Interview de M. Manuel Valls, ministre de l'intérieur, à RMC - BFMTV le 21 janvier 2014, sur le déclenchement de la procédure de catastrophe naturelle consécutive aux inondations dans le Var, le bilan de la sécurité routière en 2013, les chiffres de la délinquance, l'affaire Dieudonné et la fin du cumul des mandats. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Manuel Valls, ministre de l'intérieur, à RMC - BFMTV le 21 janvier 2014, sur le déclenchement de la procédure de catastrophe naturelle consécutive aux inondations dans le Var, le bilan de la sécurité routière en 2013, les chiffres de la délinquance, l'affaire Dieudonné et la fin du cumul des mandats.

Personnalité, fonction : VALLS Manuel, BOURDIN Jean-Jacques.

FRANCE. Ministre de l'intérieur;

ti : JEAN-JACQUES BOURDIN
Notre invité ce matin, Manuel VALLS, ministre de l'Intérieur. Bonjour.

MANUEL VALLS
Bonjour Jean-Jacques BOURDIN.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Merci d'être avec nous. Le Var, les inondations, première question directe, arrêté de catastrophes naturelles, quand ?

MANUEL VALLS
Le plus vite possible, j'imagine dans moins d'une quinzaine de jours. Il faut que les maires fassent remonter leurs demandes de catastrophes naturelles, enfin, de classement en…

JEAN-JACQUES BOURDIN
De catastrophes naturelles…

MANUEL VALLS
En procédure de catastrophes naturelles. Il faut qu'ils fassent toutes les évaluations nécessaires, mais cela ira très vite, c'est ce que le Premier ministre a affirmé hier dans le Var, puisque nous étions ensemble avec mon collègue Philippe MARTIN, et avec lui…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Dans les quinze jours ?

MANUEL VALLS
Pour montrer de la solidarité aux communes sinistrées, aux personnes, nous sommes toujours très frappées, les uns et les autres, par la détresse que vivent nos compatriotes quand ils subissent ce type de catastrophes naturelles, c'est leurs biens, souvent des gens très modestes, leur maison qui est parfois perdue, leurs affaires, des objets intimes, leurs biens tout simplement, et que parfois les assurances ne pourront pas leur rembourser totalement. Donc il y a beaucoup de détresse, c'est là où l'Etat, les services publics, qui se sont comportés d'une manière extraordinaire…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Doit jouer son rôle…

MANUEL VALLS
Pompiers, gendarmes, policiers, agents de l'Etat et des collectivités territoriales, ERDF, et surtout, une solidarité entre les habitants, qui montre que nous sommes un pays qui a quand même beaucoup de générosité en son sein.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Est-ce qu'il y a eu des cas de pillage, parce que j'ai vu que vous avez mis en place une force anti-pillage, enfin, une force, les gendarmes sont mobilisés ?

MANUEL VALLS
Je crois que c'est plutôt préventif…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Il n'y a pas eu de cas ?

MANUEL VALLS
Il y a peut-être eu ici ou là une tentative de vol. Toutes les maisons sont ouvertes, pour précisément permettre l'assèchement le plus vite possible des dégâts causés par l'eau. Donc comme ce sont des zones pavillonnaires très importantes, il faut les protéger.

JEAN-JACQUES BOURDIN
On va parler de la route, mais auparavant, je voudrais parler de ce fameux pacte de responsabilité. Il y a huit jours, une semaine, c'était la conférence de presse du président de la République, pacte de responsabilité, contrepartie, le président de la République en dira un petit peu plus. Est-ce qu'il faut fixer un objectif au patronat, aux chefs d'entreprise, objectif d'embauches ?

MANUEL VALLS
C'est le patronat lui-même qui avait proposé un objectif…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, un million, a dit…

MANUEL VALLS
Dans ce domaine-là, faisons attention, ce qui compte, c'est de libérer…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Avancer des chiffres, il faut faire attention.

