Interview de Mme Ségolène Royal, ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, à iTélé le 6 mai 2015, sur les trois premières années du quinquennat de François Hollande, l’usage de statistiques ethniques, le modèle social français, la transition énergétique et la réforme du collège. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Ségolène Royal, ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, à iTélé le 6 mai 2015, sur les trois premières années du quinquennat de François Hollande, l’usage de statistiques ethniques, le modèle social français, la transition énergétique et la réforme du collège.

Personnalité, fonction : ROYAL Ségolène, TOUSSAINT Bruce.

FRANCE. Ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie;

ti : BRUCE TOUSSAINT
Ségolène ROYAL est l'invitée d'I TELE ce matin, bonjour…

SEGOLENE ROYAL
Bonjour.

BRUCE TOUSSAINT
Merci d'être avec nous. 6 mai 2012 – 6 mai 2015, trois après l'arrivée de François HOLLANDE – on va revenir dans un instant sur cet anniversaire qui est très symbolique, ce n'est qu'une histoire de date – juste avant, parce que c'est évidemment l'actualité de ce jour : êtes-vous favorable aux statistiques ethniques, Ségolène ROYAL ?

SEGOLENE ROYAL
A votre avis ? D'abord c'est interdit par la loi et ensuite c'est intolérable, c'est dresser les communautés les unes contre les autres et c'est tout simplement une faille grave dans l'esprit républicain et dans la laïcité.

BRUCE TOUSSAINT
Certains disent que ça pourrait réduire les discriminations, un certain Manuel VALLS avait proposé, avait signé une proposition de loi en 2008 en disant qu'il fallait créer ces fichiers, il y a un débat qui existe néanmoins ?

SEGOLENE ROYAL
Non ! Mais ce n'était pas du tout, comment dirais-je, la même valeur et les mêmes objectifs, il s'agissait à ce moment-là d'identifier les inégalités sociales, de ne pas occulter la raison et les sources de ces inégalités sociales et d'y répondre, donc ça n'a aucune comparaison possible.

BRUCE TOUSSAINT
Ca existe ! Ca existe dans certains pays on le sait, ça existe en Angleterre par exemple ?

SEGOLENE ROYAL
Eh bien, écoutez, la France c'est la France, les autres pays sont les autres pays.

BRUCE TOUSSAINT
Pour vous c'est clair et net, du coup que pensez-vous de ce qu'a fait Robert MENARD ?

SEGOLENE ROYAL
Je crois que les choses ont été dites, évitons d'ailleurs de continuer à lui donner de la publicité parce que hélas ou malheureusement souvent ce sont les mauvais exemples qui sont parfois suivis, je crois que ce qu'il a fait a été déféré au procureur, donc la justice donnera suite pour vraiment dissuader tout un chacun de se livrer à ce type d'action.

BRUCE TOUSSAINT
Vous souhaitez qu'il soit sanctionné par la justice ?

SEGOLENE ROYAL
Je souhaite surtout qu'il s'occupe des vrais problèmes dans sa commune ! On sait qu'il y a un taux de pauvreté dans sa commune qui est extrêmement élevé, donc qu'il s'occupe de ces sujets-là, qu'il se batte pour l'emploi, qu'il se batte pour le bien-être de ses habitants et qu'il cesse d'instrumentaliser les enfants pour nourrir toutes les formes de haine et de racisme.

BRUCE TOUSSAINT
Vous avez été choquée ?

SEGOLENE ROYAL
C'est condamnable, c'est tout, mais ça ne me surprend pas vu la nature du maire, mais c'est tout, ça doit être sanctionné et puis ça doit cesser.

BRUCE TOUSSAINT
Le 6 mai 2012, c'est un bon souvenir ?

SEGOLENE ROYAL
Oui ! Bien sûr c'est un bon souvenir, mais ce qui importe c'est aujourd'hui.

BRUCE TOUSSAINT
Alors, justement, qu'est-ce qu'il reste de cette victoire ? Vous savez que les critiques sont très dures à propos de François HOLLANDE ?

SEGOLENE ROYAL
Oui ! Ca fait partie…

BRUCE TOUSSAINT
On demandait tout à l'heure à Nathalie KOSCIUSCO-MORIZET, qui était notre invitée, qu'est-ce qu'il a réussi en trois ans ? Elle nous a répondu : « je sèche ».

