Déclaration de Mme Cécile Duflot, ministre de l'égalité des territoires et du logement, sur le projet Campus sciences et santé de la Vallée scientifique de la Bièvre, les opérations d'aménagement urbain du Grand Paris et la nouvelle génération des contrats de plan entre l'Etat et la région pour la période 2014 - 2020, à Villejuif le 28 octobre 2013. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Cécile Duflot, ministre de l'égalité des territoires et du logement, sur le projet Campus sciences et santé de la Vallée scientifique de la Bièvre, les opérations d'aménagement urbain du Grand Paris et la nouvelle génération des contrats de plan entre l'Etat et la région pour la période 2014 - 2020, à Villejuif le 28 octobre 2013.

Personnalité, fonction : DUFLOT Cécile.

FRANCE. Ministre de l'égalité des territoires et du logement

Circonstances : Signature du premier contrat de développement territorial "Campus Sciences et Santé", au pôle de cancérologie Gustave-Roussy, à Villejuif (Val-de-Marne) le 28 octobre 2013

ti : Monsieur le Préfet de région, Monsieur le Préfet de département,
Mesdames et Messieurs les Parlementaires
Monsieur le Président du Conseil général
Mesdames et Messieurs les maires
Mesdames et Messieurs les élus
Mesdames, Messieurs,


C'est un grand plaisir pour moi, Monsieur le Président de la VSB, cher Jean-Yves Le Bouillonnec et Monsieur le Président du CODEV, cher Dominique Giry, d'être parmi vous aujourd'hui à l'occasion de la signature du Contrat de Développement Territorial « Campus Sciences et Santé », le premier CDT à être signé parmi la vingtaine de contrats en cours d'élaboration.

Je suis heureuse de voir que la dynamique du Grand Paris impulsée par l'Etat a rencontré la démarche portée par les élus locaux de développement des territoires de la métropole.

Heureuse également d'être ici, dans ce territoire de la Vallée Scientifique de la Bièvre, qui a su depuis 15 ans élaborer un projet de développement cohérent et ambitieux capable de rassembler les collectivités au-delà des frontières administratives, les acteurs économiques, la société civile et les populations. Un territoire qui sait faire une place à chacun, qui porte les valeurs de solidarité au coeur de son ADN et qui mise sur la recherche et l'innovation scientifique pour construire son avenir. Un territoire qui a su développer une manière de faire bien à lui privilégiant la coopération à la compétition.

« Campus Sciences et Santé » : quel beau programme ! Vous avez compris que la présence de nombreux établissements scientifiques, de recherche et hospitaliers – dont certains sont des références internationales tel l'Institut Gustave Roussy qui nous fait l'honneur de nous accueillir aujourd'hui - est un formidable atout pour votre développement et vous positionne comme un territoire moteur de la métropole.

La mise en réseau des établissements et des entreprises, le tissage de liens entre enseignement, recherche et développement, la prise en compte des besoins des personnels qui font vivre ces activités permettront de consolider les filières existantes et feront la preuve que l'attention au bien-être, le droit à l'éducation et à une santé de qualité pour toutes et tous sont des leviers de croissance durable.

Et il y a le « campus », cette jolie vallée de la Bièvre serpentant entre ses coteaux qui confèrent au territoire une identité bien à lui. Cette géographie et ces paysages sont une richesse. Le CDT devra nous aider à les préserver et à les mettre en valeur – au moyen par exemple d'initiatives telles que la réouverture du cours de la Bièvre ou l'aménagement de coulées vertes entre les nombreux parcs – car ce sont des sujets de fierté et de ressourcement pour les habitants d'aujourd'hui et des attraits pour ceux qui auront plaisir à s'y installer demain.

Vous n'avez pas ménagé vos efforts depuis l'adoption de la loi sur le Grand Paris en 2010 pour donner du contenu et du sens à ce qui était alors un projet largement déconnecté des besoins des Franciliens.

Vous avez su vous approprier le projet du Grand Paris, l'adapter à vos besoins et à votre réalité locale, modifier le tracé du métro, réclamer des gares supplémentaires pour offrir les correspondances avec les transports pré-existants, bref vous avez su en faire Votre projet de développement. Et je devrais dire Notre projet, car en vous inscrivant dès l'origine dans la perspective métropolitaine, vous avez compris que votre territoire constituait l'une des pièces du puzzle du Grand Paris que nous appelons de nos voeux. Un Grand Paris durable, c'est-à-dire attractif, innovant et solidaire.

Il faut dire que nous sommes ici en terre d'Orbival, et le remarquable travail d'anticipation et de concertation que vous avez conduit avec le Conseil général du Val-de-Marne vous a permis d'avoir une longueur d'avance. C'est donc justice que vous soyez les premiers à franchir la ligne d'arrivée de ce long processus qu'est l'élaboration d'un CDT.

Pour cela, vous avez su travailler en bonne intelligence avec les services de l'Etat – et je souhaite remercier le Préfet de Région Jean Daubigny, ses prédécesseurs, et leurs collaborateurs et collaboratrices pour leur implication et leur volonté d'aboutir, qui ont permis de parvenir à cette conclusion heureuse.