MANUEL VALLS
Il faut faire attention, mais en tout cas, oui, ce qu'on attend, c'est que, à partir du moment où on libère les énergies, où on baisse – c'est l'objectif du président de la République – le coût du travail, c'est précisément pour que les entreprises – parce que ce sont elles qui le font – créent de la richesse, et donc de l'emploi. Donc ce qu'on attend, oui, c'est à travers cette libération des énergies, derrière, de la création d'emplois, de la compétitivité pour nos entreprises, le fait qu'elles gagnent des marges, notamment dans la comparaison avec les entreprises allemandes. Nous sommes dans une compétition, une compétition mondiale, une compétition européenne. Donc si nous voulons raccrocher ou ne pas être décrochés par les autres grandes puissances industrielles, il faut mettre le paquet, c'est le sens de ce pacte que propose le président de la République.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc un objectif, on fixe des objectifs, mais on n'impose pas par la loi, c'est impossible, on ne décrète pas l'emploi, on est bien d'accord ?

MANUEL VALLS
Non, mais par entreprise, par secteur, par branche…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, par secteur, on doit fixer des objectifs par branche ?

MANUEL VALLS
C'est ce que le président de la République, on peut se fixer des objectifs…

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'est ce qu'il va annoncer, on fixe des objectifs par branche ?

MANUEL VALLS
Mais il l'a dit déjà, donc de toute façon, il faut se fixer des objectifs de créations d'emplois. A partir du moment où il y a un retour de la croissance, aux Etats-Unis, de 3%, dans la zone euro, y compris dans notre pays, nous sommes sortis de la récession, mais cette croissance est encore trop faible. Donc il faut la soutenir, il faut la doper. Et la croissance, plus elle sera forte, plus elle nous permettra de créer des emplois. Et puis, il faut aussi évidemment investir dans les secteurs de pointe, dans les nouvelles technologies, dans tout ce qui permet de la création d'emplois dans l'économie de demain.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Nous pouvons créer un million d'emplois, a dit le président du MEDEF, Arnaud MONTEBOURG en est à deux millions, n'est-ce pas irresponsable d'avancer comme ça des chiffres ?

MANUEL VALLS
Non, mais ça veut bien dire…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Franchement ? Franchement ?

MANUEL VALLS
Ça veut bien dire, au fond, ces chiffres permettent de montrer l'objectif, la mobilisation de tous, mais dans une économie ouverte, dans une économie de marché, dans une économie globale et mondialisée, il est difficile de se fixer un chiffre précis. Mais l'idée est bien, oui, de créer des centaines de milliers d'emplois, bien sûr…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Et on n'impose rien aux chefs d'entreprise, on est bien d'accord ?

MANUEL VALLS
Mais le dialogue social, le fait d'embaucher, c'est ça la contrepartie, c'est gagnant/gagnant, cela doit permettre enfin que chacun participe du même objectif. C'est-à-dire la compétitivité des entreprises.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Parlons de la sécurité routière, 2013, année faste, enfin, année faste, difficile à dire quand il y a quand même 3.250 morts sur les routes françaises.

MANUEL VALLS
Oui, ça fait 403 vies épargnées…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, épargnées par rapport à 2012.

MANUEL VALLS
C'est un niveau historique, en quarante ans, la mortalité…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Baisse de 11%.

MANUEL VALLS
En quarante ans, la mortalité sur les routes a été divisée par quatre, baisse de 11%, mais évidemment que ça reste un drame, et je rappelle toujours ce chiffre, pour qu'il parle à vos auditeurs, à vos téléspectateurs, c'est neuf tués par jour. Donc c'est à chaque fois neuf tués de trop, derrière, ce sont des drames, des vies brisées, il ne faut pas oublier tous les blessés sur nos routes, il suffit d'aller à l'hôpital de Garches pour se rendre compte ce que cela veut dire être invalide à vie à cause d'un accident de voiture ou de moto. Donc il faut être extrêmement mobilisé.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais pourquoi cette baisse selon vous ? Pourquoi ? Comment l'expliquer ?

MANUEL VALLS
Il y a sans doute…

JEAN-JACQUES BOURDIN
De multiples facteurs ?

MANUEL VALLS
De multiples facteurs, il peut y avoir des facteurs conjoncturels, liés à la crise économique, on utiliserait moins la voiture…

JEAN-JACQUES BOURDIN
On roule moins…

MANUEL VALLS
Le temps, mais quand même, c'est grâce à l'action et aux campagnes qui sont menées depuis des années, action de prévention, mais aussi de dissuasion, de répression. Le rôle des radars, la diminution de la vitesse de 10% au cours de ces dernières années, mais il faut continuer, parce que nous sommes encore à un niveau beaucoup trop élevé de tués…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ça veut dire que c'est efficace la diminution de la vitesse ?

