Interview de Mme Sylvia Pinel, ministre du logement et de l'égalité des territoires, à l'émission "Les 4 vérités" sur France 2 le 10 juillet 2014, sur la politique du logement dans le cadre du pacte de responsabilité et de solidarité et la position défavorable du PRG vis-à-vis de la réforme territoriale. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Sylvia Pinel, ministre du logement et de l'égalité des territoires, à l'émission "Les 4 vérités" sur France 2 le 10 juillet 2014, sur la politique du logement dans le cadre du pacte de responsabilité et de solidarité et la position défavorable du PRG vis-à-vis de la réforme territoriale.

Personnalité, fonction : PINEL Sylvia, WITTENBERG Jeff.

FRANCE. Ministre du logement et de l'égalité des territoires;

ti : JEFF WITTENBERG
On a appris hier dans le détail comment l'Etat va économiser 50 milliards d'euros, ce fameux chiffre de 50 milliards d'ici à 2017. Des économies dans de très nombreux ministères vont être réalisées, c'est ce qu'a annoncé Michel SAPIN. Est-ce que le vôtre, le logement, va être concerné par cette mise au régime sec ?

SYLVIA PINEL
D'abord ces économies sont réalisées pour financer le soutien aux entreprises et à la création d'emplois, ce qui est important, le pacte de responsabilité…

JEFF WITTENBERG
C'est le pacte de responsabilité notamment.

SYLVIA PINEL
Est important de le rappeler, de rappeler l'objectif.

JEFF WITTENBERG
La finalité bien sûr.

SYLVIA PINEL
Les ministères sont mis à contribution. Le mien est préservé compte tenu de la priorité qu'il y a pour soutenir la relance de la construction et la nécessité de permettre aux Français d'accéder au logement, cela traduit la priorité fixée par le Premier ministre.

JEFF WITTENBERG
Mais alors justement cette priorité est-ce qu'elle n'est pas devenue obligatoire parce que précisément le logement connait de grandes difficultés, juste un chiffre pour fixer les esprits, une étude révélée ce matin montre qu'en 1984 les familles dépensaient 17 % de leurs revenus pour se loger. 22 ans plus tard en 2006 c'était 24 % et ça ne cesse d'augmenter. Pourquoi cette inflation ? Est ce que c'est le seul problème des propriétaires privés ?

SYLVIA PINEL
Il y a dans ces raisons plusieurs facteurs dans certaines zones très tendues comme en Ile-de-France par exemple le coût du logement, le coût du foncier fait qu'effectivement le budget logement pèse lourdement pour les familles, dans des zones moins tendues la proportion varie. Mais ce qu'il est important aujourd'hui de faire c'est vraiment de relancer la construction, de produire davantage de logements pour faire baisser les prix et permettre à nos concitoyens d'avoir accès à un logement qui corresponde à leurs besoins.

JEFF WITTENBERG
Alors justement vous avez lancé un plan de construction de logements, où en est sa mise en oeuvre ? On sait que la décision a été prise le 25 juin je crois et qu'il y a une réunion bientôt, mais on n'y voit pas très clair en fait.

SYLVIA PINEL
Donc le 25 juin nous avons, avec le Premier ministre, annoncé nos priorités, 4 objectifs pour relancer la construction sur une palette d'outils qui permettra à la fois de mobiliser l'ensemble des investisseurs, des bailleurs sociaux, des collectivités locales, mais aussi de permettre aux Français, des classes moyennes et des classes modestes dans des zones un peu moins tendues d'accéder à la propriété.

JEFF WITTENBERG
Parce qu'on n'a jamais construit aussi peu de logements en France aujourd'hui.

SYLVIA PINEL
Nous avons aujourd'hui une baisse de mise en chantier, une baisse de délivrance des permis de construire et il faut absolument redonner confiance à la fois aux Français mais aussi aux investisseurs pour relancer cette construction qui est en panne et c'est le sens des mesures des 4 objectifs que nous avons présentés.

JEFF WITTENBERG
Mais c'est aussi une des conséquences de la crise économique face à laquelle pour l'instant le gouvernement ne réussit pas.

SYLVIA PINEL
Il est important justement d'agir sur les deux aspects. Je parlais tout à l'heure du pacte de responsabilité et de solidarité qui doit permettre de renforcer la compétitivité de nos entreprises, en même temps de créer de l'emploi parce qu'effectivement pour permettre à certains ménages d'accéder au logement ou d'acheter il est important d'avoir un emploi et un emploi stable. Et en même temps d'avoir des outils plus adaptés aux besoins des Français, c'est ce que nous avons fait.

JEFF WITTENBERG
Alors il y a un outil qui est controversé c'est la loi qu'avait mis en place la ministre qui vous a précédé, la fameuse loi Alur de Cécile DUFLOT qui complique souvent les transactions immobilières, disent notamment les agents immobiliers. Est-ce que vous allez la laisser en l'état ou est-ce que vous allez l'adapter cette loi Alur, qui a du mal pour l'instant à être mise en oeuvre ?

SYLVIA PINEL
Par exemple sur le sujet précis que vous évoquez sur les transactions immobilières qui ont été complexifiées par rapport aux documents…

JEFF WITTENBERG
Alors qu'on parle de simplification des normes.

