Interview de M. Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur, à Europe 1 le 18 juillet 2014, sur l'avion malaisien abattu au-dessus de l'Ukraine, l'organisation et le déroulement de manifestations pro-palestiniennes et la lutte contre le racisme et l'antisémitisme. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur, à Europe 1 le 18 juillet 2014, sur l'avion malaisien abattu au-dessus de l'Ukraine, l'organisation et le déroulement de manifestations pro-palestiniennes et la lutte contre le racisme et l'antisémitisme.

Personnalité, fonction : CAZENEUVE Bernard, ELKABBACH Jean-Pierre.

FRANCE. Ministre de l'intérieur;

ti : MAXIME SWITEK
L'interview politique d'EUROPE 1, Jean-Pierre ELKABBACH vous recevez ce matin Bernard CAZENEUVE, le ministre de l'Intérieur, qui n'a pas eu de nuit.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Oui à l'Assemblée vous avez fait voter l'article 1 de la carte des 13 régions, il était 6h30 ce matin. Bienvenu monsieur le ministre de l'Intérieur, bonjour Bernard CAZENEUVE.

BERNARD CAZENEUVE
Bonjour.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Vous êtes venu directement pratiquement de l'Assemblée au studio d'EUROPE 1. La France est bouleversée par la tragédie de l'avion malaisien qui a été abattu au-dessus de l'Ukraine. Le vice-président américain, Joe BIDEN, est persuadé, à partir de ses services secrets, qu'il s'agit d'un attentat et pas d'un accident.

BERNARD CAZENEUVE
Oui, enfin il faut qu'il y ait une enquête et que la vérité soit faite. Le président de la République l'a demandé cette enquête, cette transparence, cette vérité, dès hier soir lorsque nous avons appris la tragédie. Une tragédie qui a bouleversé le pays, qui a bouleversé toutes les Autorités de l'Etat. J'adresse d'ailleurs à toutes les familles qui sont endeuillées par ce drame ce matin la pensée de tous les Français et du gouvernement français. Et ce que nous voulons c'est la vérité.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Et est-ce qu'on sait maintenant, Bernard CAZENEUVE, s'il y avait des Français à bord ? Et combien ? Parce qu'on a dit des propos contradictoires toute la nuit.

BERNARD CAZENEUVE
Je n'ai pas l'information précise sur ce point, lorsqu'on s'exprime sur ces sujets compte tenu de la charge d'angoisse que doivent avoir ceux qui attendent et qui ne savent pas il faut être prudent. Donc lorsque des informations précises seront en notre possession nous les communiquerons.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Et à ce stade là on ne sait pas.

BERNARD CAZENEUVE
Je n'ai pas ces informations.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Il reste sur les listes encore quelques…

BERNARD CAZENEUVE
Il reste encore sur les listes des personnes dont la nationalité doit être établie et il faut la plus grande prudence sur des faits aussi dramatiques.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Vous venez de dire que vous voulez la vérité avec le président de la République. Le Conseil de sécurité de l'ONU siège cet après-midi, est-ce que vous pensez qu'il doit demander la création d'une commission internationale d'enquête indépendante et transparente ?

BERNARD CAZENEUVE
Mais le secrétaire général de l'ONU à ma connaissance a déjà demandé cette commission et tout ce qui va dans le sens de la vérité, je le disais à l'instant, doit être mis sur le métier.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
La France est favorable.

BERNARD CAZENEUVE
Mais la France souhaite la vérité, elle y contribuera si elle le peut avec d'autres nations et au sein des Nations Unies.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Et est-ce que vous confirmez que des avions européens français ne survolent plus l'Est de l'Ukraine jusqu'à nouvel ordre.

BERNARD CAZENEUVE
Mais cela a été demandé par les Autorités françaises hier, c'est déjà le cas pour la Crimée compte tenu de ce qui s'est passé, ce sera désormais le cap pour l'Ukraine.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Et ça a été un peu tardif.

BERNARD CAZENEUVE
Il n'y avait pas d'indication dans aucun pays de l'Union européenne qui aurait pu justifier qu'on prenne cette mesure avant, compte tenu de ce qui s'est passé hier elle est prise.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Alors il y a 15 jours les contrôles dans les aéroports ont été renforcés à votre demande, est-ce qu'aujourd'hui il faut aller plus loin ?