MANUEL VALLS
Oui, elle est efficace, bien sûr…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Il faut poursuivre alors ?

MANUEL VALLS
Il faudra poursuivre, sans aucun doute.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc on va diminuer la vitesse prochainement ?

MANUEL VALLS
Je vous ai entendu tout à l'heure…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Manuel VALLS…

MANUEL VALLS
Va-t-il annoncer la diminution de la vitesse…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Eh oui !

MANUEL VALLS
J'ai mis en place un conseil national de la sécurité routière, qui n'avait plus été activé déjà depuis un certain nombre d'années, présidé par un député du Bas-Rhin, Armand JUNG, qui fait un travail tout à fait remarquable, avec des élus, avec des experts. Ils sont dans ce débat contradictoire, je vous rappelle que 66% des tués sur les routes le sont sur les routes nationales et départementales, ce qu'on appelle le réseau secondaire…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, où l'on roule à 90.

MANUEL VALLS
Donc ils vont faire un certain nombre de propositions dans les prochaines semaines…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc baisser la vitesse à 80 ?

MANUEL VALLS
Ils vont faire un certain nombre de propositions la semaine prochaine…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, ils vont faire cette proposition ?

MANUEL VALLS
Et je pense qu'il faudra expérimenter ce type de mesure, on verra, on verra…

JEAN-JACQUES BOURDIN
On va expérimenter en France la vitesse à 80km/h ?

MANUEL VALLS
Moi, je crois qu'il faut expérimenter, parce que, Jean-Jacques BOURDIN, là-dessus, il faut un travail pédagogique vis-à-vis de nos concitoyens, beaucoup de nos concitoyens, les automobilistes, qui vous appellent souvent d'ailleurs sur votre antenne…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, bien sûr…

MANUEL VALLS
Ont le sentiment qu'on les bride, qu'on les punit en permanence, qu'on les empêche de rouler. Donc moi, je veux les convaincre que ce type de mesure peut être utile. Donc on va sans doute l'expérimenter…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais l'expérimenter, comment on pourrait faire ça, dans un département, dans plusieurs départements ?

MANUEL VALLS
Dans plusieurs départements, parce que les départements…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Combien ? Une dizaine en France ?

MANUEL VALLS
Je ne sais pas encore, mais en tout cas, voilà, c'est un bon chiffre…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Non, mais ce qui serait bien, dans quelques départements ?

MANUEL VALLS
Dans quelques départements, expérimenter…

JEAN-JACQUES BOURDIN
A partir de quand on pourrait faire ça ?

MANUEL VALLS
J'espère à partir de cette année 2014, peut-être à partir de la rentrée…

JEAN-JACQUES BOURDIN
On va expérimenter dans quelques départements, donc on va changer tous les panneaux, on va rouler à 80 au lieu de 90…

MANUEL VALLS
C'est pour ça que c'est un coût très important, c'est pour ça qu'on a besoin d'expérimentations…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, ça va coûter une fortune…

MANUEL VALLS
Et donc c'est pour ça qu'il faut y aller avec méthode, et j'attends, parce que c'est ma méthode, les propositions que le conseil national de la sécurité routière et le comité des experts qui travaillent sur cette question, les propositions qui me seront destinées…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Et une fois l'expérimentation en route, si je puis dire, ensuite, si c'est efficace, on passe à 80 évidemment ?

MANUEL VALLS
Si c'est efficace, comment se priver un seul instant d'outils, d'instruments qui permettent de sauver des vies et des blessés. Il y a eu tout le débat sur les radars, aujourd'hui, nous sommes à 4.100 radars, on va sans doute en installer une centaine de plus en 2014, on remplace par ailleurs les radars qui sont obsolètes, et là aussi, on s'aperçoit que grâce à l'engagement qui a été pris il y a une dizaine d'années par Jacques CHIRAC notamment, on a réussi à faire passer le nombre de morts, qui était de 8.000 en 2002 à 4.000 en 2010, et mon objectif, c'est 2.000 en 2020. Donc on ne peut se priver d'aucun outil. Et puis, il faut travailler aussi sur des segments, des secteurs, des publics, je pense aux jeunes, les contrôles d'alcoolémie, c'est à la sortie des discothèques…

JEAN-JACQUES BOURDIN
0,5, vous gardez 0,5 ?

