Déclaration de Mme George Pau-Langevin, ministre de la réussite éducative, sur la réussite scolaire et éducative, Paris le 15 octobre 2013. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme George Pau-Langevin, ministre de la réussite éducative, sur la réussite scolaire et éducative, Paris le 15 octobre 2013.

Personnalité, fonction : PAU-LANGEVIN George.

FRANCE. Ministre de la réussite éducative

Circonstances : Signature du Pacte pour la réussite éducative à Paris le 15 octobre 2013

ti :


Un mardi après-midi, dans sa résidence de Chartwell, dans le Kent, Winston Churchill profitait de sa retraite bien méritée. Il profitait de sa vieillesse pour, comme il le disait, "se détendre en se disputant avec son épouse", Clémentine. Un journaliste vint les trouver. Le journaliste voulait écrire un article sur les jeunes années de la vie du grand homme. Le journaliste commença par lui poser des questions sur l'éducation qu'il avait reçue. Winston Churchill eut ce mot :

"Mon éducation n'a été interrompue qu'une seule fois : pendant que j'étais à l'école".

Si nous nous retrouvons tous réunis aujourd'hui, c'est sans doute parce que nous sommes encore un peu superstitieux. Nous avons la faiblesse de croire que pour éduquer nos enfants, il n'est tout de même pas absolument vain de continuer à les envoyer à l'école.

Si nous nous retrouvons tous réunis aujourd'hui, c'est même pour un plus que cela.

Si nous nous retrouvons tous réunis aujourd'hui, c'est pour la signature d'un texte fondateur qui affirme les valeurs communes que nous partageons, et nous donne à tous des repères pour mener à bien la mission qui est la nôtre pour l'éducation de nos enfants.

Si nous nous retrouvons tous réunis aujourd'hui, c'est pour la signature du pacte pour la réussite éducative. C'est-à-dire pour la signature d'un partenariat d'une ampleur encore sans précédent.

Le texte de ce pacte est une construction collective. Il a été élaboré dans le prolongement de la journée nationale de la réussite éducative du 15 mai dernier. Un groupe de travail dédié à sa rédaction s'est réuni à de nombreuses reprises pour que ce pacte soit le fruit de la discussion, de la collaboration et de l'intelligence de tous les partenaires. Sa version définitive a été amendée et validée par le comité de suivi de la journée. Ce comité a compris une vingtaine de membres :

- cabinet de la ville et de la famille
- institut français de l'éducation (Ifé)
- centre national de documentation pédagogique (CNDP)
- représentants d'académie
- associations d'élus
- collectif des associations partenaires de l'école publique (CAPE)
- association nationale des acteurs de la réussite éducative (ANARE)
- agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances (Acsé)
- association nationale des directeurs éducation des villes (ANDEV)
- réseau français des villes éducatrices (RFVE)

Le pacte pour la réussite éducative, c'est la cause des enfants. Le pacte pour la réussite éducative a pour dessin de fédérer tous les membres de la communauté éducative autour de principes et de valeurs partagés. Le pacte pour la réussite éducative est là pour sceller une alliance républicaine d'une ampleur encore inédite entre tous les partenaires de l'école. Le pacte pour la réussite éducative est là pour intervenir et agir partout où les enfants en ont besoin.

Mais permettez-moi, tout de même, pendant quelques instants, de ne pas en rester au trait d'esprit de Winston Churchill, et de prendre quelques instants pour nous interroger sur ce qui fait de l'éducation l'activité capitale pour notre pays, et sur ce qui fait donc de la signature du pacte pour la réussite éducative un texte fondateur.

* Accueillir nos enfants dans notre monde, transmettre notre monde à nos enfants

Savez-vous comment on appelait les enfants dans la Grèce antique ?

On les appelait les "nouveaux venus".

