Interview de M. Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement, à RTL le 28 avril 2015, sur le chiffre du chômage pour le mois de mars et les projets de loi sur le dialogue social et sur la croissance et l’activité. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement, à RTL le 28 avril 2015, sur le chiffre du chômage pour le mois de mars et les projets de loi sur le dialogue social et sur la croissance et l’activité.

Personnalité, fonction : LE GUEN Jean-Marie, APHATIE Jean-Michel.

FRANCE. Secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement;

ti : JEAN-MICHEL APHATIE
Bonjour Jean-Marie LE GUEN.

JEAN-MARIE LE GUEN
Bonjour Jean-Michel APHATIE.

JEAN-MICHEL APHATIE
Le chômage a franchi un nouveau pallier au mois de mars, plus de 3,5 millions de personnes sont désormais sans emploi en France métropolitaine.15.000 chômeurs de plus au mois de mars, qu'est-ce qui se passe ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Ce n'est pas un bon résultat et en même temps ça ne change pas nos analyses, notre détermination, notre conviction.

JEAN-MICHEL APHATIE
Malgré les échecs successifs, mois après mois sur le font du chômage, vous ne changez pas de conviction ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Non, nous savons que la croissance est en train de repartir et que l'emploi vient une fois que la croissance est elle-même réinstallée. Et donc nous avons tous les éléments qui nous laissent à penser qu'à la fin de l'été, au début de l'automne il y aura un retour de croissance relativement important dans notre pays. Ceci viendra et entrainera indiscutablement des créations d'emplois d'une façon importante.

JEAN-MICHEL APHATIE
Fin de l'été, automne, inversion de la courbe du chômage fin de l'été, automne ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Ecoutez je ne vais pas reprendre des formules. Je dis simplement…

JEAN-MICHEL APHATIE
Des formules qui ont été employées par le président de la République.

JEAN-MARIE LE GUEN
Qu'il y aura de la croissance, tous les économistes sont d'accord là-dessus, unanimité et ce n'est pas une conviction du gouvernement.

JEAN-MICHEL APHATIE
Pas sur la création d'emploi, sur la croissance oui mais pas sur la création d'emploi.

JEAN-MARIE LE GUEN
Sur la croissance et il y aura un retour sur l'emploi. Alors nous avons affaire, c'est une spécificité française dont il faut se féliciter même s'il a même des difficultés, c'est que nous avons une démographie positive, c'est-à-dire qu'il faut créer pas simplement des emplois pour se substituer à ceux qui existent mais il faut créer deux nouveaux emplois pour de nouveaux entrants, pour des jeunes notamment et ceci est plus difficile évidemment que d'autres économies ; mais je pense que nous sommes dans la bonne direction. On a d'autres indices, par exemple l'intérim qui est en train de le croire et qui est toujours le premier frémissement de retour dans l'emploi. Et nous avons une action économique d'un mot juste pour dire que nous ne nous contentons pas, nous voulons accélérer le processus, c'est ce que nous avons fait avec la politique sur amortissement, c'est-à-dire pour relancer l'investissement d'une part et deuxièmement ce sont les lois de modernisation sociale, la loi Rebsamen, la loi Macron qui doivent aussi donner plus de souplesse et plus de liberté à notre économie.

JEAN-MICHEL APHATIE
A certains moments des membres du gouvernement, par exemple François REBSAMEN, ministre du Travail que vous avez cité, a pu dire peut-être que pour déclencher quelque chose sur le marché de l'emploi il faut supprimer les seuils sociaux ou bien on a pu parler de contrat de travail unique, mais rien ne vient, aucune réforme significative, mais rien ne vient, vous êtes bloqué, vous êtes paralysé ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Non, non, regardons tout, moi je suis très pragmatique, on regarde tout.

JEAN-MICHEL APHATIE
Suppression des seuils sociaux dans les entreprises.

JEAN-MARIE LE GUEN
Mais non dans la loi Rebsamen il y a une simplification…

JEAN-MICHEL APHATIE
Non, une complexification.

