Déclaration de Mme Sylvia Pinel, ministre du logement et de l'égalité des territoires, sur la politique de soutien à l'innovation dans l'industrie du bâtiment, notamment en matière de rénovation énergétique, à Paris le 10 février 2015. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Sylvia Pinel, ministre du logement et de l'égalité des territoires, sur la politique de soutien à l'innovation dans l'industrie du bâtiment, notamment en matière de rénovation énergétique, à Paris le 10 février 2015.

Personnalité, fonction : PINEL Sylvia.

FRANCE. Ministre du logement, de l'égalité des territoires et de la ruralité

Circonstances : Journée des TPE et PME innovantes dans les territoires, organisée par le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB), à Paris le 10 février 2015

ti : Monsieur le Président du CSTB,
Monsieur le Directeur exécutif de BPI France,
Mesdames et Messieurs les professionnels,
Mesdames et Messieurs,


Je suis particulièrement heureuse de conclure cette matinée d'échanges organisée par le CSTB autour de l'accompagnement des entreprises dans l'innovation et la création.

Je félicite le CSTB pour cette belle initiative qui permet d'apporter des réponses concrètes et pragmatiques aux questions qui touchent le quotidien des entreprises de l'industrie du bâtiment.

On pourrait qualifier « l'innovation » de sujet « à la mode » mais c'est pour moi un concept moteur dans la confiance que nous souhaitons restaurer pour relancer l'économie et la création d'emplois.

La performance de nos projets ne doit pas relever de l'expérimentation, et se limiter à quelques projets confidentiels.

L'excellence doit devenir la règle générale pour toutes les opérations que nous engageons.

L'innovation est donc d'autant plus nécessaire dans les périodes de crise. C'est d'ailleurs là que la nécessité de faire différemment stimule la créativité et l'envie d'avancer.

L'innovation est un facteur d'espoir qui donne nécessairement envie d'améliorer le quotidien.

L'innovation est un facteur d'attractivité pour les jeunes qui sont passionnés de nouveauté et qui apportent un regard neuf et créatif pour l'ensemble des acteurs.

L'innovation est enfin et surtout un facteur de qualité. Elle apporte des réponses nouvelles pour améliorer le quotidien, pour répondre à des exigences de plus en plus élevées de sécurité, de confort, de durabilité.

A chacun de mes déplacements, je suis interrogée sur ce thème, ce qui démontre son importance pour chacun des acteurs.

J'ai assisté en décembre aux Trophées des « grands paris du logement » qui ont été décernés sur la base de critères d'excellence.

L'innovation était le maître mot de cette cérémonie et des récompenses ont salué les procédés innovants de construction ou encore les modalités d'optimisation des coûts de construction et de gestion des bâtiments.

Dans le cadre des assises des ruralités, la question de l'innovation a également été un sujet majeur notamment sur la question du numérique et de l'accès aux services.

Il est aussi intéressant de noter que ce sujet est régulièrement évoqué comme un facteur de relance autant par les entreprises que par les maîtres d'ouvrage et les maîtres d'oeuvre, preuve que le sujet a suscité des attentes nombreuses.

Dans le cadre du tour de France de la construction que j'effectue actuellement, cette thématique est souvent abordée et je pourrai donc rassurer les maîtres d'ouvrages et les entreprises de mise en oeuvre: les produits et les processus constructifs de demain sont en marche pour faciliter, améliorer et baisser les coûts de construction.

Le secteur du bâtiment est un secteur complexe porté majoritairement par une multitude de TPE et PME qui rassemble des concepteurs et fabricants de produits, des équipementiers, des entreprises de mise en oeuvre, des architectes, des professionnels de la promotion jusqu'au maîtres d'ouvrage.

L'innovation concerne tous les maillons de cette chaîne.

Et vous êtes le premier maillon en proposant les produits, les équipements de demain qui devront convaincre l'ensemble de cette chaine d'être adoptés.

C'est pour ça que nous sommes rassemblés aujourd'hui : pour voir avec vous comment mieux vous accompagner pour convaincre plus rapidement l'ensemble des acteurs.

