Interview de Mme Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé à France 2 le 18 décembre 2013, sur la réforme des retraites et la loi sur l'euthanasie. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé à France 2 le 18 décembre 2013, sur la réforme des retraites et la loi sur l'euthanasie.

Personnalité, fonction : TOURAINE Marisol.

FRANCE. Ministre des affaires sociales et de la santé

ti :


ROLAND SICARD
Avant de parler de la réforme des retraites qui sera votée cet après-midi, je voudrais revenir sur l'information d'hier soir. Le syndicaliste Edouard MARTIN, de Florange, sera candidat aux européennes pour le Parti socialiste. C'est ce que l'on appelle une belle prise de guerre ?

MARISOL TOURAINE
C'est une bonne nouvelle, une belle nouvelle, cela montre que le Parti socialiste sait ouvrir ses portes, rassembler, et à travers la candidature, la tête de liste d'Edouard MARTIN, c'est évidemment une figure emblématique qui va porter les couleurs socialistes.

ROLAND SICARD
Mais il avait quand même dit beaucoup de mal du gouvernement. Ça fait un petit peu bizarre, non ?

MARISOL TOURAINE
Il a aussi dit qu'il ne fallait pas confondre ce qui avait été la politique du gouvernement précédent, les promesses qui jamais n'ont été tenues, et puis les engagements de ce gouvernement...

ROLAND SICARD
Mais il avait critiqué l'actuel gouvernement.

MARISOL TOURAINE
Oui, mais il a aussi dit que ce gouvernement a pris des engagements qu'il a tenus, en investissements, en investissant sur le site de Florange, et donc il est là pour aujourd'hui porter le combat européen de la justice sociale, de l'égalité, et c'est une belle chose.

ROLAND SICARD
Alors, la réforme des retraites, elle sera donc votée cet après-midi...

MARISOL TOURAINE
Oui.

ROLAND SICARD
Plusieurs socialistes ne la voteront pas, les Verts non plus, ce n'est pas vraiment l'unanimité.

MARISOL TOURAINE
C'est une grande réforme et les socialistes...

ROLAND SICARD
Alors pourquoi toute la gauche ne la vote pas ?

MARISOL TOURAINE
Les socialistes vont, de manière écrasante, la voter, cette réforme. Quelques voix manqueront peut-être, mais l'essentiel des socialistes sont rassemblés, l'essentiel de la majorité gouvernementale est rassemblée, et c'est une réforme importante, parce qu'elle assume ses responsabilités, elle permet le financement de notre système de retraite, là où le gouvernement précédent avait laissé un déficit extrêmement important, il permet...

ROLAND SICARD
Mais la droite, pardon, la droite dit que ça ne suffira pas.

MARISOL TOURAINE
Cette réforme va permettre...

ROLAND SICARD
Et qu'il faudra une autre réforme dans quelques années.

MARISOL TOURAINE
Ecoutez, la droite n'est pas là pour nous donner des leçons elle avait expliqué que tout serait réglé d'ici 2020, il aura fallu moins d'un an pour que sa réforme s'écroule, donc nous avons pris des mesures, des mesures qui, pour certaines, sont difficiles puisque nous demandons un effort...

ROLAND SICARD
43 ans de cotisations.

MARISOL TOURAINE
Un effort à l'ensemble des salariés, à l'ensemble des retraités, nous annonçons l'allongement de la durée de cotisations après 2020, mais en même temps, pour la première fois, une réforme des retraites est synonyme de progrès social, et moi je veux insister là-dessus, parce qu'il y aura un avant et un après, un avant et un après, pour tous ceux qui travaillent dans des conditions pénibles, et qui vont pouvoir faire valoir les périodes de pénibilité au moment de leur retraite, en partant plus tôt ou en bénéficiant de formations. Un avant et un après pour les femmes, les femmes dont tous les trimestres de maternité vont être pris en compte, contrairement à ce qui est le cas aujourd'hui. Pour les étudiants, dont des périodes de stages vont pouvoir être comptabilisées, pour ceux qui travaillent à temps partiel, puisqu'il faudra moins d'heures qu'aujourd'hui pour valider un trimestre. Et c'est donc une réforme de progrès, qui ne nie pas que des efforts sont à réaliser, et la gauche c'est cela. Au fond, cette réforme, elle est emblématique de la démarche du gouvernement, la concertation, la décision et le changement concret.

