Déclaration de M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, en hommage à l'ancien Premier ministre, Pierre Mauroy, décédé le 7 juin 2013, Assemblée nationale le 11 juin 2013. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, en hommage à l'ancien Premier ministre, Pierre Mauroy, décédé le 7 juin 2013, Assemblée nationale le 11 juin 2013.

Personnalité, fonction : AYRAULT Jean-Marc.

FRANCE. Premier ministre

Circonstances : Cérémonie nationale d'hommage à Pierre Mauroy, ancien Premier ministre, décédé à l'âge de 85 ans le 7 juin, à l'Assemblée nationale le 11 juin 2013

ti : Monsieur le Président de l'Assemblée nationale,
Mesdames et Messieurs les Députés,


Ce matin, le président de la République a rendu, au nom de la France, un hommage solennel à Pierre MAUROY. Ce midi, c'est la famille socialiste qui a salué sa mémoire. Avant l'hommage des siens et de sa ville jeudi, c'est ici, à l'Assemblée nationale, il y a quelques instants, au Sénat, que nous lui rendons ensemble hommage.

Premier chef de gouvernement d'un gouvernement de gauche de la Vème République d'union de la gauche, c'est dans cette enceinte qu'il a conduit d'une main ferme et humaine toutes les grandes réformes du premier septennat de François MITTERRAND. Je pense aux grandes réformes sociales, je pense aux libertés nouvelles, à l'abolition de la peine de mort, je pense à la décentralisation. Autant de réformes qui se confondent avec sa personnalité, qui constituent l'œuvre de Pierre MAUROY et qui figurent désormais au cœur du pacte républicain.

Pierre MAUROY fut un homme politique total. Il fut un homme d'Etat, de ceux dont la mémoire s'impose à tous. Il fut un grand Premier ministre dont les convictions socialistes réformistes se renforcèrent à l'épreuve du pouvoir. Il fut un grand Européen. Il fut un grand maire de Lille, un bâtisseur inlassable, toujours soucieux de ne pas rompre le lien entre sa ville et les populations des milieux les plus populaires.

Pierre MAUROY, enfin, était quelqu'un de profondément humain et qui aimait profondément la France et les Français. Un mot revient sans cesse depuis son décès : affection, celle qui fait la force des liens qu'il avait, au fil des années, tissés avec l'ensemble de sa famille politique, avec les habitants de la métropole lilloise, mais aussi avec l'ensemble des Françaises et des Français.

L'Assemblée nationale se souviendra longtemps de Pierre MAUROY. Il en avait connu tous les lieux, le banc des députés, le banc du gouvernement, le banc de l'opposition, le banc de la majorité, les bancs des jeunes députés, mais aussi les bancs des vieux sages. Ayant connu tous les lieux de cette Assemblée, il continuera de leur appartenir.

C'est à chacun d'entre nous que son ambition pour la France se transmet aujourd'hui. C'est en chacun d'entre nous que continuera de battre sa vocation au nom du peuple français.


Source http://www.gouvernement.fr, le 13 juin 2013

Rechercher