SEGOLENE ROYAL
Oui ! Ca fait partie du jeu politique. Qu'est-ce qui est important de noter aujourd'hui ? C'est que c'est vrai qu'il y a eu beaucoup d'efforts qui ont été faits ! Vous savez les efforts précèdent toujours les résultats, regardez les objectifs et les perspectives de croissance viennent d'être relevés, donc il faut attendre aujourd'hui - enfin attendre – il faut continuer à se battre pour les résultats. Moi je vois aussi des signes très positifs dans certaines filières économiques, par exemple dans la filière dans le bâtiment grâce à la transition énergétique, aux investissements liés à la croissance verte – ça bouge - dans le domaine des transports également, nous étions il y a deux jours avec le Premier ministre dans une entreprise de Châtellerault qui va créer 150 emplois dans les filières de la sous-traitance aéronautique avec toutes les commandes qui viennent d'arriver ; et puis la France a gardé son modèle social intangible, parce qu'on dit parfois que la France a moins de productivité que les autres pays européens - vous avez vu la publication des perspectives de croissance - mais la France est le seul pays qui a gardé intact son modèle de protection sociale, c'est le seul pays où l'école est gratuite à partir de l'âge de trois, c'est le seul pays où tous les citoyens peuvent aller se faire soigner à l'hôpital, c'est le seul pays qui garantit à ceux qui perdent leur emploi des taux d'indemnisation du chômage et un filet de sécurité sociale intact. Donc, quand j'entends dire…

BRUCE TOUSSAINT
Justement est-ce bien raisonnable, est-ce qu'on peut encore se le permettre ?

SEGOLENE ROYAL
Bien sûr ! C'est ce qui permet justement…

BRUCE TOUSSAINT
C'est intangible ?

SEGOLENE ROYAL
C'est intangible ! Pourquoi ? Parce que, quand on résiste sur la protection du modèle social, c'est-à-dire qu'on ne laisse personne basculer dans le fossé ou dans des poches de pauvreté, comme l'on voit chez nos pays voisins au sein de l'Europe - ça ne se dit pas souvent ça - lorsque la France est le seul pays d'Europe à maintenir ce modèle social exemplaire, ça veut dire quoi ? Ca veut dire que le jour où la croissance revient…

BRUCE TOUSSAINT
A quel prix !

SEGOLENE ROYAL
C'est-à-dire où la confiance revient parce que les entreprises – et je dis aux entreprises : « investissez maintenant parce que la croissance et la reprise est de retour et ne soyez pas là dans quelques mois à regretter de ne pas avoir investi pour bénéficier de cette reprise économique » c'est parce qu'on sécurise les salariés, qu'on les rend plus aptes aussi à se former, à évoluer en fonction des marchés et à être productifs dans l'entreprise ; Et d'ailleurs la France est aussi le pays où la productivité horaire du travail est la plus élevée, ça veut dire que quand la croissance et la reprise qui est en train de frémir va reprendre la France sera le pays le plus fort parce qu'il est socialement fort.

BRUCE TOUSSAINT
Mais, Ségolène ROYAL, conserver ce modèle social est-ce que ce n'est pas aussi une forme d'immobilisme, par exemple c'est pour conserver ce modèle social qu'on ne touche pas au contrat de travail ?

SEGOLENE ROYAL
Mais à quoi ça sert de démanteler les sécurités ? Nulle part la…

BRUCE TOUSSAINT
Pour lancer la compétitivité…

SEGOLENE ROYAL
Partout où les…

BRUCE TOUSSAINT
Donner plus envie aux entreprises d'embaucher.

SEGOLENE ROYAL
Mais vous savez la compétitivité elle repose essentiellement sur la qualité de la formation professionnelle et sur la mobilité des entreprises, et sur la capacité des entreprises à investir sur les secteurs d'avenir, par exemple sur les secteurs de la croissance verte, des énergies renouvelables… et, regardez, on est motivés, regardez les Etats-Unis d'Amérique qui sont en train d'investir massivement sur la principale révolution en termes énergétiques, c'est-à-dire le stockage des énergies renouvelables – qui est un des domaines que j'ai encouragé et que j'encourage dans les filières industrielles de notre pays – donc on voit toutes ces filières du futur, que ce soit le transport propre, la performance énergétique, les énergies renouvelables, la transition énergétique qui prépare la France à rentrer avec puissance dans le siècle prochain, ça va finir par porter des résultats et, d'ailleurs, on le voit déjà. Bien sûr qu'il y a des difficultés ! Vous savez quand j'entends la droite essentiellement démolir, parce que vous évoquiez l'interview de ce matin, je vois aussi l'interview de l'ancien président de la République…

BRUCE TOUSSAINT
Nicolas SARKOZY dans Le Figaro !