La relance de la construction est un grand défi, mais il est nécessaire de le relever pour répondre aux attentes des Français, pour relever ce grand secteur économique qui est le vôtre, et pour améliorer notre cadre de vie.

Sur la méthode, j'ai décidé qu'il nous fallait partir du terrain, et écouter les acteurs pour évoquer cette question de l'innovation technologique ou procédurale. C'est un levier pour améliorer le quotidien de nos concitoyens, mais aussi un moyen de favoriser le développement économique.

Je souhaite profiter de l'occasion qui m'est donnée pour prolonger avec vous la réflexion que vous avez lancée.

Les objectifs en termes de transition énergétique et écologique, la conjoncture économique difficile, l'impératif de réduction des coûts dans la production de logements, sont de mon point des enjeux essentiels pour l'ensemble de la filière.

C'est une opportunité que nous devons saisir pour apporter à toute la chaîne de la construction un véritable élan et comme vous le savez, l'innovation joue un rôle majeur dans le plan de relance que nous avons porté avec le Premier ministre.

Les premières étapes du plan de relance présentées en juin et en août visaient principalement à redonner confiance aux investisseurs pour relancer la commande.

Lors des annonces de décembre, j'ai souhaité associer à ces dispositifs une politique ambitieuse de soutien à l'innovation.

En effet, j'ai mis en place 3 plans de recherche et développement pour un montant de 70 millions d'euros.

Le premier vise à développer des techniques innovantes en matière de détection et d'extraction de l'amiante.

Le second prvoit la mise en place d'outils de formations dédiés aux entreprises de pose et de mise en oeuvre pour apprendre à manier les matériaux innovants et maîtriser les nouvelles techniques.

Enfin le dernier prépare le déploiement du numérique dans toute la filière du bâtiment avec notamment le développement d'outils adaptés aux TPE et PME pour répondre aux exigences de la maquette numérique.

Car l'entrée du bâtiment dans l'ère du numérique est une condition incontournable pour construire mieux, plus et moins cher.

Les économies induites par l'utilisation du numérique peuvent atteindre 35€/m² dans la construction neuve.

C'est donc un réel facteur de compétitivité et d'attractivité pour nos entreprises.

Mais c'est avant tout une révolution culturelle en matière de process et de pratiques entre les différents acteurs de la construction.

Enfin, concernant les processus de construction, j'ai lancé en lien avec Ségolène Royal un appel à manifestation d'intérêt via l'ADEME, à hauteur de 90 millions d'euros, pour développer des procédés constructifs innovants, qui soient technologiquement et économiquement viables pour un déploiement à grande échelle.

Loin de couvrir tous les champs du bâtiment, ces sujets appellent des évolutions fortes que l'Etat se devait de susciter et d'encourager.

Mais plus généralement, les grandes évolutions qui se profilent dans le bâtiment avec les ambitions de transition énergétique nécessitent une évolution des matériaux et des techniques de mise en oeuvre dans pratiquement tous les domaines.

L'innovation ne doit pas être le monopole des acteurs les mieux outillés qui sont parfois les seuls en capacité d'explorer de nouvelles méthodes.

Elle doit être mise au service de tous les projets, de toutes les entreprises quelle que soit leur taille.

C'est dans cet esprit que j'ai demandé au CSTB d'être un facilitateur, de développer le conseil le plus en amont possible afin de gagner en énergie et en créativité.

Comme vous le savez, le CSTB apporte son expertise scientifique et technique aux entreprises par son activité de recherche partenariale et par son activité d'évaluation des produits innovants.

Elle est également particulièrement utile dans les missions que lui confie l'Etat ainsi que dans ses prestations d'évaluation comme le Pass'Innovation.

Dans le secteur du bâtiment, ces évaluations constituent en effet de véritables leviers de développement des produits, en provoquant la confiance aussi bien des assureurs, que des prescripteurs et des utilisateurs.

Elles participent également à la mise en place d'une véritable transparence du marché et d'une concurrence loyale entre les acteurs.

