Déclaration de Mme Geneviève Fioraso, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, sur le projet de loi pour l'enseignement et la recherche et la réusssite scolaire et universitaire, Paris le 20 mars 2013. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Geneviève Fioraso, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, sur le projet de loi pour l'enseignement et la recherche et la réusssite scolaire et universitaire, Paris le 20 mars 2013.

Personnalité, fonction : FIORASO Geneviève.

FRANCE. Ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche

ti :


Monsieur le Président, chers collègues, Monsieur le député Vincent Feltesse,


Le niveau de qualification et le nombre des jeunes diplômés est une question essentielle, car elle conditionne leur insertion professionnelle et le dynamisme de notre pays.

Depuis une dizaine d'années, la situation s'est dégradée. La réussite en licence a baissé, les jeunes issus de milieu modeste sont sous-représentés et cela s'accentue avec la durée des études.

La loi sur l'enseignement supérieur, qui s'appuie sur une large concertation nationale et deux rapports, s'est fixé un objectif de 50% de jeunes diplômés.

Cet objectif sera atteint, grâce à :

- l'accueil prioritaire des bacheliers professionnels et technologiques, respectivement dans les Sections Techniques Spécialisées et les IUT, pour leur éviter un échec à l'université où ils vont aujourd'hui par défaut ;
- l'accompagnement dans l'orientation, du lycée à la licence, avec une présentation des métiers et des formations ;
- le rapprochement entre grandes écoles et universités, avec davantage d'échanges et de passerelles ;
- des liens renforcés entre les établissements et les entreprises, avec des stages encadrés dès le premier cycle et le doublement de l'alternance ;
- un grand plan numérique, une simplification radicale des intitulés de formation (10 000 masters, c'est tout simplement aberrant) pour les rendre lisibles pour tous, y compris à l'international. Car vous avez raison, il faut accueillir davantage d'étudiants étrangers.

Toutes ces mesures s'accompagneront d'une amélioration des conditions de vie des étudiants, notamment avec la construction de logements, en panne, tout comme les plans campus, depuis 5 ans, et que j'ai remis en mouvement.

En conclusion, la grande différence et la grande rupture de cette loi, c'est qu'elle s'intéresse en priorité aux étudiants. C'est une mobilisation générale pour la qualification des jeunes, pour la réussite de leur parcours, indispensables au redressement de notre pays.


Source http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr, le 21 mars 2013

Rechercher