Déclaration de M. Frédéric Cuvillier, ministre des transports, de la mer et de la peche, en réponse à une question sur la politique maritime, à l'Assemblée nationale le 11 décembre 2013. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Frédéric Cuvillier, ministre des transports, de la mer et de la peche, en réponse à une question sur la politique maritime, à l'Assemblée nationale le 11 décembre 2013.

Personnalité, fonction : CUVILLIER Frédéric.

FRANCE. Ministre des transports, de la mer et de la pêche

Circonstances : Question au gouvernement posée par Mme Annick Girardin, députée (Radical, Républicain, Démocrate et Progressiste - RRDP) à l'Assemblée nationale le 11 décembre 2013

ti : Chère Madame Girardin, oui, la France a trop longtemps tourné le dos à la mer ! Oui, la France doit relever le défi maritime ! Oui, la France doit assumer sa place de deuxième surface maritime mondiale, considérant tous les enjeux d'avenir, de croissance durable, de «croissance bleue» ! Un certain nombre de grandes mesures ont été annoncées, la semaine dernière, par M. le Premier ministre après la réunion d'un comité interministériel de la mer. Elles concernent l'efficacité économique, la défense du pavillon français. Il est nécessaire de veiller à ce que les mesures de compétitivité du pavillon puissent préparer les filières de demain.

Des mesures étaient attendues par les professionnels. Je pense notamment aux mesures de protection des navires sous pavillon français évoluant dans les zones de piraterie. Elles s'appliqueront sous l'autorité de M. le ministre de la défense. J'évoquerai également la modernisation de la flotte, l'éligibilité au grand projet d'investissements d'avenir et, notamment, les «navires du futur». La loi de 1992 sera réformée. Les professionnels attendaient ces mesures. Cette impulsion a été donnée par le Premier ministre et par le gouvernement. Ils ont souhaité que nous puissions, grâce à la mise en place d'une délégation à la mer, donc d'une structure administrative et politique, faire en sorte d'embrasser toutes les causes maritimes.

Nous pourrons ainsi donner des perspectives à notre politique maritime. C'est vrai pour les enjeux énergétiques, les enjeux nutritionnels, les transports maritimes et la compétitivité de nos ports. Nous sommes donc mobilisés pour que la France bénéficie de ce potentiel de croissance maritime, de croissance bleue durable et responsable !


Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 13 décembre 2013

Rechercher