Vous avez eu la sagesse de prendre le temps de la maturation de votre projet de territoire, de le concerter avec les élus, les milieux économiques et scientifiques, et les populations. Vous avez su travailler en lien avec les Conseils généraux, dont celui du Val-de-Marne, représenté par son 1er Vice-président Alain Demarest, dont je salue la volonté de signer le contrat. Vous avez travaillé avec la Région, représentée aujourd'hui par Christine Revault d'Allonnes, afin de vous inscrire dans le cadre fixé par le projet de SDRIF, dont je me réjouis qu'il ait enfin été adopté il y a 10 jours et pour lequel j'ai demandé aux services de l'Etat de faire diligence pour que le décret d'approbation soit publié dans les plus brefs délais.

Sur cette base, votre Schéma de Développement Territorial pose la stratégie et les grandes orientations du développement futur à l'échelle de l'ensemble de la Vallée Scientifique de la Bièvre.

Et le CDT que nous signons aujourd'hui vient concrétiser ces orientations sur un premier périmètre de 8 villes, qui ont vocation à être rejointes par les autres communes de la VSB dès lors que leurs projets seront mûrs.

Je tiens à saluer tout particulièrement l'effort que vous avez accepté de consentir pour prendre votre part dans la construction des logements dont la métropole parisienne a tellement besoin.

Il faut dire les choses clairement : nous sommes collectivement engagés dans une véritable bataille pour résoudre la crise du logement en Ile-de-France.

La situation actuelle, caractérisée par une pénurie de l'offre et des niveaux de prix et de loyers ayant atteint des sommets sans précédent, a des conséquences désastreuses. Elle exclut les moins aisés d'entre nous du coeur de la métropole, de ses emplois, de ses équipements, de ses opportunités multiples. Elle détourne de l'économie productive des richesses dont les entreprises sont les premières à dire qu'elles seraient plus utiles ailleurs. Elle contribue à la ségrégation territoriale qui gangrène notre société et menace l'idéal républicain de l'égalité et de la fraternité.

Si nous n'apportons pas rapidement des réponses, nous risquons tout simplement d'assister au déclin de notre région.

Les statistiques de l'INSEE montrent que l'Ile-de-France ne sait plus retenir ses jeunes ménages, qui sont de plus en plus nombreux à partir loin, toujours plus loin du centre de la métropole, voire en province, chercher ce qu'ils ne trouvent pas ici : un logement confortable à un prix abordable, des transports publics fiables et efficaces, un environnement de qualité, des services et des équipements publics aisément accessibles.

Cela doit être le sens du Grand Paris : apporter des réponses concrètes aux difficultés rencontrées par nos concitoyens.

La crise du logement ne pourra être jugulée qu'avec un accroissement important du rythme de construction de logements.

Vous savez que le gouvernement s'y emploie au plan national en renforçant l'arsenal législatif et réglementaire pour faciliter la mise à disposition de foncier public, accélérer les procédures, réduire le coût des constructions, mobiliser des financements supplémentaires. Mais ces mesures ne porteront leurs fruits que si vous, les élus locaux, êtes convaincus de la nécessité de construire davantage et mobilisez tous les outils à votre disposition pour cela.

Je mesure combien l'objectif de 1.700 logements neufs par an sur le périmètre de votre CDT est ambitieux. Mais nous avons besoin que votre territoire soit au rendez-vous de cet objectif si nous voulons atteindre les 70.000 logements nécessaires chaque année au niveau régional.

Je suis convaincue que votre objectif est atteignable. Outre le processus naturel de densification des tissus urbains qu'il faut favoriser et accompagner, les grandes opérations d'aménagement que vous engagez – tels le projet Campus Grand Parc ici-même à Villejuif et le site de la DGA à Bagneux – apporteront une contribution significative à l'accroissement du parc de logements.

Les 6 nouvelles gares de métro que votre territoire va avoir la chance d'accueillir doivent être le coeur d'autant de projets urbains qui seront l'occasion de créer de nouveaux lieux de vie.

Je tiens à ce propos à remercier la Société du Grand Paris et son président du directoire Etienne Guyot, pour son écoute des besoins du territoire et sa capacité à co-élaborer le projet du métro du Grand Paris. Le travail qui s'engage avec les maîtres d'oeuvre et les architectes que la SGP a désignés pour la ligne 15 sud va permettre de veiller tout particulièrement à l'insertion urbaine de ces gares et à l'articulation avec les projets urbains attenants.

Tirons profit de l'arrivée du métro pour requalifier les territoires dégradés – pensons à ce qu'étaient devenues les autrefois mythiques routes nationales 7 et 20 ! – et pour recoudre des quartiers parfois maltraités par l'histoire.

Votre territoire a payé un lourd tribut à la métropole en accueillant en nombre des populations chassées du centre et des infrastructures de transport qui l'ont lacéré, en premier lieu les autoroutes. Le Grand Paris doit permettre d'accélérer la rénovation des quartiers d'habitat populaire afin de les réinsérer dans la cité et de leur offrir les mêmes aménités urbaines que partout ailleurs. Le Grand Paris sera solidaire ou ne sera pas.

