Déclaration de M. Michel Sapin, ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social, sur la formation professionnelle continue et l'alternance, Marmande le 1er juillet 2013. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Michel Sapin, ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social, sur la formation professionnelle continue et l'alternance, Marmande le 1er juillet 2013.

Personnalité, fonction : SAPIN Michel.

FRANCE. Ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social

Circonstances : Inaguration de la Cité de la formation professionnelle à Marmande le 1er juillet 2013

ti :


Permettez-moi tout d’abord de vous remercier pour votre invitation et pour cette intéressante visite de votre Cité de la formation.

Un lieu magnifiquement rénové, chargé d’histoire, construit en 1884 et ayant appartenu à la SEITA, qui l’utilisait pour la fermentation des feuilles de tabac.

Votre Cité présente une caractéristique importante à mes yeux : la diversité de ses activités.

Vous formez en effet des jeunes dans le cadre des contrats en alternance, mais aussi des adultes dans celui de la formation continue, et votre Cité héberge un Institut médico-éducatif. Cela donne corps au principe de la formation tout au long de la vie et montre aux plus jeunes qu’à l’issue de la formation qui leur est dispensée ici, d’autres perspectives de progression peuvent être ouvertes par la formation continue.

Le beau message est que chacun a toujours une deuxième, une troisième chance ; c’est qu’il est possible de changer de se reconvertir, de se relancer.

Une autre de vos richesses est la variété des métiers auxquels vous formez : métiers du commerce, de la vente, du sport, de l’hôtellerie, du sanitaire et social, et même du toilettage canin.

Je me félicite donc de cette très belle réalisation.

Je veux vous dire quelques mots sur les objectifs du Gouvernement en matière de formation. Une étape importante a été franchie avec la Grande Conférence sociale pour l’emploi qui s’est tenue les 20 et 21 juin dernier. La feuille de route sociale qui en résulte donne le coup d’envoi d’une ambitieuse réforme de la formation professionnelle, notamment dans le lien qu’elle entretient avec l’emploi, mais aussi comme voie de construction sa vie, et d’émancipation humaine.

Quels sont les grands objectifs, la méthode et les échéances ?

Dès juillet, sur la base d’un document d’orientation, le Gouvernement invitera les Partenaires sociaux à engager, au niveau national et interprofessionnel, une négociation relative à la formation professionnelle qui devra poursuivre trois grands objectifs :

- 1er objectif : Renforcer la contribution de la formation à la sécurisation des parcours professionnels, en particulier celle des publics les moins qualifiés, (salariés et demandeurs d’emploi) et les plus fragiles (personnes handicapées, bénéficiaires de minima sociaux). Ces publics devront davantage bénéficier de la formation professionnelle qu’aujourd’hui. Un effort collectif est nécessaire pour tenir le principe de justice qui nous est cher. Dans ce cadre, les partenaires sociaux seront invités à préciser la mise en œuvre du compte personnel de formation créé dans son principe par la loi de sécurisation de l’emploi.

- 2ème objectif : Renforcer le rôle de la formation professionnelle dans la compétitivité de notre économie, en la considérant davantage comme un investissement collectif dans le développement des compétences. Je veux dégonfler les fantasmes autour des 32 milliards de la formation. D’une part le chiffre est douteux, mais si le prend comme tel, alors considérons qu’il s’agit de 32 milliards pour les compétences et la compétitivité de notre pays. Nous aurons donc à débattre d’une nouvelle approche du plan de formation, d’une amélioration de l’accès à la formation dans les TPE, d’une meilleure prise en compte des modalités de formation, etc).

- 3ème objectif : la gouvernance et la gestion des politiques de formation professionnelle. La réforme procéder aux simplifications et améliorations nécessaires, résultant notamment du processus de décentralisation.

Cette négociation devra être achevée dans des délais compatibles avec la préparation d’un projet de loi avant la fin de l’année 2013. Mais d’ores et déjà, dès septembre seront mises en place des formations prioritaires pour l’emploi. _ Cette initiative immédiate permettra l’entrée en formation de 30 000 demandeurs d’emploi d’ici la fin de l’année, pour acquérir des compétences correspondant à des opportunités d’emploi et des besoins immédiats des entreprises.

J’ajoute un mot sur l’alternance. Le Gouvernement engagera en septembre 2013 une consultation des partenaires sociaux, des acteurs territoriaux et des organismes consulaires sur le développement de l’alternance dans la perspective d’arrêter les dispositions législatives nécessaires avant la fin de l’année 2013.

Cette phase de consultation permettra notamment de déterminer les voies et moyens d’un développement plus fort et plus équilibré des différentes formes d’alternance et de définir les outils pertinents pour que les entreprises accueillent un plus grand nombre de jeunes.

La France est par ailleurs à l’initiative, avec l’Allemagne, d’une accélération d’un élargissement du programme Erasmus, qui deviendra « Erasmus pour tous », c’est-à-dire pour les alternants Il sera dorénavant ouvert aux apprentis, qui seront ainsi reconnus comme des étudiants à part entière

Dans le cadre de cette consultation sur l’alternance, les éléments de réforme de la taxe d’apprentissage seront abordés, avec sur ce point deux objectifs majeurs :

- d’une part flécher une part plus importante de la taxe d’apprentissage vers l’apprentissage lui-même
- d’autre part organiser une répartition plus équitable de cette taxe, assortie d’une rationalisation du réseau de collecte.

J’ai la conviction que nous aboutirons positivement, et que cette future réforme contribuera notamment, de manière significative, à la qualification et à l’emploi des jeunes, en complément des nouveaux outils que sont les emplois d’avenir et les contrats de génération, deux dispositifs qui, malgré tout ce que vous entendez peut-être parfois, montent en puissance d’une manière très encourageante.

Je sais pouvoir compter sur votre dynamisme et sur votre implication concrète sur le terrain pour contribuer à la réussite de ce bel objectif, vital pour la Nation toute entière.

Je vous en remercie.


Source http://travail-emploi.gouv.fr, le 17 juillet 2013

Rechercher