Interview de Mme Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé à RFI le 5 février 2014, sur le report de la présentation du projet de loi sur la famille et le débat sur la procréation médicale assistée (PMA). | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé à RFI le 5 février 2014, sur le report de la présentation du projet de loi sur la famille et le débat sur la procréation médicale assistée (PMA).

Personnalité, fonction : TOURAINE Marisol, RIVIERE Frédéric.

FRANCE. Ministre des affaires sociales et de la santé;

ti :


FREDERIC RIVIERE
Bonjour, Marisol TOURAINE.

MARISOL TOURAINE
Bonjour.

FREDERIC RIVIERE
La décision de ne pas présenter ce projet de loi sur la famille est vigoureusement dénoncée par une assez grande partie de la majorité, beaucoup dénonce une reculade incompréhensible face à ce qu'ils appellent des forces réactionnaires, est-ce que pour vous c'était la bonne décision ?

MARISOL TOURAINE
Il ne s'agit en aucun cas de reculer, le travail se poursuit et il faut dire stop à la désinformation que véhicule une partie de la droite. Le texte sur lequel travaille et travaille bien Dominique BERTINOTTI est un texte qui a pour objectif d'apporter davantage de protection à l'ensemble des enfants : favoriser la médiation, favoriser les conditions de l'adoption, favoriser la prise en charge des enfants en grande difficulté sociale et donc le travail se poursuit, certains d'ailleurs - certaines dispositions – pourront aboutir relativement vite, le travail se poursuit ; et moi je veux dire que ce gouvernement fait beaucoup pour la famille et que je n'admets pas le procès que nous intente l'opposition, parce que cette opposition…

FREDERIC RIVIERE
Mais vous parlez de l'opposition, c'est “ LA MANIF POUR TOUS” qui a déclenché le retrait du texte ?

MARISOL TOURAINE
La manif, ce que vous appelez “ LA MANIF POUR TOUS ”, cette manifestation elle colporte des… Comment dire ? De fausses informations, elle repose sur des peurs, des inquiétudes, des angoisses, le travail se poursuit et les projets du gouvernement pour favoriser l'adoption, mieux en prendre en charge des enfants en difficulté, ces projets-là ils vont aller à leur terme.

FREDERIC RIVIERE
Donc le gouvernement a dû reculer, là, face à des forces du mensonge en quelque sorte ?

MARISOL TOURAINE
Le gouvernement ne recule pas, le gouvernement poursuit le travail et, en même temps pourquoi…

FREDERIC RIVIERE
Mais enfin il y a quand même bien un renfort ?

MARISOL TOURAINE
Pourquoi…

FREDERIC RIVIERE
Ca été annoncé ? Ce n'est pas…

MARISOL TOURAINE
Oui ! Il y a un report, ça ne veut pas dire qu'il y a un abandon.

FREDERIC RIVIERE
Mais il n'y a pas de nouvelle date, c'est un report sine die pour l'instant ?

MARISOL TOURAINE
Ecoutez, nous verrons comment le travail peut avancer.

FREDERIC RIVIERE
Oui ! Dominique BERTINOTTI disait hier soir que, si ce report était le prix à payer pour qu'il n'y ait plus de manifestation dans les rues, ça valait sans doute le coup, vous partagez cet avis ?

MARISOL TOURAINE
La question, c'est : est-ce que, dans le contexte actuel, on sert des prétextes à des divisions ? Il y a manifestement dans ce pays des hommes et des femmes qui ont envie de se saisir de n'importe quel prétexte pour marquer leur opposition, marquer des divisions. Nous avons besoin, compte tenu des enjeux qui ont les nôtres dans la société française aujourd'hui, compte tenu de la nécessité de mobiliser tout le pays pour l'emploi, pour aller de l'avant dans la lutte pour la croissance et contre le chômage, nous avons besoin d'être le plus soudés possible, mais cela ne veut pas dire que nous renoncions à d'autres projets – comme j'ai pu l'entendre – évidemment d'autres projets font l'objet de travaux et avancent et vont nous permettre de répondre à d'autres interrogations, comme celle sur la famille.

