Interview de Mme Fleur Pellerin, ministre de la culture et de la communication à France 2 le 28 mai 2015, sur la deuxième guerre mondiale et la Résistance et la présidence de France Télévisions. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de Mme Fleur Pellerin, ministre de la culture et de la communication à France 2 le 28 mai 2015, sur la deuxième guerre mondiale et la Résistance et la présidence de France Télévisions.

Personnalité, fonction : PELLERIN Fleur, SICARD Roland.

FRANCE. Ministre de la culture et de la communication;

ti :

WILLIAM LEYMERGIE
… Mais pour l'instant ce sont Les Quatre vérités, Roland SICARD reçoit Fleur PELLERIN, la ministre de la Culture et de la Communication.

ROLAND SICARD
Bonjour à tous, bonjour Fleur PELLERIN.

FLEUR PELLERIN
Bonjour.

ROLAND SICARD
On va revenir bien sûr sur la grande cérémonie d'hier au Panthéon ! Deux grandes résistantes, deux grands résistants dans le temple de la République, c'est un souci de parité d'abord ?

FLEUR PELLERIN
Sans doute aussi la volonté de la République de commencer à honorer les femmes, puisqu'elles sont très, très peu nombreuses vous le savez au sein du Panthéon, seules deux femmes étaient entrées au Panthéon précédemment, donc je crois qu'il était important aussi de montrer la contribution extrêmement importante des femmes non seulement à la Résistance mais de manière générale à la construction de notre Nation. Donc je crois que c'est un beau moment pour les femmes, les féministes, et puis j'espère qu'à l'avenir il y aura encore beaucoup de nouvelles panthéonisations féminines.

ROLAND SICARD
Mais justement est-ce que la Nation n'a pas besoin de grandes figures comme ça pour s'incarner ?

FLEUR PELLERIN
Vous savez le principe et le symbole même de cette cérémonie c'est précisément de trouver des personnalités qui peuvent inspirer à la fois la Nation dans son ensemble : les jeunes, toutes les générations, de montrer l'attachement aussi à des valeurs qui sont des valeurs partagées dans la République et c'est vrai que qui mieux que ces grandes figures de la Résistance ou de l'histoire de France peut incarner cette histoire de notre République et de notre Nation, c'est vrai que c'est beaucoup je pense marquant pour notamment les jeunes lorsque ça s'incarne dans des figures qui ont une histoire, qui ont une histoire qui s'est interrompue rapidement, comme c'est le cas pour les deux hommes qui sont rentrés hier au Panthéon ou une vie continue d'engagement comme c'est le cas pour les deux femmes. Donc, je crois que c'est très important de pouvoir incarner, matérialiser et symboliser notre histoire par des grandes trajectoires qui finalement sont très significatives.

ROLAND SICARD
Mais justement, justement, est-ce que cette incarnation ce n'est pas un peu ce qu'on oublie à l'école ?

FLEUR PELLERIN
Peut-être ! Je ne sais pas. Peut-être faudrait-il accompagner les récits historiques le récit de la construction de la Nation française de parcours singuliers et je pense que beaucoup d'enseignants le font, le font déjà, on l'a à travers la littérature, on le fait à travers les cours d'histoire, bien sûr il y a toujours des figures qui sont très marquantes qui peuvent imprégner…

ROLAND SICARD
Moins qu'avant !

FLEUR PELLERIN
Ecoutez, je ne sais pas, si vous avez des enfants – moi j'ai une fille qui est au collège par exemple – je n'ai pas le sentiment que les cours d'histoire aient perdu cette incarnation dans des personnages historiques très, très marquants. Mais c'est vrai que la République a besoin d'héros et d'héroïnes et que c'est important de pouvoir, à travers le parcours singulier de personnages…

ROLAND SICARD
C'est ça qui fait le ciment ?

FLEUR PELLERIN
De pouvoir mettre en valeur les valeurs, voilà les principes de la République auxquelles nous sommes très attachés.

ROLAND SICARD
Mais c'est le fameux ciment de la Nation ?

FLEUR PELLERIN
Je crois que ça fait partie de ce qui fait le ciment de la Nation ! Oui, les trajectoires exceptionnelles, mais qui peuvent inspirer tout un chacun.

ROLAND SICARD
Quand Jean-Pierre RAFFARIN dit que François HOLLANDE ferait mieux de s'occuper du chômage que de l'histoire, qu'est-(ce que vous lui répondez ?

FLEUR PELLERIN
Vous savez il y a toujours des grognons qui pensent qu'on ne peut pas faire plusieurs choses en même temps ! Je crois que c'est important que le président de la République puisse à la fois montrer le lien qui existe entre notre histoire, notre patrimoine, notre histoire passée, l'histoire d'aujourd'hui et celle qui s'écrit pour demain et en même temps, bien entendu, rester extrêmement mobilisé sur le front de la lutte contre le chômage, sur toutes les priorités qui ont été les nôtres - celles de ces gouvernements depuis 2012 – et qui restent bien évidemment extrêmement prégnantes dans notre action. Donc la mobilisation pour le chômage, pour la relance de l'économie, pour la reprise de la croissance, pour la responsabilité en matière de maîtrise des finances publiques, tous ces objectifs-là - qui étaient les nôtres en 2012 - ils sont encore les nôtres aujourd'hui, ils commencent d'ailleurs à produire des résultats qui sont peut-être encore trop faibles aujourd'hui mais néanmoins tangibles et donc, voilà, nous sommes mobilisés et je pense qu'un homme d'Etat sait faire plusieurs choses en même temps.

