Déclaration de Mme Carole Delga, secrétaire d'Etat au commerce, à l'artisanat, à la consommation et à l'économie sociale et solidaire, sur les métiers d'art, Paris le 26 mai 2015. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Carole Delga, secrétaire d'Etat au commerce, à l'artisanat, à la consommation et à l'économie sociale et solidaire, sur les métiers d'art, Paris le 26 mai 2015.

Personnalité, fonction : DELGA Carole.

FRANCE. Secrétaire d'Etat au commerce, à l'artisanat, à la consommation et à l'économie sociale et solidaire

Circonstances : Remise des prix d'avenir des métiers d'art, Paris le 26 mai 2015

ti : Mesdames et Messieurs,


Qui mêle à la fois l'imagination, l'intuition, la technique et le savoir-faire ?
Qui fait dialoguer les matières et les matériaux ?
Qui représente plus de 95.000 emplois et 8 milliards d'euros de chiffre d'affaires ?
Qui incarne les valeurs les plus fondamentalement humaines : le sens du Beau ? Le souci de l'excellence ? Le soin de la patience ?
Ce sont les métiers d'art, bien sûr !

Par les métiers d'art, l'homme recrée le monde à son image... Et c'est ce monde que les Prix d'Avenir des Métiers d'Art nous invitent à découvrir. C'est ce monde que vous, les lauréats, vous nous faites partager !

Je suis particulièrement heureuse de pouvoir vous accueillir à Bercy, aujourd'hui, pour témoigner tout mon soutien à ce secteur économique en plein essor et tourné vers l'avenir !

Oui, pour la remise de vos prix, Bercy se transforme en salon des fêtes et il est important que ce soit au sein du Ministère de l'Economie que cet événement ait lieu. Pourquoi ? Parce que c'est plus que symbolique, parce que c'est emblématique. Oui, les métiers d'art sont notre trésor public !

Bercy, c'est aussi la maison des artisans, c'est un atelier sur lequel vous pouvez vous appuyer pour valoriser vos savoir-faire. Et s'il fallait une preuve du potentiel que les métiers d'art représentent pour notre économie, je citerais le partenariat entre la Ville de Paris et l'INMA qui a conduit à installer cette année une pépinière d'entreprises dédiées aux métiers d'art au sein de l'INMA. C'est une chance extraordinaire pour les jeunes pousses de pouvoir fleurir dans une telle serre !

Je constate avec plaisir le nombre croissant de candidats qui ont réalisé une formation aux métiers d'art après des études supérieures, - environ 30% -, et je me réjouis aussi de la mixité qui s'opère dans les disciplines. La France est l'un des rares pays européens à avoir un secteur des métiers d'art structuré par la cohabitation des organisations professionnelles nationales, des chambres de métiers et de l'artisanat et une tutelle exercée par les pouvoirs publics.

Toutes les œuvres qui sont exposées ici sont magnifiques et pleines de promesses et je tiens à remercier l'INMA, et ses partenaires, pour l'organisation de ce Prix d'avenir. C'est une belle initiative, à l'instar des Journées Européennes des métiers d'Art. Bravo à tous les lauréats !

En France, les métiers d'art, c'est 38 000 entreprises ! Leur force se trouve dans les liens tissés entre les techniques ancestrales et les outils innovants. Autrement dit, dans leur capacité à traduire le passé dans la langue du futur !

Oui, dans les métiers d'art, les ateliers sont souvent des « laboratoires de l'industrie » pour les demandes très spécifiques et sur-mesure. Ce sont des laboratoires audacieux de l'innovation qui osent expérimenter de nouvelles combinaisons de matériaux et qui repoussent les frontières du savoir-faire humain. Grâce au sur-mesure, ces métiers relèvent le défi de la mondialisation, en étant fortement ancrés dans leur territoire.

Certains opposent mondialisation et économie de proximité. Je suis pourtant convaincue que nos champions économiques d'aujourd'hui et de demain se développent à l'international, d'autant mieux que l'on sait d'où ils viennent, qui produit ce qu'ils vendent et quelle est leur identité.

Ce prix d'avenir valorise donc le puissant potentiel de développement que représente, pour tous les territoires, un secteur aux implications économiques, culturelles et touristiques. Un secteur attractif aux plans local et international !

Ces entreprises, ces professionnels, ces apprentis, sont désormais reconnus par la loi du 18 juin 2014 sur l'Artisanat, le Commerce et les TPE. Cette reconnaissance, longtemps demandée par les professionnels, c'est la vôtre et elle est dans cette loi.

Je co-signerai prochainement, avec Mme Fleur PELLERIN, Ministre de la culture et de la communication, l'arrêté listant les métiers d'art (qui viendra se substituer à l'arrêté du 12 décembre 2003), ainsi que le prévoit la loi ACTPE du 18 juin 2014.

Sa publication est imminente et je tiens à saluer le travail important réalisé par l'INMA, avec l'ensemble des parties intéressées, travail d'expertise de grande qualité qui démontre l'implication de l'Institut.

C'était un engagement fort du Président de la République.

Parce que c'est une volonté du Gouvernement de valoriser les savoir-faire et surtout ceux qui les exercent.
Parce que c'est une volonté du Gouvernement d'avoir cette exigence constante de l'égalité, et ici en l'occurrence de l'égalité des professionnels.

Parce que c'est une volonté du Gouvernement d'en faire un secteur compétitif et à haute valeur ajoutée.

Demain, ce n'est pas un horizon : demain, c'est un projet mobilisateur.
Demain, c'est un appel, c'est un sursaut, c'est une exigence !
C'est en ce sens que le philosophe Gaston Berger disait que « Demain est moins à découvrir qu'à inventer » !

Alors pour conjuguer la France au futur, nous avons plus que jamais besoin des entrepreneurs pour qu'ils rhabillent, redécorent, remeublent ou ornementent le monde !


Source http://www.institut-metiersdart.org, le 17 juin 2015

Rechercher