Interview de Mme Najat Vallaud-Belkacem, ministre des droits des femmes, porte-parole du gouvernement à I-Télé le 20 août 2013, sur l'insécurité à Marseille et la prévention de la délinquance. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Najat Vallaud-Belkacem, ministre des droits des femmes, porte-parole du gouvernement à I-Télé le 20 août 2013, sur l'insécurité à Marseille et la prévention de la délinquance.

Personnalité, fonction : VALLAUD-BELKACEM Najat, BARBIER Christophe.

FRANCE. Ministre des droits des femmes, porte-parole du gouvernement;

ti :


CHRISTOPHE BARBIER
Najat VALLAUD-BELKACEM, bonjour, bienvenue, merci d’être là.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Bonjour.

CHRISTOPHE BARBIER
Un 13ème mort à Marseille, un 13ème mort depuis le début de l’année. Samia GHALI n’a-t-elle pas raison quand elle a fait appel à l’armée ? Est-ce qu’il ne faut pas passer à la manière forte ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
D’abord, comme vous dites, un 13ème mort, donc si vous me le permettez, je voudrais rendre hommage, en tout cas avoir une pensée pour ce jeune homme de 18 ans, et puis cet infirmier… qui a été tué, cet infirmier qui a été blessé, et leur famille.

CHRISTOPHE BARBIER
Et puis hier, visiblement…

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Et puis hier, encore un autre homme agressé…

CHRISTOPHE BARBIER
Connu des services de police, comme on dit, donc c'est quand même la guerre des gangs absolue dans cette ville.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
On savait qu’il y a un problème à Marseille, de fait, tous les élus locaux en attestent et ces faits sont là pour nous le rappeler régulièrement, et Manuel VALLS, le ministre de l’Intérieur, a pris à bras le corps de sujet. Rappelez-vous…

CHRISTOPHE BARBIER
Il est débordé, il est débordé.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Rappelez-vous les moyens qui ont été déployés à Marseille, avec des résultats, d’ailleurs, que l’on commence à voir, les 230 agents de police et de gendarmerie, supplémentaires, qui ont été envoyés sur place, les deux zones de sécurité prioritaire qui ont été créées, au Nord et au Sud de Marseille…

CHRISTOPHE BARBIER
Mais quels résultats ? Ça c'est des dispositions administratives.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Les moyens de prévention de la délinquance. Non, au contraire, ce sont des mesures extrêmement concrètes, qui permettent, d’abord, aux forces de sécurité de se déployer sur le territoire, qui permettent aux autorités sur place, de travailler ensemble, le procureur, la police, les collectivités locales, et donc de mieux identifier les poches de délinquance ou les poches sur lesquelles il faut travailler et cibler d’avantage.

CHRISTOPHE BARBIER
Est-ce qu’il ne faut pas plus ? Travailler sur l’éducation, le logement, l’urbanisme ? Une grande mobilisation.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Vous savez, bien sûr, des évènements comme ceux d’hier, nous rappellent à quel point cette ville présente encore quelques fragilités du point de vue de la délinquance, mais en même temps, quand vous prenez les chiffres, vous vous rendez compte que par exemple tout ce qui est violences physiques, a plutôt baissé ces derniers temps, on a engrangé une baisse de près de 15 % des violences physiques ou une baisse de 16 % des cambriolages, donc il y a des effets de la politique que nous menons, cela prend du temps, et il faut en permanence redire que, à Marseille aussi l’état de droit doit prévaloir, évidemment.

CHRISTOPHE BARBIER
Plusieurs journaux rapportent ce matin que Manuel VALLS a jeté un froid hier, au séminaire, en évoquant la politique migratoire des années à venir, en disant, voilà, il faudra sans doute changer. Est-ce que vous, vous avez été mise mal à l’aise, par ce discours

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Non, écoutez, j’ai vu cela, je ne comprends pas de quoi il s’agit. Précisément, Manuel VALLS s’est exprimé comme ministre de l’Intérieur, sur son sujet de compétences, nous étions tous invités à nous projeter à horizon 2025, en particulier dans nos sujets de compétences. Il se trouve qu’il est ministre de l’Intérieur et qu’il a évoqué les flux migratoires. Je crois que c'est bien naturel de le faire, et son propos, sur le coup, n’a laissé aucun blanc, aucune gêne, contrairement à ce que je lis ici ou là.

