Entretien de M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et du développement international, avec Europe 1 le 7 août 2015, sur la libération d'Isabelle Prime, l'otage française retenue au Yemen. | vie-publique.fr | Discours publics

[ Publicité ]

Entretien de M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et du développement international, avec Europe 1 le 7 août 2015, sur la libération d'Isabelle Prime, l'otage française retenue au Yemen.

Personnalité, fonction : FABIUS Laurent.

FRANCE. Ministre des affaires étrangères et du développement international

ti : C'est beaucoup de joie, il y a déjà plusieurs mois que l'on travaille sur cette libération de manière très discrète comme toujours. Mais c'est une grande joie parce que c'était le seul otage que nous avions encore à l'extérieur, si je puis dire.

Q - Vous l'avez eu au téléphone, que vous a-t-elle dit ?

R - Je lui ai demandé comment elle allait bien sûr et elle va très bien. Elle est étonnante par son égalité d'âme et le fait que, visiblement, c'est une personne très forte et très équilibrée. Je lui ai demandé des choses sur son parcours, sur ce qu'elle avait vécu et j'ai été impressionné par sa force après toutes les épreuves qu'elle a traversées.

Évidemment pour elle, cela a été très difficile parce que tous les otages passent par des moments de grande difficulté où ils se sentent abandonnés et en plus, ses ravisseurs étaient des gens très durs. Mais, comme l'on dit, tout est bien qui finit bien et vraiment, je veux remercier de nouveau tous les services de l'État qui ont formidablement travaillé et également les autorités du Sultanat d'Oman qui ont été extrêmement précieux.

Il faut avoir à l'esprit que tout cela se passait au Yémen, qui est un territoire qui souffre en ce moment. Mais nous sommes extrêmement heureux d'accueillir Isabelle Prime et la France n'abandonne jamais les siens, c'est, je crois, la grande leçon que l'on doit retenir de tout cela.

Il y a eu dans le passé beaucoup de coups durs et il y en aura peut-être encore mais à chaque fois, les services de l'État agissent pour récupérer les nôtres.


Source http://www.diplomatie.gouv.fr, le 14 août 2015

Rechercher