Interview de Mme Laurence Rossignol, secrétaire d'Etat à la famille, aux personnes âgées et à l'autonomie à France-Inter le 24 avril 2014, sur la politique familiale et la procréation médicalement assistée. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Laurence Rossignol, secrétaire d'Etat à la famille, aux personnes âgées et à l'autonomie à France-Inter le 24 avril 2014, sur la politique familiale et la procréation médicalement assistée.

Personnalité, fonction : ROSSIGNOL Laurence.

FRANCE. Secrétaire d'Etat à la famille, aux personnes âgées et à l'autonomie

ti :


CLARA DUPONT-MONOD
Bonjour Laurence ROSSIGNOL.

LAURENCE ROSSIGNOL
Bonjour.

CLARA DUPONT-MONOD
Il y a un an l'assemblée nationale adoptait la loi sur le mariage pour tous. Depuis 7.000 mariages homosexuels ont été célébrés en 2013. Pas de heurts majeurs. En revanche, peu d'adoptions homoparentales. Laurence ROSSIGNOL comment jugez-vous ce bilan ?

LAURENCE ROSSIGNOL
D'abord je crois que Marc FAUVELLE m'a mis la pression pour que je parle clair, donc je vais faire attention aux réponses, voilà. Le bilan, écoutez, on ne va pas faire un bilan quantifié sur la courbe des mariages, par exemple est-ce qu'elle va dans le bon sens, 7.000 mariages c'est ce qui correspond probablement à 7.000 couples qui voulaient se marier.

CLARA DUPONT-MONOD
A priori oui, on espère, on espère.

LAURENCE ROSSIGNOL
C'est difficile de, enfin on n'avait pas d'objectif chiffré sur le mariage donc c'est bien. Ces gens sont heureux, ils se sont mariés. Je ne sais pas s'il y en a qui ont déjà divorcé.

CLARA DUPONT-MONOD
Mais en matière d'égalité des droits est-ce que vous irez plus loin ? Est-ce que vos chantiers se situeront là ?

LAURENCE ROSSIGNOL
Soyez plus précise, dites-moi la question exacte ?

CLARA DUPONT-MONOD
Non c'est à vous, quels seront vos chantiers Laurence ROSSIGNOL ?

LAURENCE ROSSIGNOL
Mes chantiers, moi je suis ministre, je suis secrétaire d'Etat à la famille et aux personnes âgées, c'est-à-dire que j'ai la chance de réunir deux secteurs qui étaient avant dans deux ministères avec mes prédécesseurs qui étaient Dominique BERTINOTTI et Michèle DELAUNAY, et avec toujours Marisol TOURAINE aujourd'hui comme ministre de tutelle. La famille dont j'ai à m'occuper c'est une famille verticale. C'est-à-dire c'est celle qui part du petit enfant jusqu'à l'arrière grand-parent. Je dis verticale parce que pour moi la famille c'est un peu comme un immeuble avec une génération à tous les étages, les jeunes enfants et les arrières grands-parents tout en haut. Et dans l'escalier de cet immeuble il y a les femmes qui montent et qui descendent en permanence.

CLARA DUPONT-MONOD
Ce sont elles vos priorités.

LAURENCE ROSSIGNOL
C'est elles, parce que les femmes, j'observe partout, que ce soit dans les couloirs des tribunaux pour mineurs, que ce soit dans les services sociaux, que ce soit quand il faut aller signer un contrat d'éducation entre une famille et une association d'handicapés ce sont les femmes qui sont là, à chaque endroit ce sont les femmes. Soit les papas sont absents définitivement ou durablement soit s'ils encore là mais ce ne sont pas eux qui sont derrière le guichet pour aller défendre les gamins, défendre les droits, discuter les enseignants. On connait tous les associations de parents d'élèves. En général quand je dis ça il y a toujours un garçon autour de la table qui dit mais moi oui. Ok, c'est toujours le moi oui. Mais on connait tous ces associations dans lesquelles il y a essentiellement des femmes. Donc ma priorité c'est la solidarité entre les générations, cette chaîne, et surtout faciliter pour les femmes à la fois qui veulent vivre leur vie de salariée, de femme active, en même temps qui ont la charge de toutes les générations autour d'elles et qui doivent être aidées, elle est là ma priorité de la famille.

CLARA DUPONT-MONOD
Votre priorité ça n'est donc pas du tout la fameuse question de la PMA, la procréation médicalement assistée. La loi sur la famille qui a été écartée va revenir le 19 mai ; elle concerne l'autorité parentale, les beaux-parents, la médiation en cas de divorce mais rien sur la PMA. Est-ce que la gauche a enterré cette question de la PMA ?