MANUEL VALLS
On garde aujourd'hui 0,5, est-ce qu'il faut baisser ? On verra les propositions que le comité des experts…

JEAN-JACQUES BOURDIN
On verra…

MANUEL VALLS
Mais il faut continuer ce travail vers des publics les plus fragiles, les jeunes, sur les routes départementales et secondaires. Il faut poursuivre des campagnes qui leur parlent davantage, il faut utiliser évidemment Internet, nouvelle forme de communication, qui frappe l'opinion, regardez la campagne qui vient d'avoir lieu sur tous les médias, quand on tient quelqu'un, on le retient, ce type de campagne, qui s'adresse à la responsabilité de chacun, à la conscience de chacun, elle est particulièrement efficace.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Alors, pour retenir un conducteur, il y a aussi une autre solution, c'est l'éthylotest qu'on installe sur les voitures, et qui est anti-démarrage, non ?

MANUEL VALLS
Ça ne marchait pas, mais on peut peut-être l'utiliser, c'est aussi l'une des recommandations du conseil national de la sécurité routière…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous y êtes favorable ?

MANUEL VALLS
Pour les publics les plus concernés. Utilisons…

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'est-à-dire, c'est quoi les publics les plus concernés ?

MANUEL VALLS
Eh bien, ceux par exemple qui sont addictifs à l'alcool, à la consommation d'alcool ou du stupéfiant, mais je veux rappeler que la vitesse aujourd'hui…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous êtes favorable à l'installation de ces dispositifs ?

MANUEL VALLS
Pour ce type de public, oui, en le généralisant, non.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Non.

MANUEL VALLS
J'avais déjà eu l'occasion, je crois, de le dire à ce micro.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, ici, oui.

MANUEL VALLS
La vitesse, c'est 25% des tués sur les routes. L'alcool, c'est 20%, l'utilisation de cannabis, c'est 4%, mais quand on mélange tout ça, c'est-à-dire la vitesse, la consommation d'alcool et la consommation de stupéfiants, les risques d'un accident sont multipliés par quatre, voilà une politique publique qui marche, grâce à l'engagement des politiques, des pouvoirs publics, des médias qui diffusent les messages, grâce aussi au comportement de nos compatriotes, il faut le remarquer…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Une prise de responsabilité…

MANUEL VALLS
Grâce aux collectivités territoriales qui ont réaménagé les routes…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, je vais y revenir…

MANUEL VALLS
Grâce aux constructeurs bon, donc ça veut dire que ça marche, mais 3.250 tués, c'est évidemment encore beaucoup trop, et 25.876 blessés. Donc ça veut dire que nous ne devons pas relâcher l'effort. Et moi, je veux réussir cet objectif qui est d'atteindre moins de 2.000 tués en 2020.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Etes-vous d'accord avec Barack OBAMA, puisqu'on parlait de cannabis, êtes-vous d'accord avec Barack OBAMA qui a dit : je ne pense pas que fumer du cannabis soit plus dangereux que l'alcool, vous êtes d'accord ou pas avec ça ?

MANUEL VALLS
Après, c'est une question de consommation…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous auriez pu dire la même chose, franchement ?

MANUEL VALLS
Je ne suis pas sûr que je l'aurais pris par la dénégation, j'aurais dit : fumer du cannabis…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Il m'est arrivé de fumer du cannabis, a expliqué OBAMA, dans ma jeunesse, je ne recommande pas évidemment de fumer du cannabis, mais à mon sens, ce n'est pas plus dangereux que l'alcool.

MANUEL VALLS
Non, c'est dangereux, c'est dangereux, et notamment, quand c'est pris à hautes doses par des individus, mais je pense notamment à des jeunes…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous avez fumé du cannabis, vous, déjà, Manuel VALLS ?

MANUEL VALLS
Non, je n'ai pas fumé…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Jamais ?