BERNARD CAZENEUVE
Mais les mesures que nous avons prises sont très significatives, elles conduisent à multiplier les contrôles aléatoires et elle multiplie les contrôles aléatoires non seulement au passage des contrôles habituels mais au-delà jusqu'à la passerelle de l'avion, partout où ces contrôles peuvent être effectués pour assurer la sécurité des passagers, ils le seront, selon des modalités d'ailleurs que je ne préciserai pas pour ne pas donner le moyen à ceux qui voudraient commettre des actes criminels de déjouer les contrôles, mais en tous les cas les contrôles seront multiples, ils seront partout, ils seront aléatoires parce que c'est le caractère aléatoire de ces contrôles qui fait leur efficacité.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Ce qui vient de se passer c'est en Ukraine, c'est-à-dire sur le continent européen. La menace est partout.

BERNARD CAZENEUVE
Il ne faut pas faire peur mais en même temps il faut dire la vérité, nous sommes dans un contexte d'extrêmes tensions ; on le voit au plan international avec les évènements qui se sont produits hier en Ukraine, qui se produisent au Proche-Orient, on voit la menace terroriste. J'ai eu à m'exprimer sur ce sujet en présentant un texte au Conseil des ministres, donc il faut regarder le danger en face. Et c'est d'ailleurs la meilleure manière cette vérité de faire en sorte que le danger soit maitrisé.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Ça veut dire que la France décide de ne pas baisser la garde aujourd'hui, sur tous les fronts.

BERNARD CAZENEUVE
Nous sommes dans une vigilance absolue pour une raison très simple c'est que si nous prenons 0 précaution nous mettons les Français face à 100 % de risque, même si 100 de précaution, c'est notre doctrine, ne fait pas nécessairement le risque 0.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Israël a déclenché une opération totale air-mer-terre à Gaza pour en finir avec les installations militaires et les armes du Hamas, que dit la France de cette incursion en territoire à Gaza ?

BERNARD CAZENEUVE
Mais la France a appelé Israël à la retenue, le ministre des Affaires Etrangères qui fait un travail absolument remarquable sur le plan diplomatique pour faire en sorte que la paix l'emporte…

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Il va au Proche-Orient ce matin.

BERNARD CAZENEUVE
Absolument, que la paix l'emporte sur les logiques de guerre, a appelé Israël à la retenue. Nous ce que nous souhaitons c'est que la dialogue, que les contacts entre les acteurs concernés permettent de faire en sorte que les armes cessent de faire leurs oeuvres et que la diplomatie reprenne ses droits.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Le Hamas avait refusé la trêve puis le cessez-le-feu, c'est la trêve et le cessez-le-feu qui redeviennent une actualité …

BERNARD CAZENEUVE
Et c'est ce que nous voulons, c'est la raison pour laquelle Laurent FABIUS est dans la région aujourd'hui. La France oeuvrera, oeuvre, oeuvrera pour que la paix l'emporte sur toutes les logiques de guerre.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Bernard CAZENEUVE est-ce que la manifestation prévue demain samedi à Paris peut avoir lieu ?

BERNARD CAZENEUVE
Je veux sur ces sujets appeler chacun à la responsabilité. Je suis ministre de l'Intérieur et par conséquent garant de la sécurité pour chacun en tout point du territoire, et par ailleurs ministre des Cultes. Donc je suis aussi le ministre du respect. Du respect que les Français se doivent les uns aux autres quelle que soit leur confession.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Ce qu'on n'a pas vu ni entendu.

BERNARD CAZENEUVE
Et par conséquent j'ai condamné avec la plus grande fermeté, les actes violents qui se sont produits dimanche dernier. Ces actes sont intolérables, je ne peux pas dans mes responsabilités accepter qu'ils se reproduisent et je ne peux pas prendre le risque de voir demain des Français quelle que soit leur confession exposés à des violences. Par conséquent, dans le contexte, j'ai appelé tous les préfets à la plus grande vigilance, je leur ai demandé au cas par cas de regarder si les conditions d'organisation des manifestations permettent l'apaisement et la sécurité. Et si ce n'est pas le cas j'ai demandé à ce que ces manifestations soient interdites. En ce qui concerne celle de demain je considère pour ma part qu'à partir des éléments qui m'ont été communiqués par le Préfet de police de Paris les conditions ne sont pas réunies pour que cette manifestation se déroule dans des conditions qui garantissent la sécurité à la fois des participants et de ceux qui pourraient notamment dans les synagogues et à proximité se trouver mis en cause dans leur …

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Au stade où on est ce matin il ne peut pas y avoir de manifestation.

BERNARD CAZENEUVE
Je crois avoir été clair, je pense qu'aujourd'hui nous sommes dans une situation où nous devons tout faire pour créer les conditions de l'apaisement. La liberté de manifestation j'y tiens, c'est un droit constitutionnel, c'est une liberté importante dans la République…

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Mais là vous dites l'ordre public et la sécurité sont menacés.