LAURENCE ROSSIGNOL
Ecoutez on a tous constatés qu'au moment de l'adoption de la loi sur le mariage pour tous les questions de procréation médicalement assistée, c'est-à-dire quand on dit PMA, on va essayer d'ailleurs ne pas parler comme le dénonçait tout à l'heure Marc FAUVELLE, c'est-à-dire le fait pour des couples lesbiens de recourir à des inséminations artificielles. Tous les sujets qui sont liés à l'enfantement sont des sujets dont notre société a encore besoin de débattre, moi j'en suis absolument convaincue. Pourquoi sur le mariage les Français étaient globalement pour ? Parce que tout le monde à un moment donné a dans sa famille, dans son environnement un couple homosexuel et il vient dîner pour Noël, pour Pâques, pour Kippour, ils sont là. A un moment donné les gens disent bon ben c'est quand même normal qu'ils se marient. Il faut laisser la société comprendre les problèmes au fur et à mesure qu'elle les vit.

CLARA DUPONT-MONOD
Oui mais ce n'est pas l'avis des écologistes qui vont…

LAURENCE ROSSIGNOL
Oui ce n'est pas l'avis des écologistes…

CLARA DUPONT-MONOD
Déposer une proposition de loi début mai au Sénat.

LAURENCE ROSSIGNOL
Laissez-moi finir, ce que je voudrais dire c'est qu'en matière de famille j'ai sur mon bureau quatre rapports extrêmement importants qui concernent les questions d'adoption, les questions d'accès aux origines : faut-il secret ou transparence ? La question de l'adoption simple, adoption plénière. Tous ces sujets là on ne peut pas aujourd'hui en discuter parce que tout le débat est surplombé par les questions de procréation médicalement assistée. Et derrière, pour certains, pas pour tout le monde, ce n'est pas porté forcément par les mêmes, de gestation pour autrui, c'est-à-dire de mère porteuse…

CLARA DUPONT-MONOD
Donc vous écartez ces questions ?

LAURENCE ROSSIGNOL
Je dis qu'on ne peut pas mettre tout le temps de côté des sujets importants parce qu'il y a un autre sujet qui mange tout l'espace. Et pour ces couples qui sont parents, homoparentaux aujourd'hui, il y a besoin aussi qu'on discute de ces sujets là parce que si on ne discute pas des questions de secret des origines par exemple, jusqu'où on va dans la levée ou jusqu'où on ne va pas. On ne peut pas discuter sérieusement des questions justement de procréation médicalement assistée. Donc il faut remettre un peu les choses dans l'ordre. Moi ce que je demande c'est du temps pour travailler d'autres sujets qu'on n'a pas pu travailler dans le gouvernement précédent, et pourtant ma prédécesseur a essayé parce qu'il y a un sujet qui est là, qui est posé au milieu et qui efface les autres parce qu'il crée des débats passionnés parce que tout le monde à une petite intime conviction sur le sujet.

CLARA DUPONT-MONOD
Ca devrait réjouir les partisans de la manif pour tous, que vous allez rencontrer prochainement. Ludovine de la ROCHERE dans ce studio s'était plainte d'avoir été écartée des consultations, des réunions organisées par Dominique BERTINOTTI. Que vous rencontriez les partisans de la manif pour tous prochainement, c'est le signe de quoi ? D'un apaisement qui va dans le sens de ce que vous dites sur la PMA ?

LAURENCE ROSSIGNOL
Je rencontre l'ensemble des associations familiales depuis déjà plusieurs jours. Je rencontrerai les parents gays et lesbiens, la commission famille de l'INTER LGBT, je rencontrerai la manif pour tous.

CLARA DUPONT-MONOD
Et c'est le signe de quoi ?

LAURENCE ROSSIGNOL
C'est le signe que je veux parler avec tout le monde pour pouvoir travailler. Ce n'est pas possible qu'on soit paralysé par un débat comme on en a eu un. Je veux travailler sur les sujets importants de la famille, je ne veux pas être paralysée. Donc effectivement je vais rencontrer tout le monde, mais vous savez rencontrer la manif pour tous ne veut pas dire me soumettre à leurs points de vue, leurs propositions. Je vais leur expliquer qu'elles seront les miennes, je vais entendre les leurs. Là où on pourra trouver des points d'accord eh bien tant mieux parce que sur des sujets de famille si on peut en trouver c'est bien. Et là on ne les trouvera pas, la détermination de la majorité de gauche restera entière. Mais ce n'est pas eux qui vont faire la politique du gouvernement en matière de famille.

CLARA DUPONT-MONOD
Merci Laurence ROSSIGNOL. Bonne journée.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 13 mai 2014

Rechercher