Interview de Mme Ségolène Royal, ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, à France Inter le 8 avril 2015, sur le gel des tarifs de péage des autoroutes, les pics de pollution, notamment en région Ile-de-France, et le rapport d'experts préconisant une alternative à la fracturation hydraulique pour l'exploitation du gaz de schiste. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Ségolène Royal, ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, à France Inter le 8 avril 2015, sur le gel des tarifs de péage des autoroutes, les pics de pollution, notamment en région Ile-de-France, et le rapport d'experts préconisant une alternative à la fracturation hydraulique pour l'exploitation du gaz de schiste.

Personnalité, fonction : ROYAL Ségolène.

FRANCE. Ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie

ti : LÉA SALAME
Bonjour Ségolène ROYAL.

SEGOLENE ROYAL
Bonjour.

LEA SALAME
L'ancien maire de Tours, Jean GERMAIN, s'est suicidé hier au premier jour de son procès en laissant cette lettre : « On ne peut laisser la chasse systématique aux politiques se dérouler normalement, quotidiennement. » Qu'est-ce que vous pensez de ces mots ?

SEGOLENE ROYAL
Je pense qu'il a dû ressentir ce procès comme une très grande violence, comme une très grande injustice, et voilà, il a mis fin à ses jours, c'est vraiment extrêmement triste. Je crois que ça a secoué toute la classe politique, et c'est vrai que la politique ne mérite pas toute cette violence.

LEA SALAME
Quand Gérard LARCHER dit « Jean GERMAIN s'est senti condamné avant même d'être jugé par un système qui n'a finalement jamais rien retenu depuis Pierre BEREGOVOY » - vous avez été ministre de Pierre BEREGOVOY – il a raison de faire le parallèle avec l'affaire BEREGOVOY ?

SEGOLENE ROYAL
Sans doute oui, parce que ce sont des phénomènes, comme vous venez de le dire à l'instant, de solitude, d'isolement, de réprobation publique, et quand on a passé toute sa vie à sentir qu'on était au service du bien public et que tout d'un coup c'est tout le contraire qui se passe, je crois que c'est d'une très grande violence, et certains peuvent malheureusement basculer de cette façon.

LEA SALAME
Ségolène ROYAL vous aviez dit « trop c'est trop, ça suffit », mais finalement ils vont augmenter.

SEGOLENE ROYAL
Ah, pas sûr…

LEA SALAME
Ah oui, les prix des péages sur les autoroutes. Vous aviez promis un gel de tarifs…

SEGOLENE ROYAL
Ça a été fait.

LEA SALAME
Ça a été fait en janvier, et pourtant on apprend que les tarifs devraient augmenter de 0,57 % au 1er juin prochain. Est-ce que vous confirmez ce chiffre ?

SEGOLENE ROYAL
Non, je ne confirme pas ce chiffre dans la mesure où les discussions sont toujours en cours et que tout le travail que fait le gouvernement, et que je fais avec Emmanuel MACRON, puisque nous sommes les deux ministres à négocier avec les sociétés d'autoroutes, c'est de remettre à plat ce dispositif, de protéger les automobilistes, de faire en sorte que les compagnies d'autoroutes investissent pour créer des emplois dans le secteur routier, dans le secteur des transports. Et je crois qu'elles ont compris cette nécessité aussi, à la fois de la transparence, du respect des consommateurs, de la nécessité de réinvestir leurs bénéfices dans des travaux routiers et autoroutiers, et ce travail est en cours, encore, de discussions.

LEA SALAME
Donc il n'y aura pas d'augmentation, vous nous dites ce matin, il n'y aura pas d'augmentation au 1er juin prochain des tarifs d'autoroutes.

SEGOLENE ROYAL
Ce n'est pas ce que j'ai dit, puisque vous savez que dans les concessions et que dans les contrats avec les autoroutes, elles ont le droit de faire des augmentations, ces augmentations étaient gelées pour l'instant, pour mettre à plat l'ensemble des discussions, donc ces discussions sont encore en cours.

LEA SALAME
Quand le secrétaire d'Etat au Budget, Christian ECKERT, estime que les sociétés concessionnaires d'autoroutes bénéficient de contrats avec l'Etat qui les surprotègent, vous êtes d'accord avec cette phrase ?

SEGOLENE ROYAL
Oui, bien sûr.