Il me semble important de rappeler aujourd'hui que le CSTB fait partie des organismes à l'échelle européenne qui délivrent des avis techniques reconnus dans les délais les plus courts (moins de 9 mois en moyenne) et à des tarifs compétitifs.

Cette politique d'efficacité est un gage de compétitivité pour les entreprises notamment sur le marché international.

Le CSTB accompagne également la mise en place des plateformes régionales de l'innovation.

Je salue d'ailleurs leurs représentants qui sont aujourd'hui présents et qui participent au déploiement territorial indispensable pour permettre un accès personnalisé des entreprises aux conseils en matière de financement, d'expertise technique, et de montage de projet.

A ce titre, je tiens à saluer la signature de la convention de partenariat avec BPI France qui sera – j'en suis certaine - un gage de réussite de ce réseau territorial.

Il était en effet indispensable que le CSTB et BPIFRANCE, appui des pouvoirs publics et appui financier des entreprises puissent conjuguer leurs efforts et mettent en commun leur savoir-faire au service de l'innovation et du développement des TPE et PME dans les territoires.

Le CSTB accompagnera également les 2 plans de recherche et de développement sur l'amiante et le numérique, comme je l'ai déjà évoqués.

Je ne peux que vous encourager à vous appuyer sur le CSTB qui est un outil reconnu et performant.

C'est d'ailleurs au regard de ses compétences et de son expérience que je lui ai demandé de mettre en place un dispositif d'évaluation de l'innovation dans la filière du bâtiment, afin d'être en mesure de qualifier et de valoriser les initiatives de cette filière.

Si l'innovation est une notion particulièrement mise en avant dans des secteurs de pointe comme l'aéronautique, la médecine ou l'industrie en général, dans les filières constructives nous ne disposions pas jusqu'à maintenant de référentiel, d'indicateur dédié à la mesure de cette capacité de créativité dans le secteur.

Il fallait remédier à cette lacune car c'est la visibilité et la perception de toute la filière de l'industrie du bâtiment qui est en jeu.

Et je suis particulièrement fière de vous annoncer que c'est chose faite : nous venons de nous doter d'un baromètre de l'innovation des TPE et PME de l'industrie du bâtiment.

Cet indicateur réalisé par l'Institut Français d'Opinion Publique pour le compte du CSTB est une révolution pour notre secteur.

Et ses premiers enseignements sont extrêmement édifiants :

- Pus de 60 % des entreprises interrogées estiment que l'innovation est importante et comptent innover dans les 3 années qui viennent
- Un tiers de ces mêmes entreprises ont innové depuis 2 ans au niveau des produits comme des procédures
- Et cette innovation concerne autant la construction neuve que la rénovation

Ce constat est de nature à redonner confiance au secteur : le dynamisme des entreprises est manifeste.

J'ai également noté qu'outre la question du financement, la réglementation était perçue comme un frein à l'innovation.

Le logement collectif apparait également un terrain moins propice à son déploiement : les besoins des clients en sont la principale source.

Or les difficultés de prise de décision en copropriété sont manifestement un facteur de frein ou de retard.

Ce baromètre va enfin nous permettre d'identifier de manière objective et pragmatique les actions à mener afin de favoriser l'innovation du secteur et accompagner de manière adaptée les entreprises dans cette voie.

Certaines sont déjà engagées. La simplification législative et réglementaire est en marche avec la mise en place du conseil supérieur de la construction et de l'efficacité énergétique qui régulera le flux de normes et les 50 mesures de simplification que j'ai annoncées en juin et dont 37 sont déjà en vigueur.

D'autre part, les attentes d'accompagnement qui se dégagent de ce sondage trouvent un début de réponse avec la convention de partenariat qui vient d'être signée avec BPI France.

Mais une analyse fine des résultats de ce sondage IFOP doit être réalisée et exploitée rapidement afin d'affiner notre politique en la matière.

Si le gouvernement s'est autant investi dans la relance de la construction, c'est que la filière du bâtiment et des travaux publics est un pilier essentiel de notre économie.

