Interview de Mme Najat Vallaud-belkacem, ministre des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports à BFM TV le 21 mai 2014, sur la loi sur la famille et l'apprentissage. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Najat Vallaud-belkacem, ministre des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports à BFM TV le 21 mai 2014, sur la loi sur la famille et l'apprentissage.

Personnalité, fonction : VALLAUD-BELKACEM Najat, BOURDIN Jean-Jacques.

FRANCE. Ministre des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports;

ti :


JEAN-JACQUES BOURDIN
Najat VALLAUD-BELKACEM est avec nous ce matin, bonjour...

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Bonjour.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Merci d'être là, ministre des Droits de la femme, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, un ministère très vaste. On va commencer, je vais commencer, avec une question toute simple : vous avez déjà donné une fessée ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Oui !

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui !

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Oui ! Ca m'est déjà arrivé.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui ! Ca vous est déjà arrivé. Non ! Je vous dis ça parce que vous avez vu cet amendement écologique…

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Mais je l'ai regretté aussitôt après !

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous l'avez regretté aussitôt après, mais…

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Oui ! Mais…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui ! Parce que…

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Je pense que je suis comme tous les parents.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui ! Amendement écologiste interdisant les punitions corporelles sur les enfants, dont la fessée, amendement qui a été retiré de la Loi famille en discussion actuellement à l'Assemblée nationale mais qui va revenir, est-ce que vous êtes favorable à l'interdiction de la fessée ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Honnêtement ma position n'est pas faite sur ce sujet ! Je…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ah ! Bon, vous n'avez pas d'avis, vous ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Non ! Ce n'est pas que je n'ai pas d'avis, c'est que je trouve que c'est un sujet compliqué, c'est-à-dire qu'évidemment je suis opposée aux châtiments corporels dès lors qu'ils portent atteinte à la dignité…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Non ! Mais, ça, oui.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
De l'enfant, etc., c'est… enfin je veux dire il n'y a rien qui me hérisse davantage que la violence faite aux enfants et, ensuite, la question qui se pose – et c'est pour ça qu'on emploie le terme fessée – c'est jusqu'à quel point est-ce qu'un parent peut marquer son autorité ? Moi j'ai envie de vous dire honnêtement, oui ça m'est déjà arrivé de donner la fessée mais à chaque fois je m'en suis voulu, donc ça doit bien être la preuve que quelque part…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais est-ce qu'il faut l'interdire par la loi ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Ce n'est pas la bonne façon de fonctionner.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Est-ce qu'il faut l'interdire par la loi ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Est-ce qu'il faut l'interdire par la loi ? C'est justement là que j'ai un petit doute, est-ce que c'est à la loi de se mêler de ça ? Non !

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous dites non, vous ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Pas nécessairement ! Non.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Pas nécessairement ! Non.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Non.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Non. C'est interdit dans 18 pays d'Europe, j'ai vu, hein ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
C'est vrai ! C'est vrai, c'est vrai.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui ! Mais ce n'est pas une raison, remarquez. Vous dites non ? Bon ! Eh bien très bien.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Je dis que ce n'est pas évident en tout cas.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Non ! Ce n'est pas évident. Bon ! Najat VALLAUD-BELKACEM, on va encore parler de cette Loi famille parce qu'elle concerne les femmes…

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Oui !

JEAN-JACQUES BOURDIN
Et notamment les droits des femmes, alors dans la discussion on en est à l'article 7 – qui est un article important – qui pose le principe d'une double résidence pour l'enfant après un divorce, en cas de blocage le parent fautif risque une lourde amende. C'est une bonne mesure, cela ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Eh bien d'abord, si vous le permettez, parce que je trouve qu'on parle beaucoup de la PPL famille sans forcément revenir sur le sens de la proposition de loi Famille…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui ! Oui, oui.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Pardon ! Sans forcément revenir sur le sens, donc juste quelques rappels.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui !

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
D'abord c'est une initiative parlementaire et non gouvernementale…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui !

