Déclaration de M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, en hommage à Pierre Mauroy, ancien Premier ministre, décédé à Clamart le 7 juin 2013. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, en hommage à Pierre Mauroy, ancien Premier ministre, décédé à Clamart le 7 juin 2013.

Personnalité, fonction : AYRAULT Jean-Marc.

FRANCE. Premier ministre

Circonstances : Décès de Pierre Mauroy, Premier ministre de François Mitterrand de 1981 à 1984, à l'hôpital Percy, à Clamart (Hauts-de-Seine) le 7 juin 2013

ti : Je suis venu me recueillir devant Pierre Mauroy.

La dernière fois que je l'ai vu, c'était à la Fondation Jean Jaurès, au mois d'avril. Et j'avais retrouvé le même homme : l'homme de conviction, de fidélité et la chaleur des gens du Nord qu'il incarnait. Et puis sa stature, nous l'avions évidemment toujours à l'esprit, d'un homme solide, puissant mais aussi la force de ses convictions et la bienveillance qu'il avait à l'égard des autres.

C'était quelqu'un qui était aimé, que l'on aimait et qui était un homme engagé, à la fois fidèle à ses idées socialistes, mais aussi un grand républicain et un grand homme d'Etat.

Chacun se souvient qu'il a été le Premier ministre de François Mitterrand en 1981. Le Premier ministre de gauche de la Ve République. Et puis ce sont toutes les grandes réformes, je pense aux réformes sociales, je pense à l'abolition de la peine de mort, je pense à la décentralisation. Tout cela, c'est l'œuvre de Pierre Mauroy. Elle restera.

Lorsque François Mitterrand avait nommé Pierre Mauroy, il avait eu cette phrase extraordinaire. Il lui avait dit : "Vous mettrez du bleu au ciel". Et c'est le titre qu'il avait choisi pour ses mémoires qu'il a publiées en 2003, où il racontait toute sa vie, ses engagements de jeunesse, son combat pour le socialisme, pour la démocratie, contre toutes les formes de dictature. Je dirais aussi son combat pour l'éducation populaire, pour la solidarité internationale, il a été plusieurs années président de l'Internationale socialiste, successeur de Willy Brandt.

Donc, c'était un homme complet. Il a été un grand homme d'Etat, un grand Premier ministre, il a été aussi un très grand maire de Lille et c'est ce que les Français vont retenir de lui. Quelqu'un de profondément humain, qui aimait profondément la France et les Français.

Et donc je voudrais lui rendre hommage en pensant à lui aujourd'hui, avec lequel j'avais ces relations d'amitié et d'affection. Je voudrais vous dire que c'est un camarade qui disparaît, c'est un ami qui nous quitte et ce sentiment est partagé avec beaucoup, j'en suis sûr, même au-delà des convictions politiques.

Je voudrais exprimer toute mon affection à sa femme Gilberte, à son fils Fabien, à son petit-fils mais aussi à Martine Aubry, qui lui a succédé à Lille, à tous les Lillois, à tous les gens du Nord mais aussi aux Françaises et aux Français qui voient à travers lui, et ils ont raison, un grand homme d'Etat, un homme qui incarnait le progrès social, quelqu'un qui aura, de toutes ses forces, de toutes ses convictions servi la France.


Source http://www.gouvernement.fr, le 11 juin 2013

Rechercher