La vitalité de ce secteur est un incontournable pour amorcer de nouveau la croissance au niveau national.

Et cette vitalité repose sur un tissu d'entreprises dont vous faite partie et qu'il faut soutenir dans leur quotidien.

Cet appui passe par 3 types d'action :

- l'aide au financement d'une part : la mise en place du crédit d'impôt compétitivité pour les entreprises et le financement des projets innovants par la BPI apportent une première réponse
- la simplification qui est un chantier majeur porté par l'ensemble du gouvernement. Simplification des normes, des obligations et des règles en matière de code de la construction pour permettre par exemple l'utilisation de matériaux novateurs ou développer de nouveaux process comme le numérique
- Enfin cet appui passe par l'accompagnement, le conseil et c'est largement le rôle que j'ai demandé de tenir aujourd'hui au CSTB pour être au plus près de vos besoins, et de vos attentes, en étant un facilitateur et un conseil le plus tôt possible.

Le succès de cette journée démontre combien cet accompagnement correspond bien aux besoins régulièrement exprimés lors de nos échanges avec les professionnels.

Pour cette année 2015, je souhaite encore accentuer notre présence à vos côtés pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés en matière de relance de la construction.

Car si j'ai mis en place de nombreux dispositifs nécessaires pour redonner confiance aux investisseurs, il faut maintenant que le monde des entreprises soit à même de proposer des process, des matériaux, des équipements capables de construire plus facilement, plus rapidement et moins cher sans dégrader le niveau de qualité recherché : c'est là que votre capacité d'innovation est essentielle.

Le vaste chantier de rénovation énergétique qui s'annonce exprime notre grande d'ambition en volume et en performance pour se rapprocher du niveau Bâtiment à Energie POSitive.

Là encore il va falloir repenser notre façon de rénover car le gros des enjeux concerne bien sûr l'existant.

Je sais aussi qu'au moment où je vous parle, des centaines d'innovations sont en gestation et que les idées sont nombreuses.

Le BIM en est une que je regarde attentivement et qui n'en est qu'à ses débuts.

Mais il faut accélérer et stimuler cette tendance. Et c'est dans cet esprit que j'ai demandé au CSTB de jouer un rôle moteur :

D'une part, je souhaite que d'ici fin 2016, soit effectuée la couverture nationale en matière de plateformes de l'innovation. A ce jour cinq partenariats dédiés à cet accompagnement de proximité des TPE/PME innovantes ont d'ores et déjà été signés.

Ces plateformes incarnent le relais territorial d'accompagnement des entreprises dans leur accès aux évaluations techniques.

Il est indispensable que toutes les régions en soient dotées et que le CSTB coordonne un véritable «Réseau National d'Accompagnement». En tant que Ministre de l'égalité des territoires, je sais bien que cette capacité d'innovation existe dans tous les territoires et qu'il est fondamental que chaque entreprise y ait accès.

Enfin, au regard des échanges que vous avez pu avoir ce matin dans le cadre des différentes tables rondes sur l'accompagnement des entreprises par la recherche, l'évaluation technique et l'ingénierie financière et en s'appuyant sur les premiers enseignements du baromètre de l'innovation je souhaite que le CSTB me présente courant mars une feuille de route d'intervention pour encore renforcer notre capacité d'innovation dans cette filière.

Car je le répète, l'innovation est un formidable moteur pour aller de l'avant.

Avant, redonner confiance aux investisseurs, attirer les jeunes : c'est l'image de marque de tout un secteur, son attractivité qui en sort renforcée.

Et l'industrie du bâtiment prouve qu'elle est particulièrement créative et entreprenante. Maintenant que nous disposons d'un indicateur pour le faire savoir : portons le haut et fort.

Et je peux vous assurer que l'Etat sera à vos côtés pour avancer avec vous dans cette direction au service de la croissance et de l'emploi de notre pays.


Je vous remercie.


Source http://www.territoires.gouv.fr, le 18 février 2015

Rechercher