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Donc c'est une proposition de loi faite par des députés qui va s'enrichir et s'améliorer dans le cadre de la discussion parlementaire, car indéniablement à la base cette proposition de loi provoquait un certain nombre d'interrogations, voire d'inquiétudes, légitimes émises…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Eh bien c'est-à-dire qu'on a retiré la loi parce qu'il y avait débat après le mariage pour tous, débat sur la PMA, tout ça… Bon ! Donc, le gouvernement a retiré sa loi…

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Oui ! Alors…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Et a transmis ça, transféré ça à des députés.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Alors, là encore, distinguons 2 choses : il y a en gros ce que contient cette loi, cette loi n'est ni… cette proposition de loi n'est ni une proposition de loi sur la procréation médicalement assistée, ni une proposition de loi sur le mariage pour tous, donc déjà ne parlons pas de ce qui n'est pas dans la loi ; en revanche, parlons de ce qui est dedans, c'est une…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui ! Mais moi je voudrais en parler moi.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
C'est un texte sur l'autorité parentale…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Tiens ! Eh bien vous savez ce qu'on va faire ? Je vous arrête Najat VALLAUD-BELKACEM ! Vous savez ce qu'on va faire ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
On va en parler !

JEAN-JACQUES BOURDIN
On va évacuer, on va l'évacuer, comme ça on n'en parlera plus.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Oui !

JEAN-JACQUES BOURDIN
La PMA pas avant la fin du quinquennat ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Eh bien en tout cas la PMA n'est pas dans le texte qui est discuté aujourd'hui…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Non ! Non, mais ça on l'a compris, merci.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Et tout le monde… (brouhaha)… ce qui est discuté aujourd'hui.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais pas avant la fin du quinquennat, oui ou non avant la fin du quinquennat ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Moi je n'ai pas de réponse de calendrier à vous apporter, c'est à la ministre de la Famille de le faire…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Bon ! Il y a un amendement UMP…

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Mais ça n'est pas dans le texte actuellement en discussion.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui ! Mais vous êtes concernée, vous connaissez bien le sujet Najat VALLAUD-BELKACEM. Il y a un amendement UMP interdisant la PMA et la GPA, est-ce que le gouvernement soutient cet amendement ou votera contre ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Eh bien moi j'aime bien, quand on intervient dans le débat parlementaire, qu'on le fasse avec un souci d'efficacité. Un amendement qui demande à interdire la GPA à quoi sert-il puisque la GPA n'existe pas en France, qu'elle est d'ores et déjà interdite par nos textes ? Donc vous voyez bien qu'il s'agit d'un amendement polémique, qui a vocation à faire parler…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui !

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Malheureusement ça marche puisqu'on en parle ce matin, mais qui ne mène à rien.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais on en parle !

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Donc…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Eh bien parce qu'on en parle depuis des mois et des mois.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Revenons, si vous le voulez bien, à ce qui est dans le texte.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc, alors la PMA, j'ai une dernière question…

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Oui !

JEAN-JACQUES BOURDIN
Pas avant la fin du quinquennat, on ne parlera plus de PMA, aucun texte avant la fin du quinquennat ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
A ma connaissance il n'y a pas, on peut en penser ce qu'on veut…

JEAN-JACQUES BOURDIN
De volonté avant la fin du quinquennat.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
De texte en préparation ou en cours de discussion relatif à la PMA.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc vous vous engagez, pas avant la fin du quinquennat, pas de PMA ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Non ! Il ne s'agit pas d'engagement, pardonnez-moi…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ah !

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Je répète avec beaucoup de clarté…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Bon ! D'accord.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
A ma connaissance, il n'y a pas de texte en préparation en cours de discussion portant sur la PMA.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Alors revenons sur la Loi famille…

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Revenons sur ce qu'il y a...