MANUEL VALLS
Il m'est arrivé d'avoir fumé peut-être une fois, mais attention, tout mot…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, non, mais oui…

MANUEL VALLS
Mais tout mot d'un responsable public – le président des Etats-Unis, un modeste ministre de l'Intérieur en France – agit sur les jeunes, moi, je suis favorable, et je reste toujours favorable à l'interdiction du cannabis. Parce que je crois que la société a besoin d'autorité, de normes, de règles, et quand vous avez des collégiens, j'entendais les reportages sur votre antenne qui concernaient des lycéens, et quand il s'agit de collégiens, de 11, 12, 13 ans, qui fument du cannabis, et plusieurs fois par jour, les effets non seulement sur leurs comportements, sur leurs notes scolaires, mais sur leur santé, parce que c'est à cet âge-là d'abord un problème de santé publique, ces effets sont désastreux, ils sont dangereux, d'autant plus que le cannabis aujourd'hui, il est de plus en plus dur, de plus en plus fort, donc de plus en plus dangereux pour la santé.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Le dépistage, le dépistage dans les lycées, comme le propose le député CIOTTI, c'est une bonne idée ou une mauvaise idée ?

MANUEL VALLS
Mais Vincent PEILLON a apporté la bonne réponse, il faut une campagne massive vers la jeunesse, et il faut une réponse en matière de santé publique, qu'il y ait parfois du dépistage…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais une campagne massive, il y en a eu des campagnes massives, Manuel VALLS…

MANUEL VALLS
Oui, mais, Jean-Jacques BOURDIN, ça s'est relâché, alors c'est peut-être dû à l'absence de moyens qui ont été supprimés au cours des dernières années dans l'école, la santé publique, la lutte contre les addictions, c'est-à-dire la consommation de drogue…

JEAN-JACQUES BOURDIN
L'alcool, je vous parle de l'alcool, parce que j'avais un proviseur tout à l'heure qui nous disait…

MANUEL VALLS
Je l'ai entendu…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais l'addiction la plus grave aujourd'hui, ce n'est pas le cannabis, enfin, c'est grave, mais on fume pas plus de cannabis qu'il y a dix ans dans les lycées, en revanche, on boit plus.

MANUEL VALLS
Bien sûr. Et puis, vous voyez, y compris, ces soirées arrosées parfois, dans des fêtes de lycées ou de grandes écoles, donc ces campagnes de prévention, qui s'adressent à l'intelligence des élèves, des collégiens et des lycéens, la sensibilisation des parents, parce qu'il y a aussi la responsabilité des parents dans cette affaire, il faut continuer ce travail, c'est une cause de santé publique.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Alors je me souviens de ce que vous disiez lorsque vous étiez venu me voir, c'était au mois de mai dernier, vous disiez : les consommateurs pris sur le fait, même en possession d'une faible dose devront bientôt payer une amende sur le champ.

MANUEL VALLS
Oui.

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'est ce que vous aviez dit.

MANUEL VALLS
Oui…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais rien, rien de nouveau depuis…

MANUEL VALLS
Si, il y a beaucoup d'opérations de ce type qui sont menées par les services de police et par les services de douanes, nous y sommes très favorables avec la Garde des sceaux, parce que cela permet d'avoir une réponse judiciaire…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous allez prendre, je ne sais pas, moi…

MANUEL VALLS
Il faut que les moyens suivent, notamment du côté…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Lesquels ?

MANUEL VALLS
Du côté des agents des douanes, vous savez que ça nécessite, pour opérer ce type de contrôle, des moyens tout à fait considérables, mais les expérimentations que nous avons menées…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ils seront mis en place ?

MANUEL VALLS
J'étais venu au lendemain d'un contrôle de ce type en Seine-Saint-Denis…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, tout à fait, tout à fait…

MANUEL VALLS
Sont mis en place, et nous continuons à les mener.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Bien. Vous avez regardé les sondages, vous avez baissé de six points après l'affaire DIEUDONNE. Vous pensez que c'est à cause de l'affaire DIEUDONNE d'ailleurs que vous avez baissé dans les sondages ?

MANUEL VALLS
Je n'en sais rien, Jean-Jacques BOURDIN…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous n'êtes plus l'homme politique le plus populaire de France, qu'est-ce qui se passe, Manuel VALLS…

MANUEL VALLS
C'est un drame…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Non, mais je vous vois d'ailleurs affligé, mais bon, non…

MANUEL VALLS
D'abord, ça n'est pas la première…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Non, oui ?

