Déclaration de M. François Rebsamen, ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social, sur le développement de l'apprentissage et de l'enseignement en alternance, Grenoble le 21 novembre 2014. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. François Rebsamen, ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social, sur le développement de l'apprentissage et de l'enseignement en alternance, Grenoble le 21 novembre 2014.

Personnalité, fonction : REBSAMEN François.

FRANCE. Ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social

ti :


Je m'associe à tous ceux qui se sont exprimés avant moi pour saluer la belle réussite que représente l'Institut des Métiers et des Techniques.
C'est ici que se construit l'avenir. Et c'est l'avenir de votre établissement mais aussi de l'apprentissage, que symbolisent ces nouveaux locaux.
Je tiens tout d'abord à féliciter celles et ceux qui ont contribué à la réussite de ce projet : la Chambre de Commerce et d'Industrie, le Conseil Régional de Rhône-Alpes, la Caisse des Dépôts et Consignations et le Commissariat Général à l'Investissement.
Les représentants des collectivités territoriales, les corps intermédiaires et les services de l'Etat ont su se mobiliser et agir ensemble. Agir ensemble, dans un seul et même but : faire de l'apprentissage une solution d'avenir, et de l'innovation, le levier du redressement économique de la France.

Je tiens aussi à vous faire part de mon enthousiasme face à une structure dont les ambitions et le fonctionnement font écho à de nombreux engagements du Président de la République et du gouvernement :

L'engagement en faveur de la jeunesse tout d'abord, car on sait que l'alternance améliore significativement l'employabilité des jeunes et qu'elle constitue une voie privilégiée d'accès à l'emploi.

Le Président a fixé l'objectif ambitieux de 500 000 apprentis en 2017. Et la journée de mobilisation en faveur de l'apprentissage du 19 septembre dernier, dont l'objectif était de lever les freins non financiers à l'accueil d'apprentis, a notamment permis de mettre l'accent sur la question du logement et de la mobilité des alternants.

C'est ici, à l'IMT, que se trouvent les solutions : ces nouveaux locaux vous permettront de restructurer l'offre de formation existante, mais aussi de la développer, pour atteindre un objectif d'accueil de 3000 alternants en 2017.

Mais ils vous permettront également d'offrir une solution d'hébergement renforcée, puisque vous pourrez désormais proposer 135 places en internat.

L'engagement en faveur de l'innovation et de l'environnement, domaines dans lesquels la France, qui a récemment adopté la loi sur la transition énergétique et qui accueillera la Conférence Paris Climat en 2015, est à la pointe.
Là encore, les choix de développement de l'IMT sont des choix d'avenir. Vous envisagez en effet de compléter l'offre de formation, aujourd'hui orientée vers les métiers traditionnels et les métiers en forte tension, en créant un nouveau pôle « Développement durable, énergies renouvelables et écoconstruction ». Vous avez parfaitement saisi l'importance stratégique qu'auront, demain, les métiers liés à la croissance verte.

L'engagement, enfin, en faveur du dynamisme et de l'égalité des territoires, puisque l'implantation de l'IMT participe à la requalification urbaine et sociale d'un quartier prioritaire de la politique de la ville, mais aussi parce que vous avez su développer une démarche partenariale forte avec les entreprises de la région, et vous adapter aux besoins des bassins d'emploi locaux. Vous participez ainsi au rayonnement du territoire.

Je le disais, c'est ici, à l'IMT, que se construit l'avenir. L'avenir de notre appareil productif et de nos métiers, mais aussi l'avenir de chacun des jeunes que vous accueillez, depuis déjà 40 ans.

La réussite individuelle est au cœur de vos priorités et c'est une réussite au sens large :
La réussite scolaire et professionnelle, comme le montrent les chiffres : 84% de réussite aux examens et un taux d'insertion dans l'emploi de 75%.
Mais aussi la réussite par l'engagement citoyen, à travers une organisation de l'IMT en véritable « campus de l'alternance ». Cette organisation de l'espace et du temps pédagogique permet aux jeunes de se rencontrer, d'échanger et de s'engager dans des projets collectifs, culturels et internationaux.
En orientant votre offre de formation vers les métiers émergents et en faisant de l'éducation citoyenne un complément indispensable au cursus de l'alternant, vous contribuez à changer les représentations collectives, parfois fausses, de l'apprentissage. Ce n'est pas le moindre des défis et c'est pour cela que j'ai lancé une grande campagne de communication autour de l'apprentissage il y a maintenant plus d'un mois.

L'Etat, via le Commissariat Général à l'Investissement et la Caisse des Dépôts et Consignations, vous a fait confiance. Et pour toutes les raisons que je viens d'évoquer, cette confiance était amplement méritée.
A travers le Programme d'Investissement d'Avenir, l'Etat a participé à ce projet à hauteur de 4,8 millions d'euros, soit un tiers du coût total. Il a ainsi soutenu la création de 170 emplois et la proposition innovante de l'IMT pour moderniser la formation en alternance et développer des solutions d'hébergement adaptées. Les deux autres tiers ont été financés par la Chambre de Commerce et d'Industrie et par la Région Rhône-Alpes qui, je tiens à le souligner, s'est engagée de manière exemplaire dans le Programme d'Investissement d'Avenir. Première région de France, elle porte et cofinance aujourd'hui huit projets lauréats du PIA, pour un montant total de 40 millions d'euros.

C'est pour moi l'occasion de rappeler que l'appel à projet « Investir pour la formation en alternance » du Programme d'Investissement d'Avenir dont a bénéficié l'IMT, se clôture le 31 décembre prochain. Les 90 projets sélectionnés à ce jour représentent plus de 75 000 apprentis et 9 000 places d'hébergement. Or, l'enveloppe prévue de 450 millions d'euros n'est pas totalement consommée. Il est donc temps pour ceux qui souhaitent en bénéficier de déposer leurs projets à la CDC

Un mot, pour finir, du nouvel appel à projet « Partenariat pour la formation professionnelle et l'emploi », qui vient d'être publié, et auquel des organismes de formation comme les CFA pourront être associés. Ce nouveau programme a pour ambition de valoriser les solutions innovantes en matière de formation professionnelle dans les bassins d'emploi en cours de transformation. L'objectif est de créer une synergie enter actions pédagogiques et gestion des ressources humaines, pour anticiper les mutations économiques et éviter le passage des salariés par une période de chômage. Cela passe notamment par le développement d'une offre de formation continue adaptée aux besoins du bassin d'emplois, qui mobiliserait aussi bien les organisations professionnelles, les collectivités locales que les acteurs de la formation et de l'enseignement. Ce nouveau programme est doté de 126 millions d'euros, qui seront accordés dans le cadre d'un appel à projet ouvert du 1er décembre 2014 au 28 février 2017.

Comme vous le voyez, les collectivités territoriales, mon ministère et l'ensemble du gouvernement sont mobilisés pour relancer l'alternance et pour donner leur chance aux projets innovants. Car donner une chance à l'innovation, c'est donner une chance la jeunesse de notre pays. C'est aussi regarder au loin pour préparer l'avenir et permettre à la France de conserver son rang, dans un monde en profonde mutation.


Je vous remercie.


Source http://travail-emploi.gouv.fr, le 28 novembre 2014

Rechercher