Déclaration de Mme Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé, sur la formation des professionnels de la santé dans le cadre du projet régional de santé, Chambray-les-Tours le 11 février 2013. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé, sur la formation des professionnels de la santé dans le cadre du projet régional de santé, Chambray-les-Tours le 11 février 2013.

Personnalité, fonction : TOURAINE Marisol.

FRANCE. Ministre des affaires sociales et de la santé

Circonstances : Pose de la première pierre de l'Institut régional de formation sanitaire et sociale (IRFSS) de la région Centre à Chambray les Tours le 11 février 2013

ti :


Je suis heureuse d’être aujourd’hui à vos côtés, pour poser la première pierre du nouvel l’Institut Régional de Formation Sanitaire et Sociale (IRFSS) de la région Centre.

Ce nouveau bâtiment illustre le dynamisme et l’excellence de l’Indre-et-Loire en matière de santé : grâce à son université, grâce à l’ensemble de son réseau de formation, notre département est prêt à relever les défis auxquels il est aujourd’hui confronté dans le domaine sanitaire.

Je veux saluer particulièrement le président de la Croix Rouge française, Jean-François Mattéi. La Croix Rouge française est un acteur essentiel dans le domaine de la formation sanitaire et sociale. Vous formez en effet 12% des professionnels du champ sanitaire et social et vous permettez ici en région Centre l’accès à 12 diplômes qualifiants répartis sur ses deux sites de Tours et de Bourges. Vous offrez la possibilité de se former aux métiers d’infirmier, d’aide soignant, d’assistant de service social, d’auxiliaire de vie, d’ambulancier, d’éducateur spécialisé, de secrétaire médical et médico-social.

Que ce soit dans les domaines sanitaires, médico-sociaux ou dans le secourisme, votre expérience de terrain et votre savoir-faire garantissent la qualité des formations que vous dispensez.

Rien n’aurait été possible ici sans l’implication constante des collectivités locales. Je pense au Conseil Régional du Centre qui a subventionné ce nouveau bâtiment à hauteur de 4,5 millions d’euros. Je pense aussi, évidemment, au Conseil Général d’Indre et Loire, que je connais sans doute un peu mieux que d’autres, et qui a participé pour un montant de 500 000 euros.

La formation des professionnels de demain est essentielle pour pérenniser l’excellence de notre système de santé. Elle doit avoir pour objectif de répondre aux nouvelles attentes des patients. Elle doit anticiper les besoins d’avenir en santé, tels que le développement des maladies chroniques. Elle doit accompagner les transformations des pratiques de soins et faire face aux évolutions de notre société.

Préparer l’avenir, c’est tout le sens de la Stratégie Nationale de Santé (SNS) dont le Premier ministre m’a confié la responsabilité. Celle-ci devra mobiliser l’ensemble des acteurs : je sais, à cet égard, pouvoir compter sur l’engagement des collectivités territoriales. Leur place sera déterminante pour mettre en œuvre, au plus près de nos concitoyens, ma politique de santé.

Pour mener cette réforme structurelle de notre système de soins, nous nous appuierons sur un comité des sages, composé de hautes personnalités du monde de la santé et de la recherche. Je veux saluer la directrice de l’IRFSS Centre, qui fera partie des 7 membres de ce comité : je suis convaincue que son expérience et sa connaissance du terrain seront des atouts essentiels pour remplir cette immense tâche qui est aujourd’hui la nôtre.

1/ La pose de cette première pierre est un moment important : l’organisation et le contenu de la formation des paramédicaux va contribuer à la stratégie nationale en santé

a/ L’Institut Régional de Formation Sanitaire et Sociale joue rôle majeur dans le développement de l’interdisciplinarité, et le décloisonnement des secteurs sanitaire et social.

Le décloisonnement de notre système de santé doit commencer par le décloisonnement des formations. Les professionnels de santé doivent être préparés à travailler ensemble pour améliorer la prise en charge des patients et l’accompagnement de leur famille. Ils doivent être formés à coordonner leurs efforts, leurs talents et leurs interventions au service de la qualité des soins. En travaillant mieux ensemble, ce sont moins d’hospitalisations non pertinentes et des temps de prise en charge réduits.

