Déclaration de M. Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur, en réponse à une question sur la lutte contre les filières de l'immigration irrégulière en Europe et en France, à l'Assemblée nationale le 15 avril 2015. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur, en réponse à une question sur la lutte contre les filières de l'immigration irrégulière en Europe et en France, à l'Assemblée nationale le 15 avril 2015.

Personnalité, fonction : CAZENEUVE Bernard.

FRANCE. Ministre de l'intérieur

Circonstances : Question au gouvernement posée par Mme Danielle Auroi, députée (EELV) du Puy-de-Dôme, à l'Assemblée nationale le 15 avril 2015

ti : Danielle AUROI, Députée EELV (Groupe écologiste) du Puy-de-Dôme

Merci Monsieur le Président, mes Chers Collègues, ma question s'adresse à monsieur Bernard CAZENEUVE. Monsieur le Ministre, un nouveau drame s'est produit en Méditerranée causant la mort de plus de 400 personnes fuyant et la guerre et la misère pour rejoindre l'Europe. Après Lampedusa, l'année dernière s'était illustrée par l'épouvantable record de plus de 3.500 morts dans ces terribles naufrages gérés par d'épouvantables naufrageurs. La Méditerranée est devenue la voie migratoire la plus dangereuse au monde et l'Europe ne pense qu'à fermer ses frontières, est-ce digne de l'Europe ? Le rapport 2014 d'Amnesty International l'a montré, jamais le nombre d'individus fuyant les conflits et l'instabilité n'a été aussi élevé et ce sont les pays frontaliers qui assument la plus grande part de l'accueil des populations civiles. La Turquie a accueilli près d'un million de réfugiés syriens quand la France a répondu à l'appel du HCR de 2013 en s'engageant à accueillir 500, le Conseil de l'Europe a d'ailleurs pointé la France au dernier rang européen. Pourtant, la solidarité vis-à-vis des civils pris au piège est aussi un des piliers de notre groupe de sécurité. L'opération sauvetage Mare Nostrum faite par les Italiens a permis de sauver des vies sans créer d'appel d'air. La preuve, depuis la fin de cette opération les départs continuent d'augmenter. La difficulté d'accéder aux procédures d'asile aux frontières extérieures terrestres de l'Union, en Hongrie, en Bulgarie notamment, pousse ces désespérés à de dangereuses traversées de la Méditerranée pour tenter de trouver protection. Nous ne pouvons pas abandonner les pays limitrophes comme l'Italie, la Grèce et l'Espagne en les laissant agir seuls. Alors, Monsieur le Ministre, devant ces drames humains à répétition, entendez-vous soutenir auprès des autres Etats membres la mise en place d'une opération européenne de recherche et de sauvetage en Méditerranée ? Et quelles mesures de soutien d'urgence aux pays limitrophes pouvez-vous engager ?

Bernard CAZENEUVE, Ministre de l'Intérieur

Madame la Députée, je veux d'abord comme vous venez de le faire à l'instant m'indigner de ces morts qui sont intervenus hier et qui font suite aux 3.000 personnes disparues en mer au terme de naufrages au cours de l'année 2014. Ces drames, ces tragédies humaines sont le résultat du cynisme d'organisations internationales de la traite des êtres humains qui n' »hésitent pas à mettre des migrants de plus en plus nombreux et vulnérables sur des embarcations de plus en plus frêles dans des conditions de plus en plus aléatoires après avoir prélevé sur ces migrants un véritable impôt sur la mort compte tenu du nombre de ceux qui perdent la vie en Méditerranée centrale. Vous nous demandez si la France est prête à agir au plan européen, vous êtes présidente de la délégation parlementaire et vous savez parfaitement que nous agissons et que nous inspirons même la politique de l'Union européenne sur plusieurs points. D'abord nous sommes résolus et nous agissons pour lutter contre les filières de l'immigration irrégulière en Europe et en France par l'accroissement de la coopération entre nos services de police et de renseignement. En 2014, ce sont 226 filières supplémentaires du crime organisé, de la traite des êtres humains qui ont été démantelées en France, une augmentation de 14 % de ces filières démantelées à Calais où ces filières font un mal sur le plan humain considérable, c'est 30 % d'augmentation de ces filières démantelées. Deuxièmement, nous avons cette loi sur l'asile qui doit nous permettre en France d'accueillir dans des conditions plus dignes les demandeurs d'asile pour des raisons d'humanité. Je ne peux que regretter d'ailleurs la décision prise par la commission du Sénat de retarder l'examen de ce texte qui relève de l'urgence humanitaire et regretter cette décision totalement irresponsable. Enfin, nous avons besoin absolument de faire en sorte que les frontières extérieures de l'Union européenne soient protégées, Frontex se substitue à Mare Nostrum mais Frontex assurera aussi le respect des principes du droit de la mer et du sauvetage des populations en danger.


Source http://www.interieur.gouv.fr, le 21 avril 2015

Rechercher