SEGOLENE ROYAL
Ecoutez, quand une droite, une opposition se contente uniquement de démolir et de porter atteinte à la réputation de notre pays – parce que c'est de ça dont il s'agit – pour gagner des voix électoralement, pour préparer les prochaines échéances électorales, on démolit l'image de son pays, ça n'est pas de la bonne politique, l'opposition doit aussi…

BRUCE TOUSSAINT
C'est ce que le Parti socialiste a fait pendant les cinq ans de Nicolas SARKOZY.

SEGOLENE ROYAL
Non ! Non, non, mais non, mais non…

BRUCE TOUSSAINT
Il y avait une critique très virulente de la politique de Nicolas SARKOZY…

SEGOLENE ROYAL
Pas du tout ! Absolument pas, absolument pas, en tout cas moi ce n'est pas ma conception de la politique. Je considère que l'opposition elle doit d'abord dire du bien de son pays et non pas traîner son pays, comme c'est fait aujourd'hui, plus bas que terre et, deuxièmement, faire des propositions. Où sont leurs propositions ? On est là pour construire ! On n'est pas là pour démolir qu'on soit dans la majorité ou dans l'opposition.

BRUCE TOUSSAINT
Qu'est-ce qui a été raté depuis trois ans, je ne dis pas que c'est la faute de François HOLLANDE, dites-moi ce qui a été raté collectivement, est-ce que vous reconnaissez des erreurs ?

SEGOLENE ROYAL
Mais la question n'est pas…

BRUCE TOUSSAINT
L'erreur est humaine.

SEGOLENE ROYAL
Bien sûr sans doute qu'il y a eu des erreurs ! Mais la question n'est pas là, la question c'est de construire aujourd'hui et demain, c'est ça qui est essentiel.

BRUCE TOUSSAINT
Donc s'inspirer de ses échecs pour construire l'avenir ?

SEGOLENE ROYAL
Bien sûr !

BRUCE TOUSSAINT
Qu'est-ce que vous avez raté ?

SEGOLENE ROYAL
Non ! Mais je n'ai jamais…

BRUCE TOUSSAINT
Quels virages avez-vous raté ?

SEGOLENE ROYAL
Mais ce n‘est pas ça la question ! La question, c'est : qu'est-ce qu'il faut faire aujourd'hui pour réussir ? Et je vous dis…

BRUCE TOUSSAINT
Eh bien c'est un peu la question…

SEGOLENE ROYAL
Eh bien non !

BRUCE TOUSSAINT
Parce que les Français ont élu François HOLLANDE sur des idées, des programmes, des promesses ?

SEGOLENE ROYAL
Mais si vous voulez en positif je vous dirais qu'il faut accélérer la transition industrielle, qu'il faut accélérer la transition énergétique, qu'il faut accélérer la transition écologique, non seulement pour réussir le sommet Climat de décembre - c'est-à-dire de faire en sorte que la France aussi soit une des premières puissances mondiales sur l'excellence environnementale et tous les emplois et les activités qui vont avec – et d'ailleurs sur ce que nous faisons-là sur le crédit d'impôt transition énergétique, sur l'encouragement à la construction des bâtiments à énergie positive, sur les travaux de performances énergétiques dans les logements, nous espérons avec les filières bâtiment créer 100.000 emplois. Aujourd'hui il y a déjà 30.000 emplois créés grâce à la croissance verte…

BRUCE TOUSSAINT
Il y aura 100.000 !

SEGOLENE ROYAL
Aujourd'hui, grâce au bonus énergétique sur les voitures propres, vous savez je suis heureuse de vous annoncer…

BRUCE TOUSSAINT
Alors 10.000 euros…

SEGOLENE ROYAL
10.000 euros…

BRUCE TOUSSAINT
Ca été fait fin mars, on en est où ?

SEGOLENE ROYAL
Les commandes de voitures électriques ont été multipliées par quatre, donc il faut que les industriels de l‘automobile…

BRUCE TOUSSAINT
Ca fait combien de voitures ?

SEGOLENE ROYAL
Je n'ai plus le nombre exact ! En tout cas ça été multiplié par quatre par rapport… on commence à monter en puissance sur le…

BRUCE TOUSSAINT
C'est quoi ? C'est quelques dizaines, quelques centaines de voitures ?

SEGOLENE ROYAL
Plusieurs milliers de voitures qui seront…

BRUCE TOUSSAINT
Plusieurs millions de voitures.

SEGOLENE ROYAL
Bien sûr plusieurs milliers de voitures. Ca veut dire quoi ? Ca veut dire des emplois aussi qui sont à la clé et ça veut dire aujourd'hui que le marché mondial de la voiture automobile va puissamment monter en puissance, parce que c'est l'une des façons…

BRUCE TOUSSAINT
Ca, c'est le début…

SEGOLENE ROYAL
De diminuer la pollution déjà.