JEAN-JACQUES BOURDIN
Alors je voudrais qu'on s'intéresse à l'article 7, qui pose le principe d'une double résidence pour l'enfant, est-ce que c'est un bon principe ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Alors donc cette proposition de loi elle porte sur l'autorité parentale partagée…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui ! Oui.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Dans l'intérêt de l'enfant et elle pose en effet le principe que l'enfant doit pouvoir se sentir chez lui, lorsque ses parents sont séparés, chez le père comme chez la mère…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui ! Oui.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
C'est ça le principe, à ne pas confondre avec l'idée d'une résidence alternée qui serait obligatoire ou qui serait le principe…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui ! Elle n'est pas imposée la résidence alternée.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Il n'y a pas de résidence alternée par principe, comme le demandaient les fameux pères LAGRU (phon), c'est ça qu'il faut comprendre.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui ! Oui.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Aujourd'hui, ce texte, il se veut équilibré – il peut être amélioré et de fait dans la discussion parlementaire nous avons veillé à l'améliorer avec Laurence ROSSIGNOL, la ministre en charge de la Famille – parce que nous savons bien qu'il faut à la fois poser des règles pour faciliter la vie des familles et l'intérêt des enfants et, en même temps, il faut veiller à ce que ces règles ne se retournent pas contre ces familles et ces enfants lorsqu'au sein de ces familles il y a par exemple des hommes violents, il ne faut pas qu'ils puissent utiliser ces règles pour continuer à maintenir leur emprise sur leur ex-compagne.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui ! Mai je prends un exemple avec cette résidence al… qui n'est pas une résidence, cette double résidence pardon, je prends un exemple - et décision prise en commun par le père biologique et la mère biologique – je prends un exemple : une maman décide d'envoyer son enfant dans une école malgré l'opposition du papa, elle s'exposera à une amende ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Donc ce que dit le texte, en effet, c'est que désormais pour les actes de la vie courante il faut que les 2 parents puissent avoir donné leur accord.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Se mettent d'accord !

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Fort heureusement, je le dis ici, nous avons réussi à introduire un certain nombre d'exceptions à ce principe, par exemple – je parlais à l'instant des violences, c'est un sujet important, auquel il faut accorder de l'intention…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui ! J'allais vous en parler.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Eh bien nous permettons à la mère qui a été par exemple victime de violences de la part du père de déménager avec son enfant sans forcément avoir l'autorisation du père en question.

JEAN-JACQUES BOURDIN
A condition, à condition, à condition qu'il y ait des poursuites judiciaires contre le père.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
A condition qu'il y ait des poursuites judiciaires.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais vous savez que ce n'est pas toujours le cas.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Mais d'abord les poursuites…

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'est ce que disent d'ailleurs les associations qui défendent les femmes battues…

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Bien sûr !

JEAN-JACQUES BOURDIN
Qui sont en colère contre ce texte, vous les avez entendues ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Mais vous savez… enfin, il faut que vous compreniez une chose, c'est que moi je partage et la vigilance et les exigences des associations en question dont les interpellations sont légitimes et, encore une fois, nous avons introduit un certain nombre d'améliorations dans ce texte pour permettre de répondre à leurs interrogations.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui ! Parce que j'imagine une mère qui est victime de menaces, qui n'a pas déposé plainte - parce que certaines n'osent pas déposer plainte parce qu'elles ont peur – victime de menaces, déménage, quitte son département d'origine, elle peut être accusée d'obstacle à l'autorité parentale et condamnée à une amende, est-ce normal ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
D'abord il n'y a pas nécessairement un dépôt de plainte à l'origine, vous pouvez par exemple demander à être protégé simplement par une ordonnance de protection qui ne nécessite pas d'aller déposer plainte, l'important c'est qu'à un moment donné vous dénonciez les violences en question et, ça, ça va plutôt dans le bon sens, on ne peut pas non plus se satisfaire de vivre dans une société où on dit : « Bon ! Eh bien les violences ont lieu, il n'y a pas suffisamment de dépôts de plaintes, bon on s'en satisfait », donc, au contraire, mettre en place des mécanismes qui incitent à déposer plainte pour être mieux protégé d'une certaine façon et pour pouvoir être plus tranquillisé par rapport aux actes adoptés envers son enfant ça va plutôt dans le bon sens. Mais, moi, je redis ici c'est une discussion parlementaire qui va durer, on est qu'en première lecture…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Qui va être amendée ! Oui.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Qui va être amendée, qui l'est déjà par le gouvernement, qui l'est par les parlementaires…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui !

