Déclaration de M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, en réponse à une question sur la portée du projet de loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe, à l'Assemblée nationale le 29 janvier 2013. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, en réponse à une question sur la portée du projet de loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe, à l'Assemblée nationale le 29 janvier 2013.

Personnalité, fonction : AYRAULT Jean-Marc.

FRANCE. Premier ministre

Circonstances : Question au gouvernement posée par M. Erwann Binet, député (groupe Socialiste, Républicain et Citoyen - SRC) de l'Isère, à l'Assemblée nationale le 29 janvier 2013

ti : Monsieur le président,
Mesdames et Messieurs les députés,
Monsieur le député Erwann Binet,


Vous avez, je crois, très bien exposé en des termes simples, ce à quoi l'Assemblée nationale est invitée cet après-midi, c'est-à-dire, à une nouvelle avancée pour plus d'égalité et de droits pour tous les Français.

Le mariage pour tous, oui, en effet, c'est un engagement du président de la République, c'est même l'engagement 31 de ses propositions, et qui a donné lieu à un large débat dans la société, avec des opinions effectivement controversées. Mais nous sommes dans une République où les questions de cette nature provoquent effectivement, légitimement une discussion, un débat. Mais nous sommes dans une République où le suffrage universel donne mandat aux députés pour trancher, pour décider. Et c'est ce que vous allez faire cet après-midi. Et je sais que vous allez le faire, Mesdames et Messieurs les députés, avec la dignité et la sérénité qui conviennent.

Vous savez, quand on regarde notre histoire, à chaque fois que nous avons fait progresser l'égalité dans notre pays, il a pu y avoir des résistances, il y a pu avoir des craintes, des inquiétudes, et pourquoi pas, ils ont le droit de s'exprimer. Mais une fois que ces lois ont été votées, elles ont été considérées bien au-delà de ceux qui les avaient votées, comme une vraie avancée partagées par toutes et tous, et considérées comme un acquis de la société française.

Il en va de même avec le projet de loi sur le mariage pour tous. C'est la prise en compte en définitive de l'évolution de la famille, des couples et des familles homoparentales, ce sont des milliers de personnes, des milliers de familles, des milliers de parents et d'enfants. Par ce projet de loi, que le Gouvernement a adopté, qui vous est soumis, vous allez pouvoir renforcer les droits des parents et les droits des enfants. Et ce n'est pas l'institution du mariage que l'on va affaiblir, on va simplement l'élargir et la renforcer.

Enfin, Mesdames et Messieurs les députés, je le dis aux collègues de l'opposition, ils ont parfaitement le droit d'être en désaccord. Mais il y a quinze ans, nous avons eu un débat ici même sur le PACS, et je sais que ça n'avait pas été facile ; il y avait eu des interrogations parfois similaires. Combien d'entre vous, Mesdames et Messieurs les députés de l'opposition, m'ont dit quelques années après : nous étions contre, mais aujourd'hui c'est admis, c'est une avancée, et nous reconnaissons que vous avez eu raison.

Je prends le pari que demain, Mesdames et Messieurs les députés de l'opposition, beaucoup d'entre vous viendront me dire : oui, c'est une avancée, vous avez bien fait de le faire, et je fais toute confiance à la majorité, et même au-delà de ses rangs. Je suis sûr qu'à la fin du débat, une large majorité de parlementaires adoptera cette réforme pour plus d'égalité entre les hommes et les femmes, mais aussi entre ceux qui sont du même sexe. Et la société française, et la République française en seront encore fières.


Source http://www.gouvernement.fr, le 30 janvier 2013

Rechercher