Entretien de M. Harlem Désir, secrétaire d'Etat aux affaires européennes, avec Radio France le 25 novembre 2014, sur le discours du Pape au Parlement européen. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Entretien de M. Harlem Désir, secrétaire d'Etat aux affaires européennes, avec Radio France le 25 novembre 2014, sur le discours du Pape au Parlement européen.

Personnalité, fonction : DESIR Harlem.

FRANCE. Secrétaire d’Etat aux Affaires européennes

ti :
Q - Comment avez-vous trouvé le discours du Pape ?

R - Discours enthousiasmant ; je l'ai accueilli à Strasbourg avec Ségolène Royal. Il a même dit les choses encore plus directement : il a dit que l'Europe ne doit pas être une grand-mère, l'Europe doit être une mère, aimante, qui protège et, surtout, qui soit féconde, tournée vers l'avenir et vers la jeunesse.

J'ai trouvé que son discours, renvoyait aux valeurs fondamentales de l'Europe, à la dignité de la personne humaine, au fait que l'individu ne peut pas être qu'une espèce de maillage, de mécanique économique.

Il nous a rappelé que l'Europe, ce n'était pas simplement une union économique mais qu'elle est d'abord faite pour les hommes, pour les femmes. Là, il nous a peut-être rappelé l'essentiel, c'est-à-dire que l'Europe, c'est la dignité de la personne humaine à travers le travail, à travers la solidarité, à travers la paix, et qu'il faut aussi qu'elle retrouve - il a eu ces mots, d'ailleurs - la curiosité, l'enthousiasme qui ont été sa marque dans l'histoire.

Peut-être que c'est son regard d'homme qui vient d'Amérique latine, d'un autre continent qui a été à un moment aussi très influencé par l'Europe, qui le porte à avoir cette exigence, cette attente en tout cas, qui fait écho pour moi à mon propre engagement européen.


Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 27 novembre 2014

Rechercher