CHRISTOPHE BARBIER
Il a évoqué quand même la possibilité d’un renoncement de la France au regroupement familial, face aux défis migratoires. C'est une solution que vous envisagez ou qui vous fait peur ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Ecoutez, j’ai participé à cette réunion, je n’ai pas entendu Manuel VALLS tenir ce propos, donc je sais que c'est aujourd'hui caricaturé de la sorte dans la presse, mais de fait, je vous dis, il n’a pas tenu ce propos, il a en effet appelé l’ensemble des membres du gouvernement, à avoir conscience des flux migratoires qui allaient se produire d’ici dix ans, avec on le sait bien, évidemment, une jeunesse, notamment dans les pays d’Afrique, qui a pour revendication d’accéder à un niveau de vie, à un niveau de consommation, et donc des chamboulements, des mutations, au niveau mondial et géopolitique.

CHRISTOPHE BARBIER
Et la gauche est prête à avoir un discours ferme, réaliste, sur ce sujet-là ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Mais la gauche, depuis que nous sommes là, nous avons un discours qui se veut surtout équilibré, c'est-à-dire qui se veut à la fois ferme et réaliste, pour lutter en effet contre l’immigration illégale et faire en sorte que nous maitrisions les choses, mais qui se veut en même temps humaniste, c'est-à-dire que nous avons conscience, en effet, que des gens cherchent à fuir d’autres pays, à fuir la misère, à fuir la famine, et que nous pensons que c'est aussi le rôle d’une grande démocratie, avec de grandes valeurs comme la France, que d’en accueillir certains et de faire en sorte que les choses se passent pour le mieux.

CHRISTOPHE BARBIER
Le gouvernement n’est pas contaminé par le FN, comme dit Jean-Luc MELENCHON ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Vous savez, lorsque Jean-Luc MELENCHON tombe dans l’insulte, je crois que la meilleure des réponses, c'est le silence. Je…le Front national est un problème à part entière, et donc il faut le traiter avec sérieux et ne pas faire en sorte de tout amalgamer, au point que l’on perde de vue l’essentiel. L’essentiel c'est que, la gauche, depuis qu’elle est de retour au pouvoir, a mis en oeuvre une politique d’immigration, une politique de sécurité, une politique de justice, qui est en train de se construire, qui se veut à la fois ferme mais aussi humaniste, et nous sommes très très loin de la caricature que certains veulent parfois nous faire endosser.

CHRISTOPHE BARBIER
Humanisme, vous avez vu tout à l'heure, sur I TELE, les images de l’interpellation musclée, à Tours, comment réagissez-vous ? Etes-vous choquée ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Les images sont terribles, oui, bien sûr, les images, bien que ce soit toujours difficile de commenter, évidemment, sans avoir été sur place et sans comprendre le fond du problème, mais les images sont assez difficiles et j’ai cru comprendre que le procureur adjoint avait décidé de se saisir de cette affaire, parce qu’il semblerait que peut-être les moyens utilisés aient été disproportionnés. Maintenant, tant que la justice elle-même ne s’est pas prononcée, attendons de voir.

CHRISTOPHE BARBIER
La France de 2025, alors, vous l’avez rêvée, tous ensemble, hier matin, et puis après, terminé, on passe au réel et on oublie un peu cet avenir là.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Non, d’abord on ne l’a pas rêvée, précisément, on l’a, on s’est projeté dans la France de 2025. On a été ambitieux, bien sûr, pour cette France de 2025. On est aux responsabilités, on sait que les réformes que l’on adopte aujourd'hui, les politiques publiques dont on décide, vont avoir des effets dans dix ans, donc on fait en sorte que nos politiques publiques aient les effets les plus fructueux possibles pour le pays, donc on a été ambitieux pour le pays, et de fait on va… d’abord, ce travail, on va le continuer, puisque le séminaire n’était que le lancement d’une démarche, et ensuite il va y avoir, donc, de la part du Commissariat général à la stratégie et à la prospective, le rendu d’un document sur les grands chantiers, à horizon 2025, qui seront présentés aux Français, qui seront consultés sur le sujet, c'est une façon de donner la possibilité aux Français de se réapproprier leur avenir et de croire au progrès, et puis nous, nous continuerons à adopter des réformes qui préparent au mieux l’avenir.

