Interview de M. Guillaume Garot, ministre de l'agroalimentaire, à "France Inter" le 18 février 2013, sur les enquêtes en cours suite à la suspicion de fraude sur le contenu de produits cuisinés. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Guillaume Garot, ministre de l'agroalimentaire, à "France Inter" le 18 février 2013, sur les enquêtes en cours suite à la suspicion de fraude sur le contenu de produits cuisinés.

Personnalité, fonction : GAROT Guillaume, CLARK Pascale.

FRANCE. Ministre de l'agroalimentaire;

ti :
PASCALE CLARK
Les salariés de SPANGHERO sauront-ils ce soir si leur entreprise retrouve son agrément ?

GUILLAUME GAROT
Dans la journée nous aurons en effet le résultat de l’enquête qui a été menée sur place à Castelnaudary par la brigade vétérinaire et qui nous permettra de dire ce qu’il advient de l’activité de l’entreprise. Mais moi je comprends très bien le désarroi aujourd'hui des salariés, parce qu’ils sont dans l’inquiétude…

PASCALE CLARK
Donc on saura ce soir ?

GUILLAUME GAROT
…parce qu’ils sont dans l’angoisse de l’avenir et donc ce soir avec Stéphane LE FOLL, eh bien nous dirons ce qu’il en est de l’activité industrielle et de savoir si elle peut être continuée, prorogée.

PASCALE CLARK
Ça dépendra de quoi ?

GUILLAUME GAROT
Ca dépend des résultats de cette enquête vétérinaire, mais n’oublions pas les fondements…

PASCALE CLARK
Mais les preuves vous les avez, Guillaume GAROT…

GUILLAUME GAROT
…les fondements c’est quoi ?

PASCALE CLARK
On n’aura pas le temps de faire les fondements, on va les revoir les fondements…

GUILLAUME GAROT
Oui mais il y a eu tromperie, il y a la suspicion de fraude.

PASCALE CLARK
Il y a eu tromperie, elle est avérée, quelles sont les preuves dont vous disposez ?

GUILLAUME GAROT
Il y a un faisceau d’indices graves, précis, concordants…

PASCALE CLARK
C’est quoi ce faisceau, il y a des preuves, il n’y a pas de preuves ?

GUILLAUME GAROT
Eh bien il y a des étiquettes qui ont été changées !

PASCALE CLARK
Ça s’est avéré ?

GUILLAUME GAROT
Bien sûr, bien sûr, bien évidemment et donc ces éléments-là sont transmis à la justice et c’est maintenant à la justice de qualifier les faits et de rendre son verdict.

PASCALE CLARK
Qu’attendez-vous donc précisément de ce rapport intermédiaire d’enquête qui vous parviendra aujourd'hui ?

GUILLAUME GAROT
Nous validons les procédures sanitaires internes et donc sur la base de ce rapport, je vous le dis, nous verrons comment l’activité de l’entreprise peut être continuée, mais ça n’enlève rien à cette suspicion de fraude qui pèse sur cette entreprise.

PASCALE CLARK
Le créateur de l’usine de Castelnaudary, Laurent SPANGHERO, affirme que la suspension de cet agrément est illégale. Savez-vous pourquoi il affirme ça, parce qu’il dit qu’il n’y a pas de risque sanitaire, est-ce que c’est vrai qu’il n’y a pas de risque sanitaire ?

GUILLAUME GAROT
Cette suspension est parfaitement légale et quant aux contrôles sanitaires, ils ont été conduits tout le week-end et nous aurons dans la journée le rapport.

PASCALE CLARK
Oui donc pour l’instant par exemple, il n’y a pas eu de traces d’antidouleurs retrouvées dans la viande de cheval ?

GUILLAUME GAROT
Ecoutez, à ma connaissance ce matin, rien de cela, évidemment rien de cela.

PASCALE CLARK
Donc pas de risque sanitaire pour l’instant dans cette affaire.

GUILLAUME GAROT
Ecoutez, c’est le rapport qui le dira dans la journée.

PASCALE CLARK
Est-il envisageable que l’entreprise SPANGHERO retrouve son agrément pour les filières plats cuisinés et saucisserie qui ne contiennent pas de boeuf, donc pas de cheval.

GUILLAUME GAROT
Eh bien c’est ce que nous verrons dans la journée, mais je veux dire…

PASCALE CLARK
Donc là vous ne savez rien pour l’instant ce matin.

GUILLAUME GAROT
Je ne vous dis rien, ce n’est pas la même chose !