BERNARD CAZENEUVE
Mais si l'ordre public ne peut pas être garanti parce qu'il y a des risques, des risques qui sont susceptibles de conduire à des affrontements, qui ne pourraient pas être maitrisés, qui pourraient conduire la haine à l'emporter sur les valeurs de la République, il est de la responsabilité du ministre de l'Intérieur notamment de faire en sorte que ces débordements n'aient pas lieu, que les valeurs de la République l'emportent sur toutes les formes de violence et qu'à tout moment responsabilité et liberté se conjuguent ensemble.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Et avec quel dispositif vous allez faire protéger les lieux de culte, les mosquées et surtout les synagogues.

BERNARD CAZENEUVE
Les lieux de culte sont protégés, j'ai donné des instructions par une circulaire ministérielle à l'ensemble des préfets en liaison avec les communautés, les confessions d'assurer la suppression partout…

JEAN-PIERRE ELKABBACH
C'est-à-dire que vous empêchez toute approche ou intrusion de mosquées ou de synagogues sur le territoire français.

BERNARD CAZENEUVE
Pas simplement les mosquées et les synagogues, il y a aussi des écoles, il y a aussi des lieux culturels. J'ai demandé à tous les préfets en liaison avec les communautés de veiller à ce que par des patrouilles, par des gardes statiques la sécurité des lieux de culte soit assurée.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Après demain dimanche le Premier ministre, Manuel VALLS, va commémorer le 72 anniversaire de la Rafle du Vel d'Hiv, vous serez probablement à ses côtés. Comment rassurer la communauté juive qui ne cache pas son inquiétude ? L'histoire ne se reproduit pas mais en l'occurrence on se demande à quoi elle sert.

BERNARD CAZENEUVE
Vous avez raison de poser la question en ces termes, l'antisémitisme est une horreur absolue, comme toutes les formes de haine d'ailleurs, quelque soit ce…

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Tous les racismes.

BERNARD CAZENEUVE
Tous les racismes, toutes les formes de haine sont intolérables. Et lorsque l'histoire a parlé en occasionnant les tragédies que l'on sait, imaginez qu'elle puisse reparler de nouveau avec des insultes comme celles qui ont pu être proférées sur Twitter, j'entendais tout à l'heure Joseph MACE-SCARON qui s'exprimait sur ce point ; moi je aussi très choqué de ce qui se passe dans un certain nombre de forums ou d'espaces numériques où la haine est partout…

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Vous avez …

BERNARD CAZENEUVE
Et, laissez-moi, si vous voulez bien Jean-Pierre ELKABBACH, terminer sur ce point. La République n'est pas compatible avec la haine ; la République n'est pas compatible avec la xénophobie. L'antisémitisme ne peut pas parler une seconde fois parce qu'on sait ce à quoi il a abouti. On sait les enfants séparés de leurs parents allant dans les trains vers la déportation, on sait ce que la haine a produit. Et cette haine là, je ne veux pas la voire poindre ne serait-ce qu'un peu dans notre pays. Nous devons de toutes nos forces, parce que tous les Français, et quelle que soit leur confession, quelle que soit leur confession, la majorité des Français préfèrent la République dans ces valeurs de …

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Mais parce que vous dites…

BERNARD CAZENEUVE
A toutes les formes de haine ; donc j'appelle chacun à la responsabilité.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Dans ces manifestations on commence par critiquer la politique de NETANYAHOU, le sionisme, et ça se transforme en slogan anti-juif et antisémitisme, c'est cela votre crainte ?

BERNARD CAZENEUVE
Il n'y a aucune forme d'antisémitisme qui ne soit acceptable, je les condamnerai et les combattrai de toutes mes forces, le président de la République, le Premier ministre et le gouvernement dans son ensemble le feront comme toutes les autres formes de haine qui pourrait s'adresser à toute autre confession.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Bernard CAZENEUVE je vous avais invité pour parler de la réforme qui est en train de se passer à l'Assemblée nationale, cette nuit donc à 6h30 du matin vous avez fait adopter la nouvelle carte, l'article 1, la nouvelle carte des 13 régions. La loi c'est pour quand ? La semaine prochaine ?

BERNARD CAZENEUVE
Mais le vite possible parce que nous sommes déterminés à réussir ces réformes. Nous avons eu un débat qui a duré toute la nuit, qui a été extrêmement riche, qui a permis à tout le monde de faire prévaloir son point de vue. Et aujourd'hui nous avons une carte, ce qui veut dire que demain nous aurons une réforme, et que dans ce pays lorsqu'il y a de la détermination la réforme est possible.

JEAN-PIERRE ELKABBACH
Ca veut dire que ça sera voté, la loi sera votée avant la fin de l'année.

BERNARD CAZENEUVE
Mais Jean-Pierre ELKABBACH je vous le confirme.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 22 juillet 2014

Rechercher