Interview de Mme George Pau-Langevin, ministre de la réussite éducative à RMC le 29 janvier 2014, sur l'enseignement des principes républicains à l'école et la polémique sur la théorie du genre. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme George Pau-Langevin, ministre de la réussite éducative à RMC le 29 janvier 2014, sur l'enseignement des principes républicains à l'école et la polémique sur la théorie du genre.

Personnalité, fonction : PAU-LANGEVIN George, BOURDIN Jean-Jacques.

FRANCE. Ministre de la réussite éducative;

ti :


JEAN-JACQUES BOURDIN
On vous en parle beaucoup sur RMC ce matin, mais si on vous en parle, c'est parce que de nombreux parents s'inquiètent, depuis plusieurs semaines, de mystérieux SMS sont transférés entre les portables de nombreux parents d'élèves – si c'est votre cas, vous m'appelez, 32.16 « rmc.fr » – des SMS incitant ces parents à ne pas envoyer leurs enfants à l'école, et par exemple, deux journaux – OUEST FRANCE et L'EST REPUBLICAIN – rapportent ces SMS, qui dénoncent quoi ? Des cours de masturbation, des modules d'éducation sexuelle avec démonstration, et même des peluches en forme de pénis et de vagin, destinés aux écoles maternelles ou aux écoles primaires, non, mais vous imaginez ! Qui est à l'origine de cette campagne massive ? Un collectif, nommé « Journée de retrait » de l'école, qui veut protéger – dit ce collectif – la pudeur et l'intégrité de nos enfants. Alors des parents qui sont très engagés dans la religion, qu'elle soit musulmane ou chrétienne, eh bien, n'ont pas envoyé leurs enfants à l'école, ça s'est produit dans plusieurs villes. Que dénonce ce collectif un peu mystérieux ? Le programme ABCD de l'égalité des ministères des Droits des femmes et de l'Education nationale, qui est testé dans dix Académies en France, 600 classes de 265 écoles, et qui vise les jeunes de 3 à 15 ans. Ce programme – selon ce collectif mystérieux – fait partie d'une sorte de complot qui vise à déguiser les garçons en filles, et inversement. Alors j'ai souhaité inviter George PAU-LANGEVIN, ministre déléguée à la Réussite éducative. Bonjour.

GEORGE PAU-LANGEVIN
Bonjour.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Quel est ce programme ? Que dit votre programme ?

GEORGE PAU-LANGEVIN
Eh bien, il ne s'agit évidemment pas de nier la différence des sexes, ce n'est pas notre propos, dans le programme des ABCD de l'égalité, ce que nous essayons d'expliquer, c'est que l'égalité hommes/femmes est une valeur essentielle dans la République, et que par conséquent, certains comportements, certains stéréotypes vont à l'encontre de cette valeur. Par exemple, ce n'est pas parce qu'on est une femme qu'on est destinée obligatoirement à passer l'aspirateur, quand on est une femme, très souvent, on se cantonne dans les choix professionnels ; nous avons des filles qui sont brillantes à l'école, et qui lorsqu'elles s'orientent choisissent des métiers souvent qui ne sont pas des métiers dans lesquels elles vont pouvoir s'épanouir et gagner leur vie. Donc les ABCD de l'égalité sont là précisément pour transmettre les valeurs de la République, mais il n'est pas question de faire une éducation sexuelle à la maternelle…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Il n'y a aucun cours d'éducation sexuelle en maternelle ou dans le primaire ?

GEORGE PAU-LANGEVIN
Absolument pas, mais ce sont plutôt des images, on lutte contre des images qui sont des images stéréotypées de rôles de femmes ou d'hommes. Mais aujourd'hui, il n'est absolument pas question d'enseigner dans nos établissements scolaires ni théorie de genre ni éducation sexuelle…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Est-ce qu'on parle d'homosexualité ?

GEORGE PAU-LANGEVIN
Pas du tout…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Est-ce qu'on parle de…

GEORGE PAU-LANGEVIN
Pas du tout, il ne s'agit pas du tout, dans les ABCD de l'égalité, de cela, il s'agit de dire qu'il y a entre les hommes et les femmes dans notre pays une répartition des rôles qui, parfois, est assise sur des stéréotypes, et qui va à l'encontre du principe d'égalité. Mais pour nous, bien évidemment, il ne s'agit pas de faire avant l'heure une éducation sexuelle aux enfants, et surtout, de leur apprendre je ne sais quelles déviances, ce qui est frappant, c'est de voir comment dans notre pays, les rumeurs les plus folles peuvent circuler, et que les parents, surtout d'ailleurs, ce qui est un petit peu dommage, dans certains quartiers populaires, eh bien, les parents y accordent crédit…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, et d'ailleurs, la population musulmane est visée, est ciblée…

GEORGE PAU-LANGEVIN
Donc je crois qu'on doit dire, et les parents doivent savoir que l'école, surtout dans les quartiers populaires, elle est la chance de leurs enfants, et enlever les enfants de l'école, c'est évidemment les priver de la possibilité majeure qu'ils ont de réussir leur vie. Donc il faut arrêter cela.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Bien. Je vais vous lire un SMS, juste un extrait. C'est quoi la théorie du genre dans les écoles ? On explique à une fille qu'elle ne naît pas fille, mais neutre, que c'est la société qui l'influence et que par conséquent, elle peut être un garçon si elle le veut. Même raisonnement pour un garçon. L'intervention d'un membre du LGBT – Lesbiennes, Gays, Bi et Trans – deviendra la règle à la rentrée 2014.