BRUCE TOUSSAINT
Mais il y aura d'autres façons de… d'autres nouveautés, d'autres incitations pour promouvoir l'électrique ?

SEGOLENE ROYAL
Oui ! Il y a le déploiement des bornes électriques - aujourd'hui tous ceux qui se font installer une borne électrique dans leur garage peuvent bénéficier du crédit d'impôt, c'est-à-dire une baisse de 30 %, une prise en charge de 30 % du coût de l'installation de cette borne électrique - il y a sept millions de bornes qui vont être déployées, une obligation d'installer les bornes devant les grandes surfaces, les gares et les aéroports. Donc, on va vraiment monter en puissance sur la voiture électrique.

BRUCE TOUSSAINT
Ca serait bien que le président roule en électrique, non ?

SEGOLENE ROYAL
Mais oui ! Et tous les ministres aussi figurez-vous.

BRUCE TOUSSAINT
Et tous les ministres ! Oui.

SEGOLENE ROYAL
Et tous les ministres aussi.

BRUCE TOUSSAINT
Il répond à ça ?

SEGOLENE ROYAL
Il y a des problèmes de sécurité des véhicules…

BRUCE TOUSSAINT
Ca va se faire ou pas ?

SEGOLENE ROYAL
Ca doit se faire, ça leur a été demandé en tout cas à tous les ministres.

BRUCE TOUSSAINT
Je reviens sur le bilan sur ces trois ans, est-que vous êtes fière de ces trois années, de cette première grande partie de quinquennat ?

SEGOLENE ROYAL
Je vous l'ai dit à l'instant, moi je suis fière que la France s'engage avec force, avec rayonnement international sur la transition énergétique, nous sommes regardés comme des modèles aujourd'hui, nous avons adopté la loi la plus en avance d'Europe sur ce sujet-là – y compris la loi sur la biodiversité qui est un complément – je suis fière de cela, je suis fière de cette mutation.

BRUCE TOUSSAINT
Je vais vous poser la question différemment ! Il y a un sujet qui vous intéresse depuis longtemps, c'est la jeunesse, est-ce que vous n'avez pas perdu la jeunesse depuis 2012, c'était l'un des enjeux, c'était l'un des grands combats de François HOLLANDE pendant sa campagne présidentielle ?

SEGOLENE ROYAL
Oui ! C'est l'essentiel la jeunesse. Pourquoi c'est l'essentiel ? C'est de savoir qu'est-ce que la politique apporte pour faciliter l'entrée dans la vie de la génération qui monte, de la génération qui vient ? D'ailleurs c'est pour cette génération-là que nous nous battons, c'est aussi pour cette génération-là que nous faisons la transition énergétique, c'est pour cette génération-là aussi que nous donnons aux jeunes l'envie d'entrer aussi dans les métiers du futur, c'est pour cela aussi que le budget du Ministère de l'Education est devenu le premier budget de la Nation et, donc, ce combat, cette bataille pour la jeunesse - c'est vrai c'est la bataille principale - et aujourd'hui il y a encore trop de freins…

BRUCE TOUSSAINT
Et elle n'est pas perdue cette bataille ?

SEGOLENE ROYAL
Trop de freins pour que les jeunes rentrent. Moi je fais confiance, on fait confiance à cette nouvelle génération qui ne demande qu'à rentrer dans la vie, qui a donné le meilleur d'elle-même, qu'à se former, les jeunes sont ouverts sur le monde, ils sont mobiles et jamais ils n'ont été aussi mobiles – regardez les jeunes Français partent à l'étranger, reviennent en France, sont curieux du monde – à nous de leur donner l'épanouissement, cette curiosité du monde, le sens de l'effort aussi, la construction à la construction future d'aujourd'hui et de demain de notre pays, faisons confiance aux jeunes.

BRUCE TOUSSAINT
Vous parliez à l'instant d'Education nationale, il y a cette réforme du collège, des programmes du collège, qui est extrêmement contestée depuis plusieurs maintenant, plusieurs semaines maintenant, on va écouter Julien DRAY qui était il y a quelques minutes sur RTL, écoutez ce qu'il dit de cette réforme.

JULIEN DRAY, CONSEILLER REGIONAL PS D'ILE-DE-FRANCE/DOC. RTL
Je pense qu'il faut la reprendre ! Je pense qu'il faut la reprendre parce que…

JEAN-MICHEL APHATIE
C'est un encouragement ! Ca, ça va faire plus plaisir à Najat VALLAUD-BELKACEM ?