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Il faut continuer à y apporter des améliorations indéniablement. Par exemple, sur ce sujet des violences, aujourd'hui ce qu'on a introduit dans le texte - et franchement c'est appréciable – c'est le fait que lorsqu'il y a résidence alternée mais que l'un des parents soupçonne l'autre d'avoir par exemple agressé physiquement l'enfant eh bien il puisse sur la base de ces soupçons, ne pas présenter l'enfant sans être automatiquement poursuivi pour non présentation d'enfant…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui ! Bien sûr.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Donc, il y a quand même un certain nombre de garde-fous qui sont posés même si vous voyez bien, même avec ce sujet, les équilibres à trouver pour éviter qu'on tombe dans les abus ou les excès. C'est un sujet important ! Je terminerais par là pour vous dire que sur des sujets aussi délicats que ceux-là j'aimerais tellement qu'il y ait un esprit constructif au Parlement et qu'on ne soit pas dans l'obstruction permanente - on a vu les 700 amendements déposés par l'UMP - et dans la polémique un peu vaine et stérile quand il s'agit vraiment de la vie de millions de Français et de leurs enfants. Je me souviens que, c'était en 2002, au début des années 2000, quand Ségolène ROYAL avait présenté sa réforme de l'autorité parentale, sa loi à l'époque qui commençait à aller dans le sens que nous allons aujourd'hui, ce texte avait été voté à l'unanimité, donc la droite est capable parfois historiquement de se mobiliser et de trouver du consensus sur ces sujets, j'aimerais bien qu'elle renoue avec cet esprit.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Najat VALLAUD-BELKACEM, vous êtes ministre de la Jeunesse, on parlera de sports après, ministre de la Jeunesse, je vais vous lire simplement ce petit mail rapide de Laurent : mon fils Tony a 15 ans, il cherche un maître d'apprentissage en plomberie à Montpellier, nous avons contacté 47 employeurs qui ont tous refusé, l'apprentissage, l'apprentissage…

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Oui ! Ca, c'est un vrai problème.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais oui !

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
En fait ce qu'on constate c'est que depuis maintenant des décennies tous les gouvernements en effet se disent attachés à l'apprentissage mais que, de fait, il y a quand même à ce sujet…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais vous ne faites pas mieux que les autres et même plus mal !

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Euh ! Je dirais qu'on peut…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Les aides à l'apprentissage ont baissé de 20 %…

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Non ! Mais soyons clairs…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Depuis janvier.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Soyons clairs ! On peut mieux faire - et c'est précisément pour cela que l'apprentissage va être au coeur de la grande conférence sociale de juillet prochain – ça veut dire que c'est un sujet qui est devant nous, sur lequel nous avons décidé de nous mobiliser. Le ministre du Travail, François REBSAMEN, par exemple a annoncé qu'il allait multiplier le nombre de développeurs de l'alternance qui sont ces personnes qui sont chargées d'aller dans les entreprises convaincre qu'il y a de quoi prendre un apprenti sur tel ou tel poste et, ensuite, leur trouver directement le jeune qui peut remplir cette fonction…

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'est-à-dire que vous poussez les entreprises d'un côté à… vous poussez l'apprentissage mais vous baissez les aides à l'apprentissage, parallèlement ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
On pousse l'apprentissage, on développe le nombre de CFA, on fait en sorte que les Régions puissent davantage soutenir l'apprentissage et, en même temps…

