Déclaration de M. Frédéric Cuvillier, ministre des transports, de la mer et de la pêche, sur le lancement d'initiatives concrètes pour structurer la filière des transports intelligents, à Versailles le 11 février 2014. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Frédéric Cuvillier, ministre des transports, de la mer et de la pêche, sur le lancement d'initiatives concrètes pour structurer la filière des transports intelligents, à Versailles le 11 février 2014.

Personnalité, fonction : CUVILLIER Frédéric.

FRANCE. Ministre des transports, de la mer et de la pêche

Circonstances : Clôture de la journée Mobilité 2.0, à Versailles Satory (Yvelines) le 11 février 2014

ti : Mesdames, Messieurs


Je vous remercie vivement, une nouvelle fois, pour votre participation à cette belle journée de réflexion et d'échanges.

J'ai pu assister ce matin à certaines démonstrations dynamiques de véhicules intelligents. J'ai aussi visité le forum d'exposition cet après-midi.

Cela n'a fait que renforcer ma conviction sur l'excellence de notre savoir-faire national dans le champ des transports intelligents, sur la maturité de nos projets collaboratifs, sur le volontarisme de notre communauté technique et scientifique, mais aussi sur la reconnaissance de nos atouts à l'international.

La mobilité de demain se prépare dès aujourd'hui. Les transports intelligents, c'est déjà du concret !

Ca a d'ailleurs été rappelé lors des différentes tables rondes tout au long de la journée.

L'intérêt d'investir dans cette filière d'excellence se retrouve à tous les niveaux.

Pour vous, gestionnaires routiers, les STI permettent de moderniser les réseaux pour offrir, à moindre coût, un meilleur service pour les transports du quotidien.

Pour vous autorités organisatrices, les STI permettent de développer une offre de transport multimodale, durable et équitable.

Pour vous, acteurs de l'automobile et du numérique, les STI permettent de fournir une offre de services innovants, à la marge opérationnelle potentiellement forte.

Pour vous, chercheurs et scientifiques, les STI sont un vivier d'investigation fantastique pour développer de nouveaux ? sur les véhicules, les services et les infrastructures.

Enfin, pour vous usagers, les STI sont garantes de qualité, de confort, d'accessibilité et de sécurité.

Ensemble, nous devons désormais aller plus loin.

Nous devons développer des réflexes dans la manière de travailler et d'innover collectivement. Nous devons libérer encore davantage les énergies collaboratives dans ce pays pour positionner la France au sommet de la compétition mondiale qui se déroule dans ce secteur. Tous les acteurs prennent part à ce travail collectif. La région Île-de-France et son président, Jean-Paul Huchon, se sont positionnés dans le sens d'un développement des nouveaux véhicules urbains (NVU), prolongeant la dynamique gouvernementale. Trois dispositifs vont être soumis au vote des élus franciliens, visant à développer les véhicules « décarbonés », les énergies alternatives et durables (électrique, hybride, biogaz…). La région développera des stationnements sécurisés, des stations, de compression de gaz naturel ainsi que des aides régionales à la recherche et à l'innovation.

C'est à cette condition que le développement des transports intelligents créera durablement de la valeur et des emplois en France. J'en suis convaincu.

Pour soutenir cette dynamique collaborative, l'Etat sera tout à la fois stratège, facilitateur et financeur.

L'Etat contribuera à définir les STI prioritaires à développer et encouragera la convergence inter-filières. Avec par exemple, les secteurs de l'aéronautique, de la défense ou de la prise en charge de la dépendance (c'est la silver mobility dont je parlais déjà ce matin). Il aura un rôle de structuration et d'accompagnement de l'innovation.

La présence de l'Etat au coeur de l'institut VEDECOM est une première étape importante. Le programme des investissements financera aussi, à hauteur de 250 M€ à partir du 1er décembre 2014, des projets qui porteront spécifiquement sur les véhicules du futur (véhicules électriques et véhicules intelligents).

Pour incarner l'engagement du Gouvernement au service du développement de la filière d'excellence des transports intelligents en France, je suis heureux de vous annoncer aujourd'hui 4 initiatives concrètes.

