Conseil des ministres du 25 juin 2014. Application à Mayotte, extension et adaptation dans les îles Wallis et Futuna, en Polynésie française et en Nouvelle-Calédonie de la loi d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Conseil des ministres du 25 juin 2014. Application à Mayotte, extension et adaptation dans les îles Wallis et Futuna, en Polynésie française et en Nouvelle-Calédonie de la loi d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République.

Personnalité, fonction : HAMON Benoît.

FRANCE. Ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

ti : Le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche a présenté une ordonnance relative à l'application à Mayotte de la loi n° 2013-595 du 8 juillet 2013 d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République, ainsi qu'une ordonnance portant extension et adaptation dans les îles Wallis et Futuna, en Polynésie française et en Nouvelle-Calédonie de la loi n° 2013-595 du 8 juillet 2013 d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République.

Si la majorité des dispositions de la loi du 8 juillet 2013 sont immédiatement applicables au département de Mayotte, certaines nécessitaient des adaptations pour tenir compte de la situation particulière de cette collectivité et de ses caractéristiques propres, puisque, notamment, elle n'est pas structurée en académie et ne compte pas d'établissements publics locaux d'enseignement (EPLE). En outre, Mayotte ne dispose pas sur son territoire d'un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPSCP) au sein duquel une école supérieure du professorat et de l'éducation (ESPE) peut être créée : la formation initiale et continue des personnels enseignants et d'éducation pourra être organisée dans le cadre d'une convention avec une université située dans une académie.

Pour la Polynésie française et la Nouvelle-Calédonie, il s'agit, dans le respect des compétences des collectivités dans le domaine éducatif, d'étendre à ces collectivités d'outre-mer les dispositions de la loi du 8 juillet 2013 fixant les grands principes en matière éducative, notamment ceux concernant la promotion de la citoyenneté, la lutte contre l'illettrisme ou l'innumérisme, la santé à l'école, ainsi que les dispositions relatives aux diplômes nationaux et aux objectifs du socle commun de connaissances, de compétences et de culture. L'ordonnance préserve les compétences des collectivités concernées dans la définition des programmes scolaires et l'organisation des établissements d'enseignement. Elle rend applicables en Polynésie française et en Nouvelle-Calédonie les dispositions de la loi du 8 juillet 2013 relatives aux écoles supérieures du professorat et de l'éducation.
Dans les îles Wallis et Futuna, la majorité des dispositions de la loi du 8 juillet 2013 est simplement étendue à la collectivité.

Rechercher