Déclaration de Mme Annick Girardin, secrétaire d'Etat au développement et à la francophonie, sur le prix Littérature-monde du Festival Étonnants Voyageurs, à Saint-Malo le 24 mai 2015. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Déclaration de Mme Annick Girardin, secrétaire d'Etat au développement et à la francophonie, sur le prix Littérature-monde du Festival Étonnants Voyageurs, à Saint-Malo le 24 mai 2015.

Personnalité, fonction : GIRARDIN Annick.

FRANCE. Secrétaire d'Etat au développement et à la francophonie

Circonstances : Remise des prix Littérature-Monde au Café littéraire du Festival Étonnants Voyageurs, à Saint-Malo le 24 mai 2015

ti :
Madame la présidente Ananda Dévi, Chers membres du jury,
Chers Benjamin Neumann et représentants de l'Agence Française de Développement,
Chers lauréats, Mesdames et messieurs,


Certains d'entre vous m'ont peut-être déjà entendu ce matin : ma présence aujourd'hui à ce festival revêt une certaine importance pour moi.

Il revêt une certaine importance non seulement parce que je suis Malouine de naissance, que ma famille a une histoire particulière avec cette région de la Bretagne, mais aussi parce que nous célébrons aujourd'hui le quart de siècle de ce festival.

Mais quand j'ai émis le souhait de venir célébrer les 25 ans au titre de la Francophonie, je ne savais pas encore que je pouvais aussi lier cette visite à mon action sur le Développement.

C'est un vrai plaisir pour moi de retrouver ici l'équipe de l'Agence Française pour le Développement pour remettre avec eux ces deux prix « Littérature-monde ».

Il est possible que certains d'entre vous se posent la question, comme je me la suis posée, du rapport entre le « développement » et la littérature. Ce rapport est en vérité fort : oeuvrer pour le développement, c'est penser que nous pouvons tous contribuer à construire un monde meilleur, plus juste et plus durable. Et l'accès à la culture est une dimension à part entière du développement humain.

C'est d'ailleurs pourquoi la loi sur le développement et la solidarité internationale, que j'ai portée au parlement l'an dernier, rappelle cet objectif dans son article premier au même titre que la lutte contre la pauvreté ou l'accès à la santé et à l'éducation.

Le monde change. Face aux enjeux qui touchent l'avenir de notre planète, les destins de nos sociétés, de nos pays, de nos continents sont inextricablement liés.

Or, les auteurs sont des témoins de ces grandes mutations du monde. Des messagers précieux qui nous aident à le lire, à le comprendre et à resserrer ce lien qui nous unit, en tant que citoyens du monde.

Développement et littérature partagent donc cette même volonté de comprendre et d'agir sur le monde, de rassembler et rappeler que nous sommes dépositaires, ensemble, du destin de de l'humanité.

L'Agence Française de Développement a donc eu une excellente initiative en s'associant à Etonnants Voyageurs et créer ensemble le prix Littérature-monde, d'après cette très belle idée de Michel Le Bris : la langue française n'est vivante que si elle est libérée de son attache exclusivement nationale, que si elle enlace dans sa diversité et sa multiplicité tous les continents.

Je suis donc particulièrement fière d'avoir remis ces deux prix. Ils promeuvent des auteurs qui, par le prisme de la fiction, nourrissent la compréhension des réalités économiques, sociales et culturelles de tous les continents.

Je pense que ces récits résonneront profondément au sein de l'Agence de Développement et de mon ministère. Nous faisons face à des tendances historiques, nous ambitionnons des objectifs de développement millénaire… mais derrière ces perspectives de long-terme, de ces concepts souvent abstrait, se cachent des histoires intimes : c'est une femme qui accède à des soins, un jeune qui trouve une formation dans sa campagne, un enfant qui apprend à lire…


Je vous remercie.


Source http://www.ille-et-vilaine.pref.gouv.fr, le 30 juillet 2015

Rechercher