LEA SALAME
Ils sont trop surprotégés ?

SEGOLENE ROYAL
Les sociétés d'autoroutes le savent d'ailleurs, ces contrats ont été signés à une époque, et aujourd'hui on voit bien que c'est, en effet, c'est déséquilibré. Les autoroutes c'est un équipement public, national, maintenant ces concessions existent, on est dans un Etat de droit, il faut négocier dans le cadre de ces contrats, ce n'est pas facile. Il faut que les autoroutes comprennent aussi que d'une certaine façon on ne peut pas à la fois demander aux contribuables, et de payer des impôts pour faire des travaux routiers, et en même temps de payer les péages des autoroutes, donc tout ça est en train d'être discuté, et en tout cas le chiffre que vous avez cité ne correspond pas à la réalité.

LEA SALAME
Donc vous nous dites, +0,57 % au 1er juin prochain, c'est non.

SEGOLENE ROYAL
Non, ça ne sera pas cela, ça sera peut-être un peu, ça sera peut-être pas du tout…

LEA SALAME
Peut-être un peu.

SEGOLENE ROYAL
Peut-être un peu, peut-être pas du tout, c'est ce qui est en train d'être négocié.

LEA SALAME
C'est en négociation. Un nouveau pic de pollution est enregistré aujourd'hui dans le Pas-de-Calais, en Alsace, en Ile-de-France, notamment à Paris, où le stationnement résidentiel est gratuit. Est-ce qu'il faut, si la pollution ne baisse pas, imposer la circulation alternée dès demain ?

SEGOLENE ROYAL
Alors, il y a des règles là aussi, c'est-à-dire qu'il y a un seuil d'alerte, qui n'est pas encore atteint, donc hier j'ai fait le point avec le préfet de police, qui, vous le savez, est l'autorité administrative qui prend les décisions de circulation alternée, ou de réduction de la vitesse, ou d'interdiction d'un certain nombre de pratiques qui conduisent à des pollutions, à des particules. Pourquoi c'est le préfet de police ? Parce qu'il faut contrôler, il faut sanctionner, si des décisions sont prises, pour qu'elles soient efficaces. Et donc, pour qu'elles soient efficaces, il faut aussi que les Français les comprennent, donc que les seuils de pollution soient atteints, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui.

LEA SALAME
Donc, pour l'instant, pas de circulation alternée demain ?

SEGOLENE ROYAL
Mais, ce qui a changé, comme je m'y étais engagée, maintenant il y a une discussion avec les élus, donc personne ne peut, ni imposer, ni vociférer, ni exiger, les élus vont être réunis aujourd'hui….

LEA SALAME
Vous parlez d'Anne HIDALGO là ?

SEGOLENE ROYAL
Je parle d'une façon générale de ceux qui, tout d'un coup, parce qu'il y a un pic de pollution, exigent, du jour au lendemain, un certain nombre de décisions sans…

LÉA SALAME
Donc Anne HIDALGO.

SÉGOLÈNE ROYAL
Non, non, vous ne me ferez dire du mal de personne, mais moi j'ai la responsabilité… Vous savez, empêcher quelqu'un de prendre sa voiture c'est une mesure privative de liberté, donc il faut qu'elle soit justifiée, qu'elle soit expliquée, et pour la première fois, aujourd'hui, à midi, j'ai demandé au préfet de police, donc qu'il réunisse l'ensemble des élus, y compris les élus des sept départements de la région parisienne, qui jusqu'à présent étaient écartés des décisions, or c'est quand même les habitants de la banlieue, de la région parisienne, qui vont être concernés. Mais ce qu'il faut c'est des villes respirables toute l'année, et donc faire beaucoup plus sur le transport propre, et donc que les Français utilisent le bonus de 10.000 euros pour l'achat d'une voiture électrique contre un vieux diesel.

LEA SALAME
Ségolène ROYAL, Le Figaro nous apprenait hier qu'un rapport commandé par Arnaud MONTEBOURG, alors ministre, a été enterré par le gouvernement, ce rapport qui concluait à la faisabilité de l'exploitation du gaz de schiste sans recourir à la fracture hydraulique. Est-ce qu'il existe ce rapport ?

SEGOLENE ROYAL
Oui, il existe.

LEA SALAME
Est-ce qu'il a été enterré par le gouvernement ?