On les appelait les nouveaux venus parce qu'avec la naissance, ils entraient dans un monde nouveau pour eux. Dans un monde qui leur était étranger. Dans un monde dans lequel ils devaient apprendre à entrer. Dans un monde dans lequel ils avaient besoin des adultes et des professeurs pour apprendre à entrer.

Aujourd'hui comme hier, les enfants ont besoin de nous pour que ce monde étranger et parfois hostile devienne le leur. Devienne leur monde. Devienne leur monde à eux aussi.

Nous avons la lourde tâche d'introduire les enfants dans notre monde, de les accueillir avec bienveillance, de leur transmettre les savoirs et les valeurs qui sont les nôtres. Nous avons la responsabilité de leur permettre de devenir à leur tour des adultes dignes et des citoyens éclairés.

Cette responsabilité qui nous incombe, c'est une responsabilité envers les enfants, mais c'est aussi une responsabilité envers le monde.

Chaque génération remet le monde entre les mains de la génération qui lui succède. Si possible, un monde meilleur que celui qu'elle a elle-même reçu des mains de ses aînés.

Le monde se transmet d'une génération à l'autre par l'éducation. Sans l'éducation, le monde tombe à terre.

* L'éducation : l'activité capitale

L'éducation, dans une société, n'est pas une activité parmi d'autres.

Elle est l'activité capitale. Elle est l'activité décisive.

L'éducation est ce qui permet à chacun de devenir un adulte émancipé des tutelles. L'éducation est ce qui enseigne à tous que nous vivons ensemble dans un monde commun.

L'éducation est ce qui soude une nation.

L'École, comme le pensait Ernest Renan, a pour rôle de transmettre à ses enfants un héritage commun, la volonté d'exploiter solidairement cet héritage et donc le désir de vivre ensemble.

L'École transmet aux enfants un passé commun sans lequel aucun avenir commun n'est possible.

C'est fort de ces convictions, qu'il y a bientôt dix huit mois, le président de la République, François Hollande, annonçait qu'il ferait de la refondation de l'École de la République et de la priorité accordée à la jeunesse, le principal enjeu de son quinquennat.

Ni l'enfance, ni la jeunesse, ne peuvent être considérées comme des classes d'âge ou comme des catégories de population parmi d'autres.

* Le pacte pour la réussite éducative : faire place à la complexité de tous et à la singularité de chacun

C'est pourquoi notre action pour la réussite éducative ne doit jamais s'égarer dans des visions trop abstraites. Dans des visions qui ne feraient pas suffisamment de place à la complexité et à la singularité de chaque enfant.

Notre action, au contraire, doit parvenir à s'adresser à tous en même temps qu'elle s'adresse à chacun.

C'est cela, l'ambition de la réussite éducative. C'est cela qui s'inscrit dans le pacte de la réussite éducative. C'est pour toutes ces raisons-là que nous nous retrouvons réunis tous ici aujourd'hui.

Faire place à toute la complexité et à toute la singularité des enfants, c'est mener à bien une politique qui soit à la hauteur des enjeux et des difficultés que rencontrent notre École et nos enfants.

Faire place à toute la complexité et à toute la singularité de l'enfant, c'est reconnaître que l'élève et l'enfant ne sont pas deux êtres distincts l'un de l'autre. C'est agir pour que l'École et son environnement cessent d'être deux mondes qui s'ignorent.

Chaque matin, les élèves apportent avec eux dans leur classe les difficultés qu'ils rencontrent à l'extérieur. Dans leur famille. Dans le milieu social dont ils sont issus. Dans le territoire dans lequel ils vivent et dans lequel vit leur école.

Ces difficultés, le pacte pour la réussite éducative est là pour les combattre.

La réussite éducative permet l'articulation de tous les temps de l'enfant. Elle s'adresse en priorité à ceux qui en sont le plus en difficulté et dans les territoires les plus défavorisés. Les actions que mène la réussite éducative sont multiples. Elles s'attachent, à travers notamment les projets éducatifs locaux, les projets éducatifs de territoire et les programmes de réussite éducative, à l'accompagnement scolaire, au développement de la pratique d'activités artistiques, culturelles et sportives, à la promotion de la santé, à la lutte contre le décrochage scolaire, au soutien à la parentalité, au renforcement des relations avec les familles, à l'accès aux loisirs.

