Déclaration de M. Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur, sur l'attentat commis à Saint-Quentin-Fallavier en Isère et la saisine pour enquête du parquet antiterroriste de Paris, à Paris le 26 juin 2015. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de M. Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur, sur l'attentat commis à Saint-Quentin-Fallavier en Isère et la saisine pour enquête du parquet antiterroriste de Paris, à Paris le 26 juin 2015.

Personnalité, fonction : CAZENEUVE Bernard.

FRANCE. Ministre de l'intérieur

Circonstances : Attentat contre l'usine classée Seveso, Air Products, et découverte de la décapitation de l'employeur du présumé suspect, à Saint-Quentin-Fallavier (Isère) le 26 juin 2015

ti : Un crime à caractère terroriste est intervenu ce matin ici, dans l'Isère. Une personne a été assassinée, décapitée et le Parquet antiterroriste de Paris a immédiatement été saisi de l'enquête et cette enquête est en cours.

L'identité du criminel est en cours de précision, mais nous savons d'ores et déjà qu'il pourrait s'agir de Yassine SALHI. Ce personnage avait fait l'objet d'une fiche S en 2006 pour radicalisation, qui n'a pas été renouvelée en 2008. Il n'avait aucun casier judiciaire et nous saurons – dans le cadre de l'enquête en cours – si d'autres éléments le concernant permettent d'avoir des éléments plus précis concernant son profil.

Des instructions ont été données pour que l'enquête se poursuive et que d'éventuelles complicités soient identifiées, et que les auteurs soient mis hors d'état de nuire. Des personnes ayant pu participer à ce crime abject ont été mises en garde à vue après avoir été arrêtées, et l'enquête permettra là aussi d'établir s'ils sont impliqués dans cette affaire, de quelle manière ils l'ont été, il est encore trop tôt pour le dire. De la même manière, la victime est en cours d'identification.

Tous les services qui sont sous ma responsabilité sont mobilisés sous l'autorité du Parquet antiterroriste de Paris, de manière à faire aboutir rapidement cette enquête. L'auteur supposé de ce crime a été neutralisé après que le crime a été perpétré par une personne du SDIS de l'Isère, qui s'est rendu sur place et qui avec beaucoup de courage et beaucoup de sang-froid a procédé à la mise hors d'état de nuire de cet individu.

Je tiens à adresser à ce pompier – et à l'ensemble de ses collègues qui sont intervenus sur site – mes remerciements pour la promptitude et l'efficacité de leur intervention. De même que je tiens à adresser à l'ensemble des forces de sécurité – du département de l'Isère et de la zone de défense – mes remerciements également et ma gratitude, pour la rapidité avec laquelle ils sont intervenus sous l'autorité du Parquet, pour faire que ceux qui pourraient être impliqués dans cet acte odieux soient immédiatement neutralisés.

Je veux également indiquer que depuis des mois, le gouvernement prend toutes les mesures pour assurer la protection des Français face à un risque dont je n'ai cessé de dire, avec le président de la République et le Premier ministre, qu'il demeurait à un niveau très élevé. C'est ainsi que deux lois renforçant les moyens de l'État dans la lutte contre le terrorisme ont été adoptées. Une troisième loi concernant l'activité et les moyens de nos services de renseignement a été adoptée par le Parlement avant-hier, de façon définitive, qui permettra à nos services – dans le cadre de la lutte antiterroriste –de disposer de moyens nouveaux qui, pour l'instant, leur faisaient cruellement défaut.

Je veux également indiquer que sur l'ensemble du territoire national, sous ma responsabilité et celle des préfets, un dispositif puissant de protection des lieux de culte et des établissements sensibles est mis en œuvre, qui permet d'assurer la protection des Français qui sont plus particulièrement ciblés par des actes terroristes.

Enfin, je veux indiquer aussi qu'après que notre pays a perdu de nombreux emplois et de nombreux moyens, dans ces services de renseignement mais pas simplement, au sein de l'ensemble des forces de sécurité, le Premier ministre et le président de la République ont pris la décision au mois de janvier dernier de rehausser très sensiblement les moyens dont disposent nos services. Qu'il s'agisse des moyens en personnel, 1.500 postes ont été créés, 233 millions d'euros ont été alloués aux services de renseignement, leur permettant d'accomplir leurs missions.

Cet effort exceptionnel témoigne encore une fois de la volonté du gouvernement d'assurer, dans des circonstances particulièrement difficiles pour le pays, un haut niveau de protection des Français.

