Déclaration de M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, en réponse à une question sur le bilan des avancées sociales réalisées au cours de la session parlementaire, à l'Assemblée nationale le 25 février 2014. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, en réponse à une question sur le bilan des avancées sociales réalisées au cours de la session parlementaire, à l'Assemblée nationale le 25 février 2014.

Personnalité, fonction : AYRAULT Jean-Marc.

FRANCE. Premier ministre

Circonstances : Question au gouvernement posée par M. Guillaume Bachelay, député (SRC) de Seine-Maritime, à l'Assemblée nationale le 25 février 2014

ti : Monsieur le président,
Mesdames et Messieurs les députés,
Monsieur le député Guillaume Bachelay,


En quelques instants, vous venez de vous féliciter du travail de la majorité. Depuis le début du mois de janvier, vous avez beaucoup travaillé au service des Français. Vous venez de citer, je ne vais pas le redire, des lois qui vont améliorer le pouvoir d'achat des Français, renforcer les droits des consommateurs. Vous avez évoqué aussi des lois qui permettront, en cas de décision d'un chef d'entreprise, de rechercher un repreneur pour une entreprise. Vous avez évoqué aussi la loi sur le logement, l'encadrement des loyers, l'accès au logement. Je pourrais faire cette liste, elle est extrêmement importante mais j'ai l'impression que du côté de la droite, à chaque fois qu'il y a une bonne nouvelle, on s'évertue à la contester et à la dénigrer. Moi j'ai envie que la France marche, que les Français voient leur vie s'améliorer et je n'accepte pas votre ton permanent de dénigrement et de démobilisation.

Mesdames, messieurs les députés, vous allez interrompre dans quelques jours vos travaux pendant cinq semaines en raison des élections municipales. Avant de vous séparer, vous allez voter une grande réforme issue d'une négociation, qui est la marque de fabrique de ce Gouvernement, sur la formation professionnelle, pour donner des droits nouveaux aux salariés, aux demandeurs d'emploi, un droit à la formation tout au long de leur vie, un grand projet qui sera au rendez-vous de ce vote. J'espère bien sûr la majorité, j'en suis même sûr, mais où sera l'opposition ? Est-ce que là encore elle considèrera que c'est un mauvais projet ? Moi je veux la réussite de la France. Et quand vous reviendrez après les élections municipales, vous aurez à vous prononcer, mesdames et messieurs les députés, et je suis convaincu qu'alors la majorité sera rassemblée et au rendez-vous pour le pacte de responsabilité qu'a proposé le président de la République. Plus de moyens pour les entreprises, pour investir, pour innover, pour embaucher mais aussi plus de dialogue social. Et d'ici la fin de la semaine, les organisations des syndicats et du patronat vont se réunir pour rechercher un accord de méthode pour que d'un côté la nation qui fait un effort pour améliorer la situation des entreprises voie aussi celle des salariés s'améliorer dans les branches et dans les entreprises.

Voilà un rendez-vous auquel je vous convie dès maintenant. Le Gouvernement y travaille sans perdre de temps. Et dès votre retour après l'interruption des travaux, on verra qui veut la réussite de ce pacte, on verra qui prend ses responsabilités. Je le sais à l'avance, les députés socialistes, les radicaux, les écologistes seront prêts à le faire. On verra, mesdames et messieurs les députés de la droite, si vous vous voulez la réussite de la France.


Source http://www.gouvernement.fr, le 26 février 2014

Rechercher