Ce décloisonnement trouvera son prolongement dans l’accélération des transferts de compétences. Un consensus existe depuis des années sur cette question. Il est temps de faire bouger les lignes. Les protocoles de coopération entre professionnels seront prêts à l’été 2013 et déployés dès le second semestre.

b/ Ensuite, vous participez pleinement à la lutte contre les déserts « de soins ». La question de la démographie des professionnels de santé est l’un des trois axes structurants du projet régional de santé (PRS). Elle est également une priorité nationale. En décembre dernier, j’ai lancé le Pacte territoire-santé. Ce sont 12 engagements au service d’un objectif unique : lutter contre les déserts médicaux, en facilitant l’installation des jeunes médecins dans les zones où la densité médicale est faible. Je sais, dans ce domaine, pouvoir compter sur votre entière mobilisation : vous travaillez actuellement, avec l’ARS Centre et la Croix-Rouge, sur un projet de formation en « télémédecine » des infirmières des EPHAD et sur un module de formation initiale sur les nouvelles technologies pour les étudiants infirmiers. Les nouvelles technologies sont un outil précieux pour les professionnels de santé de demain et nous devons les déployer dans tous les territoires.

c/ Enfin, vous avez aussi pour mission de développer de nouvelles compétences, voire de nouveaux métiers.

C’est tout le sens de la collaboration que vous avez développée avec l’université de Tours : vous conduisez actuellement un travail de recherche sur l’observation de la modification des pratiques, en lien avec l’usage des nouvelles technologies. Cet objectif correspond aussi à votre volonté d’ouvrir cet institut à l’international : vous vous engagerez ainsi, à la rentrée 2013/1014 dans le projet ERASMUS, sur les filières infirmier, assistant de service social et ergothérapeute. Ces stages seront de véritables atouts pour les professionnels de demain.

Je me réjouis qu’ici, à Chambray Les Tours, se constitue un pôle complet de formation en santé tourné vers l’avenir. Et je veux profiter de cette pose de première pierre pour vous dire un mot de la réforme des formations paramédicales.

2/ Le processus LMD est poursuivi : il contribuera à la reconnaissance des personnels paramédicaux

Vous savez que plusieurs professions sont déjà entrées dans le processus LMD : les infirmiers en soins généraux, les ergothérapeutes, les psychomotriciens peuvent désormais obtenir une licence. De la même manière, les infirmiers anesthésistes se voient reconnaître un niveau master.

La Croix Rouge française a pleinement participé à la création des diplômes d’état d’infirmier et d’assistant de service social. Vous avez également été précurseurs dans la formation des cadres de santé.

Cette réforme, nous avons la responsabilité de la prolonger. Elle garantira une véritable reconnaissance de la contribution des professionnels de santé à la prise en charge des Français. Elle permettra d’adapter la formation aux nouvelles exigences de notre système de santé. Elle visera enfin à répondre aux attentes des étudiants, en leur offrant la possibilité d’évoluer dans leur carrière.

Pour toutes ces raisons, nous avons fait le choix, en lien avec le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, de poursuivre la réforme LMD et de la prolonger. Elle correspond à une attente forte des professionnels des secteurs sanitaire et social.

Les masseurs kinés sont ainsi rentrés, le mois dernier, dans le processus LMD. Ils pourront ainsi obtenir un grade licence, ainsi que 60 unités de crédits ECTS (European Credits Transfer System = système européen de transfert et d’accumulation de crédits) pour un accès direct en deuxième année de master.

L’IRFSS de Chambray lès Tours s’inscrit dans cette démarche : il accueillera une nouvelle filière pluridisciplinaire dans le champ de la « Rééducation – Réadaptation- Réinsertion » (filière 3 R) ; et cette nouvelle filière comprendra des métiers de la rééducation.

Par ailleurs, vous avez su démontrer que les dispositifs de conventionnement avec l’université sont souvent une réussite. Vous avez mis en place des partenariats avec les UFRs certes de médecine mais aussi de droit, de sociologie, de sciences de l’éducation Ils représentent une vraie richesse pour les étudiants.


Mesdames et messieurs,

Nous devons offrir les meilleures conditions de formation à celles et ceux qui auront, demain, la grande responsabilité de soigner nos concitoyens, de les accompagner, d’être à leurs côtés au quotidien dans des moments souvent difficiles.

Je me félicite d’avoir soutenu, comme élue d’Indre et Loire, ce beau projet et d’avoir l’opportunité, cette fois comme ministre, de poser sa première pierre.


Je vous remercie.


Source http://www.social-sante.gouv.fr, le 13 février 2013

Rechercher