Interview de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de la défense, avec RTL le 6 août 2015, sur le remboursement à la Russie des sommes versées à la France pour l'achat de porte-hélicoptères, les relations franco-égyptiennes et sur l'accident du vol MH 370. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Interview de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de la défense, avec RTL le 6 août 2015, sur le remboursement à la Russie des sommes versées à la France pour l'achat de porte-hélicoptères, les relations franco-égyptiennes et sur l'accident du vol MH 370.

Personnalité, fonction : LE DRIAN Jean-Yves.

FRANCE. Ministre de la défense

ti :

JÉRÔME FLORIN
Bonjour Jean-Yves LE DRIAN.

JEAN-YVES LE DRIAN
Bonjour.

JEROME FLORIN
Après huit mois de bras de fer diplomatique avec la Russie, la France garde donc ses deux Mistral, ses deux porte-hélicoptères qui devaient être livrés à Moscou. Le contrat avait été signé par Nicolas SARKOZY en 2011 pour un milliard deux cents millions d'euros. L'an dernier, François HOLLANDE a décidé de mettre fin à ce contrat en raison du comportement des Russes en Ukraine, un accord a été trouvé hier avec Vladimir POUTINE : Paris garde les navires mais les rembourse. Quel est le montant total du chèque Jean-Yves LE DRIAN ?

JEAN-YVES LE DRIAN
D'abord vous l'avez rappelé, cet engagement avait été pris en 2011. Je n'ai pas à juger les raisons qui avaient amené cette vente, en tout cas nous étions dans une autre époque. Depuis, il y a eu la crise de Crimée, il y a eu la crise ukrainienne où la diplomatie française s'est fortement déployée dans le cadre de ce qu'on appelle le Format Normandie, mais la crise est toujours là, elle n'est pas close et donc, il a semblé au président de la République qu'il n'était pas souhaitable d'ajouter du risque à la menace et de livrer ces deux bateaux. Il y a eu depuis des discussions qui se sont conclues hier entre le président POUTINE et le président HOLLANDE et qui font cesser le contentieux ; il n'y a donc plus de discussion à avoir et la France remboursera à la Russie l'ensemble des frais engagés par la Russie pour l'acquisition de ces bateaux.

JEROME FLORIN
Ce qui fait ?

JEAN-YVES LE DRIAN
Le prix initial des deux bateaux était d'environ un milliard deux, le prix de l'accord qui est le meilleur accord possible sera inférieur puisque la Russie sera remboursée à l'euro-l'euro des engagements financiers qu'elle a pu mobiliser. Le montant exact sera communiqué au Parlement parce qu'il y aura une loi de ratification et le Parlement va être saisi très rapidement et du montant, et du dispositif.

JEROME FLORIN
Donc moins d'un milliard deux ?

JEAN-YVES LE DRIAN
Oui, puisque les bateaux n'étaient pas achevés et qu'il y a une suspension du contrat.

JEROME FLORIN
Et il n'y aura pas de pénalités à payer en plus ?

JEAN-YVES LE DRIAN
Il n'y a plus de contentieux.

JEROME FLORIN
Parce que les Russes ont quand même formé quatre cents marins pour ces navires ; il ne faudra pas payer ça ?

JEAN-YVES LE DRIAN
Tout cela est clair entre le président HOLLANDE et le président POUTINE et donc les bateaux sont désormais en pleine propriété de la France.

JEROME FLORIN
On entendait dans le journal de sept heures tout à l'heure sur RTL ce reportage à Saint-Nazaire, là où ont été construits les Mistral. Les ouvriers déplorent un gâchis industriel. Vous les comprenez ?

JEAN-YVES LE DRIAN
Oui et non. Oui parce qu'ils ont eu le sentiment de construire pour un partenaire qui s'appelle la Russie ; non parce qu'il n'y aura par cet accord, qui est le meilleur accord possible, aucune conséquence pour l'emploi. Puis il y aura, j'en suis convaincu, d'autres acquéreurs.

JEROME FLORIN
Justement, qu'est-ce qu'on va en faire de ces deux navires maintenant qu'on les a sur les bras ?

JEAN-YVES LE DRIAN
Dès à présent, un certain nombre de pays ont fait connaître leur intérêt pour ces deux bateaux.

JEROME FLORIN
Qui ?

JEAN-YVES LE DRIAN
Ils sont nombreux. Je n'ai pas l'intention en ce qui me concerne…

JEROME FLORIN
Pas de noms ? On parle de l'Inde, du Canada.