FREDERIC RIVIERE
Ces gens dont vous parlez, qui colportent la rumeur, qui jouent la division, ont gagné une bataille ?

MARISOL TOURAINE
Non ! Il n'y a pas de bataille gagnée ou perdue, il y a la volonté de faire gagner la France et de faire gagner un climat qui nous permette d'aller de l'avant dans l'ensemble des domaines dans lesquels nous sommes attendus.

FREDERIC RIVIERE
Ils pourraient dire la même chose de leur point de vue, ils pourraient dire la même chose ?

MARISOL TOURAINE
Eh bien, écoutez, s'ils veulent apporter leur contribution positive au débat, ils sont les bienvenus.

FREDERIC RIVIERE
Najat VALLAUD-BELKACEM expliquait hier que c'est parce que le projet de loi n'était pas prêt qu'il avait été reporté…

MARISOL TOURAINE
Eh bien le projet de loi…

FREDERIC RIVIERE
C'est parce qu'il n'est pas prêt ou c'est parce qu'il y a trop de manifestations et d'incompréhensions ?

MARISOL TOURAINE
Nous l'avons dit, le travail se poursuit. Le travail se poursuit, il y a des points sur lesquels la concertation est allée à son terme et d'autres qui requièrent un approfondissement.

FREDERIC RIVIERE
Oui ! Des députés Socialistes ont annoncé hier, avec le soutien de Claude BARTOLONE – le président de l'Assemblée nationale – qu'ils allaient déposer des propositions de loi pour reprendre une partie du projet de loi, est-ce que le gouvernement va les soutenir ?

MARISOL TOURAINE
Eh bien s'il y a des propositions de loi, de toute façon, cela relève de la seule décision du groupe socialiste…

FREDERIC RIVIERE
Oui ! Il y a l'ordre du jour, enfin…

MARISOL TOURAINE
Oui ! Mais enfin dans…

FREDERIC RIVIERE
On peut faciliter les choses ?

MARISOL TOURAINE
Non ! Non. Là, c'est… on ne va pas rentrer dans la technique parlementaire, mais il y a une marge d'autonomie complète qui est laissée aux parlementaires et, puisqu'il y a des points sur lesquels le travail est déjà réalisé, il ne me paraitrait pas anormal que nous puissions avancer sur ces terrains-là.

FREDERIC RIVIERE
Oui ! D'un mot encore, pour en finir sur le sujet. Est-ce que ce n'est pas parce que François HOLLANDE notamment et Jean-Marc AYRAULT craignaient que quelques députés, notamment Verts par exemple, inscrivent des amendements sur la GPA – la Gestation Pour Autrui – et la PMA – la Procréation Médicale Assistée – que finalement ce texte a été retiré ? Est-ce que ce n'est pas en raison de cette crainte-là ?

MARISOL TOURAINE
Mais cette question a été, comment dire, clairement explicitée et effectivement nous ne souhaitons pas à l'occasion du débat sur la famille – qui est en réalité un débat sur la protection des enfants – nous ne souhaitons pas voir apparaître des discussions sur la PMA et la GPA, les sujets dont traitent le texte auquel travaille Dominique BERTINOTTI sont des sujets qui n'ont strictement rien à voir…

FREDERIC RIVIERE
Oui !

MARISOL TOURAINE
Et sur la GPA, c'est-à-dire la Gestation Pour Autrui, je redis ici qu'il n'a jamais - je dis bien jamais – été envisagé de le rendre, de la rendre possible et pour ce qui est de la PMA nous attendons de toute façon les conclusions du Comité consultatif national d'éthique…

FREDERIC RIVIERE
Oui ! C'est ça.

MARISOL TOURAINE
Et ce n'est pas un texte sur la médiation familiale ou la facilitation de l'adoption qui est le lieu pour réfléchir à la PMA de toute façon.

FREDERIC RIVIERE
« LA MANIF POUR TOUS » demande maintenant, forte de ce sentiment de victoire, le retrait des ABCD de l'égalité des établissements scolaires où c'est en cours d'expérimentation…

MARISOL TOURAINE
Comment peut-on demander le renoncement…

FREDERIC RIVIERE
Parce qu'ils estiment que…

MARISOL TOURAINE
Comment peut-on renoncer…

FREDERIC RIVIERE
Non ! Mais je vous explique…

MARISOL TOURAINE
Je vous réponds !