SEGOLENE ROYAL
Non, il n'a pas été enterré, il n'a pas été appliqué, c'est tout.

LEA SALAME
Pourquoi ?

SEGOLENE ROYAL
Pourquoi il n'a pas été appliqué ? Parce que, premièrement, s'il existe des métho… il y a deux problèmes. Premièrement, les gaz de schiste ce sont des gaz à effet de serre, donc on est dans une logique de la transition énergétique, vous savez que j'ai fait voter une loi, qui donne un avantage, au contraire, sur les énergies renouvelables et sur les économies d'énergie, donc on ne va pas investir sur un gaz à effet de serre, parce que ça serait contraire à la transition énergétique. Premièrement. Et deuxièmement, ce n'est pas propre, ce n'est pas propre, parce que le gaz utilisé c'est de… fluoropropane et qu'il y a quand même la fracturation de la roche mère. Donc c'est une illusion de penser qu'il y a une technologie propre, et, d'ailleurs, c'est une entreprise canadienne qui est venue faire des démarches auprès d'Arnaud MONTEBOURG, et je me souviens très bien en avoir discuté avec Arnaud MONTEBOURG à l'époque, on a regardé le dossier, et je lui ai dit « mais écoutes, si cette entreprise canadienne dispose d'un brevet magique, qu'elle l'utilise déjà au Canada, qu'elle fasse de recherches au Canada, qu'elle prouve… »

LEA SALAME
Et après on verra.

SEGOLENE ROYAL
« Et après on verra. » Donc il y avait aussi un phénomène de spéculation. C'est-à-dire que cette entreprise voulait obtenir un droit d'expérimentation en France, ce qui aurait donné une valeur capitalistique considérable à son entreprise parce qu'elle aurait mis un pied en Europe et un pied dans un pays qui est très soucieux de la protection de son environnement, donc ça aurait validé son brevet, et donc je pense que c'était une spéculation…

LEA SALAME
Donc, c'est non les gaz de schiste…

SEGOLENE ROYAL
Et on a bien fait de résister à cela.

LEA SALAME
Alors, comme ça, vous êtes indéboulonnable, indispensable au gouvernement ?

SEGOLENE ROYAL
Je ne sais pas où la presse…

LEA SALAME
Sud-Ouest.

SEGOLENE ROYAL
Vous avez vu ce que je dis… en fait je dis le contraire de ce qu'on m'attribue. Je dis… Vous savez, je réponds à un journaliste qui me dit « est-ce que vous voulez un autre ministère ? » Je lui dis « mais écoutez, enfin, c'est invraisemblable, même si je demandais un autre ministère, on me dirait de continuer mon travail », ce qui est évident, je suis à la tâche, je suis au travail, je travaille d'ailleurs énormément parce qu'il y a beaucoup, beaucoup de choses, d'ailleurs la variété de vos questions le prouve, ça serait impensable que j'aille faire un caprice… et ça se retourne en disant « voyez, du coup elle dit qu'elle est indéboulonnable », eh bien oui ! Je suis à ma place, non pas indéboulonnable, personne n'est irremplaçable, mais je suis attelée à des tâches considérables, il y a la conférence…

LEA SALAME
Vous n'avez pas la grosse tête, comme certains ont dit ?

SEGOLENE ROYAL
Je ne crois pas avoir la grosse tête, j'ai beaucoup de défauts, mais je ne pense pas avoir celui-ci.

LEA SALAME
Ségolène ROYAL, des Verts au gouvernement, ça apporterait quelque chose ?

SEGOLENE ROYAL
Ce n'est pas à moi d'en décider.

LEA SALAME
Vous le souhaitez, vous, personnellement ?

SEGOLENE ROYAL
Moi je ne rentre plus dans ces considérations, la preuve, c'est qu'après ça va être déformé…

LEA SALAME
Après on va dire que vous avez la grosse tête.

SEGOLENE ROYAL
On va dire Ségolène ROYAL s'occupe du remaniement ministériel, elle a la grosse tête.

LEA SALAME
Ah bon, il y a un remaniement ?

SEGOLENE ROYAL
Mais non, mais si vous posez la question…

LEA SALAME
Merci Ségolène ROYAL d'avoir été notre invitée ce matin. Belle journée à vous.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 14 avril 2015

Rechercher