développement de l'activité économique et les actions en faveur de l'emploi et de l'insertion professionnelle ont été intensifiées dans ces quartiers. En complément des dispositifs de droit commun, des outils spécifiques et individualisés ont été déployés au profit de leurs habitants : 45 000 contrats d'autonomie auront été proposés ainsi que 12 000 places dans les écoles de la deuxième chance. Par ailleurs, plus de 300 000 salariés travaillent aujourd'hui dans les 61 000 entreprises implantées dans la centaine de zones franches urbaines que le Gouvernement a décidé de proroger jusqu'en 2014.

Le renforcement de la présence des services de police dans les quartiers à travers des actions ciblées de sécurisation et l'amélioration du lien entre la police et la population ont permis une baisse de la délinquance dans les quartiers. Le taux de délinquance constaté dans les zones urbaines sensibles a ainsi reculé de 16,3 % entre 2005 et 2010 selon l'Observatoire national des zones urbaines sensibles.

Plus largement, le Gouvernement s'est également attaché à renforcer la solidarité nationale en faveur des quartiers défavorisés par une répartition plus juste des dotations de l'Etat aux collectivités territoriales: entre 2008 et 2012, 6,17 Mds€ ont été redistribués aux communes les plus pauvres.

Enfin, la gouvernance de la politique de la ville a été largement repensée avec la mise en place de 340 délégués du préfet assurant la représentation de l'Etat au sein même des quartiers et un partenariat rénové avec les collectivités territoriales (expérimentation en cours dans 33 contrats urbains de cohésion sociale).

Rechercher