JEAN-JACQUES BOURDIN
2013 baisse du nombre d'apprentis de 8 %.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Oui ! Mais, sans rentrer dans les détails, vous savez que c'est notamment lié à une espèce de concurrence que les Emplois d'avenir ont pu faire à l'apprentissage…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui ! C'est vrai.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Parce que ça a concerné…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ca c'est vrai, on a privilégié les Emplois d'avenir oui.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Ce n'est pas qu'on a privilégié mais de fait ça s'est mis à concerner un peu des jeunes au profil équivalent, donc, du coup, les Emplois d'avenir étaient d'accès plus immédiat. Mais ce que je veux dire c'est qu'aujourd'hui ce dont souffre l'apprentissage, au-delà des leviers financiers sur lesquels il faut évidemment travailler, c'est l'objet de la grande conférence, mais c'est quand même d'un déficit d'image…

JEAN-JACQUES BOURDIN
D'image ! Oui.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
C'est quand même ahurissant. Moi, à chaque fois que je vais visiter un CFA, j'y vois des jeunes heureux, des jeunes qui savent depuis l'enfance ce qu'ils veulent faire et qu'on a quasiment parfois dissuadé dans leur cursus scolaire…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais ça vient d'où ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
De faire de l'apprentissage.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ca vient d'où ? Ca vient de…

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Eh bien...

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ca vient de notre Education nationale ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Je pense que l'Education nationale n'a pas encore totalement adopté les réflexes en effet de l'apprentissage et que dans les mécanismes d'orientation scolaire…

JEAN-JACQUES BOURDIN
L'entreprise doit entrer plus à l'école ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Eh bien dans les mécanismes d'orientation scolaire…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Enfin à l'école, du moins au lycée, au collège et au lycée ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
On ne parle pas assez de l'apprentissage, ça c'est sûr. Mais c'est aussi à nous… il y a ce qui se passe à l'école mais il y a aussi ce qui se passe dans la société, à nous de le valoriser davantage.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais pourquoi ce blocage dans l'Education nationale ? Pourquoi ? C'est un blocage culturel, vous pensez ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Oh ! Ecoutez, je pense que c'est un héritage. Vous savez, de la même façon qu'à un moment donné…

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'est du conservatisme syndical ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Non ! Non, ce n'est pas…

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'est quoi ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Non ! Non.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Non ! Mais je pose la question.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Je pense que, au fond, tout ça est lié à la décision prise à un moment donné de faire arriver 80 % d'une classe d'âge au bac, etc., c'est-à-dire qu'à un moment donné…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Quelle bêtise, non ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
On s'est dit que l'idéal…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ca n'a pas une bêtise, ça ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Que l'idéal à atteindre…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ce n'est pas une bêtise cette… non ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Pour tous les élèves de France c'était un certain niveau de diplôme, une certaine filière et aujourd'hui on se rend compte que finalement le travail il n'est pas forcément dans les filières les plus théoriques, bien au contraire, que les études courtes ça peut être une valeur ajoutée… Bon ! Il faut savoir évoluer tout simplement, donc on va le faire.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Bon ! Michel PLATINI qui appelle les Brésiliens à oublier leurs revendications pendant la coupe du monde, vous êtes d'accord avec lui …

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Eh bien Michel PLATINI…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui il aurait mieux fait de se taire ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Non ! Ce n'est pas ça, ce n'est pas un homme politique Michel PLATINI, donc il…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ce n'est pas ce que dit PELE !

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Oui !

JEAN-JACQUES BOURDIN
Non ! C'est CANTONA qui dit : « PLATINI est un homme politique ».

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Ce que je veux dire c'est qu'il a dit de façon très, très directe…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Ce qu'il pensait.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Quelque chose que peut-être d'autres auraient formulé autrement et ce qu'il voulait dire…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous le pensez ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Non ! Mais ce qu'il voulait dire clairement c'est que…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous pensez que les revendications doivent cesser ?

NAJAT VALLAUD BELKACEM
Je vais vous dire ce que je pense moi !