Comprenons nous bien : il faut absolument éviter de répéter les erreurs du passé en construisant de grands ensembles d'habitation coupés du reste de la ville ou de simples cités dortoirs sans commerces, sans équipements, sans espaces verts ni services publics.

Le Grand Paris doit être exemplaire dans la manière de créer de nouveaux quartiers de ville conciliant qualités d'insertion urbaine, de mixité fonctionnelle et sociale, et d'exigence environnementale. Des quartiers denses où l'on n'a pas besoin de voiture pour se déplacer, où l'on trouve à portée de main tous les services et les équipements de proximité qui font la commodité et le plaisir de la vie en ville. Et ne perdons pas de vue que les nouveaux logements qui seront construits vont amener de la vie supplémentaire, une intensité urbaine accrue dont vos commerçants seront les premiers à se réjouir ! - et qui va dynamiser la vie sociale et associative.

Nous avons la chance de disposer dans notre pays de grands professionnels de l'aménagement et de l'architecture prêts à relever ce défi. Nous en avons eu une illustration il y a quelques minutes avec la présentation de l'agence TVK. Les constructions déjà réalisées par cette agence – dont l'école Olympe de Gouges, référence française en matière d'architecture durable aménagée avec la SADEV94 au coeur du quartier populaire du Chaperon Vert à Arcueil, en fournissent une démonstration éclatante.

Et puis je connais votre ambition légitime en matière de développement économique. L'objectif, que vous vous êtes donné, d'un emploi pour un actif à l'échéance du contrat, place la barre très haut.

Mais la richesse et la diversité du tissu d'entreprises présentes sur votre territoire, les talents que vous accueillez, la volonté de miser sur l'innovation et les filières porteuses d'emplois de demain et l'abondance du foncier constituent autant d'atouts pour y parvenir. N'oublions pas également que la construction des réseaux de transport, l'aménagement des nouveaux quartiers, la mise en valeur de l'environnement vont générer des milliers d'emplois bien utiles en cette période économique difficile - et je sais que vous serez vigilant à ce que ces emplois bénéficient à vos populations, notamment celles qui ont le plus de mal à accéder au marché du travail et tout particulièrement les jeunes.

Pour toutes ces raisons, l'Etat est heureux de vous accompagner dans vos projets par la signature du CDT. Mais cette signature, si elle constitue l'aboutissement de plusieurs années de travail, est avant tout le point de départ de la concrétisation de nos engagements respectifs.

La tâche va nécessiter l'implication de chacun sur la durée. Pour ce qui le concerne, l'Etat sera au rendez-vous. Tout d'abord par la réalisation des nouvelles lignes de métro du Grand Paris Express et par sa contribution financière à l'amélioration des transports existants dans le cadre du plan de mobilisation porté par la Région.

Je ne voudrais pas éviter ici un débat qui vous occupe concernant la Métropole du Grand Paris. C'est au Parlement que se discutent les fondements institutionnels de cette métropole, à la demande de nombreux parlementaires de la majorité. Il ne m'appartient pas de juger de ces débats. Le temps des débats et de l'architecture institutionnelle est bien entendu essentiel, mais il n'est pas suffisant. Ce temps ne doit ni retarder, ni repousser l'urgence à aménager notre territoire et à construire des logements. Je veux prendre un engagement devant vous, dès le vote de la loi sur les métropoles, je réunirai l'ensemble des collectivités et des élus, pour mettre en oeuvre dans la pratique et dans les faits la métropole de l'aménagement et du logement dès 2014.

Celle-ci se fera au service des collectivités et avec elle. C'est à cet engagement que je vous invite.

L'Etat sera au rendez-vous en facilitant la réalisation de vos projets d'aménagement par la mobilisation de son foncier et celui de ses opérateurs – et je sais que parmi les premiers terrains identifiés par le Préfet de Région figure le site magnifique de la Redoute des Hautes Bruyères, qui pourrait accueillir le futur Centre universitaire interdisciplinaire de santé.

Enfin, l'Etat mobilisera l'ensemble de ses politiques – dans les domaines de l'enseignement supérieur, de la recherche, de la santé, de l'innovation, de la couverture numérique du territoire, ou de la transition écologique et énergétique.

La nouvelle génération de Contrats de plan pour la période 2014-2020, que le Préfet de Région est chargé de négocier au nom de l'Etat, comportera un volet consacré à la mise en oeuvre du Grand Paris, afin de co-financer les projets stratégiques concourant au développement du territoire métropolitain.

Le dispositif proposé pour la mise en oeuvre du CDT, avec des réunions de suivi annuelles, permettra de s'assurer que les projets avancent conformément à ce qui est prévu. Vous pouvez compter sur moi pour veiller à ce que la promesse du Grand Paris devienne réalité. J'adresse donc tous mes voeux de réussite au CDT « Campus Sciences et Santé ». Et comme l'a dit le Président Le Bouillonnec, en citant Robert Badinter, « il y a une morale de la compétence et du travail bien fait ». Vous en êtes la confirmation !


Je vous remercie.


Source http://www.territoires.gouv.fr, le 19 novembre 2013

Rechercher