Interview de M. Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement, à RTL le 31 juillet 2015, sur la règle du non-cumul des mandats appliquée aux membres du gouvernement, l'encadrement des loyers à Paris, le coût de la réforme des régions et les propositions du PS en vue du projet de budget 2016. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement, à RTL le 31 juillet 2015, sur la règle du non-cumul des mandats appliquée aux membres du gouvernement, l'encadrement des loyers à Paris, le coût de la réforme des régions et les propositions du PS en vue du projet de budget 2016.

Personnalité, fonction : LE GUEN Jean-Marie.

FRANCE. Secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement

ti : JÉRÔME FLORIN
Bonjour Jean-Marie LE GUEN.

JEAN-MARIE LE GUEN
Bonjour.

JEROME FLORIN
Vous vous verriez bien ministre du Travail ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Ecoutez, ce sont des choses qui ne se décident pas et je pense surtout à François REBSAMEN qui a fait un travail tout à fait extraordinaire dans des conditions forcément difficiles, je pense d'ailleurs que bientôt, sa loi a été votée, elle sera je pense promulguée, je pense qu'il allait obtenir bientôt des résultats et les situations de la vie, dramatiques puisque…

JEROME FLORIN
C'est son premier adjoint Alain MILLOT, à la mairie de Dijon qui est décédé en début de semaine.

JEAN-MARIE LE GUEN
… qui est décédé et ça a été assez bouleversant, donc il est amené à faire des choix qui sont des choix de fidélité, enfin je veux rendre hommage à son engagement et aussi à la difficulté humaine de faire ces choix.

JEROME FLORIN
Mais son départ se passe quand même dans des conditions un peu étranges, il a dit qu'il restait au gouvernement, qu'il souhaitait rester au gouvernement jusqu'au remaniement, qui doit avoir lieu après les régionales, et on lui dit non, non, non, il faut partir tout de suite parce qu'il faut respecter…

JEAN-MARIE LE GUEN
Mais bon, il y a des règles d'une part, mais il y a deuxièmement des réalités humaines. Je veux dire quand vous vous êtes engagés dans une situation difficile, la bataille pour l'emploi, elle est difficile, donc il s'y est engagé complètement.

JEROME FLORIN
Il paie un échec ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Mais pas du tout, enfin franchement non au contraire, j'allais dire, c'est parce qu'il va obtenir des résultats que logiquement il se sentait engagé dans cette mission. Voilà maintenant il y a des règles.

JEROME FLORIN
Oui, mais Frédéric CUVILLIER avait pu lui cumuler plusieurs mois sa fonction de secrétaire d'Etat aux Transports et sa fonction de maire de Boulogne-sur-Mer, pourquoi pas François REBSAMEN ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Ecoutez, vous l'avez noté François CUVILLIER n'avait pas pu rester donc là, on est sur une perspective, il y a des négociations sociales qui vont avoir lieu toute la fin de l'année 2015/2016.

JEROME FLORIN
Ce n'est pas gênant ces changements de ministres tout de même, Michel SAPIN, François REBSAMEN, alors que le travail et le chômage, c'est l'objectif numéro un de François HOLLANDE ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Ecoutez, ce n'est pas un gouvernement et dans ce mandat, on n'aura pas changé particulièrement de ministres très souvent. Il y a une grande continuité et c'est vrai que la politique est un tout. Un gouvernement est un tout. Donc non, je ne suis pas inquiet, je comprends simplement il faut peut-être aussi accepter de dire que les hommes ne sont pas les machines et que voilà il peut y avoir des moments un peu, un peu délicat quand on a deux fidélités, deux engagements et qui à un moment se trouvent incompatibles alors qu'on est engagé dans deux logiques. Voilà c'est un peu compliqué à gérer.