Je veux dans les circonstances particulières de ce drame, qui est une nouvelle épreuve pour notre pays, appeler une fois de plus – comme l'a fait le président de la République à l'instant à Bruxelles – à la dignité, à la responsabilité et au rassemblement de tous ceux qui dans notre pays sont attachés aux valeurs de la République, et sont conscients de la mobilisation générale du pays pour faire face au risque terroriste.

Je le fais aussi en ayant une pensée émue pour les victimes de ces actes, pour cette personne innocente qui a été assassinée et abjectement décapitée, pour les victimes des attentats aussi du mois de janvier. Dans les circonstances particulières que traverse notre pays et compte tenu de la violence de ces actes, de l'abjection barbare qui préside aux actions des terroristes, je tiens une fois encore à dire que notre pays sera plus fort, si chacun qui porte une parole publique est capable d'être dans la retenue et dans la dignité.


* Réponses aux journalistes

Journaliste
Qu'est-ce que vous pouvez nous dire de plus sur ce Yacine SALI ? Quel âge a-t-il ? D'où est-il ?

Bernard CAZENEUVE
C'est un individu qui résiderait dans la région lyonnaise, à Saint-Priest. Je dis “résiderait? parce que nous sommes en train de procéder aux ultimes vérifications et qu'aussi longtemps que nous n'avons pas des éléments définitifs, il faut être extrêmement prudent, qui est un personnage qui a fait l'objet d'une fiche S en 2006 qui n'a pas été renouvelée en 2008, qui est un individu qui aurait été en lien avec la mouvance salafiste mais qui n'avait pas été identifié par les services comme ayant participé à des activités à caractère terroriste, qui n'avait pas de casier judiciaire contrairement à d'autres individus qui se sont trouvés impliqués dans de telles opérations et de tels crimes au cours des derniers mois.

Journaliste
Il n'était pas particulièrement surveillé ces derniers temps.

Bernard CAZENEUVE
Il ne faisait pas l'objet d'une fiche S depuis, encore une fois, 2008. Et donc, il faisait l'objet d'une attention depuis 2008-2010 pour sa radicalisation, son lien avec la mouvance salafiste mais il n'était pas connu pour être en lien avec des acteurs terroristes. Et il y a aujourd'hui un très grand nombre de services qui sont mobilisés dans tous les départements de France pour suivre sur la base des consignes que j'ai données ceux qui peuvent se radicaliser et on suit plus particulièrement ceux qui sont en lien avec des entreprises terroristes, ce qui n'était pas le cas de cet individu au regard des renseignements dont disposaient les services.

Journaliste
Des éléments liés à Daesh ont-ils été retrouvés sur les lieux de l'attentat ?

Bernard CAZENEUVE
Il y a des drapeaux qui vont faire l'objet d'une analyse. Pour l'instant, le texte de ces drapeaux n'a pas encore été traduit et nous sommes dans une enquête qui se déploie, qui est en cours, et c'est quand nous aurons les éléments de cette enquête bien entendu que le procureur de la République de Paris les commentera.

Journaliste
Combien y a-t-il d'interpellations ?

Bernard CAZENEUVE
Je ne peux pas pour l'instant donner d'informations précises sur ce point pour la bonne et simple raison qu'il peut y avoir encore des interpellations en cours et que je ne souhaite pas les…

Journaliste
Pourquoi cette entreprise était visée ? Pourquoi AIR PRODUCTS était visée ?

Bernard CAZENEUVE
Je ne peux pas répondre à cette question, l'enquête le dira, et je vous ai donné l'ensemble des informations dont je disposais. S'il y a dans le courant de l'après-midi d'autres informations qui nous sont communiquées, à ce moment-là bien entendu le procureur de la République de Paris, moi-même en lien avec lui, communiquerons ces informations à mesure qu'elles nous parviendront, mais je ne veux pas, comme toujours lorsqu'il s'agit de faits d'une grande gravité qui sont couverts par une instruction, donner des informations qui ne seraient pas absolument précises. L'enquête vient de commencer, cette enquête doit se déployer, elle se déploie dans le respect des procédures de droit et notamment sous l'autorité du parquet antiterroriste de Paris. Les informations que je donne là sont les premières informations dont nous disposons, nous sommes en train d'en récupérer d'autres. Une enquête est en cours et comme toujours lorsque des événements d'une telle gravité se produisent, nous communiquons les éléments de l'enquête en très étroite liaison avec le parquet antiterroriste et sous son autorité à mesure que ces éléments sont confirmés. On ne peut pas, sur des sujets de cette nature, être dans l'approximation. Je vous remercie.


Source http://www.interieur.gouv.fr, le 29 juin 2015

Rechercher