JULIEN DRAY
Non ! Mais non, je veux dire... Ecoutez, je ne suis spas là pour faire plaisir aux uns et aux autres, je suis venu là pour vous donner ce que je pense, la…technocratique qui je dirais entoure cette réforme doit être abandonnée au profit de concepts simples.

BRUCE TOUSSAINT
Est-ce qu'il faut reprendre cette réforme, comme le dit Julien DRAY ?

SEGOLENE ROYAL
Ecoutez ! De toute façon elle est consultation, donc elle n'est pas encore totalement décidée cette réforme, elle est en consultation, et je pense qu'il faut être vigilant à ce qui sera dit au cours de cette consultation. Vous voyez, lorsque des voix comme celle de Pierre NORA ou de Régis DEBRAY- qui sont des historiens soucieux du récit national et des fondamentaux de ce que l'on doit transmettre aux générations par rapport à la connaissance de l'histoire de leur pays, par rapport à la capacité d'analyse et par rapport aussi à la projection dans le futur, pas seulement être tourné vers le passé mais aussi être projeté vers le futur – alors il faut entendre je pense ces voix, être vigilant donc à ce qui sortira de cette consultation, parce que ce qui est souhaitable c'est qu'il n'y ait pas de conflit politique ou politicien autour du socle de connaissance, de savoir, de savoir-faire, d'esprit critique et d'esprit constructif, et du sens de l'effort que l'on doit transmettre à l'école, du sens de l'apprentissage, que nous devons construire des choses qui ne se prêtent pas à la politique politicienne. C'est la même chose dans ce que j'ai dit tout à l'heure sur le modèle de civilisation énergétique, j'ai souhaité à l'Assemblée ne pas faire de politique politicienne. Donc, là, il faut savoir…

BRUCE TOUSSAINT
Là, il y a.

SEGOLENE ROYAL
Il faut savoir s'écouter, il faut que l'opposition aussi cesse parfois de déformer un certain nombre de choses, mais il faut que la majorité soit vigilante à ce qui est dit par de grandes voix, d'intellectuels, d'historiens et de scientifiques.

BRUCE TOUSSAINT
Vigilant ça veut dire qu'il faut peut être se remettre autour de la table et rediscuter, revoir cette réforme, puisque – vous l'avez dit vous-même – elle est encore en consultation ?

SEGOLENE ROYAL
Voilà !

BRUCE TOUSSAINT
C'est ce que vous souhaitez ?

SEGOLENE ROYAL
C'est le rôle de toute consultation. C'est quand même d'écouter ce qui se dit et d'être dans la démocratie participe, de co-construire le socle commun des connaissances, des savoirs, des savoir-faire que l'on veut transmettre aux jeunes générations.

BRUCE TOUSSAINT
Pour que ce soit bien clair, Ségolène ROYAL, en l'état cette réforme ne vous parait pas viable ?

SEGOLENE ROYAL
Elle est en consultation, donc je ne vais pas la critiquer ou la vilipender, ça ne sert…

BRUCE TOUSSAINT
Ce qui est mis sur la table !

SEGOLENE ROYAL
Je ne vais pas faire moi une polémique. Donc, elle est…

BRUCE TOUSSAINT
On ne parle pas de polémique, là on parle de… vous avez dit : « c'est un sujet qui doit être au-delà des clivages ».

SEGOLENE ROYAL
Mais bien sûr !

BRUCE TOUSSAINT
Et vous avez cité Pierre NORA ou Régis DEBRAY.

SEGOLENE ROYAL
Bien sûr, je pense que ce sont des voix qui pèsent…

BRUCE TOUSSAINT
Mais aujourd'hui vous pouvez…

SEGOLENE ROYAL
Et qui doivent être entendues.

BRUCE TOUSSAINT
Mais la vôtre aussi compte ?

SEGOLENE ROYAL
Mais c'est ce que je viens de vous dire, c'est pour ça que je dis qu'il faut que, voilà, que la consultation soit une vraie consultation où l'on s'écoute.

BRUCE TOUSSAINT
Bien. On est en retard, dernière question. Il est déjà en campagne, François HOLLANDE ?

SEGOLENE ROYAL
Je ne crois pas ! Absolument pas, il est au service du redressement du pays…

BRUCE TOUSSAINT
Merci beaucoup !

SEGOLENE ROYAL
Comme nous tous.

BRUCE TOUSSAINT
Merci beaucoup Ségolène ROYAL, bonne journée à vous.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 7 mai 2015

Rechercher