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui ! Allez-y.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Mais ce qu'il voulait dire c'est qu'il y a une espèce de trêve olympique, voilà, qui est toujours bienvenue dans l'accueil de ces grands événements sportifs. Honnêtement, moi bien sûr que je suis en faveur de cette trêve olympique, mais en même temps je pense que quand les Brésiliens manifestent ils s'adressent à leur gouvernement démocratiquement élu et donc c'est normal qu'ils adressent des messages à leur gouvernement. Point.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Donc, vous n'êtes pas d'accord avec lui quoi ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Eh bien je pense que…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous comprenez cette colère sociale ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Pour faire le lien quand même entre la colère sociale et l'accueil du Mondial, moi je suis vraiment très, très convaincue que l'accueil des grands événements sportifs est un gain pour les économies et donc derrière pour la population, en tous cas il faut veiller à ce que ce le soit pour la population, parce que les investissements, les équipements, les dépenses d'accueil de touristes, de spectateurs, hôtellerie, restauration… tout ça, c'est formidable en termes d'économie. Regardez ce qui s'est passé à Londres quand ils ont accueilli les J.O, ils ont fait un point sur ce que ça leur a coûté et, en même temps, sur ce qu'ils y ont gagné, ils se sont rendu compte que les accueillir ça leur avait permis de développer la partie Est de Londres en 8 ans comme ils l'auraient fait s'ils ne les avaient pas accueillis en 30 ans, donc ça veut dire que c'est un accélérateur. Accueillir un grand événement sportif, c'est accélérer les projets et l'économie.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous pensez que donner la Coupe du Monde au Qatar ça développe l'économie du Qatar, sincèrement Najat VALLAUD-BELKACEM ? Oui ! Dites-moi.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Eh bien je pense d'abord, première chose, je pense que - contrairement aux allégations de monsieur BLATTER - je pense qu'il relève de la FIFA de savoir à qui on donne la Coupe du Monde.

JEAN-JACQUES BOURDIN
C'était une erreur ! C'est ce que dit...

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Eh bien justement moi je n'ai pas à apporter de jugement parce que je considère que ça relève de la FIFA, qu'il y a eu un vote en son seing. Ensuite…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous ne vous mouillez pas ,hein ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Ensuite… Eh bien non ! Ce que je veux dire par-là, c'est qu'il ne faut pas que les uns et les autres se déchargent de leurs responsabilités, c'est là qu'a eu lieu le vote – et monsieur BLATTER était d'ailleurs déjà aux responsabilités quand il a été décidé de mettre la Coupe au Qatar. Ensuite, que le Qatar développe une espèce de diplomatie du sport honnêtement moi ça ne me choque pas particulièrement. En revanche, qu'il y ait un sujet sur les conditions d'accueil dans ce pays, les conditions de travail et notamment de travail des migrants, ça c'est un vrai sujet. Je crois que mi-mai dernier, le Qatar a annoncé qu'ils allaient profondément réformer le droit du travail, permettre des changements d'employeurs plus facilement, sanctionner les employeurs peu scrupuleux. C'est des choses qui vont dans le bon sens.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Najat VALLAUD-BELKACEM, puisqu'on parle de foot, j'ai vu que le député chevènementiste Jean-Luc LAURENT, président du MRC, s'est emporté contre la décision de TF1 de revendre l'essentiel des matchs du premier tour de la Coupe du Monde à beIn Sports, chaîne à péage, plutôt que de les diffuser sur son antenne ou sur l'une de ses chaînes de la TNT.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
[silence]

JEAN-JACQUES BOURDIN
TF1 qui s'active pour rendre LCI visible à tous ne devrait-il pas commencer par diffuser la compétition dont elle a acquis les droits ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Pardonnez-moi, je souris à moitié mais je sais que le sujet est un peu ici…

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais pourquoi vous souriez ? le sujet, quoi ? Mais c'est un sujet général !