ROLAND SICARD
Je passe à un sujet très différent ! Vous lancez une opération « Lire en short » cet été, ça va consister en quoi ?

FLEUR PELLERIN
Effectivement je suis ravie d'avoir pu lancer cette opération cette semaine, c'est une grande fête de la lecture jeunesse, parce que nous savons bien aujourd'hui que les jeunes sont de plus en plus sollicités par tout un tas de divertissements qui sont sur les écrans, qui sont des jeux vidéo, etc., et je crois que c'est important aujourd'hui de pouvoir promouvoir la lecture jeunesse – mais sous un angle un peu décalé – et en montrant que la littérature c'est un plaisir et que ça doit d'abord être un bonheur, une joie et une source d'émancipation personnelle. Donc « Lire en short », volontairement décalé, un titre un peu décalé, et l'idée c'est d'apporter le livre aux jeunes, donc sur les plages, dans les campagnes, dans les colonies de vacances, dans des lieux un peu improbables, sur les aires d'autoroute… donc faire en sorte que vraiment le livre aille à la rencontre de la jeunesse…

ROLAND SICARD
Ce sera gratuit ?

FLEUR PELLERIN
Il y aura des opérations gratuites, il y aura des mises à disposition, des prêts, des dons aussi - parce que beaucoup de partenaires ont souhaité faire des dons et donné des livres aux jeunes – de la lecture publique, des marelles littéraires, des jeux, beaucoup de choses très festives qui montrent vraiment que, voilà, ce n'est pas une contrainte nouvelle, on ne force pas, on veut donner le plaisir de lire ; et c'est un peu le principe de ces quelques 600 opérations qui auront lieu entre le 17 et le 31 juillet, beaucoup de librairies, de bibliothèques, d'artistes, d'auteurs, de dessinateurs se sont mobilisés – je les en remercie – et je crois que ça sera une très, très belle fête de la lecture jeunesse.

ROLAND SICARD
Le service civique, il va avoir un relais culturel, c'est important ?

FLEUR PELLERIN
Oui ! Très important. On a panthéonisé des grandes figures de l'engagement, donc c'était important aussi de montrer que la République c'est aussi ça, d'encourager les jeunes – c'est un grand aussi message du président de la République – que les jeunes qui veulent s'engager, ils sont très nombreux à le faire aujourd'hui, doivent pouvoir être encouragés à le faire, donc développer le service civique dans la culture ça me paraissait très important. J'ai signé avec Patrick KANNER une convention qui prévoit un objectif de 16.000 jeunes en service civique culture dans les deux prochaines années - c'est très ambitieux – et, effectivement, avec ceux grands objectifs : d'abord faciliter l'accès des populations qui sont les plus éloignées de la culture, précisément à la culture, avec la médiation et l'aide de ses services civiques ; et puis travailler sur les valeurs de la République grâce à la culture, donc nous aurons ces deux objectifs avec 16.000 jeunes qui pourront s'y consacrer dès l'année prochaine.

ROLAND SICARD
Vous êtes aussi la ministre de la Communication, FRANCETELEVISIONS vient de changer de patronne, qu'est-ce que vous attendez justement de cette nouvelle patronne ?

FLEUR PELLERIN
Vous savez j'ai entrepris dès mon arrivée un travail pour que des grands objectifs, la vision que l'Etat actionnaire a du service public afin de pouvoir éclairer les candidatures de ceux qui y briguaient la présidence, donc ce travail il a été fait avant le processus de nomination et, par ce travail, le Ministère de la Culture…

ROLAND SICARD
On beaucoup entendu : « faire mieux avec moins » !

FLEUR PELLERIN
Le Ministère de la Culture a exprimé ce qu'était ses grandes ambitions pour le service public, alors bien sûr il faudra faire attention aux ressources parce que vous savez les Français qui sont… ceux qui paient la redevance audiovisuelle, souhaitent aussi que leur argent soit bien employé et, évidemment, moi je souhaiterais…

ROLAND SICARD
Est-ce que ça veut dire des effectifs en moins ?

FLEUR PELLERIN
Ça ne veut pas dire des effectifs en moins mais ça veut dire déjà des ambitions qui doivent être réaffirmées ! Moi j'ai exprimé mon ambition, je crois qu'il y a vraiment un travail à faire pour reconquérir le public jeune – ça peut être sur Internet – mais c'est important d'y travailler ; reconquérir aussi une place déterminante dans la création, faire en sorte que FRANCETELEVISIONS soit un aiguillon de la création en matière de fictions par exemple mais aussi en termes de programmes de flux, de nouveaux modèles d'émissions, donc un certain nombre d'ambitions qui ont été exprimées avant même le processus de nomination et dont la nouvelle présidente devra bien entendu s'inspirer pour proposer sa propre vision de l'entreprise. Ensuite, si vous faites allusion à des articles qui sont sortis dans la presse, il n'y a pas dans le cahier des charges de la présidente de FRANCETELEVISIONS la nécessité de couper drastiquement dans les effectifs, ça ne fait pas partie des orientations que j'ai données, bien sûr il faudra - encore une fois, je l'ai dit tout à l'heure – avoir une gestion responsable des deniers publics, c'est naturel et c'est ce que les Français attendent de nous. Mais en tout ca ce qui est sorti dans la presse ne correspondait ni à une commande du Ministère de l'Economie et des Finances, ni à une commande du Ministère de la Culture… Voilà ! Donc, il ne faut pas y prêter plus d'attention que cela.

ROLAND SICARD
Merci.

FLEUR PELLERIN
Merci.

ROLAND SICARD
William !

WILLIAM LEYMERGIE
Oui ! Merci beaucoup.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 29 mai 2015

Rechercher