Déclaration de M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, en hommage à Ghislaine Dupont et de Claude Verlon, journalistes de Radio France Internationale, assassinés en reportage à Kidal au Mali, à l'Assemblée nationale le 5 novembre 2013. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, en hommage à Ghislaine Dupont et de Claude Verlon, journalistes de Radio France Internationale, assassinés en reportage à Kidal au Mali, à l'Assemblée nationale le 5 novembre 2013.

Personnalité, fonction : AYRAULT Jean-Marc.

FRANCE. Premier ministre

Circonstances : Minute de silence en hommage aux deux journalistes assassinés au Mali, à l'Assemblée nationale le 5 novembre 2013

ti : Monsieur le président,
Mesdames et Messieurs les députés,
Monsieur le président Borloo,


Ce matin, le président de la République a accueilli les dépouilles de Ghislaine Dupont et de Claude Verlon. Dans un moment particulièrement, profondément triste pour les familles qui étaient là après le drame qui vient de se produire. Le président de la République a tenu à leur témoigner la solidarité de toute la nation. Monsieur le président de l'Assemblée nationale, à votre initiative, c'est ce que vient de faire par une minute de silence la représentation nationale il y a quelques instants.

Le président de la République a réaffirmé la volonté farouche de la France de faire toute la lumière sur ce crime odieux, et de ne pas laisser ses auteurs impunis.

Ghislaine Dupont et Claude Verlon étaient en effet de grands professionnels, comme vous venez de le dire Monsieur Borloo, et ce crime, c'est vrai, est un crime contre les journalistes. Mais c'est un double crime ; c'est un crime contre des personnes mais c'est aussi un crime contre la liberté d'informer et d'être informé, c'est un crime contre la démocratie.

Les deux journalistes étaient à Kidal pour préparer une émission de Radio France Internationale sur les élections législatives maliennes. A l'issue de l'interview d'un responsable du MNLA, ils ont été enlevés, emmenés hors de la ville, avant d'être froidement assassinés par balles. Les forces françaises dans la région ont été immédiatement appelées et se sont mises en action. Quand elles sont arrivées sur place nos deux compatriotes étaient déjà morts. Une instruction a été ouverte par le parquet de Paris dès hier soir. Nos forces au Mali, en lien étroit avec les autorités locales, l'armée malienne, la Minusma, ont mené des opérations qui visent à comprendre ce qui s'est passé exactement samedi dernier à Kidal. Les auteurs de cet assassinat ont voulu s'en prendre au Mali, qui avec l'aide de la France est en train de retrouver le chemin de la démocratie et de la stabilité. En prenant RFI pour cible, ils ont cherché à porter atteinte à la liberté d'informer, à l'amitié entre l'Afrique et la France, et aux Africains eux-mêmes.

En intervenant au Mali, la France a aidé ce pays ami à se relever du terrorisme. Le respect pour la mémoire de Ghislaine Dupont et Claude Verlon, qui étaient des amoureux de l'Afrique, comme de nos valeurs, nous obligent plus que jamais à poursuivre cette action en faveur de la défense de la pleine souveraineté du Mali, du retour à la démocratie, au respect des institutions de ce pays, au déroulement normal des élections, et aussi à tout faire pour assurer un développement durable, avec l'aide de la France et de l'Europe, du Mali et de toute cette région de l'Afrique.


Source http://www.gouvernement.fr, le 15 novembre 2013

Rechercher