Déclaration de Mme Yamina Benguigui, ministre de la francophonie, sur la francophonie numérique, à Paris le 2 octobre 2013. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Yamina Benguigui, ministre de la francophonie, sur la francophonie numérique, à Paris le 2 octobre 2013.

Personnalité, fonction : BENGUIGUI Yamina.

FRANCE. Ministre de la francophonie

Circonstances : Lancement de "France Université Numérique", à Paris le 2 octobre 2013

ti :
Madame la Ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, Chère Geneviève,
Madame la Ministre déléguée, chargée des PME, de l'innovation et de l'économie numérique, Chère Fleur,
Monsieur le Président de l'Université de Cergy-Pontoise,
Mesdames et Messieurs les Présidents d'Universités
Mesdames, Messieurs,


Aujourd'hui, la promotion de la langue française au-delà de nos frontières est une nécessité.

Il est urgent de rentrer de plain-pied dans la francophonie numérique, que ce soit pour la formation des professeurs, la mobilité des savoirs, la mise en réseau des centres de recherches.

Ce sont 250 millions de locuteurs de français qui sont potentiellement concernés.

Il s'agit de renforcer l'attractivité de notre modèle universitaire francophone.

Le français est un outil économique, c'est la langue de l'emploi. Elle ouvre les portes de l'entreprise. C'est une langue solidaire.

Je reviens du Kazakhstan où j'étais accompagnée du recteur Jean-François Girard de l'Université Sorbonne Paris Cité. À Almaty, nous avons posé la première pierre de l'Université française du Kazakhstan.

J'ai pu constater à Sao Paulo, lors de la 16e Assemblée générale de l'Agence universitaire de la Francophonie (AUF) qui réunit 782 universités francophones, l'attractivité de l'enseignement en français. Des universités sud-américaines ont rejoint à cette occasion le réseau AUF.

Le Français est attendu !

À la fin du mois, je lancerai à Brazzaville le programme 100.000 professeurs de français pour l'Afrique.

Il s'agit d'un Fonds de solidarité prioritaire (FSP). Pour l'année à venir, ce sont près de 11 millions d'euros de nouveaux moyens qui seront mobilisés sur des projets qui permettent de soutenir la formation des professeurs dans différents pays d'Afrique francophone, et également au Ghana.

L'un des supports utilisés est le numérique.

Le numérique est le lien qui comble le fossé entre le nord et le sud. Nous rapprochons ainsi les étudiants des universités sur les 5 continents : c'est une révolution.

Je vous remercie.


Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 4 octobre 2013

Rechercher