Déclaration de M. Alain Vidalies, secrétaire d'Etat aux transports, à la mer et à la pêche, sur le soutien apporté par la France au projet de liaison économique à grand gabarit entre les bassins de l'Escaut, de la Seine et du Nord de la France, à Lens le 26 février 2015. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Alain Vidalies, secrétaire d'Etat aux transports, à la mer et à la pêche, sur le soutien apporté par la France au projet de liaison économique à grand gabarit entre les bassins de l'Escaut, de la Seine et du Nord de la France, à Lens le 26 février 2015.

Personnalité, fonction : VIDALIES Alain.

FRANCE. Secrétaire d'Etat aux transports, à la mer et à la pêche

Circonstances : Déplacement au Louvre-Lens (Pas-de-Calais), le 26 février 2015

ti : Mesdames, Messieurs,


C'est un grand plaisir pour moi d'être ici au Louvre-Lens, réuni avec vous tous et notamment les représentants des Gouvernements wallons et flamands, que je remercie chaleureusement pour leur présence, afin de rappeler notre soutien sans faille au dossier du projet Seine-Escaut, identifié comme un des cinq projets prioritaires européens.

1 - Il me semblait en effet indispensable de nous rassembler, en ce jour si important, le 26 février 2015, pour la remise du dossier à l'Europe, afin de rappeler l'enjeu majeur que revêt le développement du transport fluvial sur nos trois territoires et, plus globalement, en Europe.

Je tiens à saluer particulièrement la présence à nos côtés de Peter Balazs, coordonnateur du corridor Mer du Nord – Méditerranée, qui nous fait l'honneur d'être présent aujourd'hui pour témoigner de notre rassemblement.

Je salue également Rémi Pauvros, député du Nord en mission auprès du gouvernement français, dont l'activité au service du projet et pour son ancrage durable dans les territoires depuis maintenant plusieurs années est décisive pour sa relance puis sa concrétisation. Je tiens ici devant tous à l'en remercier.

2- En levant les goulets d'étranglement et en créant tous les liens manquants, le corridor Seine-Escaut assurera l'efficacité d'une liaison économique et à grand gabarit entre les bassins de l'Escaut, de la Seine et du Nord de la France.

Il constitue aussi une réponse essentielle à l'enjeu du développement durable pour les territoires traversés et contribuera à la politique de lutte contre le changement climatique portée par l'Europe.

L'éligibilité du dossier à un financement européen de portée exceptionnelle par son ampleur découle directement de la déclaration de Tallinn d'octobre 2013.

C'est l'étape fondatrice du projet, à laquelle messieurs Balazs et Pauvros ici présents ont contribué de manière décisive.

L'engagement européen à financer jusqu'à 40% des projets du corridor Seine-Escaut est une chance à saisir. Par la déclaration de Tallinn, l'Europe s'y engage autant que nous nous engageons. C'est une logique de partenariat qu'il me parait utile de garder tout au long de nos travaux futurs, et je sais que le travail poursuivi aujourd'hui même entre Rémi Pauvros et Peter Balazs y contribue fortement.

3 - Je dirai évidemment un mot sur le canal Seine-Nord Europe, qui constitue le maillon central du corridor Seine-Escaut. Mais je tiens d'abord à citer des opérations importantes visant au plein effet du canal à son ouverture. Je pense en particulier à la remise en navigation du canal du Condé-Pommeroeul et au recalibrage de la Lys mitoyenne, projets que partagent la France, la Wallonie et la Flandre et qui sont, à ce titre, emblématiques.

Ces opérations, comme de nombreuses autres, sont par ailleurs intégrées dans les contrats de plan Etat-Région et bénéficieront à ce titre de co-financements des collectivités territoriales. C'est pour moi l'occasion de souligner l'implication des collectivités territoriales pour ce projet global Seine-Escaut. J'ai pu constater à Amiens le 11 décembre dernier l'attachement des collectivités mobilisées pour un projet bon pour leur territoire. Les départements en ont fait la démonstration, en signant à Béthencourt, le 3 février dernier, un protocole d'accord sur le financement du canal. Je sais que l'Europe est sensible à ce qu'un tel grand projet emporte la participation et l'adhésion de tous. Je serai aussi attentif à ce que l'ensemble des collectivités répondent présentes.

4 - Concernant le canal Seine-Nord Europe, l'actualité récente démontre l'engagement du Gouvernement français pour sa réalisation. Ce projet d'envergure exceptionnelle nécessite la mise en place d'une gouvernance spécifique. J'ai ainsi décidé de confier la réalisation du canal Seine-Nord Europe à une société de projet. Cette société de projet sera pilotée par l'Etat, ses établissements publics et les collectivités territoriales, afin de permettre la mise en place d'une démarche fédératrice autour des acteurs du territoire.

Nous rédigeons les ordonnances dans la perspective de la rendre opérationnelle dès l'année prochaine pour respecter des échéances fixées par le Premier ministre.

5 – Je conclus en indiquant que le message que nous allons adresser à la Commission européenne rappelle que l'engagement européen sur le long terme est essentiel pour ce projet d'envergure attendu par les industries, les territoires et comme le meilleur trait d'union entre la France et le Bénélux. Notre rassemblement de ce jour en est la meilleure illustration.


Je vous remercie.


Source http://www.ambafrance-be.org, le 5 mars 2015

Rechercher