CHRISTOPHE BARBIER
En 2025, il y aura l’égalité hommes/femmes parfaite ou on sera encore un peu en phallocratie ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Si nous mettons en oeuvre l’ensemble des politiques publiques, que je souhaite mettre en oeuvre, il y aura l’égalité hommes/femmes, car…

CHRISTOPHE BARBIER
Dix ans, ça peut aller aussi vite ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Oui, ça peut aller très vite, l’égalité hommes/femmes, car il s’agit simplement, d’abord, de lutter, de mettre fin au gâchis, au gaspillage sexué des compétences, donc de faire en sorte qu’à la sortie des écoles, les filles soient incitées autant que les garçons, à aller dans les filières d’excellence, à aller dans ces filières dont on sait qu’elles feront l’avenir demain, l’aéronautique, la transition écologique, etc. et qu’elles ne se cantonnent pas dans des métiers dévalorisés…

CHRISTOPHE BARBIER
Dits féminins.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
…ou à temps partiel.

CHRISTOPHE BARBIER
Vous êtes prise à parti, ce matin, par LE FIGARO, sur ce sujet-là, sur ce que l’on appelle la théorie du genre. Pour vous, il n’y aurait aucune différence entre les filles et les garçons, il faudrait surtout leur enseigner la même chose, ne pas considérer que ce sont des êtres différents.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Vous savez, les anti-théorie du genre, laquelle n’existe pas, je le redis, mais en tout cas, ceux qui s’opposent à cette soi-disant théorie du genre, se sont inventés un ennemi pour pouvoir combattre en toute bonne conscience l’égalité hommes/femmes. Moi j’en ai acquis la conviction absolue.

CHRISTOPHE BARBIER
C'est une manière de faire du machisme détourné.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Oui, absolument, c'est une manière de refuser que les choses bougent. La vérité c'est que dans notre société, encore aujourd'hui, quand on est une fille et quand on est un garçon, on n’a pas exactement les mêmes opportunités de réussite, les mêmes opportunités d’accès aux responsabilités, de carrière, de pension de retraite, et donc, nous, ce que nous cherchons à faire, c'est remettre un peu d’égalité dans cet accès aux opportunités. Ce n'est pas dire que les femmes et les hommes c'est la même chose, nous continuons à les distinguer, à les différencier, en revanche la différence ne doit pas signifier l’infériorité.

CHRISTOPHE BARBIER
François HOLLANDE a promis des réponses dans les dix jours, sur les retraites, le chômage, la reprise. Quelle forme cela va prendre ? Une conférence de presse, un meeting ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
D’abord, comme vous le savez, s’agissant par exemple d’un sujet comme les retraites, le Premier ministre va recevoir les partenaires sociaux, d’ici la fin du mois d’août.

CHRISTOPHE BARBIER
Le président va donner des réponses personnelles, donc il va s’adresser à nous.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Et donc, on va connaitre très prochainement, en effet, les arbitrages. De quelle façon est-ce que ces arbitrages seront rendus publics, pour l’instant ce n'est pas fixé, mais les Français peuvent être rassurés sur le fait que d’ici la fin du mois, en effet, ils en sauront plus sur cette réforme des retraites en particulier.

CHRISTOPHE BARBIER
Supprimer la défiscalisation des heures sup a été une erreur, c'est Thierry MANDON, le député socialiste, qui dit ça. Vous partagez son sentiment ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Non, pas du tout. Je pense que, vous savez, quand on fait de la politique, quand on est aux responsabilités, on doit faire des choix. Bien sûr, parfois, les choix que l’on fait, ont certaines conséquences, moins avantageuses, certaines conséquences déplaisantes sur le court terme, mais sur le long terme, on savait ce que nous faisions. Ce que nous faisions, c'est de récupérer des moyens financiers pour les mettre au service des chômeurs, qui en ont particulièrement besoin en cette période, plutôt que de ceux qui avaient déjà un emploi.

CHRISTOPHE BARBIER
Najat VALLAUD-BELKACEM, merci, bonne journée.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Merci à vous.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 21 août 2013

Rechercher