JEAN-YVES LE DRIAN
Oui, on parle de beaucoup, il y en a beaucoup. Pourquoi ? Parce que ce sont de très beaux bateaux. La marine française en a trois, ce sont des bateaux à usage divers qui peuvent à la fois être des bateaux de projection mais aussi des bateaux de commandement voire des bateaux-hôpitaux.

JEROME FLORIN
Mais il faut les vendre ces bateaux, on n'a pas les moyens de les garder. Ça coûte cher l'entretien.

JEAN-YVES LE DRIAN
Oui, effectivement il faudra les remplacer.

JEROME FLORIN
Voilà. On parle de un million à deux millions d'euros par mois juste pour entretenir ces navires.

JEAN-YVES LE DRIAN
Oui. Il est souhaitable de le faire le plus rapidement possible mais on ne pouvait pas le faire tant que le contentieux n'était pas réglé avec la Russie. C'est le cas et c'est le cas de manière amiable et donc il n'y a pas de suite à avoir puisque nous en avons la propriété.

JEROME FLORIN
Est-ce que ça ne risque pas d'avoir des conséquences sur des ventes futures des pays qui se diraient : « Si ma politique étrangère n'est pas adaptée aux souhaits des Français, on ne sera pas livré. » Ça peut refroidir des ardeurs commerciales quand même.

JEAN-YVES LE DRIAN
Oui, j'ai entendu cela depuis déjà plusieurs mois, puisque la décision du président HOLLANDE de renoncer à la livraison date du mois de septembre de l'année dernière. Depuis cette date, je crois qu'en matière d'exportation d'armement il y a eu plus de quinze milliards d'euros de vente. Voyez, donc la signature de la France est déjà parfaitement respectée même dans ce cas-là.

JEROME FLORIN
Justement, on n'a pas livré aux Russes mais on livré des Rafale à l'Egypte qui n'est pas un grand modèle de démocratie non plus puisque le régime du président al-SISSI qui s'est imposé, on le rappelle, par un coup d'Etat a déjà fait mille quatre cents morts et des milliers de prisonniers. Est-ce qu'il n'y a pas deux poids, deux mesures ? Est-ce qu'on fait les gros yeux à la Russie mais on les ferme sur l'Egypte ?

JEAN-YVES LE DRIAN
Nous sommes avec l'Egypte dans un combat vigoureux, long, permanent contre le terrorisme. Le terrorisme dans notre pays, le terrorisme aux portes de la France, le terrorisme en Egypte-même. Je pense que vous ne souhaitez pas dans vos propos – je ne veux pas les interpréter comme étant la volonté de votre part du retour des Frères Musulmans en Egypte, puisque ce sont les Egyptiens qui se sont révoltés contre les Frères Musulmans. Le terrorisme aussi en Egypte, le terrorisme aussi aux portes de l'Egypte, le terrorisme dans le Sinaï, le terrorisme en Libye et donc nous sommes partenaires de l'Egypte dans ce combat indispensable qui nécessite une mobilisation de tous. C'est donc un partenariat de long terme que nous avons signé avec l'Egypte, avec un président qui, je vous le rappelle, a été élu à la suite d'une révision constitutionnelle et avec un pays qui va avoir à l'automne des élections législatives. Mais il faut combattre le terrorisme et l'Egypte aujourd'hui en fait sa priorité numéro un, la France aussi.

JEROME FLORIN
Alors, justement l'Egypte, vous vous y rendez après ce passage par RTL avec le président de la République, vous êtes invité à l'inauguration du nouveau Canal de SUEZ, ou plutôt de son agrandissement. C'est un évènement national là-bas, on dit que ça va relancer le commerce et l'économie locale. « Le Canal de SUEZ est un don de l'Egypte au monde », dit le président AL-SISSI. Vous lui dites merci ?

JEAN-YVES LE DRIAN
Je pense que le président SISSI a bien fait d'engager, de manière très rapide et très spectaculaire, les travaux de doublement du Canal, parce que c'est pour l'Egypte, une occasion d'avoir des ressources supplémentaires, et le fait qu'il ait décidé à Ismailia, d'établir, autour du Canal, une zone d'activités permettant le développement économique et industriel de son pays, c'est un atout supplémentaire. Donc, oui, l'Egypte fait un acte très fort en permettant une accélération des transits à travers le Canal, le doublement, un temps d'attente qui sera beaucoup moins important, et c'est aussi une Egypte qui revient dans le théâtre régional et qui réaffirme sa puissance. Et d'une certaine manière, l'Egypte est de retour.