Premièrement, je lance en 2014 le déploiement expérimental de 3000 véhicules intelligents sur plus de 2000 km de routes connectées dans le cadre du projet européen SCOOP@F

SCOOP est un très bel exemple de projet collaboratif au service d'une mobilité plus sûre et plus durable, regroupant de multiples acteurs aux côtés du Ministère des transports.

3 000 véhicules intelligents (dont 2 000 véhicules neufs), 2 000 km de routes et de rues connectées : la France initie avec le projet SCOOP la plus large expérimentation de systèmes coopératifs en Europe, sur 5 sites pilotes répartis sur le territoire.

En quelques mots, comment fonctionnera le projet SCOOP ?

Les routes et les véhicules communiqueront grâce à des bornes et récepteurs wifi, qui seront équipés en bord de route et dans les véhicules, et aux réseaux publics de téléphonie mobile. Basé sur un échange d'informations entre gestionnaires routiers et véhicules, il permettra aux premiers de mieux gérer le trafic et intervenir plus efficacement, tandis que les usagers pourront rouler avec plus de sécurité et de confort. Ce système a vocation à être au bénéfice de tous.

Après des étapes préalables de développement, d'équipement et de test, le lancement de l'expérimentation grandeur nature se fera en 2016. Si l'expérimentation est fructueuse, un déploiement national à large échelle et l'équipement progressif de tous les véhicules neufs commercialisés pourront être envisagés à partir de 2017.

Deuxièmement, je lance un projet de construction d'un grand calculateur d'itinéraire national multimodal pour les voyageurs qui sera opérationnel en 2015

Par exemple, je pars de chez moi, à Boulogne sur Mer et je voudrais savoir combien de temps il me faut pour me rendre de porte à porte à Satory. En prenant le vélo jusqu'à la gare, puis le train jusqu'à Paris, le RER jusqu'à Versailles et enfin le bus jusqu'à Satory.

Voilà un service à la mobilité innovant, ambitieux et surtout très attendu !

L'Agence française pour l'information multimodale et la billettique (AFIMB) sera chargée de la prospective et de la conduite du projet, en trouvant les solutions adaptées pour définir les solutions et les méthodes adéquates, en collaboration les autorités publiques et les entreprises du secteur.

Les 2 exigences que je fixe sont les suivantes : premièrement, le calculateur devra couvrir l'ensemble du territoire national.

Deuxièmement, les informations qu'il contiendra seront nécessairement neutres, c'est-à-dire qu'aucun traitement privilégié ne sera proposé pour un mode de transport particulier. Le rôle des autorités publiques sera donc d'apporter toutes les garanties nécessaires pour éviter des biais dans les réponses qui seraient fournies.

Troisièmement, je souhaite faciliter l'usage des transports publics. A ce titre, je suis heureux de pouvoir annoncer que d'ici la fin de l'année plusieurs autorités organisatrices de transports seront en mesure de mettre en service une application billettique commune (ABC)

Concrètement, grâce à cette technologie, un usager qui commence son trajet à Lille pourra acheter son ticket, puis ensuite valider son titre de transport unique à Toulouse, avec à son téléphone.

Ce projet est mené par l'Agence française pour l'information multimodale et la billettique (AFIMB), avec ses partenaires : le GART, l'UTP, la FNAUT.

Avec le concours du Programme des Investissements d'Avenir, plusieurs autorités organisatrices se sont associées pour assurer le lancement du projet : Je peux citer les villes de, Marseille, Lille, Rennes, Bordeaux Grenoble et Toulouse.

Le pré-lancement du service auprès d'un petit nombre d'utilisateurs est prévu avant la fin de l'année 2014 et l'ouverture au grand public au début de l'année 2015.

Je souhaite que ce nouveau service offert aux usagers des transports publics puisse être rapidement adopté largement par l'ensemble des autorités organisatrices des transports.

Enfin, quatrièmement, je mets en place une « fabrique de la mobilité 2.0 », pour permettre une réelle mise en synergie des acteurs publics, des industriels et des organismes de recherche

Pour que les nombreuses et riches propositions que vous avez formulées aujourd'hui ne restent pas sans lendemain, je vous propose très rapidement d'installer cette instance.