JEAN-MARIE LE GUEN
Non, non, non franchement, ne reprenez pas ce qui est parfois un peu caricaturé dans nos propositions. Il y a une simplification pour toutes les entreprises de moins de 300 où il y a une instance unique, on regroupe plusieurs instances, c'est plus facile et plus simple et nous sommes partout où nous pouvons. Vous savez par exemple sur toutes ces histoires de contrat unique, etc. qui donnent lieu à des débats à la fois d'ordre idéologique, mais ceux-là je les mets de côté, et des débats d'ordre pratique, il apparait tout simplement, et je vous rappelle le contrat nouvelle embauche qu'avait fait la droite, c'est que juridiquement dans l'état actuel de notre droit ces choses ne sont pas possibles. Donc nous sommes en train de réfléchir d'une façon très pragmatique dans l'état actuel du droit constitutionnel, c'est-à-dire des choses qui n'ont pas été faites nous réfléchissons à tout ce qui est possible de faire pour donner de la clarté, de la sécurité aux patrons de PME, de TPE qui veulent embaucher et qui parfois se posent un certain nombre de questions. Par exemple…

JEAN-MICHEL APHATIE
Vous réfléchissez mais on ne voit rien venir !

JEAN-MARIE LE GUEN
Alors je vais vous en dire un mot, par exemple dans la loi Macron vous avez une simplification et le fait que les jugements des prud'hommes soient beaucoup plus rapides, beaucoup plus simples, beaucoup plus sécurisés, ça vous parait peut-être quelque chose de très technique, ce n'est pas très facile à expliquer mais pour un patron avoir, être sûr que si jamais il y a un conflit du travail à l'issue d'un licenciement, les choses sont claires, nettes et précises, sans débordement c'est quelque chose qui est plus sûr ; et je ne pense qu'il va encore avoir des lectures au Sénat de cette loi Macron, on peut encore peut-être préciser les choses sur la simplification et la sécurisation, excusez-moi de ce néologisme dès problèmes de licenciement de façon à ce qu'il n'y ait moins d'inquiétude, d'incertitude du côté des patrons de PME, TPE, ce qui est effectivement pour partie un blocage.

JEAN-MICHEL APHATIE
Les auditeurs de RTL appellent beaucoup ce matin, vous vous en doutez, le chômage ça fait partie des préoccupations quotidiennes.

JEAN-MARIE LE GUEN
Bien sûr, bien sûr.

JEAN-MICHEL APHATIE
Alain, viticulteur en Charente disait ceci ce matin.

ALAIN
Beaucoup de chômeurs sont assistés pourtant ils auraient peut-être un peu plus envie de travailler.

JEAN-MICHEL APHATIE
Oui donc ce qu'il voulait dire, là c'est un peu bref, c'est que si on diminuait les allocations peut-être les gens retourneraient plus rapidement sur le marché du travail.

JEAN-MARIE LE GUEN
Ecoutez, vous dites que non on ne fait pas grand-chose, je rappelle que nous sommes en train dans la loi Rebsamen de modifier ce qui est le RSA activité PPE pour reprendre des termes absolument…

JEAN-MICHEL APHATIE
Ce n'est pas la question, est-ce que les chômeurs sont trop indemnisés ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Non, le retour c'est qu'il y a des travailleurs pauvres…

JEAN-MICHEL APHATIE
Est-ce que les chômeurs sont trop indemnisés ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Non, ils ne sont pas indemnisés.

JEAN-MICHEL APHATIE
C'est ça la question.

JEAN-MARIE LE GUEN
La question n'est pas de trop indemniser…

JEAN-MICHEL APHATIE
Et c'est la question que je vous pose.