* Le pacte pour la réussite éducative : une nouvelle alliance républicaine pour l'École

Le pacte pour la réussite éducative, c'est la cause des enfants. Cette cause nécessite de sceller une nouvelle alliance républicaine avec tous les partenaires de l'École : les ministères de l'éducation nationale, des affaires sociales et de la santé, de l'égalité des territoires et du logement, de l'agriculture, de la jeunesse et des sports, de la ville, de la famille, avec les associations, avec les collectivités territoriales, avec les professeurs, les élus locaux et les parents d'élèves.

Le pacte pour la réussite éducative est là pour fédérer tous les membres de la communauté éducative autour de principes et de valeurs partagés. Le pacte pour la réussite éducative est là pour sceller une alliance républicaine entre tous les membres de notre communauté éducative. Le pacte pour la réussite éducative est là pour intervenir et agir partout où les enfants en ont besoin.

L'éducation que reçoit un enfant ne se cantonne pas à sa salle de classe. Chaque membre de notre communauté éducative est aussi pris dans un réseau plus vaste que lui-même. Le cadre partenarial que pose le pacte pour la réussite éducative est là pour permettre que s'affirme la singularité et la complémentarité de tous.

Le pacte pour la réussite éducative est une sagesse pratique. Une sagesse pratique, c'est-à-dire une méthode de concertation et une méthode d'action.

Notre action, pour être cohérente et efficace, doit être vigilante à intégrer toutes les composantes de la vie de l'enfant et de l'élève. Il faut pour ça intervenir à toutes les échelles. Nous devons agir en vue du bien-être de tous les élèves dans leur enceinte scolaire. Nous devons venir en aide et en soutien des familles les plus en difficulté. Nous devons systématiser dans les territoires les relations entre les partenaires de l'École pour agir le plus rapidement et le plus efficacement possible.

Le pilotage local doit permettre de réguler le travail collectif de la réussite éducative. C'est pour répondre au mieux aux besoins des enfants que notre action se met en place au niveau local. Ce pacte a vocation à être décliné à cet échelon par ceux qui s'engagent à favoriser les politiques de réussite éducative et à veiller à ce qu'elles fassent l'objet d'étude, d'évolutions et de recherches.

C'est cette tâche que se donne le pacte pour la réussite éducative. Il en va de la pertinence de son approche, de l'efficacité de sa mission et de la justesse de sa démarche.

* Conclusion

La France n'est jamais aussi fidèle à elle-même, à son héritage et à son destin que lorsqu'elle se retrouve autour des valeurs de son École républicaine. Ces valeurs sont la base sur laquelle repose notre pacte social. Elles sont garantes de la cohérence et de la cohésion de notre pays, et sont au principe du respect de la dignité des personnes, de l'égalité de tous, de l'autonomie et de la liberté de chacun.

Je voudrais maintenant terminer sur la parole d'une femme. D'une femme pour qui la pensée politique était indissociable d'une réflexion sur l'éducation et sur les enfants. Cette femme, c'est Hannah Arendt. Sa parole, la voici :

"L'éducation est le point où se décide si nous aimons assez le monde pour en assumer la responsabilité. C'est également avec l'éducation que nous décidons si nous aimons assez nos enfants pour ne pas les rejeter de notre monde, ni les abandonner à eux-mêmes, ni leur enlever la chance d'entreprendre quelque chose de neuf, quelque chose que nous n'avions pas prévu, mais les préparer d'avance à la tâche de renouveler un monde commun."

Tâchons d'être, tous ensemble, à la hauteur de cette lucidité.


Source http://www.education.gouv.fr, le 24 octobre 2013

Rechercher