JEROME FLORIN
Et ce Canal de SUEZ, c'est aussi une cible pour l'Etat islamique, les djihadistes sont implantés dans la région.

JEAN-YVES LE DRIAN
Bien sûr, je vous parlais tout à l'heure du terrorisme, oui, bien sûr, et d'où la nécessité pour ce pays, de se prémunir et d'avoir une capacité de défense suffisamment significative pour éviter le déploiement du terrorisme, là aussi.

JEROME FLORIN
Vous évoquerez le sujet, tout à l'heure, justement, François HOLLANDE évoquera le sujet avec son homologue. Qu'est-ce qu'on peut faire d'autre, contre Daesh aujourd'hui ? On a déployé déjà tellement de moyens, on a l'impression que la pieuvre, en quelque sorte, continue de s'étendre.

JEAN-YVES LE DRIAN
Oui, il faut une collaboration internationale extrêmement stricte, extrêmement permanente…

JEROME FLORIN
Mais elle existe déjà, cette collaboration internationale.

JEAN-YVES LE DRIAN
Oui, mais il faut la renforcer et y compris avec un partenaire comme l'Egypte…

JEROME FLORIN
Comment ?

JEAN-YVES LE DRIAN
… où nous avons, nous devons déployer avec l'Egypte, en particulier, un renforcement de la coopération de nos renseignements, c'est tout à fait essentiel, de nos forces spéciales, c'est tout à fait indispensable, et faire en sorte aussi qu'au niveau de la communauté internationale, la prise de conscience politique ait lieu, de la nécessité de régler la question libyenne, c'est une des préoccupations majeures de l'Egypte, c'est aussi une des préoccupations majeures de la France.

JEROME FLORIN
L'Etat islamique qui menace depuis hier d'exécuter un otage croate, enlevé le 22 juillet dernier, en Egypte, au Caire, c'est un homme de 30 ans, qui travaille pour une compagnie française. Est-ce que vous avez des nouvelles ? Est-ce que la France travaille à sa libération ?

JEAN-YVES LE DRIAN
Je n'ai jamais parlé des otages, dans quelque émission de radio que ce soit ou dans quelque média que ce soit, et c'est le meilleur moyen d'assurer leur reconnaissance et éventuellement de les sauver. Et donc, ce matin, je ne dirai pas…

JEROME FLORIN
Vous êtes en liens avec l'entreprise française ou pas ?

JEAN-YVES LE DRIAN
Je n'en dirai pas plus, jamais.

JEROME FLORIN
Une dernière question, Monsieur le Ministre de la Défense, concernant le vol MH370. Alors, on sait que la pièce qui a été retrouvée à La Réunion est très probablement une pièce de cet avion qui a disparu. Ghyslain WATTRELOS, qui a perdu sa femme et deux enfants dans ce vol, s'étonne depuis le début, du silence des autorités françaises, il reproche à la France de n'avoir rien fait pour aider aux recherches, alors qu'il y avait des victimes françaises, quatre victimes. Qu'est-ce que vous lui répondez, à Ghyslain WATTRELOS ?

JEAN-YVES LE DRIAN
Eh bien d'abord, que je comprends sa souffrance, comme je comprends la souffrance de tous ceux qui ont perdu un être cher, lui c'est plusieurs, dans ce dramatique accident.

JEROME FLORIN
Mais pourquoi la France ne s'est pas exprimée ?

JEAN-YVES LE DRIAN
Nous avons… La France s'est exprimée à plusieurs reprises, mais nous avons surtout mobilisé des moyens, dès l'accident, en relation avec les autorités de Malaisie, à la fois mise à disposition d'experts, mais aussi mise à disposition de moyens de recherches. Et puis là, maintenant, le Parquet est saisi de cette découverte à La Réunion, et fera en sorte que l'enquête aille jusqu'à son terme, pour faire toute la vérité sur ce drame. Il a indiqué hier que la plus forte présomption laissait penser que c'était bien le 777 de la compagnie malaisienne, et j'espère que tout cela pourra se vérifier, il faut aller jusqu'au bout de ces recherches, pour une plus grande clarification.

JEROME FLORIN
Merci beaucoup, Jean-Yves LE DRIAN, ministre de la Défense, merci d'avoir été notre invité ce matin en direct sur RTL, avant de partir pour l'Egypte, donc.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 7 août 2015

Rechercher