GEORGE PAU-LANGEVIN
Non, ce sont des fantasmes tout cela, effectivement, ce sont des fantasmes, je crois que, effectivement, il faut qu'on se dise que dans notre société, nous avons l'égalité, il y a effectivement égalité des gens en fonction de leur orientation sexuelle, on n'est pas plus ou moins important selon son orientation sexuelle, mais il faut bien dire qu'il y a des âges aussi où on apprend ce genre de choses aux enfants, et ce n'est pas parce que dans les crèches ou dans les écoles maternelles, on apprend aux petits garçons à jouer à la dînette ou qu'on les laisse jouer à la dînette que leur orientation sexuelle sera définie. Donc il me semble qu'il faut vraiment dire aux parents qu'il ne faut pas qu'ils se laissent manipuler par des extrémistes de toutes sortes, qui essaient de véhiculer la haine dans les écoles, que, au contraire, dans nos écoles, nous apprenons les principes républicains, nous apprenons l'égalité, nous apprenons la fraternité, et que nous ne mêlons pas un certain nombre de propos et de théories qui sont des théories qui peut-être peuvent intéresser les intellectuels, mais qui n'ont rien à faire dans les écoles.

JEAN-JACQUES BOURDIN
George PAU-LANGEVIN, dans deux minutes, vous restez là, merci. Matthieu BELLIARD.

/// Pause publicitaire ///

JEAN-JACQUES BOURDIN
George PAU-LANGEVIN est donc avec nous, ministre déléguée à la Réussite éducative. Mais que se passe-t-il au lycée français Voltaire, le bien-nommé, lycée de Doha, au Qatar ? Je vous dis que se passe-t-il, parce que ce lycée est un lycée géré par les Qataris, on est bien d'accord ?

GEORGE PAU-LANGEVIN
C'est un lycée privé…

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'est un lycée privé, l'éducation dispensée est une éducation française, on est bien d'accord ?

GEORGE PAU-LANGEVIN
Oui, oui.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui, mais, parmi les activités périscolaires, il y a l'enseignement de l'islam, l'enseignement de la charia, eh oui, George PAU-LANGEVIN ! Et troisième chose, la séparation entre les garçons et les filles.

GEORGE PAU-LANGEVIN
Alors là, nous n'avons pas les mêmes informations, parce que…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ah bon, qu'est-ce que vous avez comme informations ?

GEORGE PAU-LANGEVIN
Nous, nous savons que ce lycée, donc qui est un lycée privé donc, et qui accueille des enfants qui sont Qataris et Français…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui…

GEORGE PAU-LANGEVIN
Alors, pour les enfants qataris qui vont à l'école, eh bien, ils ont la possibilité, comme dans toute autre école dans leur pays, d'apprendre l'islam et d'apprendre l'arabe, ce qui n'est sans doute pas…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Et d'apprendre la charia aussi…

GEORGE PAU-LANGEVIN
A notre connaissance, non…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Dans la culture. Non ?

GEORGE PAU-LANGEVIN
Et nous, nous savons surtout que cet établissement est mixte. Donc je pense…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Pour l'instant…

GEORGE PAU-LANGEVIN
Oui, mais enfin…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Bon, d'accord…

GEORGE PAU-LANGEVIN
Cet établissement est mixte, et par conséquent, pour nous, il est important que des jeunes qataris puissent être francophones et apprendre les valeurs de la République, qu'à côté de cela, ils apprennent en périscolaire la religion dominante de leur pays et la langue dominante dans leur pays, ça ne nous semble pas choquant. Mais nous, nous avons comme fonction, et les enseignants français ont comme fonction de transmettre évidemment le français et les valeurs de la République.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais si ce que je vous dis s'avère vrai, qu'est-ce que vous faites ? Vous retirez le label, parce que vous n'avez plus le contrôle de l'enseignement quand même dans ce lycée !

GEORGE PAU-LANGEVIN
Il y a un accord, une convention, donc si les Qataris ne respectent pas les termes de l'accord, et notamment qu'on n'apprend plus les valeurs de la République ou que, on fait une école qui n'est plus mixte, une école où l'enseignement ne nous convient pas…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Une école où la discrimination est la loi, et la règle…

GEORGE PAU-LANGEVIN
… A ce moment-là, bien évidemment, la convention ne pourra pas demeurer.

JEAN-JACQUES BOURDIN
A ce moment-là, vous romprez la convention…

GEORGE PAU-LANGEVIN
Bien sûr…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ça, c'est clair ?

GEORGE PAU-LANGEVIN
Nous, nous nous battons pour que la Francophonie soit présente à travers le monde, c'est la raison pour laquelle on développe des écoles où – en l'espèce – les Qataris apprennetn le français et les valeurs de la Francophonie, si ce n'est pas le cas, bien évidemment, les accords seront rompus…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Alors, imaginons que les Qataris imposent aux enfants du Qatar, qui fréquentent ce lycée, de ne plus aller en classe avec des jeunes filles, aux garçons…

GEORGE PAU-LANGEVIN
Je ne pense pas qu'ils le puissent…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ils ne pourront pas ?

GEORGE PAU-LANGEVIN
Je ne pense pas qu'ils le puissent. Nous avons, de toute façon, quand il y a des difficultés, on essaie de les régler, comme partout, dans la concertation et le dialogue, même en France, nous pensons que la laïcité est une valeur absolue, mais que nous avons principalement comme objectif de faire en sorte de convaincre les gens et pas forcément de les exclure. Donc en l'espèce, au Qatar, ça sera la même chose s'il y a des difficultés avec les Qataris, mais il est hors de question de transiger sur les valeurs de la République.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Merci George PAU-LANGEVIN.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 29 janvier 2014

Rechercher