JEROME FLORIN
Jean-Marie LE GUEN, vous êtes également élu parisien, l'encadrement des loyers ça démarre demain à Paris, avant d'être étendu à d'autres villes, si ça marche, les économistes et les professionnels de l'immobilier parlent déjà d'une immense usine à gaz, est-ce que ça va réellement s'appliquer ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Peut-être certains économistes et certains professionnels de l'immobilier, j'ai été je crois un des premiers parlementaires a demandé qu'à Paris, parce que c'est un marché qui n'existe pas, c'est-à-dire qu'il y a une pénurie d'offre et donc vous savez en gros , si vous pouvez construire , vous avez intérêt à une certaine forme de libération des loyers , de façon à ce qu'il y ait un marché secret. Mais quand vous êtes dans Paris intra-muros avec quelque chose qui est, j'allais dire, très limité en termes de construction , on voit bien que le marché ne se fixe pas et quand il y a une pénurie, il y a une spéculation, il y a une inflation liée à la rareté. Et donc comme dans toutes les économies les plus libérales ou les plus administrées qui soient dans ce cas-là, on fixe un encadrement des loyers. Donc à Paris c'est à mon avis, parfaitement justifié et cela va bien fonctionner.

JEROME FLORIN
Et la FNAIM et d'autres géants de l'immobilier ont déjà prévu de déposer de recours, il va y avoir beaucoup de batailles en justice là.

JEAN-MARIE LE GUEN
Tout ça, c'est de l'agitation.

JEROME FLORIN
C'est de l'agitation.

JEAN-MARIE LE GUEN
Oui, franchement ça fait maintenant des mois et des mois que cette mesure est attendue et d'ailleurs attendue par les Parisiens donc voilà après que certains qui défendent certains intérêts, et d'ailleurs c'est leur droit de défendre ces intérêts, fassent de l'agitation, mais je crois que lui il n'y a pas d'effets économiques négatifs de cette mesure, il y a des effets économiques positifs. Vous savez à Paris pour être un cadre, je ne parle pas du logement social, je parle des couches moyennes, ces couches moyennes elles consacrent une partie tout à fait considérable de revenus qui sont parfois relativement importants, tout simplement pour se loger, c'est malsain pour l'économie. Lorsque vous avez un prélèvement, la rente foncière prélève massivement sur les revenus du travail, eh bien ce n'est pas bon pour l'économie et donc il est du devoir d'un bon équilibre économique, de limiter le poids de la rente foncière dans l'économie, c'est ce que nous faisons à Paris dans un marché de pénurie.

JEROME FLORIN
Oui, mais ce qui est bon aussi pour l'économie, c'est l'investissement des propriétaires, ça ne va pas les décourager ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Les propriétaires ont d'abord un bien qui y a crû régulièrement chaque année avec une valorisation sans qu'il y ait besoin…

JEROME FLORIN
Oui, mais ils sont prêts à louer moins cher ?

JEAN-MARIE LE GUEN
S'ils ne louent pas, ils feront quoi d'après vous ?

JEROME FLORIN
Je ne sais pas. On parle d'éventuels dessous de table qui pourraient s'appliquer.

JEAN-MARIE LE GUEN
Ecoutez, ça commence bien si les professionnels de l'immobilier suscitent ce genre de réflexion, on va encore s'occuper… après ça ils s'étonneront que tout d'un coup, on aille voir ce qui se passe du côté des administrateurs. Je leur conseille de ne pas aller trop sur ce terrain.

JEROME FLORIN
Jean-Marie LE GUEN, la réforme des régions, ce sera au menu du conseil des ministres tout à l'heure, Manuel VALLS va dévoiler le nom des nouvelles capitales régionales, pour la droite, vous êtes passés à côté de l'objectif, cette réforme va couter plus cher dit par exemple Jean-Pierre RAFFARIN.

JEAN-MARIE LE GUEN
Oui, je pense que c'est n'est pas exact et surtout nous avons mis en place, sans doute, il faut s'intéresser, Jean-Pierre RAFFARIN a raison de mettre, de pointer du doigt la nécessité de baisser le coût de l'administration de l'ensemble des collectivités territoriales. J'aimerais d'ailleurs que l'opposition d'une façon générale accepte cette idée, et ne soit pas toujours à demander plus d'argent de l'Etat pour les collectivités territoriales. Et que donc nous nous placions tous, tous les élus, dans une logique de baisse du coût de fonctionnement des collectivités territoriales. Une fois qu'on a dit ça, les régions et les grandes régions, c'est avant tout un outil économique, c'est-à-dire il s'agit de donner plus de force à notre politique de recherche et de développement, de formation de l'apprentissage, de création de filières industrielles, d'aménagement du territoire, c'est ça l'objectif des régions.