SYLVIA PINEL
Par rapport aux documents que nous demandons pour une transaction, eh bien ça c'est un aspect sur lequel nous allons travailler pour justement simplifier et faire en sorte que les transactions ne soient pas retardées par des documents à produire qui pénalisent justement et retardent les ventes. C'est un exemple particulier. Mais sur le reste, sur le reste la loi Alur c'est 200 mesures d'application, regroupées dans une centaine de décrets, et nous travaillons à leur mise en oeuvre en priorisant justement les textes parce que tous n'ont pas la même importance, tous n'ont pas la même priorité pour le pouvoir d'achat des Français…

JEFF WITTENBERG
Mais il y a au moins un aspect sur lequel vous allez adapter.

SYLVIA PINEL
Celui que vous avez évoqué par exemple.

JEFF WITTENBERG
Alors Anne HIDALGO, la maire de Paris, propose de taxer les bureaux vides non occupés, est-ce que c'est une bonne mesure ? Est-ce que vous allez l'accompagner pour transformer ces friches commerciales en logements privés ?

SYLVIA PINEL
Je rappelle que le gouvernement a pris une ordonnance justement pour faciliter la transformation des bureaux vides en logements puisqu'il faut adapter les documents d'urbanisme.

JEFF WITTENBERG
Il faut taxer comme le veut Anne HIDALGO.

SYLVIA PINEL
C'est une possibilité qui existe, qui est prévue par la loi. La maire de Paris souhaite justement avoir une action très volontariste sur le logement et on ne peut que se réjouir qu'elle utilise d'abord une ordonnance préparée par le gouvernement. Et ensuite qu'elle se préoccupe de ce sujet du logement parce que nous constatons dans certains territoires que le logement social notamment est en panne depuis les dernières échéances municipales, donc c'est une bonne chose que la maire de Paris soit déterminée sur ce sujet.

JEFF WITTENBERG
Sylvia PINEL vous êtes la ministre du Logement et aussi la représentante du Parti Radical de Gauche, le dernier allié dans le gouvernement du Parti socialiste et il y a un point sur lequel le Parti Radical de Gauche est en désaccord profond avec le PS c'est la réforme territoriale voulue par François HOLLANDE, nouvelles régions, nouvelles compétences pour les départements, transformation des départements. Pourquoi, deux questions en fait, pourquoi le PRG n'en veut pas de cette réforme ? Et est-ce que vous resterez au gouvernement si elle est quand même appliquée ?

SYLVIA PINEL
D'abord je suis là en tant que ministre et je veux redire ma solidarité et ma loyauté à l'égard du président de la République et du Premier ministre…

JEFF WITTENBERG
Donc vous soutenez la réforme.

SYLVIA PINEL
Qui sur beaucoup de sujets le Parti Radical de Gauche soutient sans compter, non mais c'est important de le dire…

JEFF WITTENBERG
Oui mais parlons de celui-là si vous le voulez bien.

SYLVIA PINEL
Oui mais c'est important, sur les institutions, sur les institutions depuis très longtemps, et ça ne date pas de 2012, déjà dans les primaires, dans le débat des primaires sur les institutions il y avait des divergences entre les socialistes et les radicaux. Nous ne sommes pas tout à fait les mêmes, il y a des nuances dans nos formations politiques, ce qui est normal, c'est ce qui fait la différence…

JEFF WITTENBERG
Là il y a plus que des nuances, il y a un refus net de Jean-Michel BAYLET, votre président, de cette réforme. Donc si elle est mise en place est-ce que vous resterez au gouvernement, je vous repose la question ?

SYLVIA PINEL
Il y a un refus net sur les départements ruraux puisque notre parti est préoccupé de l'avenir des territoires ruraux, de la ruralité qui se sent abandonnée, qui se sent oubliée parfois de certaines politiques publiques. Et c'est la raison pour laquelle le parti a dit, il a pris position, il a pris une position claire ; mais en même temps moi je suis aujourd'hui en tant là en tant que ministre je vous redis ma solidarité. Mais j'espère aussi…

JEFF WITTENBERG
Mais si la loi va au bout vous resterez ?

SYLVIA PINEL
C'est un débat que nous aurons d'abord au sein de notre parti.

JEFF WITTENBERG
Vous êtes une survivante entre guillemets du précédent gouvernement de Jean-Marc AYRAULT.

SYLVIA PINEL
Merci.

JEFF WITTENBERG
Je précise il y a des guillemets, est-ce qu'il y a une grande différence finalement entre la façon de manager le gouvernement par Jean-Marc AYRAULT et par Manuel VALLS.

SYLVIA PINEL
Les deux hommes sont différents, cela n'a échappé à personne. Ce qui est important aujourd'hui…

JEFF WITTENBERG
Mais qu'est-ce qui est différent ? Qu'est-ce qui les différencie le plus selon vous ?

SYLVIA PINEL
Chaque personne est différente, chacun à ses caractéristiques. Vous et moi nous ne sommes pas pareils, donc ce qui est important aujourd'hui c'est que ce gouvernement réussisse pour redresser le pays et pour rassembler les Français, c'est aujourd'hui ça que les Français nous demandent et attendent.

JEFF WITTENBERG
Merci beaucoup Sylvia PINEL

SYLVIA PINEL
Merci.

JEFF WITTENBERG
Très bonne journée.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 16 juillet 2014

Rechercher