Elle travaillera, dès mars 2014, de manière très opérationnelle à l'accélération du développement des STI en France.

La fabrique de la mobilité 2.0 réunira :
- les maîtres d'ouvrages, autour du Comité des maîtres d'ouvrages routiers, du GART, de l'ARF, de l'AMF, et de l'ACUF,
- la communauté technique et scientifique des transports intelligents autour de l'ATEC-ITS et bien-sûr de notre nouvel Institut VEDECOM lancé ce matin,
- enfin, les services du Ministère des transports, du Ministère du redressement productif et du Ministère de l'intérieur.

Concrètement, sa feuille de route opérationnelle sera construite autour des 6 axes suivants :

Axe 1 : établir, d'ici juin 2014, la liste des services prioritaires à développer, tels que l'information routière embarquée, par exemple, la billettique multi-support ou encore la gestion multimodale des voies pour la prévention de la congestion.
Axe 2 : établir, d'ici juin 2014, les besoins nationaux d'observation statistique du marché français des STI. Ils pourront ensuite être pris en considération par le système public.
Axe 3 : élaborer, d'ici septembre 2014, les besoins de formation et de sensibilisation aux STI. Cette étape préalable encouragera les établissements à développer une offre nouvelle et adaptée sur le sujet.
Axe 4 : pour chacun des services prioritaires qui auront été retenus préalablement, établir, d'ici décembre 2014, un cahier des charges précis. Il spécifiera notamment la définition du service, l'architecture fonctionnelle et les modalités de mise en oeuvre technique.
Axe 5 : établir, d'ici décembre 2014, les besoins de recherche sur les attitudes et comportements des usagers.
Axe 6 : définir, d'ici décembre 2014, les évolutions réglementaires nécessaires au développement de la filière, afin d'assurer la sécurité juridique concernant notamment la circulation, l'homologation et d'immatriculation des véhicules connectés et automatisés.
Les services de l'Etat seront, bien-sûr, à l'initiative sur ce sujet.

De manière générale, il est impératif de prendre conscience du caractère stratégique de votre travail, de notre travail en matière de transports intelligents. Ce domaine de pointe a toute sa place dans la politique des transports que nous mettons en oeuvre depuis 20 mois. Il est nécessaire à plusieurs égards :
- Les STI sont un élément complémentaire, incontournable, des autres aspects de la mobilité intelligente que nous mettons en place. Aujourd'hui, une politique de mobilité ambitieuse ne peut faire l'économie de cet aspect des transports.
- De par leur valeur ajoutée importante, ils sont sources de compétitivité économique et d'attractivité pour notre pays. Il s'agit d'un élément supplémentaire de notre politique de reprise industrielle et économique.
- Ils offrent des perspectives en matière de débouchés et d'emplois. Ils contribuent à la réalisation de notre feuille de route gouvernementale : une croissance inclusive, créatrice d'emploi et de cohésion sociale.


Mesdames, Messieurs,

Vous l'avez entendu : le cap est maintenant fixé pour permettre le développement rapide et pérenne des STI en France.

Vous l'avez compris : la volonté du Gouvernement est réelle et l'ambition que nous souhaitons porter est à la hauteur de vos attentes et de vos préoccupations.

Je vous le dis avec simplicité, mais aussi avec beaucoup de solennité : la France ne peut pas, la France ne doit pas laisser passer cette opportunité majeure de croissance, de compétitivité et d'emplois que nous offrent les STI. C'est une responsabilité collective.

L'édition du congrès mondial des services de transport intelligent, qui aura lieu, en France, à Bordeaux, en septembre 2015, nous offre une perspective intéressante pour nous fixer une première exigence collective de résultats.

Nous aurons ainsi l'occasion, lors de cette manifestation, de rendre compte devant nos partenaires européens et internationaux des avancées que nous aurons réalisées grâce à la convergence de nos efforts respectifs.

Je compte sur votre énergie et sur votre mobilisation à tous.

Le Ministère des transports s'engage à être durablement à vos côtés.


Je vous remercie.


http://www.yvelines.gouv.fr, le 18 février 2014

Rechercher