JEAN-MARIE LE GUEN
Oui mais moi je vous réponds que le problème c'est de permettre le retour vers l'emploi de chômeurs, pour cela souvent, si votre question est de dire que parfois on ne gagne pas suffisamment entre le chômage et l'emploi…

JEAN-MICHEL APHATIE
Non ce n'est pas ça ! Enfin…

JEAN-MARIE LE GUEN
Si c'est ça, c'est-à-dire que …

JEAN-MICHEL APHATIE
Si vous voulez c'est ça, est-ce que les chômeurs sont trop indemnisés ? C'est ce que disait…

JEAN-MARIE LE GUEN
Non les chômeurs ne sont pas trop indemnisés, il n'y a pas assez de gain vers le retour vers l'emploi, c'est ce que permet la prime d'activité dans le cadre de la loi Rebsamen, donc il y a... sur tous les verrous du retour vers l'emploi le gouvernement agit de façon pragmatique sans détruire le droit social. Est-ce que la solution ça serait de ne plus indemniser le chômage ? Personne j'imagine ne le propose, encore que parfois j'ai des doutes.

JEAN-MICHEL APHATIE
Bruno LE MAIRE.

JEAN-MARIE LE GUEN
Oui.

JEAN-MICHEL APHATIE
Dans Les Echos ce matin.

JEAN-MARIE LE GUEN
Oui.

JEAN-MICHEL APHATIE
Il faut faire passer le code du travail de 3.700 pages à 150 pages.

JEAN-MARIE LE GUEN
Moi je propose 149.

JEAN-MICHEL APHATIE
Eh bien pourquoi pas !

JEAN-MARIE LE GUEN
Je suis plus fort que lui, non mais ça ne veut rien dire des choses pareilles. (rires).

JEAN-MICHEL APHATIE
Vous souhaitez que le code du travail soit réduit à 149 pages.

JEAN-MARIE LE GUEN
Mais il faut et c'est ce que nous faisons plus de simplification, plus de clarté.

JEAN-MICHEL APHATIE
Vous le faites ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Oui…

JEAN-MICHEL APHATIE
Vous savez que peu de gens s'en rendent compte, on demanderait là à des chefs d'entreprise, voire des salariés, peu de gens s'en rendraient compte.

JEAN-MARIE LE GUEN
Attendez le problème par exemple pour faire voter la loi Macron, je reviens sur les tribunaux de commerce, je reviens sur les tribunaux des prud'hommes, je reviens sur toutes les procédures qui ont été faites, cela allège l'ensemble des procédures. Les procédures de simplification par exemple qu'a mis en place Thierry MANDON, nous avançons dans cette direction, elles ne sont pas forcément immédiatement perceptibles, mais je vous le dis nous avons la volonté d'alléger cela. Et je ne crois pas que ça soit avec des slogans qu'on résout le problème de l'emploi.

JEAN-MICHEL APHATIE
Difficile d'imaginer que François HOLLANDE soit candidat en 2017 avec un chômage qui ne cesse de croître ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Mais le chômage s'inversera, les résultats…

JEAN-MICHEL APHATIE
C'est vous qui l'avez dit tiens !

JEAN-MARIE LE GUEN
Oui, je le redis, je le redis, notre politique économique portera ses fruits et François HOLLANDE sera notre candidat.

JEAN-MICHEL APHATIE
Jean-Marie LE PEN cachait de l'argent en Suisse, un commentaire, selon Tracfin, révélé par Mediapart.

JEAN-MARIE LE GUEN
Moi je fais confiance d'une façon générale à la justice de mon pays donc nous allons voir ce qu'il en est. Ecoutez pour ce qui est des relations entre l'argent et Jean-Marie LE PEN vous connaissez l'histoire de la manière dont il a pu acquérir une fortune personnelle, qui a déjà été très largement contestée. Nous savons que le Front national c'est une petite PME mais au mauvais sens du terme familiale où effectivement sans arrêt les problèmes j'allais dire patrimoniaux et les problèmes politiques sont confondus, et donc les leçons de morale de la famille LE PEN et il y avait longtemps qu'on ne les écoute plus.

JEAN-MICHEL APHATIE
Le Front national est une PME qui a crée des emplois. Jean-Marie LE GUEN était l'invité de RTL ce matin. Bonne journée.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 29 avril 2015

Rechercher