Déclaration de Mme Hélène Conway-Mouret, ministre des français de l'étranger, sur les efforts en faveur des Français résidant à l'étranger et sur la communauté française en Irlande, à Dublin le 4 octobre 2013. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Hélène Conway-Mouret, ministre des français de l'étranger, sur les efforts en faveur des Français résidant à l'étranger et sur la communauté française en Irlande, à Dublin le 4 octobre 2013.

Personnalité, fonction : CONWAY Hélène.

FRANCE. Ministre des Français de l'étranger

Circonstances : Déplacement à Dublin (Irlande), le 4 octobre 2013

ti : Monsieur le Chargé d'affaires,
Monsieur le Délégué général de l'Alliance française,
Chers Amis,


Today is my homecoming.

C'est la ministre qui s'adresse à vous, mais c'est avant tout celle qui a étudié, travaillé et vécu la plus grande partie de sa vie dans cette ville, qui vous parle.

Je suis heureuse de constater qu'ici l'horizon économique s'éclaircit lentement grâce à la détermination des Irlandais.

Cet exemple doit redonner espoir aux pays qui sont frappés par la crise. Sortir de la crise exige justement que nous trouvions collectivement des solutions.

Je participerai demain au «Global Irish Economic Forum», bel exemple de mobilisation collective.

Cette initiative a permis à l'Irlande de fédérer les membres de sa diaspora. L'idée était simple: elle a été traduite en actes.

Les Irlandais du monde ont su se rassembler et user de leur influence pour contribuer au redressement économique du pays.

Ce dispositif est une réussite. Faire de la diaspora française la base de notre diplomatie économique s'inscrit parfaitement dans l'action du gouvernement de Jean Marc Ayrault.

Les Français de l'étranger sont au coeur de cette ambition française.

C'est avec eux que la France épouse les dynamiques du monde, en exportant son savoir-faire, en gagnant des marchés, en scellant des partenariats, en s'ouvrant aux investisseurs et aux talents étrangers.

Le nombre de Français résidant à l'étranger a augmenté de 50% en 10 ans. Ces Français partent avec la France au coeur ! Ils partent en sachant que leur citoyenneté, leur culture sont de précieux atouts pour trouver leur place dans un monde en mouvement.

Chaque Français à travers le monde délimite les nouvelles frontières de la France. Il est donc essentiel que le regard sur l'expatriation change. C'est pourquoi, le gouvernement a pris des mesures pour encourager, soutenir et accompagner ce mouvement. J'y emploie toute mon énergie, avec le soutien du président de la République et du Premier ministre. Permettez-moi, à ce titre, de mentionner quelques mesures emblématiques qui participent de cette dynamique.

Sous mon impulsion, une vaste réforme de simplification administrative et de modernisation du réseau consulaire a été engagée, pour faciliter la circulation et l'installation de nos compatriotes.

J'attache également une grande importance à la place réservée à l'enseignement français dans notre politique extérieure. Les familles françaises mais aussi les populations locales sont très attachées à la qualité de cet enseignement.

Dans le cadre de la réforme que je mets en place, les liens avec l'Éducation nationale seront renforcés pour garantir cette qualité.

Nous développerons des sections internationales, nous allons créer des classes technologiques et ouvrir de nouveaux établissements. J'ai eu l'immense plaisir d'inaugurer jeudi dernier le lycée français d'Amman.

Par ailleurs, nous avons supprimé la prise en charge des frais de scolarité des lycéens français - la fameuse PEC - pour instaurer un système basé sur la justice sociale. Les bourses scolaires ont donc aussi été réformées.

Grâce à la modernité de ses enseignements, grâce au professionnalisme de ses personnels enseignant et administratif, grâce au partenariat noué avec Saint Kilian's, le lycée français de Dublin est un modèle d'intégration à son environnement.

En février 2012, le lycée a franchi une étape symbolique avec la création d'une équipe de rugby, en partenariat avec le célèbre club dublinois des Wanderers. Notre jeune équipe naît sous les meilleurs auspices puisqu'elle est parrainée par l'ancien joueur franco-irlandais, Alain Rolland, aujourd'hui arbitre international. Ce projet sportif n'aurait pu aboutir sans le dévouement de sa présidente, le Dr Pascale Cairet, qui aura l'occasion de vous en parler de façon informelle pendant la réception.

Nul doute que, sous son impulsion, notre lycée comptera bientôt parmi les grandes écoles de rugby en Irlande.

Le lycée français est victime de son succès puisqu'il arrive aujourd'hui à saturation en termes d'effectifs. Des évolutions s'imposent - chacun en est bien conscient - et tous les acteurs concernés devront être associés à cette réflexion.

Chaque année, des milliers de Français s'installent en Irlande.

Chacun d'entre eux tend une nouvelle passerelle entre nos deux pays.

Parmi les nouveaux arrivés en Irlande, je tiens à féliciter Cyril Roux, qui vient d'être nommé numéro 2 de la Banque centrale d'Irlande. Vous êtes le premier Français à accéder à ces responsabilités en Irlande. Sachez que nous en sommes très fiers.

Quand on parle de mobilité, on pense au départ. On oublie souvent l'importance du retour. C'est un défi que la France doit relever. C'est une priorité de mon ministère. Logement, scolarité, retraites, fiscalité, couverture sociale, équivalence des diplômes : le retour recouvre des enjeux de première importance qui appelle des réponses concrètes.

Les actions en faveur de la mobilité internationale doivent s'articuler les unes avec les autres. Aussi face au maquis administratif et devant la multiplicité des structures, je proposerai prochainement au gouvernement de nouvelles mesures de simplifications.

Vous qui vivez en Irlande, vous continuez à être membres à part entière de la communauté nationale française.

C'est pourquoi, avec le plein soutien de Jean-Marc Ayrault, j'ai souhaité modifier la représentation politique des Français de l'étranger. C'est ce que nous avons fait avec la loi du 22 juillet 2013.

Cette loi était attendue de longue date, cette réforme introduit plus d'équité, de proximité et de vitalité dans l'exercice de votre citoyenneté. Vous élirez vos nouveaux représentants en mai 2014. Ils formeront les conseils consulaires. Ils traiteront des sujets qui vous concernent directement : sécurité, bourses scolaires, aides sociales, emploi et formation professionnelle. Saisissez cette occasion pour faire entendre votre voix.

Revenons un instant à vous Français d'Irlande. Chacun d'entre vous apporte une contribution décisive au dynamisme de nos échanges : je pense au CCEF, mais aussi aux associations, Français du Monde, l'ADFE, l'UFE sans oublier Dublin Accueil. Grâce à vous, les relations franco-irlandaises sont au beau fixe.

L'Alliance française qui nous accueille a une place privilégiée dans notre coopération culturelle. Le Festival littéraire franco-irlandais en offre une éclatante démonstration. Soyez félicité, Monsieur le Directeur, Cher Philippe Milloux, pour votre dynamisme, qui permet à ce lieu d'être une vitrine linguistique et culturelle de la France.

Grâce à l'Alliance, au Lycée, aux associations, grâce à vous tous, l'amitié qui lie nos deux pays se perpétue. Elle s'enrichit et s'approfondit. J'entends bien continuer à resserrer ces liens au niveau de l'exécutif de nos deux pays.

Après tout, le jour de ma nomination, le Tanaiste et ministre des Affaires étrangères Eamon Gilmore a annoncé à une réunion du cabinet irlandais que le parti travailliste avait un nouveau ministre... à Paris.


Je vous remercie.


Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 7 octobre 2013

Rechercher