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
C'est un sujet général, vous avez raison.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous n'imaginez pas le nombre d'auditeurs ou de téléspectateurs qui m'ont envoyé des mails en ne comprenant pas.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
C'est un sujet général qu'on va résumer de la façon suivante. Dans quelle mesure est-ce qu'on peut réussir à garantir un accès gratuit et en clair en gros le plus large possible pour les grandes compétitions sportives ? S'agissant du Mondial, pour prendre un événement prochain, tous les matchs joués par l'équipe de France vont être diffusés gratuitement et de façon accessible.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Les matchs de l'équipe de France, mais c'est la loi.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Déjà il faut l'avoir à l'esprit. S'agissant de l'Euro 2016 qui est un événement qu'on accueille, nous sommes en pleines discussions avec les chaînes pour faire en sorte qu'un maximum de matchs ou d'extraits, et pas seulement ceux joués par l'équipe de France évidemment, soient diffusés.

JEAN-JACQUES BOURDIN
On peut modifier le décret de 2004 si on veut. Vous pouvez !

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
De toute façon, je suis en train de faire modifier le décret TSF, le décret Télévisions Sans Frontières, qui liste les grandes compétitions sportives qui doivent être diffusées gratuitement, pour une raison que j'ai peut-être déjà eu l'occasion d'exposer ici ; c'est que je suis agacée par le faible nombre de compétitions féminines qui se retrouvent dans ce décret.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Oui.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Vous en êtes d'accord. Ça veut dire qu'il y a en fait moins de compétitions sportives féminines qui sont diffusées gratuitement, ce qui crée moins d'appétence et moins de soutien.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous allez en imposer la diffusion ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Je souhaite que ce décret soit complété avec un certain nombre de compétitions féminines. Maintenant pour finir sur ce sujet, il y a aussi un équilibre à trouver parce qu'en même temps, la diffusion du sport sur des chaînes payantes, c'est aussi ce qui permet de payer financièrement, d'apporter des recettes au sport professionnel. Je pense que le sport professionnel a besoin de recettes, il faut donc trouver un équilibre.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Quand une grande chaîne achète les droits, elle apporte des moyens au sport professionnel, non ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Oui, bien sûr, mais les recettes sont évidemment plus importantes lorsque vous avez des abonnés tout simplement.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Mais comment se fait-il qu'une chaîne qui achète des droits ne diffuse pas ces droits, si je puis dire, sur ses antennes ? Est-ce que vous comprenez ça ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
C'est le choix de la chaîne. Ensuite, il s'agit de voir quels types de matchs, de compétition, et cætera. Encore une fois, s'il s'agit de grands événements majeurs, le décret impose de toute façon que ce soit une fois acheté mis gratuitement à disposition des autres.

JEAN-JACQUES BOURDIN
« Le ministre des Sports doit agir » dit ce député chevènementiste. Non ? Vous n'allez pas agir ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Si, nous allons agir comme je viens de vous le dire, c'est-à-dire pour trouver un équilibre. Nous ne pouvons pas non plus empêcher que les chaînes achètent. Nous ne pouvons pas empêcher que l'accès soit payant pour un certain nombre de compétitions. Il faut en conserver certaines et pour l'Euro 2016 en particulier, ça va faire l'objet de négociations ardues.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Qu'est-ce que vous aimeriez pour l'Euro 2016 ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Qu'il soit accessible à tous.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Que tous les matchs soient accessibles à tous ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Non, pas tous les matchs mais le plus grand nombre possible. Pour l'Euro 2016, au-delà de cette question de la diffusion, je voudrais surtout que ça change l'état d'esprit de notre pays.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Très bien !

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Je voudrais qu'on soit enthousiaste, je voudrais qu'on retrouve l'esprit de conquête, je voudrais que notre équipe fasse de superbes résultats.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous allez aller au Brésil ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Je vais y aller pour le lancement. Thierry BRAILLARD ira ensuite et puis, si jamais notre équipe se retrouve en huitièmes, j'y retournerai sans doute.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Vous serez là. Merci Najat VALLAUD-BELKACEM.

NAJAT VALLAUD-BELKACEM
Merci.

JEAN-JACQUES BOURDIN
Merci.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 27 mai 2014

Rechercher