PASCALE CLARK
Ah d’accord mais écoutez ça ne fait pas mon affaire, vous savez des choses mais vous ne pouvez pas les dire c’est ça ?

GUILLAUME GAROT
Je respecte les procédures néanmoins, mais ce que je veux dire c’est que bien évidemment nous agirons avec discernement, il y a des faits de justice, première chose et puis il y a un contrôle sanitaire, nous attendons les résultats dans la journée et nous aviserons au vu des résultats de cette enquête.

PASCALE CLARK
Que savez-vous que vous ne puissiez pas dire ce matin ?

GUILLAUME GAROT
Eh bien, vous le verrez dans la journée…

PASCALE CLARK
Non parce que si vous êtes venu pour ne rien dire, il y a un souci monsieur le ministre.

GUILLAUME GAROT
Pas du tout, pas du tout, vous m’avez invité, je viens avec beaucoup de plaisir, mais je vous redis simplement que je dois respecter un certain nombre de procédures et qu’il va de soi que nous devons à la fois protéger les consommateurs, mais aussi protéger les salariés. Parce que je considère que dans cette affaire, eux aussi sont victimes, les salariés chez SPANGHERO sont aussi victimes d’un système manifestement…

PASCALE CLARK
Sauf s’ils ont participé à la fraude, vous n’en savez rien.

GUILLAUME GAROT
Bien évidemment, bien évidemment, mais en particulier là, moi je vois des hommes, des femmes qui sont très angoissés et c’est bien normal, chacun se met à leur place, donc nous ferons tout pour qu’un avenir soit garanti à chacun de ces salariés.

PASCALE CLARK
Ça veut dire quoi ?

GUILLAUME GAROT
Ça veut dire que nous les recevons cet après-midi avec Benoît HAMON, avec Stéphane LE FOLL, et que nous allons voir très concrètement comment chacun peut retrouver une stabilité, un avenir je le disais…

PASCALE CLARK
Un avenir c’est au sein de SPANGHERO ou ailleurs ?

GUILLAUME GAROT
…d’abord l’entreprise peut être confirmée dans son activité industrielle, c’est la première chose, c’est ça qui compte à nos yeux.

PASCALE CLARK
Il n’y a pas eu quand même une petite précipitation du gouvernement à suspendre cet agrément ?

GUILLAUME GAROT
Aucunement.

PASCALE CLARK
Parce qu’il fallait rassurer c’est ça ?

GUILLAUME GAROT
Mais écoutez, nous sommes là d’abord pour protéger les consommateurs, il faut recréer un lien de confiance …

PASCALE CLARK
Il n’y a pas de risque sanitaire pour l’instant ?

GUILLAUME GAROT
…entre les Français et leur alimentation et donc nous avons agi avec célérité, avec fermeté et avec sérieux.

PASCALE CLARK
Et pas de précipitation ?

GUILLAUME GAROT
Aucunement, en aucune façon. Il y a eu une enquête et au bout de 48 heures nous avions remonté l’ensemble de cette chaîne de traçabilité et puis ensuite cette enquête elle a conclu à des faits qui sont graves et qui relèvent à la fois d’une suspicion de négligence et d’une suspicion de fraude. Nous avons dit les choses, nous avons établi des responsabilités et nous avons transmis ces faits à la justice. Nous avons fait notre travail en un mot.

PASCALE CLARK
Guillaume GAROT autre chose rapidement, y a-t-il un risque de crise en Europe du poisson fou, puisque Bruxelles a donné son feu vert au retour des farines animales pour nourrir les poissons ?

GUILLAUME GAROT
J’espère qu’il n’y a pas de risque de poisson fou, ce qui est vrai c’est que, toujours pour recréer ce lien de confiance entre les Français et leur alimentation, moi je regarde avec beaucoup d’intérêt ce qu’ont dit les professionnels de l’aquaculture en France, qui nous disent qu’ils, aujourd’hui, qu’ils n’utilisent pas de farine de produits issus d’animaux terrestres. C’est la première chose et Delphine BATHO…

PASCALE CLARK
On a du mal à croire les gens maintenant, vous voyez, quand il y a des histoires de fraude comme ça, il y a une suspicion…

GUILLAUME GAROT
Ils ont établi une charte, chacun peut vérifier cette charte et puis surtout maintenant il faut agir au plan européen, c’est ce que fait Frédéric CUVILLER le ministre de la pêche, pour voir comment on peut utiliser les rejets de poissons vers l’alimentation de ces poissons.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 22 février 2013

Rechercher