JEROME FLORIN
Il y a encore des ajustements à faire là, parce que, par exemple, votre ancienne collègue Carole DELGA qui est candidate à la future grande région Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon, elle veut que Toulouse et Montpellier gardent leur service. Il y a 250 kilomètres entre les deux villes, les allers-retours des élus, ça va coûter cher ça.

JEAN-MARIE LE GUEN
Non pas des élus, en occurrence on parle des collectivités, des services déconcentrés de l'Etat et il est tout à fait possible de conserver des services déconcentrés de l'Etat dans ces deux villes, dont on voit bien d'ailleurs qu'elles ont un rôle totalement complément. On connait la force industrielle de Toulouse avec notamment toute la problématique de la filière aéronautique notamment et on voit bien aussi tout le rayonnement de Montpellier, historiquement, en termes universitaires, culturelles de services innovants plutôt dans les biotechs, donc il y a des choses qui sont tout à fait complémentaires et encore une fois, ces grandes régions vont permettre d'avoir une force de frappe beaucoup plus grande au plan économique.

JEROME FLORIN
Jean-Marie LE GUEN, est-ce que vous êtes d'accord avec le PS qui demande un budget plus à gauche pour réussir le quinquennat, dit-il, sympa ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Je ne crois pas …

JEROME FLORIN
Comme s'il avait déjà fait une croix sur 2017.

JEAN-MARIE LE GUEN
Je ne crois pas qu'il demande un budget plus à gauche, il y a eu des propositions, il y a un rapport qui…

JEROME FLORIN
Une réorientation des aides aux entreprises en direction des ménages.

JEAN-MARIE LE GUEN
Oui, j'ai vu le titre d'une certaine presse, mais les propositions qui sont faites sont des propositions d'ailleurs assez classiques et elles sont, c'est une contribution parmi d'autres. Mais les engagements qui sont ceux du gouvernement ont déjà été annoncés par le président de la République et Premier ministre, c'est-à-dire que nous ne reviendront pas sur le pacte de responsabilité.

JEROME FLORIN
Donc ça, ça ne bougera pas.

JEAN-MARIE LE GUEN
Par contre, il y a du travail intelligent à faire pour faire, pour mieux cibler à la fois les exonérations de charges ou d'impôts, et pour mieux cibler les aides à l'investissement public ou privé, et ce travail doit être fait évidemment en liaison avec les parlementaires et éventuellement le concours des partis est parfaitement utile, même s'il ne s'impose pas au gouvernement puisque personne ne pense que nous soyons ce système.

JEROME FLORIN
Donc il ne sera pas entendu le Parti socialiste ?

JEAN-MARIE LE GUEN
Il sera entendu, je n'ai pas dit que… ce n'est pas lui qui commande l'exécutif. Je rappelle très rapidement que nous avons une Assemblée nationale, que nous sommes sous la Vème République, des choses qui sont finalement assez connues.

JEROME FLORIN
Donc ils peuvent aboyer, mais les trains passeront.

JEAN-MARIE LE GUEN
Pas du tout, ils concourent à apporter un certain nombre d'idées.
JEROME FLORIN

Ca veut dire qu'ils ne sont pas écoutés.

JEAN-MARIE LE GUEN
Ils enrichissent le débat, ils ne sont…

JEROME FLORIN
Ils ne sont pas…

JEAN-MARIE LE GUEN
… avec des perspectives qui sont intéressantes mais…

JEROME FLORIN
Parlez, parlez, on fait ce qu'on veut.

JEAN-MARIE LE GUEN
Non on comprend, d'abord on ne gouverne pas pour la réussite du quinquennat, on gouverne pour réussir la réussite de la France. Je dirais que vous voyez, j'aurais changé, j'aurais fait un autre titre à cet élément de rapport. Nous sommes nous là pour travailler pour la France et pour les Français et le rôle du gouvernement, c'est d'être sur cette orientation, de prendre les idées qui conviennent à ce pays et pas simplement à sa majorité.

JEROME FLORIN
Ce sera le mot de la fin, merci beaucoup Jean-Marie LE GUEN.

JEAN-MARIE LE GUEN
Ce qui n'est pas forcément contradictoire.

JEROME FLORIN
Secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 4 août 2015

Rechercher