MANUEL VALLS
D'abord, ça n'est pas la première…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Alain JUPPE vous devance maintenant…

MANUEL VALLS
D'abord, ça n'est pas la première fois. Et puis, l'action publique, l'action qui est la mienne pour la sécurité des Français, elle ne peut pas être en permanence – pardon de le dire – indexée aux sondages. Et quand il y a des combats qui mettent en question profondément les valeurs de la République, parce que l'antisémitisme, le racisme, les actes antireligieux, qu'ils concernent les catholiques, les juifs, les musulmans, quand on s'en prend à une église, à une synagogue, à une mosquée, quand on profane un cimetière, tout cela fait mal à notre société, tout cela divise, fracture la France. Si nous voulons rassembler et apaiser, il faut agir, il faut être efficace. Et qu'est-ce qui s'est passé dans cette affaire ? Cet individu aujourd'hui, dans ses spectacles, ne peut plus continuer sa campagne raciste, et qui fait du juif un…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Cela dit, il affirme qu'il va tourner un nouveau spectacle en Algérie et qu'il va diffuser ce spectacle, vous verrez bien, vous êtes en alerte, si je comprends bien.

MANUEL VALLS
Je suis en alerte, je ne suis pas… ce n'est pas un…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais certains ont dit c'est un coup médiatique de la part de Manuel VALLS, il a voulu faire un coup médiatique avec l'affaire DIEUDONNE.

MANUEL VALLS
Cela fait des mois que je parle de la montée de cet antisémitisme, qui d'ailleurs rassemble les antisémitismes qui viennent d'horizons divers, celui de l'extrême droite, de monsieur SORAL, celui qu'on trouve aussi dans un certain nombre de nos quartiers, la Shoah est un sanctuaire, on ne peut pas le profaner tous les soirs dans un spectacle, et puis, enfin, le nombre de réservations pour les salles, le succès sur Internet, il a fallu que BFM TV et FRANCE TELEVISIONS, FRANCE 2, fassent des reportages très précis sur les mots prononcés par cet individu, des attaques antisémites, anti-juives, des attaques racistes, homophobes, pour que, enfin, il y ait une prise de conscience dans ce pays alors que j'en parle depuis des mois. qu'aujourd'hui le journaliste qui a été très attaqué par DIEUDONNE M'BALA M'BALA et SORAL, HAZIZA, fasse un livre sur les connexions entre DIEUDONNE, l'extrême droite identitaire néonazie, cela représente un danger, et le ministre de l'Intérieur, j'ai dissous, à la demande du président de la République, des groupes néonazis, des groupes d'extrême droite, il y a quelques mois, chacun comprenait qu'on ne pouvait pas laisser agir l'oeuvre française qui est au coeur de la matrice idéologique de l'extrême droite, donc il fallait agir. J'ai entendu même un autre argument, c'est une diversion, c'est un moyen de ne pas parler des vrais sujets, mais l'antisémitisme et le racisme sont des vrais sujets, ça ne m'empêche pas pour autant de continuer mon action, à la tête de la Sécurité Civile pour venir en aide à nos compatriotes dans le Var, en Bretagne ou à La Réunion…

JEAN-JACQUES BOURDIN
« Qu'il s'occupe de la sécurité des Français », vous avez entendu comme moi.

MANUEL VALLS
Mais l'antisémitisme et le racisme c'est de l'insécurité permanente, ça fait mal à notre société, mais ça ne me dévie pas pour autant de ma tâche en matière de sécurité de nos compatriotes, et jeudi prochain je commenterai les chiffres de la délinquance.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Et alors ?

MANUEL VALLS
Eh bien il y a beaucoup de violence dans notre société.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ils sont en baisse ou en hausse ?

MANUEL VALLS
Ça dépend des secteurs. Dans les zones de sécurité prioritaire, que nous avons mises en place, la délinquance baisse de manière très significative.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Et elle monte en zone rurale, ou périurbaine.

MANUEL VALLS
Nous nous sommes attaqués, depuis plusieurs mois, à ce phénomène des cambriolages qui ont explosé depuis 5 ans, le premier semestre de l'année 2013 a été marqué par une très nette augmentation, c'est vrai, mais là nous sommes en train d'obtenir des résultats et nous commençons à voir une baisse dans un certain nombre de départements. Il y a quelques jours, parce que ça vient souvent de là, nous avons démantelé, les services de police et de gendarmerie, un réseau qui vient de Géorgie qui était au coeur de 8000 faits de cambriolages, vous vous rendez compte, donc cela veut bien dire que nous devons poursuivre, là encore, cette mission.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc les chiffres jeudi. Globalement, en légère baisse, en légère hausse ?