FREDERIC RIVIERE
Parce qu'ils considèrent que ça introduit la théorie du genre à l'école.

MARISOL TOURAINE
Comment peut-on renoncer à l'égalité ? On ne discute avec l'égalité, on ne badine pas avec l'égalité, on ne négocie pas l'objectif d'égalité et l'école est un lieu où on apprend aussi l'égalité et moi je ne comprends pas comment on peut mettre en cause l'idée que l'on réfléchisse entre l'égalité entre les filles et les garçons, entre les hommes et les femmes, à l'école comme ailleurs. L'égalité entre les hommes et les femmes est un combat permanent…

FREDERIC RIVIERE
Oui !

MARISOL TOURAINE
Et cette revendication le montre.

FREDERIC RIVIERE
Vous êtes ministre de la Santé, Marisol TOURAINE et François HOLLANDE a présenté hier son « PLAN CANCER », un milliard et demi d'euros pour la période 2014 – 2019…

MARISOL TOURAINE
Oui !

FREDERIC RIVIERE
L'objectif numéro un c'est de lutter contre les inégalités face à la maladie, car elles sont encore nombreuses en matière d'accès aux soins et différentes selon des critères sociaux, géographiques ou encore de générations. Comment ça se traduit ces inégalités ?

MARISOL TOURAINE
La plus grande inégalité, elle est tout simplement celle qui existe face à la mort par le cancer, quelque chose que l'on n'ose imaginer. Un ouvrier a deux fois et demie plus de risque de mourir d'un cancer qu'un cadre, et pourquoi ? Non pas parce qu'il serait génétiquement prédisposé au cancer évidemment mais parce qu'il se fait dépister plus tard ou ne se fait pas dépister, parce qu'il n'a pas accès à la bonne information, parce qu'il ne la connait pas, parce qu'il n'est pas réceptif aux messages de prévention et donc la volonté, qui a été clairement martelée par le Président de la République, c'est : d'avoir une politique volontariste en matière de dépistage ; faire en sorte que le cancer du sein soit davantage dépisté, le cancer colorectal, le cancer de l'utérus ; que nous mettions l'accent de façon très forte sur la généralisation de ce dépistage ; faire en sorte que l'accès aux traitements innovants puisse se faire dans de bonnes conditions pour tout le monde et c'est ainsi que nous pourrons faire reculer la maladie.

FREDERIC RIVIERE
Le plan a été globalement très bien accueilli…

MARISOL TOURAINE
Oui !

FREDERIC RIVIERE
Seul bémol, de la part de certains, il faudrait aller beaucoup plus loin dans l'augmentation des prix du tabac, est-ce que c'est à l'ordre du jour ?

MARISOL TOURAINE
Le Président a martelé la nécessité de lutter contre le tabagisme, qui est la première cause de mortalité évitable, quarante mille… plus de quarante mille personnes meurent chaque année d'un cancer lié au tabac et ils pourraient, évidemment, être évités ces décès et donc d'ici l'été je dois présenter un Programme national de lutte contre le tabagisme qui proposera des mesures de prix, mais ces mesures de prix n'ont de sens qui si elles s'intègrent dans une perspective plus large : comment soutenir le sevrage, accompagner financièrement mais pas seulement financièrement les gens qui veulent arrêter de fumer, mettre en place des campagnes - en particulier à destination des plus jeunes et c'est donc cette perspective globale qui doit être mise en place. Moi je veux indiquer que ce troisième plan marque un tournant, une mobilisation et un engagement très fort de la part du gouvernement sous la responsabilité du gouvernement.

FREDERIC RIVIERE
Merci, Marisol TOURAINE, bonne journée.

MARISOL TOURAINE
Bonne journée.

INTERVENANT
Marisol TOURAINE, la ministre française des Affaires sociales et de la Santé, invitée de Frédéric RIVIERE ce matin.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 14 février 2014

Rechercher