ROLAND SICARD
Il y a une hausse des cotisations sociales, + 0,3%...

MARISOL TOURAINE
Oui.

ROLAND SICARD
Ce n'est pas vraiment un progrès social.

MARISOL TOURAINE
Qui dit qu'il n'y a pas à assumer des responsabilités ? Le progrès c'est de faire en sorte qu'il n'y ait pas seulement des efforts, que ces efforts nous permettent de garantir, à nos enfants, à ceux qui aujourd'hui ont 40, 50 ans et qui seront à la retraite dans quelques temps, de leur garantir qu'ils pourront compter sur des retraites solides et des retraites financées. C'est ça l'essentiel. Personne ne peut dire : on garantit l'avenir, sans demander d'efforts aujourd'hui. Qui croirait que la responsabilité consisterait à ne pas mettre en avant, les efforts qui sont à demander ? Si vous voulez, la volonté de ce gouvernement c'est de ne rien cacher, c'est de dire la vérité et en même temps de faire en sorte que les efforts ne soient pas les mêmes, pour ceux qui ont commencé à travailler tôt, pour ceux qui ont des métiers pénibles, pour ceux qui ont eu des accidents de carrière ou des accidents de vie. Et c'est cela la justice.

ROLAND SICARD
Vous n'avez pas fusionné les réformes des fonctionnaires et celles des salariés du privé. Pourquoi cette différence entre le privé et le public ?

MARISOL TOURAINE
Il n'y a pas de différence dans le niveau des retraites, qui est versé...

ROLAND SICARD
Il y a une différence dans le calcul des retraites.

MARISOL TOURAINE
Il y a une différence dans le calcul, mais comme les carrières sont différentes...

ROLAND SICARD
Pour quelles raisons ?

MARISOL TOURAINE
Les carrières sont différentes, et donc... et les salaires sont différents. Il y a des primes qui ne comptent pas, par exemple, pour la retraite des fonctionnaires, alors qu'elles leurs sont versées pendant leur vie active, et la retraite n'est pas calculée en tenant compte des primes. Donc, à l'arrivée, il y a une équivalence entre la retraite des fonctionnaire et celle des salariés du privé, mais je veux insister sur le fait que contrairement à ce que j'entends, contrairement à ce que laisse croire l'opposition, la droite, les efforts demandés aux fonctionnaires et aux salariés du privé, sont exactement les mêmes, même allongement de la durée de cotisations, même effort pour les retraités des différents régimes, et même effort en termes de cotisations. Nous avons donc traité sur un pied d'égalité, l'ensemble des Français.

ROLAND SICARD
Sur la question de la fin de vie, est-ce qu'il y aura une loi, une nouvelle loi, pour légaliser l'euthanasie ?

MARISOL TOURAINE
La fin de vie, c'est une situation, une question extrêmement difficile, souvent très douloureuse, et je veux saluer le débat qui a eu lieu au cours des derniers mois, qui a abouti à une conférence de citoyens et on s'est aperçu que les citoyens ont des choses fortes à dire, et qu'ils ont des attentes importantes. Le gouvernement va maintenant se saisir...

ROLAND SICARD
Mais, vous-même, est-ce que vous êtes favorable...

MARISOL TOURAINE
Le gouvernement va se saisir de cette question. J'ai déjà eu l'occasion de dire que le statuquo ne me parait pas possible, il s'agit maintenant d'examiner très précisément, dans le détail, la manière dont nous pouvons répondre aux attentes et aux préoccupations des Français.

ROLAND SICARD
Mais, est-ce que vous-même vous êtes favorable à l'euthanasie ?

MARISOL TOURAINE
J'ai dit que le statuquo n'était pas possible, nous allons maintenant consulter les grandes familles de pensées, le président de la République a indiqué qu'il faudrait apporter des éléments...

ROLAND SICARD
Mais, votre sentiment personnel ?

MARISOL TOURAINE
Mais je l'ai dit, on ne peut pas en rester à la situation telle qu'elle est, et j'ai eu l'occasion de m'exprimer à plusieurs reprises sur cette question, nous devons entendre la volonté des Français, que leur parole soit prise en compte, que leur liberté et leur dignité soient respectées jusqu'au bout, ce qui n'est pas toujours, malheureusement, le cas aujourd'hui.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 18 décembre 2013

Rechercher