MANUEL VALLS
Non, ils sont difficiles…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc en hausse.

MANUEL VALLS
Ça dépend encore une fois des secteurs.

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'est comme le chômage quoi !

MANUEL VALLS
Non non… je ne cache pas la vérité aux Français, nous avons un outil statistique indépendant qui annoncera les chiffres avant, nous ne…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Je ne vous demande pas les chiffres, mais ils sont en légère hausse ?

MANUEL VALLS
J'attends, attendez jeudi, il faut respecter cet organisme indépendant, mais nous mettons les moyens, en remplaçant tous les départs à la retraite dans la police et la gendarmerie, en créant des postes supplémentaires, 400 à 500 par an, en donnant des moyens supplémentaires à la police…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous allez encore en créer 4 ou 500 cette année ?

MANUEL VALLS
Oui, bien sûr, tous les ans, et enfin en créant ces Zones de Sécurité Prioritaire qui nous permettent d'obtenir des résultats.

JEAN-JACQUES BOURDIN
J'ai deux questions. La proportionnelle, je vous parle du cumul des mandats, mais le cumul des mandats ça va être acquis, ça va être voté, la fin du cumul des mandats.

MANUEL VALLS
Oui, mais ça fait combien de temps qu'on en parle ?

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui. Vous avez commencé le travail parlementaire au mois d'avril, c'est ce que vous me disiez.

MANUEL VALLS
Il y a quelques mois, l'Assemblée nationale demain, discutera aujourd'hui du texte et demain votera…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Et votera demain.

MANUEL VALLS
Mais c'est une révolution démocratique majeure, elle s'appliquera à partir de 2017, mais dès les municipales de 2014, dans quelques semaines, au fond, elle va rentrer dans notre culture. C'est un changement absolu. Nous étions une anomalie par rapport aux autres pays européens, et ça va changer, y compris les parcours politiques nationaux et locaux, et moi je suis très fier d'avoir porté cette loi et d'avoir traduit dans les faits cet engagement du président de la République.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Une dose de proportionnelle, à quand le texte ?

MANUEL VALLS
C'était un engagement…

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'est un engagement de François HOLLANDE.

MANUEL VALLS
C'est à lui de décider à quel moment cet engagement pourra se tenir.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais vous confirmez, avant 2017 ?

MANUEL VALLS
Je ne confirme rien, c'est au président…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, c'est au président de choisir.

MANUEL VALLS
C'est au président…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais vous, vous y êtes favorable ?

MANUEL VALLS
C'est en engagement du président de la République, s'il peut y avoir plus de diversité à l'Assemblée nationale tout en gardant le fait majoritaire, oui c'est une bonne chose, mais là encore c'est au président de la République d'en prendre l'initiative.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Une dernière question, et là, je me fais l'interprète d'une maman. Au mois de décembre, le 27 décembre, des pompiers ont manifesté à Grenoble, il y a eu affrontements avec des CRS et des gendarmes mobiles, l'un des pompiers a perdu un oeil, cette maman vous demande, vous écrit et vous réclame la vérité. Est-ce que vous vous engagez ce matin, là, à établir la vérité sur ce qui s'est passé ?

MANUEL VALLS
Bien sûr, il y a une inspection générale en cours, on a les procédures judiciaires, que cette famille, je crois, a saisi la justice, qui elle-même demande à l'inspection générale de mener une enquête précise, et les résultats de cette enquête seront, évidemment, publiés et totalement transparents.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Les pompiers qui travaillent plus sans être payés plus.

MANUEL VALLS
Les pompiers qui travaillent dur, et on a une sécurité civile, un modèle de sapeurs-pompiers basé sur le professionnalisme, évidemment beaucoup sur le volontariat, avec tous ces jeunes sapeurs-pompiers, qui s'engagent aussi, voilà…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais qui ne sont pas payés plus, et qui vont travailler plus.

MANUEL VALLS
Si, ils vont être un peu plus payés, mais il faut surtout qu'il y ait plus de volontaires, et ça a été très important dans le discours du président de la République à Chambéry, au congrès des sapeurs-pompiers, parce que là, nous avons un modèle qu'il faut préserver et un moyen d'engagement de la jeunesse, tout à fait considérable.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Merci Manuel VALLS d'être venu nous voir.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 21 janvier 2014

Rechercher